Shenanigans

 

20231230_154541

Il y a quelques mois notre portemanteau de l'entrée s'est effondré. Il est à demi tombé dans un angle et comme je ne suis pas en état de m'en occuper (je tiens le coup au travail, je tiens le cap de mes entraînements et pour le reste c'est sur le temps et l'énergie résiduels).

Tout à l'heure, au creux d'un samedi non travaillé, j'ai reçu un message indiquant qu'une livraison avait été déposée dans la boîte à lettres.

J'ai terminé ce que j'écrivais puis j'ai enfilé les premières chaussures qui traînaient dans l'entrée et le premier vêtement sur le porte-manteau, et j'ai descendu nos poubelles, vidé le verre et récupéré mon colis. 

Il se trouve que le vêtement attrapé au vol était mon vieux caban, probablement remis sur le dessus de la pile après l'écroulement. Poussiéreux, carrément.

J'ai mis les mains dans les poches, en pensant, Tiens, qu'est-ce qui peut traîner dans un manteau d'avant les confinements (1) ?
À ma plus grande surprise, c'était plein d'écrits. 
Ils dataient de 2008 et 2013 (?!?), un plan d'un salon du livre de Paris d'il y avait dix ans, et une invitation pour la fête de sortie d'un livre d'Edgar Hilsenrath dont je me souviens bien, un message d'invitation d'une amie perdue de vue qui nous rassemblait en l'honneur de Pablo (qui a disparu des réseaux sociaux, et ne donne plus de nouvelles, ce qui m'inquiète ; il fait partie de ceux grâce auxquels je me suis mise à la course à pied et j'aimerais le remercier). 

Engluée dans un quotidien métro boulot vélo dodo et sport aux marges, dans un ultime effort pour sauver une éventuelle retraite (si je survis), j'oublie parfois que j'ai eu une vie et qu'elle a été souvent bousculée (2) mais vraiment intéressante, et beaucoup plus que tout ce que j'aurais pu, vu mon genre et mon milieu d'origine raisonnablement espérer.

Retomber sur la time capsule de mon vieux caban, une time capsule d'il y a dix ans, m'a fait un bien fou.

 

 

(1) Clairement, depuis le Covid, ce qui traîne au fond des poches ce sont les masques et les mouchoirs. 
(2) Clairement, si ce caban était resté ainsi délaissé, c'était probablement comme suite à deux coups durs majeurs qui m'étaient tombés dessus en juin et juillet 2013 (dont : la fin de mon travail à la librairie Livre Sterling qui allait fermer)


30 km

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.20.04Capture d’écran 2023-10-17 à 22.12.19

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.23.08

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.25.29

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.24.24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.27.45

 

9343_20231015_104755_323136836_socialmedia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.33.03

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.37.51

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.35.22

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des photos sont les photos officielles de la course (Sportograf)

 

 

9343_20231015_115700_323165171_socialmedia

 

Lire la suite "30 km" »


Vingt kilomètres cent

25840dbc-245e-42de-9bcd-c70d3bb330be

Depuis la pandémie, j'ai pris l'habitude de participer aux 20 km de Paris connectés. 
À présent ils le proposent avec des packs de 4 courses, réparties à raison en gros de une par mois pendant l'été, 5 puis 10 puis 15 km, pour finir avec 20 km. 

J'aime beaucoup cette idée de la progressivité. Et par ailleurs mes contraintes professionnelles rendent séduisante une course que je peux effectuer au choix un jour ou un autre (1).

Ça tombait bien pour les 20 km, ça n'était possible pour moi que ce dimanche car m'attend une semaine de six jours.
Et que caler un 20 km avant une journée de boulot m'est impossible  (je cours trop lentement et suis trop fatiguée après) et les caler après même si je l'ai fait une fois en m'équipant de façon à le courir en trajet de retour, est un peu rude.

J'avais repéré le trajet lors d'une sortie longue il y a quelques semaines : on peut facilement aller en train jusqu'à Maisons Laffitte descendre vers la Seine, passer le pont (un peu compliqué en courant en ce moment car gros travaux et le passage piéton est étroit, quant aux vélos ils sont au milieu des voitures et ça n'est pas sécurisé du tout), descendre un escalier et se retrouver sur l'ancien chemin de halage qui est aménagé sur la plus grande partie du trajet et pour le reste correspond le dimanche à des zones piétonnisées. 

C'était le cas ce dimanche à Sartrouville. Nous ne l'avions pas fait exprès mais ça m'a vraiment aidé ; au lieu de devoir zigzaguer parmi les promeneurs sur le chemin "piétons", j'ai pu courir à bon rythme (enfin, bon rythme de moi, donc très lentement quand même) sur la route.  

Il faisait un temps exactement parfait : du soleil et 21°c, et j'avais de bonnes sensations physique fors un insidieux mal de haut du dos apparu vers le km 18 et qui commence à me devenir désagréablement familier depuis quelques temps. En ralentissant (hé oui, encore plus) et en relâchant les bras sur quelques dizaines de mètres, ça s'atténue et comme j'avais presque terminé ça s'est ensuite calmé.
En revanche, le niveau de fatigue générale était assez présent. Bien moins fort toutefois que lors des sorties longues d'avant ma semaine de congés, mais néanmoins limitante, surtout vers la fin où une inquiétude pour mon sparring partner aka Le Joueur de Pétanque avait fait fondre ma concentration sur l'objectif.

Il était depuis deux jours soumis à un rhume carabiné et en fait avait arrêté de courir et s'était mis à marcher. Or à l'ordinaire, c'est lui devant qui fait des retours vers moi et je ne m'inquiète pas. Je n'étais donc pas prête - comme en plus au départ il ne semblait pas aller trop mal -, à soudain ne plus le voir du tout et à devoir être des deux la personne qui faisait les allers-retours. J'avoue la première fois avoir craint un malaise ou une chute.

Nous avons ensuite marché jusqu'au pont de Bezons afin de prendre un tram puis à Bois Colombes un train confortable.

Au bout du compte (les 20 km de course + les passages marchés avant l'escaliers du pont (2) faisaient 27 km, et j'avais les jambes fatiguées mais de façon parfaitement supportable. Donc les 42 km devraient passer mais ça serait bien de les courir vraiment. 

Le parcours en long de Seine est optimal : nous n'avons je crois bien eu aucune rue à traverser. En revanche il n'y a pas d'endroit où effectuer de pause pipi et nous avions pris nos précaution en effectuant une escale café-prétexte près de la gare de Maisons Laffitte.
Avoir déjà exploré ce parcours était une aide : j'avais les bons jalons pour estimer d'où j'en étais de l'effort fait. 

À Bruges ça sera l'inconnu, car je n'aurais que l'image de la carte, que d'ailleurs j'ai étudié le soir même, pour me repérer (3).

Au bout du compte et même si j'ai peur de récupérer le rhume et que ça me casse l'énergie pour le 15 octobre, je suis contente de cette course-test.
S'il n'y avait eu la recherche de mon partenaire disparu de ma vue, je pense que j'aurais bien tenu l'allure marathon de 7'48'' au km prévue dans le plan d'entraînement. 

La sieste une fois rentrée (4) aura suffit à écluser le plus gros des jambes douloureuses, et j'écris à minuit sans épuisement vraiment plus fort qu'un dimanche à simple séance. C'est sans doute à ça que je peux mesurer certains progrès.

J'ai pu en prime regarder sur un replay d'Arte un documentaire intéressant sur les limites physiques



2023-10-01 23_15_30-You know what

 

 

(1) Généralement il y a le choix entre 5 jours avec toujours un week-end inclus et par exemple pour ces 20 km finaux, c'était au choix du 1er octobre au 7 octobre inclus

(2) Je craignais si l'on courrait cette partie d'avoir trop de D- sur le parcours (limitées à - 50 m en dénivelée totale).

(3) Pas trop envie de me divulguer par avance le spectacle via street view, envie d'avoir le plaisir stimulant de la découverte.

(4) En admirant Jimmy Gressier arriver 4ème (soit probablement 1er des très contrôlés) au semi marathon des championnats du monde sur route à Riga.


Une des plus belles soirées de ma vie

20230609_203935
[passages de témoin]
Grosse journée de boulot et puis elle est enfin finie et je bascule dans la beauté de la vie. Parce que oui parfois même pour une personne moyenne de la classe moyenne, elle peut se hisser à un niveau de beauté et de merveilleux qui fait oublier que les trois quarts du temps on en bave, on serre les dents. 20230609_203136(0)

Et puis voilà, soudain, vlan, quelques heures de pure magie, de bonheur, de grâce.

Le bonheur était à tous les étages.

Marcher du boulot au stade en passant sur les 2/3 du parcours par des chemins piétons, en traversant le parc de la Cité Universitaire Internationale, en y mangeant un rouleau de printemps acheté le midi, par précaution.

Marcher du stade à la ligne 14 en repartant, et puis c'était direct et si rapide et hop, maison.

Assister à et soutenir trois records du monde dans la même soirée (2 miles H, 5000 m F et 3000 steeple H). Et parmi eux Jakob Ingebrigtsen avec sa foulée belle à en pleurer.

Laura Muir a une foulée magnifique aussi, une légèreté. Mais ça n'était pas son soir, elle souffrait.

Tentoglou est un athlète parfait que c'en est impressionnant. Liveta Jasiunaite également.  

Le public était à fond derrière les athlètes, moi incluse qui rentre presque aphone, j'ai hurlé pour Jakob comme du temps des concerts des Beatles (OK j'étais bébé, mais c'est ça l'idée). Une foule de connaisseurs balançant un max d'énergie aux athlètes, sachant pertinemment combien ça peut aider. Quand on a vu sur le 5000 m dames que Faith Kipyegon perdait du terrain sur les lumières vers la fin alors qu'elle les avaient bien dépassées on s'est toutes et tous levé·e·s et ce grondement l'a portée, ça n'est pas neutre (et d'ailleurs : sa surprise à l'arrivée, le record y était).

Rencontrer Mustapha Salmi, par cette sorte d'intuition qui me fait passer au bon endroit au bon moment, pouvoir ainsi le remercier pour les vidéos qu'il partage et qui nous encouragent à mieux nous entraîner.

Encourager Benjamin Robert parce que ça fait du bien de voir quelqu'un qui n'a pas le morphotype de sa discipline, réussir à s'en sortir vraiment bien.

Constater que la hype n'est plus tant de faire faire à l'athlète admiré un selfie en se collant à côté de lui mais de lui filer notre téléphone pour qu'il se fasse un selfie avec en allant là où seuls les athlètes peuvent aller (par exemple sur la piste quand les autres n'y sont pas).
20230609_223844

Et puis vraiment, admirer Jakob Ingebrigtsen qui persiste à progresser.


JakobingAlors avant de repartir acheter le dernier tee-shirt taille M du meeting parce qu'il fallait garder un souvenir et qu'un tee-shirt est un souvenir qui sert.
(merci au vendeur qui est allé me le chercher au fin fond d'un carton).

Je rentre avec un sourire qui flotte, un temps les tristesses oubliées, de belles accroches pour le courage. 
Quelle chance j'ai, d'aimer le sport et de pouvoir aller admirer celles et ceux qui le pratiquent le mieux ! 


Beauté de Paris sous la pluie

 

    Je venais de dire à Simone, ce qui me réjouit dans ma vie [actuelle] ce sont mes retours de boulot à vélo, traverser Paris, varier les itinéraires est un tel bonheur.

Et puis j'ai pris un Vélib pour rentrer et puis il a plu, et puis comme pour me remercier du compliment ce soir ce fut beau comme jamais.

20230510_203131

 

Avec en prime un bel arc en ciel (de l'autre côté) et d'être plutôt bien protégée (du haut) car j'étais bien équipée.
Je suis un moment restée sur la passerelle du musée d'Orsay à savourer la beauté - ciel lumières pluie ville -. 

Pour une fois je n'étais encombrée d'aucun tracas lourd, seulement de tristesses calmes (quelques deuils amicaux récents), l'inquiétude n'ayant plus lieu d'être. 

Alors, en ce moment précis j'ai éprouvé du bonheur. 

Le fait que d'autres personnes sur la passerelle s'arrêtassent pour en faire autant, admirer la beauté du ciel et de la ville, tout en se laissant drincher, y participait. 


Just singing and dancing in the rain


    Au moment où l'amie que je raccompagnais est rentrée vers le porche de son habitation il s'est mis à pleuvoir des cordes, c'était comme si elle avait donné le top départ.

J'ai renoncé à prendre un Vélib.

Au bout de 12 minutes j'étais drinchée même si le blouson pourtant pas réputé spécialement imperméable a tenu le coup même aux coutures d'épaules. En revanche le jean les chaussures floc floc plouf.
Un jeune homme en scooter m'a dit joyeux un truc de bus gratuit, je n'ai pas tout compris mais c'était sans mauvaise intentions et nous avons ri. Il était trempé comme une soupe lui aussi. 

Un homme grand muni d'un parapluie a bondi par dessus une flaque d'eau afin de regarder le trottoir. Mélange de monsieur Hulot et de Gene Kelly. 

J'ai esquissé un pas de danse et chantonné intérieurement.

Commencée à l'hôpital pour visiter une amie la soirée avait été finalement joyeuse entre ami·e·s du cercle de lecture.
En sortant de l'hôpital j'avais eu une conversation étrange avec un jeune homme suivi à Sainte Anne. Il avait l'air heureux de trouver quelqu'un avec qui échanger quelques mots au sujet de pains aux raisins. Et ne s'est pas montré le moins du monde insistant (et ne m'a rien volé en faisant diversion par la conversation, ni non plus réclamé clopes ou menue monnaie). Je suis content d'avoir pu vous parler, passez une bonne soirée.
Je vais finir par me demander si, par crainte de passer pour des harceleurs de rue, certains jeunes hommes ne se mettent pas à parler aux dames plus âgées qui plus facilement consentent à les écouter, puisqu'il n'y  plus d'ambiguïté et que l'on peut sans arrière-pensées se féliciter de l'excellence d'un pain aux raisins et rire ensemble de l'averse qui nous rend tout trempés.


Ça faisait de toutes façons du bien qu'il pleuve enfin un peu sérieusement.



L'art de déjouer les pièges du marketing


    Je les trouvais pas terribles ses chaussures de course à pied, au Joueur de Pétanque, d'un orange plastifié. Mais lui il les trouvait confortables, plus que d'autres plus spécifiques qu'il avait achetées. Et dès qu'il s'agissait de courir sur longues distances, genre un semi-marathon, c'est celles qu'il enfilait.
Je n'étais pas avec lui le jour de l'achat. 
Il était allé dans une grande enseigne de sport, celle qui est en reprise actuellement, où il avait des bons d'achats à utiliser. 

Des années qu'il les met.

Et puis aujourd'hui à un concours de pétanque auquel il participait en les ayant mises aux pieds (1), un concurrent lui a demandé : Vous jouez au tennis vous aussi ?
Et devant l'étonnement de celui à qui il posait la question, a précisé : Vous avez les chaussures de tennis le modèle de Nadal, c'est pourquoi je me demandais.

Hilarité partagée.

Entre moi qui utilise les cosmétiques d'une façon totalement différente que leur usage prévu et Le Joueur de Pétanque qui prend pour des chaussures de running des chaussures de tennis, nous sommes trop forts pour déjouer les pièges du marketing je trouve.
Non, sans une certaine fierté. 

 

(1) Devant leur état d'usure avancé, il commence seulement à moins les mettre pour la course à pied.


Paris - Roubaix ensiesté

(domenica)

J'avais prévu de regarder l'intégralité de Paris Roubaix, il faut dire que ça promettait : Mathieu van der Poel et Wout van Aert sur les rangs, une retransmission France Télévision avec Nicolas Geay, Laurent Jalabert et Marion Rousse aux commentaires, on ne pouvait rêver mieux.

Alors la course à pied au matin a été minimaliste, de toutes façons il s'agissait d'une séance d'activation en vue des 5 km pour le pack courses connectées des 5 km de Paris connectés, et que je comptais le courir le lendemain (vive les jours fériés !). Donc quelques tour dans le petit parc en bas. Il faisait grand soleil et j'avais le short double (qui maintient bien les jambes au chaud), mais deux épaisseurs en haut. Encore une de ces journées où l'on peut passer de 6°c à 16°c selon les heures de la journée.

La course a tenu ses promesses, mais le sommeil a vaincu peu après la crevaison de Christophe Laporte à la sortie de la trouée d'Arenberg. Je n'ai pas pu lutter. Si je n'avais pas l'habitude de mes endormissements si brutaux, je pourrais en concevoir de l'inquiétude, mais c'est ainsi depuis presque toute ma vie (d'adulte, en tout cas).
Le Joueur de Pétanque était à la pétanque.
Une nième attaque de Mathieu van der Poel a eu raison de l'endormissement et je sais gré aux journalistes sportifs qui montent dans l'enthousiasme lorsqu'une action survient. J'ai ainsi suivi la chute du coureur qui avait commis l'erreur de penser pouvoir passer à droite des deux Alpecin et aussi la belle attaque qui aurait dû conduire à un duel VdP WvA mais qu'une crevaison a compromise.
La victoire était belle, mais moins flamboyante, hélas, que si la lutte avait eu lieu.

Fin de journée en repos, de toutes façons c'était nécessaire. Stade 2 avait invité Christophe Lemaître lequel est touchant dans ses efforts de communication, et qui m'a semblé un cousin. Il y avait un sujet émouvant au sujet d'une famille de quatre partie vivre de VTT itinérant depuis que la mère de famille est tombée malade d'une maladie incurable et qui réduit de plus en plus sa mobilité. Le père m'a un peu redonné confiance en les hommes. Il assure, ce qui devrait aller de soi, mais la vie m'a appris que ça n'est pas si courant que cela.

Et j'ai un bon polar écossais à déguster, et une belle envie de ne rien faire d'autre.

Je comptais aller voir "Le bleu du caftan" au cinéma, mais je pense que je n'irai que plus tard, si c'est encore possible.


Au sein d'une période triste, un bon et doux dimanche

 

    Partir dès que j'ai été prête, encourager les camarades qui couraient le marathon de Paris, prendre le vélo jusqu'au bois de Boulogne, remonter les flux en tentant de retrouver les camarades de club, les retrouver et encourager. C'est fatigant mais ça fait du bien.

J'avais eu le temps de voir que ma TL se partageais entre spectateurs de Springsteen au Madison Square Garden et amateurs de course à pied + quelques personnes qui parlaient de livres, musiques ou cinéma. Une time line est vraiment quelque chose de personnel, la mienne en ce dimanche donnait une jolie image du monde. 
Dans le monde complet, en Ukraine (entre autre) la guerre faisait rage (avec entre autre à Saint Pétersbourg un attentat dans un café)

Je regrette seulement d'avoir manqué Nico de Running addict, Vivien et Estelle (dont j'avais loupé le fait qu'ils venaient, sans doute la faute au samedi travaillé qui m'avait rendue absente aux fils d'infos perso des réseaux sociaux auxquels je suis abonnée).

Aller et retour sous forme de belle balade à vélo avec mon vieux RTT (celui dit "de Fabien").

Il faisait froid mais j'avais trouvé dans la chambre de notre fiston enfant un blouson (de ski ?) qui allait parfaitement pour passer 5 heures statiques par 8°c)

Sieste en regardant le replay du marathon, car étant sur place pour les ami·e·s, des élites je n'avais rien suivi.

Et puis baptême d'escape game en famille, sur une idée du Fiston qui pratique allègrement. Nous nous sommes sortis en 48 mn d'une histoire au storytelling galactique, tout ça pour servir de petites énigmes élémentaires mais plutôt rigolotes à dépêtrer si l'on s'entend bien. C'était intéressant de constater comme nous nous complétons bien. J'ai été favorisée par un côté gaucher-friendly (un message à déchiffrer en écriture miroir et une manip pour faire remonter des clefs où c'était bien que jouent un gaucher et un droitier). Nous nous sommes spontanément fort bien répartis les tâches. Souvent j'ai la bonne idée mais sans savoir nécessairement la mettre en pratique. Maniaque des détails, notre fille est excellente pour certains points. Le joueur de pétanque est stimulé par le fait que ça soit un jeu - ce qui tendrait à me mettre légèrement en distance, au fond depuis l'âge adulte je n'apprécie le jeu que le temps de piger, perdre ou gagner m'indiffère, atteindre un objectif sportif en revanche me stimule -. Le Fiston quant à lui savait un peu déjà à quoi s'en tenir, c'était spontanément lui qui impulsait le mouvement. Nous nous sommes bien divertis et pendant ce temps avons oublié nos (éventuels) soucis. 
La tristesse des deuils a un peu reculée, j'étais dans le bref univers de l'activité partagée.

Restaurant italien près de la boulangerie qui est près de la piscine ; et qui remplace le bref gastronomique, lequel remplaçait un restaurant de cuisine des Îles (réunionnais) dont le patron - serveur semblait parfois sous substances.
C'était bon mais trop copieux (et bien gras). Vive les doggy bags.

Dans la série #NotreÉpoque, à Paris 8 % des habitants se sont déplacés pour aller voter pour l'interdiction des trottinettes en libre service. Il est dommage de ne pouvoir voter lorsque l'on est frontaliers de Paris. Typiquement, en temps que vélotafeuse qui traverse la ville quotidiennement, j'étais davantage concernée que bien des parisiens très absents de leur propre cité. Et puis dommage de ne pas distinguer "libre service" de free floating. Un service de trottinettes qui se raccrochent en des lieux fixes comme c'est le cas des vélibs pour les vélos, serait sans doute une bonne solution, puisque le problème n'est pas tant l'usage des trottinettes que le fait qu'elles soient ensuite balancées n'importe où. Et puis le problème n'est pas non plus tant l'usage des trottinettes que l'insuffisance d'infrastructures. En centre villes se sont les voitures qu'il faudrait bannir, fors celles des riverains, les taxis sur certains axes, et les véhicules d'utilité publique ; il faudrait également bannir les engins motorisés trop rapides, quels qu'ils soient.

 


Réussir à intercaler une sortie longue après la 6ème journée de travail d'une semaine où il était chargé

Capture d’écran 2023-04-01 à 21.42.22

 

Journée de boulot bien sérieuse et en bonne compagnie. Pas de réelle coupure le midi, puisque désormais c'est ainsi. Je prends du "à emporter" chez Yum ce qui me permet de rapporter aussi de quoi manger pour le dîner.

Le Joueur de Pétanque avait un concours dans la ville voisine et malgré de grandes bouffées de pluies et vents il est venu à pied me chercher. Ce qui m'a permis de lui montrer là où je travaillais. 

Retour en transports puisqu'il ne fait pas de vélo dans Paris, mais ensuite il m'a volontiers accompagnée dans ma séance. Une séance longue de "dimanche matin" mais faite le samedi soir. Comme il y a eu des arrêts de carrefours et un autre un peu long pour écouter un rouge-gorge vers le bout de l'Île de la Jatte, on dira que c'était à environ 8'20'' du km. Avec un effet "crépuscule" : une fois que la nuit est là, j'ai l'impression d'aller plus vite que mon allure réelle.
Je suis fière d'y être parvenue après les 6 jours intenses de travail.

J'étais sur les courbatures solides de la séance de PPG de jeudi, mais une fois échauffée ça allait.
En soirée, j'essaie de repérer où aller encourager les camarades pour le marathon de Paris

Capture d’écran 2023-04-01 à 23.01.00