En traversant Paris aujourd'hui

 

    Depuis que je suis parvenue à prendre le temps de refaire enfin reconnaître mon pass navigo par les nouveaux vélibs, j'en ai retrouvé l'usage. Ils sont quand même bien dégradés globalement, et les stations moins nombreuses qu'avec le système précédent. Mais ça me manquait réellement des vélos en libre service car j'ai un usage vélo + métro important.

Parmi l'offre de free-floating que le ratage du changement de concession avait multipliée, les Mobike n'étaient pas si mal et je m'en étais un temps contentée, avant qu'ils ne décident soudain que ma ville était hors zone - alors qu'à côté Levallois restait admise, à même distance de Paris -, entraînant une facturation de 10 € puis 50 € si jamais un de leur vélo y était laissé. J'en vois moins à présent. Je suppose qu'un nombre non négligeables d'abonnés dans le même cas que moi n'ont pas renouvelé un abonnement qui ne leur permettait plus de rentrer chez eux.

Les vélibs, anciens comme nouveaux, disposent de stations proches de chez moi, pas souvent très remplies mais permettant au moins le retour, c'est déjà ça.

Près de Port Royal j'ai vu des agents de police à vélo (je ne sais s'ils sont de police nationale ou municipale) enregistrer au moyen d'une sorte de téléphone tous les véhicules en free-floating, trottinettes électriques et vélos qui avaient été déposés alentours. J'avoue que je ne serai pas contre un brin de régulation. Les trottinettes électriques présentent un réel danger, trop silencieuses et roulant souvent sur le trottoir elles sont sources d'accidents (ou de splendides tressautements) pour les piétons, et elles sont déposées absolument n'importe où n'importe comment. Les vélos en free-floating sont moins gênants en circulation mais posent également un problème de place. D'accord ce sont des déplacements moins polluants que l'automobile en terme de gaz d'échappements, seulement ça ne sont pas non plus des solutions de rêves d'un point de vue écologique. Fullsizeoutput_1883

Comme un chèque déjeuner m'avait été confié, j'ai pu m'accorder un repas complet dans un charmant restaurant café. 20190807_125146

Il faut désormais veiller aux dépenses, chômage oblige et incertitude sur la suite, donc je n'y retournerai sans doute pas rapidement, mais je note ainsi la bonne adresse. De plus en plus fréquemment et face à l'invasion généralisée du hamburger sous toutes ses formes - je n'ai rien contre un très bon de temps en temps, mais le hamburger frites ne me fait pas saliver -, je goûte des plats végétariens voire végétaliens et constate qu'ils sont souvent bons. C'était le cas aujourd'hui au Débonnaire.

J'ai croisé une belle voiture de collection mais j'ai raté sa photo 

Fullsizeoutput_1882

Oui parce que je fais partie de celles et ceux qui rêvent d'un usage minimal de la voiture mais j'apprécie les modèles de collection. Je l'écrivais il y a quelques jours dans le Petit Journal. Les êtres humains moyens sont fort bien équipés en contradictions.

Ce Paris vide et calme du mois d'août me ravit, même si je m'inquiète d'une éventuelle absence totale de vacances si l'homme de la maison prend les siennes trop tard alors que je peux avoir du travail ou poursuivre un projet qui m'en créerait. Je n'ai pas non plus envie de partir maintenant sans lui. Ni envie qu'il parte début septembre en me délaissant. Même si elle a été heureusement infiniment moins triste que l'année 2016/2017 et moins surmenée que l'année 2017/2018 (entre le travail salarié prenant et le déménagement complet de la maison de mes parents), l'année 2018/2019 aura été intense, j'ai vraiment consacré du temps et de l'énergie à une reprise de librairie qui finalement ne s'est pas faite pour des raisons financières, mais ce fut du travail, j'ai effectué auparavant de nombreux remplacements, et tenir une émission littéraire hebdomadaire sur une radio associative ne se fait pas sans la préparer, bref, il y a un moment où des vacances, même les plus simples, feraient du bien. 

En attendant, je fréquente la BNF avec assiduité. 


Trop vieille pour Sergio ?

 

    Voilà que je disposais d'une entrée offerte pour l'expo Sergio Leone à la cinémathèque et d'un peu de temps aujourd'hui - week-ends dimanche / lundi sur ma mission actuelle et, hélas fins des cours de danse du lundi (j'en pleurerais) -. Par ailleurs comme elle s'achève le 27 janvier et qu'un somptueux cadeau d'anniversaire me rend mon programme d'expositions à aller voir allègrement chargé - j'adore apprendre et visiter et d'autant plus que ma condition physique actuelle me permet de le faire avec facilité quand jadis je souffrais (1) -, c'était en gros aujourd'hui ou jamais.

L'accueil fut bizarre : un événement d'importance, sans doute une avant-première avec invités de marque se préparait concernant le film Glass, et tout un staff était sur les dents, avec des ordres et des contre-ordres et de la confusion. Le gag étant qu'alors qu'on me questionnait (j'allais voir l'expo, moi, tranquille, sachant où elle était, munie de mon billet) un peu en mode que faites-vous là, j'ai dit que je venais pour l'expo Ennio Morricone et la personne n'a pas relevé, 5ème étage. Lapsus révélateur, de ma part, ô combien.

Ensuite, l'avantage fut que sans doute pas mal de visiteurs potentiels avaient su éviter cette journée particulière, et qu'une fois à l'intérieur on pouvait bien visiter. J'ai pris mon temps pour regarder chaque extrait, écouter chaque morceau. L'expo est plutôt bien faite.

Seulement voilà : j'en savais déjà trop. À part des éléments concernant ses parents, j'ignorais que le père de Sergio Leone avait été lui-même un réalisateur reconnu, du temps du muet. J'ai adoré la photo de classe où figurent les deux comparses - je pense que la moitié du succès des films de Sergio tient à la musique d'Ennio  (2) -. 

Foto_classeSinon, j'ai également appris que l'usage particulier et systématique de la musique sur flash-backs venait de cette équipe. Et que Sergio Leone avait des tableaux remarquables chez lui. 
Je ne savais pas à quel point "Pour une poignée de dollars" était en fait une adaptation western de Kurosawa. Au fond Lance Armstrong n'avait pas tort qui disait que ma foi le dopage s'il n'y avait pas eu recours, il serait resté dans le lot, du coup même s'il a essuyé un revers de fortune, la fortune il l'a. 
Le plagiat c'est le dopage de l'artiste (3). 

La seule vraie révélation pour moi aura été d'apprendre que pour le film Il était une fois l'Amérique, Norman Mailer avait bossé sur une première version et qu'au bout du compte c'était Stuart M Kaminsky mais oui, le "père" de Rostnikov que Pierrot et moi avions tant aimé, qui avait bouclé ce boulot de fou et il y avait même une belle petite interview de lui, avec un air sympa comme tout (no surprise).

Voilà, ce fut tout. Le reste était bien fait, je ne veux pas dire, mais plutôt à conseiller à qui a ce cinéma à découvrir, plutôt qu'à celleux qui ont grandi avec. Par dessus le marché, et même si quand je le ai vus j'ai su admirer le travail, revoir des bribes - pas nécessairement les bonnes, et d'ailleurs pas tant que ça - m'a donné l'impression d'un cinéma de vieux mâles blancs somme toutes assez daté, et combien les héros de ce genre d'affaires étaient ridicules avec leurs postures pan pan j'te tire dessus.  Les chevaux et les grands espaces, j'étais bon public, mais les règlements de comptes à n'en plus finir et les flingues à tout va (westerns ou mafia), ça va cinq minutes.  
Je reste reconnaissante envers ces messieurs d'avoir su divertir mon père, dont la vie n'était pas si facile, regarder "un bon cow-boy" lui mettait du baume au cœur. 

Pour l'expo, j'étais donc un peu "vieille". J'ai en quelque sorte connu ou croisé ces films "de leur vivant" alors qu'ils étaient contemporains, actuels du moment, pas encore muséifiés et érigés au rang d'œuvres ayant marqué leur temps. Elle s'adresse plutôt à ceux qui souhaitent découvrir le cinéma de leurs (grands-)parents. 

Pour finir, la sortie fut encore plus compliquée que l'entrée. Avec un couple âgé de mon âge, nous nous sommes trouvés piégés en suivant les indications du personnel mis ici ou là pour canaliser les petits groupes diffus que nous formions qui repartaient, heureusement un des types de la sécurité a pris l'initiative d'arrêter les absurdités, et nous avions l'air sans doute assez inoffensifs pour n'être pas venus foutre le bazar dans leur méga-événement nécessitant privatisation et service d'ordre à cran. Il a levé une barrière et nous avons pu accéder à une sortie.
Ce serait sympa, même si des personnes très importantes sont attendues pour après, de ne pas considérer les visiteurs paisibles comme des fauteurs de troubles. 

Je suis repartie avec des souvenirs de mon père. Ceux paisibles, où il regardait un western à sa télé. Et où j'entendais de ma chambre adjacente la musique d'Ennio Morricone en faisant mes devoirs. 

 

(1) Si on m'avait dit qu'un jour que :

1/ le froid ne serait plus une torture juste une sensation pas très agréable à l'extérieur de la peau 
2/ la station debout prolongée ne me poserait plus aucun problème de tête qui tourne et risque de tomber dans les vappes
3/ le piétinement nécessaire à une visite de musée ne me ferait plus mal nulle part, que je n'y penserais même pas.

jamais je ne l'aurais cru. Et puis voilà, beaucoup de sports, d'entraînements, un nouveau métier physique, un corps qui s'est musclé et pour le froid un état de choc émotionnel il y a quatre ans qui a modifié quelque chose dans mon métabolisme joint aux effets bénéfiques de la ménopause sur l'anémie chronique et incurable qui est la mienne, et ma vie quotidienne est devenue plus facile.
Je ne dis pas que ce fut une partie de plaisir, par exemple les touts premiers mois de librairie j'avais de fortes douleurs aux jambes et lors de la reprise de la natation en 2004 j'ai eu toute une période où je souffrais tant de crampes que je terminais chaque entraînement au pull-buoy, mais bon rien (ou presque) ne résiste au travail et les efforts entrepris ont été un gain formidable de confort dans ma vie, sans même parler de participer à des courses et autres événements frétillants.  

(2) Et que d'avoir pu passer mon bac dans un état de coolitude absolue était due en grande partie à la diffusion de Mon nom est personne à la télé le dimanche après-midi précédent (et donc à la musique d'Ennio aussi) et à la diffusion de grands films cette semaine-là dont Rebels without a cause le jeudi matin juste avant l'épreuve de physique, que j'ai traversée en la compagnie persistante de James Dean, Natalie Wood et Sal Mineo. 

(3) Après, et comme c'était semble-t-il totalement assumé, il s'agit autant d'inspiration ou d'adaptation que de plagiat. 

compléments : un article sur l'enfance d'Ennio Morricone
une belle émission de France Culture préparatoire à l'exposition avec elle-même d'autres liens dedans.


Le jardin d'acclimatation d'autrefois

 

    C'était LA grande sortie du dimanche de mon enfance, pas très souvent, car il fallait venir de la banlieue exprès et que ça coûtait cher (chaque manège, chaque attraction sauf le Guignol si mes souvenirs sont bons était payante séparément en plus d'un ticket d'entrée qui lui était modique).

Je me souviens fort bien des manèges représentés, moins des ours. Il y avait aussi des poneys que l'on pouvait monter, c'était ça mon bonheur. Les toboggans étaient en bois, c'était mieux d'être en pantalon, gare aux échardes sinon. Il y avait aussi un labyrinthe de glaces.

Le hic c'est que quand j'ai eu l'âge enfin de participer aux "vraies" attractions (comme les voitures que l'on voit avec des pré-adolescents), nous avions cessé d'y aller, la sortie étant devenue trop coûteuse et ma petite sœur moins intéressée que moi à son âge.

Je me souviens d'y être retournée en 1988 avec mes enfants via une organisation du Comité d'Entreprise de la banque, à l'occasion d'une éclipse de soleil qui tombait un midi de semaine. Nous n'avions pas vus grand chose car le temps était nuageux, mais un moment de quasi-nuit et le silence soudain des oiseaux, et puis d'être brièvement avec les enfants au lieu d'au travail, c'était bien.


La nouvelle ville, comme un ailleurs

Fullsizeoutput_e65

Je rentre à pied ce soir. La nouvelle ville, le nouveau quartier qui jouxte le tribunal (La Tour) m'offre désormais un chemin plus direct et non sans charmes - du fait de n'être pas encore vraiment ouvert à la circulation -. 

Et c'est étrange et beau cette sensation d'être ailleurs, ça pourrait être une ville lointaine. Comme il s'agissait d'une ancienne zone de la SNCF, non accessible au public, aucun souvenir de "comme c'était avant" ne vient pour moi se superposer au lieu que je traverse. 

Peu de passants, pas de langue entendue. Pas encore de boutiques, pas d'enseignes. Un café au nom assez international. La végétation fraîchement implantée peu caractéristique.

On pourrait être en Corée du Sud. En Chine, une ville nouvelle. Les appartements déjà occupés qu'à la lumière allumée on entrevoit sont du genre chic propre moderne international. Des silhouettes jeunes prennent le frais sur des balcons terrasses. Rien ne les ancre géographiquement. Paris est une métropole d'une grande diversité. Tout le monde peut être de là. Ou d'ailleurs.

Tokyo ? Une périphérie ? Un downtown neuf de San José ?

Désormais pour rentrer chez moi, je peux voyager loin, en trente minutes, à pied.

Bientôt ce quartier bruissera d'aller-et-venues, de corporate people allant au travail, en repartant, faisant leur pause cigarette. Il y aura nécessairement quelques boutiques et services, du mouvement. Des véhicules qui passeront. Quelques enfants. Ça sera encore un voyage. Mais différent.

Quelque chose me plaît dans ce surgissement d'ailleurs qui n'a rien détruit de ce que je connaissais. Ces lieux sont reposants pour lesquels je suis sans mémoire, sans souvenirs personnels prêts à surgir au moindre pas.

J'ai peut-être vingt ans et j'arrive tout fraîchement dans un nouveau pays afin d'y faire ma vie, avec ma bonne santé et une foule de projets. L'avenir sourit.


Malotru


    Porte de Clichy sortie ligne 13, il y a trois portes lourdes que ceux qui grugent prennent à contre-sens assez facilement d'autant plus que de ce côté ne figurent aucun guichets, c'est une entrée "voyageurs avec billets" et un grand détour pour aller s'en procurer. 

Habituellement les types attendent qu'on passe et se faufilent avant que ça ne se referme. Mais là le type un vieux blanc portant beau pousse frontalement la femme frêle qui s'apprêtait à sortir, elle proteste, davantage par réflexe (il a dû lui faire mal en la bousculant) qu'autre chose, il l'engueule, Mais poussez-vous, je proteste pour elle C'est vous qui êtes du mauvais côté, il m'insulte en se gardant bien de franchir à nouveau la porte, la petite dame trottine rapidement hors de portée du quoi qu'il advienne et je n'ai pas que ça à faire dont je poursuis mon chemin.

Je trouve que les malotrus s'en tirent trop facilement. 

Après coup je me suis dit qu'entre elle et moi il avait sciemment choisi, probablement au gabarit, et sans doute à la perception que je n'étais pas du genre à me laisser facilement faire. Et je prends conscience que depuis que je pratique le triathlon je suis bien moins souvent victime des différentes formes de comportements discourtois qu'avant. 
Je suis sans doute aussi plus courtoise (moins épuisée, je cède ma place plus volontiers, plus forte je parviens à tenir les portes sauf quand je suis moi-même chargée, je peux aider à des montées et descentes d'escaliers). 
Le sport ne résout pas tout, mais comme la poésie, est d'un secours en tout.


Claude Pujade-Renaud chez Charybde

Rencontre Claude Pujade-Renaud

En réouvrant l'ordinateur de la librairie, tout à l'heure, je me suis aperçue que la veille en arrivant j'avais commencé un billet pour annoncer la rencontre du soir même avec Claude Pujade-Renaud à notre librairie. 
Mais j'ai eu tant à faire que les choses en étaient restées là : le titre et avoir téléchargée l'affiche de l'événement, ne pas même l'avoir déposée sur le billet esquissé. 

Du coup, c'est au lendemain que je complète le billet, cette fois-ci pour dire que la rencontre a eu lieu, que nous avons causé beaucoup de William Faulkner et un peu du travail de Claude, et que ce fut un grand honneur et un grand bonheur pour moi.

La photo a été prise par Nathalie (Peyrebonne) que je remercie parce qu'en plus elle me fait marrer, avec mes origines italiennes que je ne peux renier. 
(Mais bon quand je seras grande je voudras faire de la radio, pas de la télé, alors ça n'est pas grave si je cause avec les mains)


Paris sans voiture, la petite illusion

6219438709_f41bc6cf55_b

Ah que c'est beau Paris sans voitures !

 

Bon alors en vrai, non, cette photo je l'avais prise à Bruxelles le 17 septembre 2006, parce que pendant que les Français s'appliquent consciencieusement à continuer de polluer, nos voisins, eux ça fait plus de dix ans qu'ils ont des journées sans voitures et intégralement. 

C'était un de ces petits déplacements en TGV qu'on s'accordaient avec le fiston avant ses fatidiques douze ans : nous profitions d'un tarif merveilleusement réduit grâce à une carte annuelle pas trop coûteuse qui permettait de payer les trajets trois fois rien et pour l'enfant et pour un adulte qui l'accompagnait. Nous avions choisi le week-end en fonction je crois d'une compétition de pétanque du papa, c'était aussi une façon d'éviter un dimanche de pétanque-widow. Nous ignorions que nous allions débarquer lors d'un jour particulier. Nous étions arrivés tôt le matin dans une ville sous la brume et totalement silencieuse. Nous avions vite pigé, ça n'en demeurait pas moins magique. Des vélos partout. La brume en plus atténuait les sons. Je me souviens de toute cette journée comme d'un très beau rêve.

À Paris, onze ans plus tard, c'est peu dire qu'en vrai, ça n'a pas fonctionné tout à fait : 

 

PA012752[photo prise en bas des Champs Élysées ce dimanche 1er octobre à 11:28 ; et ça n'était pas un moment d'exception]

Nous nous étions dit, naïfs, Tiens si notre entraînement de vélo nous le faisions dans Paris intra-muros ? Puis, gourmands, tiens si l'on s'offrait la place de l'Étoile ?, Oh, et les Champs Élysées ?, Et la Concorde ? (1)  Et voilà qu'en fait nous avons tout juste croisé un peu moins de bagnoles - en plus que les un peu moins au lieu d'être respectueuses parce qu'elles étaient de trop, en profitaient d'autant plus pour foncer -, un peu plus de vélos (ça au moins c'était sympa, et puis comme ça on échangeait quelques mots, certains étaient exprès venus de grande banlieue, malgré le crachin qui ce dimanche persistait), même pas pu descendre les Champs Élysées qui à l'heure où nous voulions passer étaient interdits aux vélos même tenus à la main (2) et nous sommes faits renvoyer  PA012750

par les rues adjacentes. Les purs piétons quant à eux pouvaient passer mais au compte-goutte puisqu'à présent, ce que l'on peut comprendre au vu des événements des deux dernières années et qui semblent ne plus jamais devoir cesser (3).

Nous nous en sommes donc retournés après une petite boucle réduite à vitesse réduite aussi (puisqu'aussi gênés qu'un autre jour ou quasi) - au temps pour moi qui avais espéré passer saluer mes camarades qui effectuaient un dimanche d'ouverture à la librairie -

Capture d’écran 2017-10-01 à 12.38.39

un tantinet déçus, il faut bien l'avouer.

Comme l'écrivait un ami sur Twitter, ça n'était pas Paris sans voitures c'était Paris avec un petit peu moins de voitures. 

Sans arrêt dans notre circuit nous avons dû faire attention à la circulation comme un jour ordinaire. À aucun moment nous n'avons eu l'impression que la rue était rendue aux vélos et piétons. 

Il se trouve que je suis ressortie dans l'après-midi entre 14h et 16h30 et que la situation ne s'était guère améliorée (4). On aurait même dit que pas mal de gens, particulièrement des deux roues, qui avaient dans un premier temps fait l'effort, avaient fini par se dire, puisque c'est comme ça, moi aussi je prends mon véhicule. 

Au point que dans un reportage très pro-journée sans voitures, à plusieurs reprises (5), on voit les bagnoles dans l'arrière-plan pas si lointain. Ce qui n'est pas sans un léger effet comique puisque les personnes interrogées disent combien c'est formidable, Paris sans ces engins. 

Pendant ce temps ceux qui persistent à vouloir polluer (en oubliant qu'eux-mêmes vivent là et ont des poumons) hurlent leur colère sur les réseaux sociaux et insultent la maire de Paris, tout ça parce qu'on ose leur demander de faire preuve d'un peu d'intelligence et de civisme durant une journée.

Nous avons cependant fait une bonne petite balade que nous n'aurions pas tentée sans cette initiative, et dans une ville qui reste belle et qui malgré tout nous rend souvent heureux d'être là.

*                    *                     *

Rien à voir directement, mais il est difficile d'écrire quelques mots sur ce dimanche 1er octobre 2017, sans évoquer les nouvelles qui nous arrivaient de Catalogne par les réseaux surtout et un peu les infos au sujet du référendum sur l'indépendance que le pouvoir central de l'Espagne a déclaré illégal. Je n'ai pas d'opinion tranchée au sujet de l'indépendance de la Catalogne, je suis consciente de la complexité des enjeux et toujours un peu méfiante du combo (régionalismes, replis sur soi, glorification des traditions (lesquelles sont presque toujours ennemies du respect de la liberté des femmes)), méfiante également du côté oppressif des pouvoirs centraux. Il n'empêche que voir des gens pacifiques et non armés se faire tabasser par des forces dites de l'ordre qui s'efforcent de les empêcher d'aller voter est particulièrement révoltant et terrifiant. Je partage à tous points de vue Capture d’écran 2017-10-01 à 23.31.22

ce touite d'Attac France d'où l'image est tirée 

*                    *                    *

Enfin, impossible de clore ce billet sans évoquer la mémoire de Philippe Rahmy, dont l'annonce du décès survient via Le Temps, alors que m'apprêtais à éteindre l'ordi. Nous espérions l'inviter à la librairie, j'en avais parlé il y a dix jours avec l'un des ses éditeurs qui m'avait précisé qu'il faudrait que ça soit avant le 15 décembre ou après le 15 avril en raison de la résidence d'écriture prévue. Quelle tristesse.

Un bel article à son sujet dans La Tribune de Genève  

Son site, Rahmyfiction 

 Paris sans voitures paraît soudain d'une futilité méprisable. Mais sans doute que laisser le billet c'est aussi montrer à quel point l'annonce d'une mort peut être brutale, survenir alors que l'on relisait, un décès être inattendu et la peine éprouvée forte y compris pour quelqu'un qu'on avait tout au plus une et une seule fois croisé (mais son travail est inoubliable).

 

(1) Tous lieux de Paris où il n'est pas des plus agréables d'être un cycliste lors d'une quelconque journée

(2) Plus tard, j'ai appris qu'il s'était agi d'un défilé l'Oréal dans le cadre de la Fashion Week. Privatisation de l'espace public une fois de plus et de plus en plus. 

(3) Dans l'après-midi même à la gare Saint-Charles de Marseille un de ces pseudo-terroristes surtout bien cinglé tuera au couteau deux femmes qui avaient le malheur de passer par là. Désormais n'importe qui fait n'importe quoi en se croyant investi d'une mission divine de combat.

(4) Il était annoncé que la journée sans voitures c'était de 11h à 18h. J'en étais venu à me dire que puisque nous avions circulé au début de cette plage horaire, peut-être avions-nous essuyé les plâtres, le temps que les voitures soient vraiment mises à l'arrêt ou sorties.
(5) À 0'53" puis vers la fin

 


Que faire face à un homme qui a faim ?

 

    Pour la deuxième fois j'ai été aujourd'hui confrontée à un homme qui a faim, pas un de ces manchards professionnels dont on se demande pour quel mafia il bosse, non, quelqu'un de courtois, pas agressif, qui demande de l'aide. Et pour la deuxième fois je n'ai pas su aider, pas su quoi faire en fait.

La première c'était un jour d'hiver glacial porte de Clichy et l'homme ne parlait ni français ni anglais. En sortant du RER porte de Clichy j'avais raclé mes fonds de poches pour acheter du pain à ramener à la maison et j'ai mis trop longtemps à comprendre que l'homme aurait voulu que je lui en donnasse un bout. Je m'en veux encore. 

La seconde c'était aujourd'hui. Le gars vient à la librairie se présente comme un laveur de carreaux mais voilà depuis le début de l'après-midi il pleut sans arrêt et il me dit je n'ai pas pu travailler, et en fait j'ai faim, s'il vous plaît. Deux clients viennent d'entrer et je dois m'occuper de les servir ou conseiller. Nous allons avoir un auteur tout à l'heure et celui d'entre nous qui fait les courses pour avoir de quoi grignoter dans ces cas-là n'est pas là à ce moment précis n'est pas là. Il reste bien dans un coin je suppose quelques gâteaux secs et cacahuète d'une soirée d'avant, je dois bien avoir de la monnaie qui traîne dans une poche de mon sac dans la réserve, et il y a de l'argent, même si peu, dans la caisse (après tout je pourrais prélever de quoi lui offrir un sandwich puis tirer de l'argent le lendemain matin et rembourser jusqu'au moindre centime après avoir fait de la monnaie pour me payer mon propre repas), il y a aussi des pâtes au frigos à réchauffer pour mon déjeuner du lendemain, mais voilà je suis au travail, je n'ai rien en poche (littéralement, fors des mouchoirs et la clef) le reste n'est pas à moi quelque chose de cet ordre est ancré en moi, alors je dis en pensant que plus tard nous aurons effectivement de quoi grignoter et boire, Là je ne peux rien faire, mais peut-être si vous passez après. En plus que j'aurais pu lui donner de quoi se payer un sandwich à la boulangerie d'à côté, et parier sur la confiance qu'il vienne laver les vitres lorsque ça pourrait. Quelque chose me dit que cet homme était fiable.

Non mais comme je suis conne moi, des fois, formatée par la vie en ville, souvent volée - travailler au contact du public, inévitablement nous endurcit -, sollicitée comme tous entre dix et quinze fois par jour, ce qui finit (on ne peut pas donner à tous, et certains dans les transports nous interrompent en pleine lecture, en pleines pensées) par nous imperméabiliser. 

Et dans quel monde sommes-nous retombés pour que dans une ville comme Paris des humains valides et de bonne volonté soient là à crever la dalle, à errer, alors que l'opulence au fond y est ?


Une scène de film

 

    Je sortais, serrée par l'émotion d'une émouvante cérémonie de funérailles à la cathédrale arménienne Saint Jean Baptiste de Paris (émotion des retrouvailles avec d'anciens voisins, les amies d'enfance de notre fille, le décès inattendu de l'un d'eux, émotion de la cérémonie elle-même, les chants sont d'une beauté et d'une intensité qui appelle la conversion), lorsque sans doute vers la rue François 1er - je passais devant des lieux de souvenirs, une émission de radio à laquelle j'avais participé, une autre où un bien aimé avait été grâce à mon patron convié - j'ai été presque submergée par une vague étrange : une femme maigre aux jambes interminables mais petites (si, c'est possible) (silhouette de mannequin mais comme en miniature) accompagnée d'une autre aux proportions plus humaines, passait par là précédée d'une nuée de paparazzi. Je n'ai eu que le temps de me jeter sous un porche afin de laisser passer ce flot. 

La femme souriait, jouant le jeu comme si tel avait pour elle été le cas de toute éternité et les hommes (aucun photographe n'était femme) vocalisaient des sortes de directives dont il n'était pas clair de qui en était le destinataire (eux-mêmes, les deux femmes ou des collègues), "Prends du champ ! Prends du champ !) répétait l'un d'eux. Malheureusement aucun d'entre eux n'eut la bonne idée de héler la star par son prénom, ce qui fait que je n'ai pas la moindre idée de son identité. 

Son sourire était triste, elle aurait pu faire partie de notre assemblée de funérailles (1). 

Soudain la nuée était passée. Quelques quidams s'étaient retournés avec un sourire de sympathie, de bienveillance, presque d'encouragement.

C'était pour autant, La Dolce Vita made in Paris. Je suis ressortie de sous le porche en songeant que ça aurait fait une chiée belle scène de film, un personnage qui quitte des funérailles (dans un lieux impressionnant) et croise soudain, voilà, une star du moment avec les professionnels de son exploitation, toute consentante qu'elle soit. Je l'ai même imaginée filmé par Tarkovski, puis Desplechin, ou ils mettraient les caméra les montages possibles. Que ça serait chouette si dans l'histoire à ma place il se fût agi d'un personnage masculin que la vision de cette jeune femme particulière aurait ému bien plus que moi (bien sûr, dans le second cas Mathieu Amalric tiendrait ce rôle).

Ces imaginations soudaines ont très efficacement repoussé ma peine. Du moins provisoirement.

J'ai pu reprendre le chemin vers mon travail d'un pas moins pesant.  

 

(1) En écrivant ces mots j'ai eu une idée et je suis allée voir quelques images. En fait c'était elle, Ariana Grande.  

Lire la suite "Une scène de film" »


Librairie Charybde : on va commencer par faire la fête

18670787_1526595760724039_8015388982842811047_n

On va commencer par faire la fête, et vous êtes les bienvenus.

Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas, la librairie est là : 

Capture d’écran 2017-05-28 à 00.19.15

C'est non loin de la gare de Lyon ou du métro Reuilly Diderot. Si vous pouvez venir ça me fera plaisir de vous faire découvrir mon nouveau lieu de travail, et de nouvelles lectures.

[photo-montage par Hugues Robert à partir d'une photo prise par Marianne Loing à Arras le 1er mai 2016 ; je suis très touchée qu'ils aient tenu à fêter mon arrivée]

PS : Quant au petit chien il fut aimablement prêté par George Orwell (non, je rigole)