Une des choses qui a le plus évolué dans le monde depuis mon enfance


    Cet article du Parisien au sujet d'un homme qui a offert en cadeau de Noël à sa mère des paroles prononcées par la voix de son défunt père reconstituée par une IA, m'a confirmé si besoin en était, que l'une des choses qui a le plus changé depuis mon enfance, c'est la porosité des frontières entre la vie et la mort, en tout cas pour les êtres humains. 

Quand j'étais petite on naissait au jour de notre naissance et sauf cas médicaux alors fort rares, on mourrait au jour de notre mort.
Peu à peu on a commencé à avoir des images si précises des petits à naître qu'ils sont déjà presque là avant leur premier souffle. Par ailleurs la médecine a fait de telles avancées qu'on peut maintenir des corps très longtemps en vie dans des états végétatifs dont on ne sait vraiment de quels côtés ils sont.
Les voix, l'article en donne un exemple, sont désormais prolongeables. 
Lors d'un concert virtuel-réel du groupe Abba, j'ai pu constater combien on peut désormais donner l'illusion d'une présence telle qu'elle était à partir de celle qu'elle est devenue. 
Si la planète n'est pas bousillée avant, d'ici à une douzaine d'années nos chers disparus pourront revenir nous tenir compagnie. Et pas sous forme de zombies.

Ça coûtera cher.

Je me souviens d'un temps, celui de la génération de mes arrières arrières grands parents où d'un défunt, fors personne d'auguste lignée avec peintre officiel, après son décès il ne restait plus de trace de son image, ni de sa voix ; tout au plus ses outils, quelques objets. Puis on a pu conserver des traces photographiques. Des enregistrements audio (sur supports pour phonographes, plus tard bandes magnétiques puis cassettes, fichiers numériques désormais). Des films (Ah nos vieux super-8 !). 
Bientôt les plus aisés d'entre nous ne quitteront pas ce monde sans avoir préparé leur répliquant de réalité augmentée.

Si la bonne santé m'est donnée sur la durée et des circonstances extérieures pas trop insoutenables, j'avoue que je serais curieuse de voir un peu la suite. Même en n'étant pas dupe que le pire va forcément s'inviter auprès du meilleur qu'ouvriront ces possibilités.


Test qui confirme ce que je craignais (les colis)


D'ordinaire en tant qu'ancienne libraire d'encore il n'y a pas si longtemps, je fuis l'usage du géant de la commande en ligne devenu quasi-monopolistique pour certaines choses (mais pas les livres, pas en France, pas pour l'instant).
Je connais le circuit de distribution professionnel en ce pays et sais attendre mes commandes de livres patiemment.

Seulement voilà, Le Fiston, ô miracle, se met à la lecture. Comme il voyage un peu, du moins ces temps derniers, le voilà avec des requêtes d'ouvrages jointes à des délais - il a cherché lundi un livre précis pour ce vendredi qu'il souhaitait emporter lors d'un trajet -. Comme l'ouvrage me disait bien pour découvrir moi aussi, qu'il existait en poche et qu'il était de ceux semi classiques dans leur genre qui ne sont ni introuvables ni disponibles partout, j'ai décidé d'en profiter pour faire un test.

J'ai écarté (pardon les amies) l'achat en librairie : si je le leur commandais lundi soir, la commande aurait lieu mardi matin, l'ouvrage arriverait jeudi ou vendredi et ça aurait pu être jouable sauf qu'en raison de mon emploi je n'allais pas disposer du temps matériel de passer à la boutique lors de leurs heures d'ouverture. Je n'ai pas un job où l'on peut se dire, je pars plus tôt un jour, je rattraperai après, ou bien j'arrive plus tard un matin. On peut bien sûr en obtenir l'autorisation, nos responsables sont compréhensifs mais il faut quémander, justifier, et que le motif soit jugé digne de faveur accordée.

Alors j'ai passé trois commandes : une chez le grand machin honnis, une chez un moyen gros machin mais parisien avec ses entrepôts en banlieue et la dernière d'occasion.
Force est de constater que le grand machin en terme de délais l'a emporté haut la main malgré ma non disponibilité à la réception et ensuite la non disponibilité du voisin au même moment que moi (lequel voisin avait gentiment récupéré le petit colis). J + 2 en pratique (qui aurait fait du J + 1 si j'avais été en télétravail par exemple). Le moyen gros machin m'a servie en J + 4 (via un Colissimo, expédié à J + 2) et à l'heure où j'écris je n'ai pas reçu l'exemplaire d'occasion.

C'est un peu triste, j'ai ce sentiment qu'on ne peut pas lutter et que plus nos emplois sont lourds et nos contraintes précises, plus on participe qu'on le veuille ou non, au quasi-monopole déjà présent.
Il est clair que le fait que la poste ne soit plus un service public dont on pouvait vanter l'excellence (avant que les restrictions de budget et les obligations de profitabilité de s'en mêlent, ainsi que la fin de métiers avec une tradition de conscience professionnelle) y contribue.
Il est à noter que les systèmes de relais colis, s'ils sont économiques, ne sont pas nécessairement les plus efficaces et à moins de pick-up stations accessibles à larges horaires, présentent les mêmes contraintes qu'aller commander en boutique. Ça manque un peu de relais colis où l'on aurait plaisir à aller, il y a peut-être un créneau à prendre, le relais colis chic avec accueil aux petits oignons et colis qui donnent l'impression d'avoir été choyés et non balancés, entassés, jetés.

 


Une attribution

(venerdi)


Le numéro qui m'a été attribué pour mon téléfonino de secours (l'ancien appareil, que je souhaite conserver lorsque je ne veux pas m'encombrer) m'offre ce qui pourrait être un bon début de polar.

Il a visiblement été réattribué très vite et des personnes continuent près d'un mois plus tard à tenter de contacter son ancienne titulaire.
Je connais son prénom, l'existence d'une nièce sympathique, sa région (1) et depuis quelques jours le fait qu'elle loue un ou des appartements. Je sais qu'elle va bien ou du moins assez bien pour faire des achats : les SMS avec codes de confirmation me parviennent parfois, car elle n'a pas dû saisir son nouveau numéro partout.
Je m'efforce scrupuleusement d'alerter ceux qui daignent laisser un message, sur le fait que ce dernier n'est pas parvenu à la bonne destinataire même s'ils avaient utilisé à la base le bon numéro.

D'un point de vue romanesque, c'est une mine d'idées (on pourrait par exemple (ce n'est pas le cas ici, je n'ai affaire qu'à des gens courtois, un tantinet décontenancés) imaginer un changement de numéro précipité pour quitter des personnes insistantes et plein de développements possibles partant de là.

Je l'ai peut-être déjà écrit mais il peut être utile (et surprenant) de  savoir que le délai minimal de réattribution d'un numéro de téléphone mobile n'est que de 3 à 6 mois et peut même se réduire à 2 en cas de pénurie (2).

 

 

(1) Via des publicités reçues par SMS venant de boutiques où elle a l'habitude de faire des achats.

(2) Je ne serais pas étonnée si tel était le cas ici.


Vie moderne, petit gag (livraison)

 

    Tandis que l'un des candidats à la mairie de Paris a des tracas de punaises de lit, nous hébergeons toujours des mites. Elles prennent leur dû assez sauvagement sur nos lainages, malgré différents type de dissuasions. 

Récemment mon "pull bleu marine classique" des occasions où il faut être habillée chaudement, discrètement et classiquement a morflé. Au même titre que "la petite robe noire épurée" c'est une base de ma garde-robe. Je me suis donc mise en quête d'un successeur. Sur l'indication d'un ami et par la grâce des soldes, j'ai pu m'en acheter un, solide, dont j'espère qu'il me durera loin. Comme je n'avais jusqu'à cette semaine que peu de temps disponible, je suis passé par l'internet via le site dédié de la marque. Il me semble que je contribue moins à tuer le commerce ce faisant qu'en passant par les sites de ventes en quasi monopole permanent.

Leur type d'envoi était par défaut le colissimo (1).

Comme souvent une fois que j'ai fait quelque chose qui était devant être fait, et qui est utile mais sans grande urgence ni vitale importance, je passe à la suite et je remets à zéro le coin de mon cerveau qui me fait office de mémoire tampon.

Je n'ai donc pas fait le lien lorsqu'à 9h30 ce matin mon téléphone a sonné indiquant un appel en "numéro privé", que l'appelant a laissé un message (2), qu'il s'agissait de colissimo pour une livraison au nom de "Levallois triathlon", qu'il rappelait dans 2 minutes. 

Je me suis préparée à descendre (3), tout en me demandant pourquoi diable je recevais une livraison directement. En ce moment nous récupérons nos tenues - commandes collectives prises en charge pour l'organisation par un membre du club avec toutes les complications que ça entraîne, un vrai boulot, mais chacun paie sa tenue -, et il reste les trifonctions qui n'ont pas été livrées. J'ai donc supposé qu'il s'agissait de cela.

Le livreur a rappelé très ponctuellement, je suis descendue, il est rapidement apparu, sans doute après s'être garé plus loin dans l'avenue, nous avons plaisanté sur l'intitulé, je lui avais dit qu'effectivement j'étais du club, il m'a dit Oh je vous reconnais, je viens souvent livrer pour vous, ce qui m'a laissée perplexe (4), mais je me suis dit, Tiens, un peu de stabilité dans le boulot, c'est bien. 

Puis il a filé vers d'autres aventures, et j'ai ouvert le paquet, textile, oui, mais trop lourd pour être une trifonction. 

C'était le pull. Impeccable.

J'ai alors pigé : lorsque j'avais renseigné mon adresse, le navigateur m'avait proposé ses infos par défauts qui avaient rempli les cases lorsque j'avais cliqué ou tapé sur la touche "Entrée". Elles avaient dû être extraites d'une récente inscription à une course. Je n'avais pas prêté attention au fait que mon nom avait été subrepticement remplacé par celui de mon club de sport.

Voilà comment de nos jours on peut se faire très rapidement rebaptiser.

 

(1) service postal pour les paquets en ce début des années 20 (du XXIème siècle, comptage chrétien)
(2) Depuis un moment déjà j'ai pris l'habitude de ne pas répondre dans ces cas-là : des arnaques téléphoniques utilisent ce biais et qui répond peut se trouver surfacturé. Et plus fréquemment ce sont des appels de prospection commerciale et je trouve anormal d'être ainsi dérangée. Je laisse donc sonner. Si l'appel est sérieux, la personne laisse un message et je rappelle rapidement.
(3) L'interphone ne fonctionne pas très bien et par ailleurs aux livreurs, toujours pressés, ça fait gagner du temps. 
(4) Je reçois souvent des livres, certes, ma directement dans la boîte à lettres. Peu de commandes en dehors de ça.


Petit bilan au débotté de deux mois de vélotaf

J'avais donc un CDD de deux mois situé à une douzaine de kilomètres de mon domicile, avec un tiers du trajet qui une fois trouvé les bonnes pistes ou voies cyclables pouvait être un plaisir. 

Depuis 2007 et les premiers Vélibs je vélotafe régulièrement. Du temps de l'"Usine", comme disait Marie, je faisais souvent les trajets de retour à Vélib et l'aller en transports en commun - trop d'aléas sinon : trouver un vélib, pouvoir le raccrocher -. Ensuite un ami et une amie nous ont donné chacun un vélo qui ne leur servait plus et l'homme de la maison et moi avons pu faire le choix, quand le travail comportait un emplacement où l'on pouvait laisser le vélo sans se le faire voler, de faire les trajets à vélo.

Il n'empêche que pour diverses raisons (entraînements de natation le matin, soirée littéraire ou de radio prévue après, lectures à faire ...) je continuais à utiliser pour au moins la moitié des jours travaillés les transports en commun. La grève forte et persistante m'a amener à utiliser le vélo en exclusivité. J'ai senti le moment de bascule où j'étais à ce point organisée et entraînée que je ne me posais même plus la question des métros existants. 

Il y a un coût à utiliser la bicyclette pour aller travailler. Il ne faut pas croire que c'est gratuit. 

Au début de mon contrat j'ai dû faire réviser l'un des deux vélos, comme suite à une crevaison que j'avais réparée moi-même antérieurement sans parvenir à tout bien réinstaller et resserrer. Il avait d'autres problèmes dus à son âge respectable et le fait d'avoir mal remis ci ou ça les rendaient flagrants. Le deuxième vélo m'a alors été très utile, même si j'ai découvert à cette occasion qu'il y avait un problème sur lui également. À mesure de l'usage, je deviens plus exigeante quant à certains équipements, dont les lumières. Ce qui me paraissait bien suffisant à mes débuts ne me convient plus. Entre autre parce que je suis passée lorsque j'ai travaillé à Houilles et empruntais le chemin le long de la Seine, de "lumières pour être vue", à nécessité de "lumières pour y voir". De plus certaines loupiotes que j'avais acquises à mes débuts sont arrivées en fin de vie. Certaines demandaient à être rechargées trop souvent pour une durée d'utilisation de plus en plus courte. 

J'ai également eu des frais de pompes (celles qui gonflent les chambres à air, pas les chaussures). Une malédiction faisant que je n'ai que rarement dans mon sac celle qui correspond au modèle de valve dont le vélo est équipé. Pour un peu, et même si je me vois mal dans le rôle du méchant voisin, j'aurais l'impression d'être victime de blagues à la Amélie Poulain (sourire).

Sur les deux dernières semaines, j'ai vu Karma Pschitt trois fois malgré qu'il s'agit de VTT avec les pneus ad hoc. La première crevaison fut un pschitt de dessin animé, d'un seul coup le pneu avant à plat. Heureusement à moins de deux kilomètres du boulot. J'ai donc fini en marchant et confié le tracas à un professionnel du quartier dès la pause déjeuner. Il a bien examiné le pneu, retiré un morceau de verre (ou de plexiglass ?) effilé. Et tout bien re-réglé. Joie, car un souci de "tourner pas rond" avait disparu par la même occasion. Las, deux jours plus tard, même problème, loin cette fois. Et ma tentative de résolution par bombe gonflante de dépanage fut un fiasco. Finir en marchant, arriver en retard (1)  retourner sur la pause déj' chez le réparateur. Tomber bien sûr sur quelqu'un d'autre et repayer plein pot. Avec cette fois-ci un pneu neuf car l'ancien était quand même un peu en fin de vie et que je supputais que du verre résiduel était la cause de la nouvelle crevaison. Quatre jours tout bien et au matin alors que je pars travailler, je trouve à nouveau le pneu à plat. Le vélo second a été de toute utilité (2). Au lendemain je suis allée chez le vélociste de mon club de triathlon lequel a en plus de changer une nouvelle fois la chambre à air, rajouté un fond de jante. Bilan de tout ça : 51 € de dépenses (les uns font payer d'un côté la réparation de l'autre la chambre à air, les autres établissent un forfait, mais l'un dans l'autre ça fait 17 € hors changement de pneu). 

Après cette différente manip' et un sympathique re-réglage de freins, pour une raison que j'ignore le "tourner pas rond" est réapparu.

Bref, le fait de vélotafer possède aussi ses inconvénients.

Concernant la sécurité, disons qu'alors que je roule prudemment et m'abstiens de donner de leçon à quiconque - je ne proteste qu'en cas de réel danger, sinon je m'adapte ; et je considère que ceux que je croise ne respecteront pas le code de la route -, j'ai au moins une frayeur par jour quand ça n'est pas une par trajets. Sur la plupart (ouverture de porte sans précaution, doublage en serrant et queue de poisson ...) je suis aguerrie et anticipe assez, mais on est toujours surpris : des demi-tours ou marches arrières intempestives par exemple. La dernière semaine aura été un festival de marches-arrière intempestives, d'ailleurs. Comme si un virus s'était répandu.

Je n'ai pas eu trop de tracas avec les conducteurs de scooters, pas cette fois. Un ou deux m'ont même laissé le passage. Bon, ils squattent les sas vélo mais si j'ai la place de me mettre à côté, ça va.

Ces derniers sont de plus en plus respectés par les automobilistes, de même que le fait de laisser sur la droite aux feux rouges un espace pour passer. J'ai même eu la surprise à Neuilly qui n'est pas vélo-friendly alors que ça pourrait être une ville aux pistes cyclables merveilleuses, de constater que des automobilistes laissaient une marge pour les vélos aux feux sans que rien au sol ne soit dessiné. 
D'avoir circulé tous les jours travaillés m'a rendue consciente que les sas vélos avaient également une forte utilité respiratoire. Certains jours, alors que je n'ai pas été enrhumée, j'avais le nez qui coulait, les yeux qui pleuraient et une toux persistante comme si j'étais quelqu'un qui fumait. Être pendant plusieurs minutes derrières des véhicules à moteur dont les engins continuent de tourner et qui t'envoient leur fumée de redémarrage en pleine tête, a des effets immédiats.  

Il m'aura fallu environ deux semaines pour trouver les trajets optimaux : sécurité maximale et tronçons avec bonheur de circuler + ne pas non plus faire trop de détours. J'essaie aussi en tant que gauchère qui a du mal à lâcher le guidon de cette main-là d'éviter un maximum les "tourne-à-gauche" dangereux. 

J'ai eu des moments magnifiques (croiser deux paons dans le bois, un cheval, quelques mésanges un jour de temps doux), d'autres heureux (croiser mes ami·e·s de club qui s'entraînaient). Au bout du compte ma montre a enregistré 903,21 km parcourus ; ce qui est sans doute légèrement en dessous de la réalité. Un site de simulation m'a permis de calculer que ça ferait un budget de 90 € pour une voiture à essence moyenne. C'est toujours ça de pollution et de dépenses en moins.

Et si en ce premier dimanche sans semaine travaillée à la suite, je me sens bien fatiguée (le travail y entre aussi pour beaucoup), je sens bien que ma condition physique a continué à s'améliorer du fait même de cette pratique quotidienne.

 

(1) Je prévois toujours une marge, elle a été engloutie dans la marche et 12 minutes de plus.

(2) Je sais réparer mais lentement et en ne remontant pas toujours très bien ; or il fallait filer au travail.

 


Cauchemar cycliste (avec heureusement de bonnes pistes par endroit, pour souffler)

Capture d’écran 2020-01-02 à 23.42.35

Ce soir je me rendais de la librairie où je travaille en ce mois de janvier (Les mots et les choses) à Boulogne Billancourt, jusqu'à l'orée de la place Constantin Pecqueur à Montmartre.

J'avais choisi de profiter des bidirs peu fréquentées qui longent le Bois de Boulogne et malgré deux gros nœuds de circulation pour les atteindre (1), c'était assez agréable.

Ça se gâtait après vers l'avenue Foch puis celle qui mène aux Ternes : des voitures dans tous les sens et certains qui se mettaient en double voire triple file avec d'aucuns qui se mettent en warning puis redémarrent sans les enlever et d'autres qui n'indiquent même pas qu'ils sont pour un moment à l'arrêt. Compte tenu du trafic, chaque dépassement était une mise en danger. Et heureusement j'ai eu affaire à des gens plutôt civilisés qui voyant une cycliste au milieu de cette pagaille, s'efforçait de lui laisser de quoi se faufiler. Y compris des scooters, eux-mêmes pas franchement à la fête. 

Ensuite splendide piste le long du parc Monceau, de quoi reprendre des forces ; puis la piste centrale vers Rome, hélas mal indiquée aux carrefours. Et puis la folie, certes peu surprenante, mais finalement à ce demander pourquoi ceux qui aiment faire des sports extrêmes vont dans des spots lointains, de la place Clichy. On se retrouve au milieu de flux croisés à se demander Mais où étais-je censée passer ?
Et la galère n'est pas terminée, il convient ensuite de survivre au franchissement du cimetière de Montmartre par la rue Caulaincourt : barrières métalliques d'un côté et les voitures qui serrent de l'autre parce que ce n'est pas si large, qu'il y a un monde fou en face et qu'elles n'ont pas vraiment le choix. Et en plus en montée lorsque l'on vient de la place Clichy.

Je crois que la circulation était particulièrement foutraque ce soir, grèves, pluie plus tôt, peut-être conséquences indirectes et ultérieures de manifs dont je n'ai découvert l'existence via Twitter qu'en rentrant. Il n'empêche, je déconseille cet itinéraire aux cyclistes urbains débutants. Et, à part des mal garés, j'ai eu la chance de ne croiser aucun comportement de bagnolard : les conductrices et conducteurs faisaient ce qu'ils pouvaient et faisaient plutôt gaffe. Rien à leur reprocher, si ce n'est leur trop grand nombre.

Paris est en plein mutation cyclable. On a de belles pistes dans certains endroits désormais, un réel effort a été fait. Le hic c'est qu'il manque cruellement la continuité aux points névralgiques, certains carrefours semblent sans solutions alors que précisément ce sont dans de tels endroits qu'on aurait le plus besoin d'un parcours spécifique (mais pas trop absurde si possible) et protégé.

À part ça j'ai passé une super soirée. Mais c'est une autre histoire.

 

(1) Je ne sais par exemple toujours pas passer la Porte de Saint Cloud autrement qu'en passant en mode Super-piéton, le vélo à la main.

PS : Il faudrait vraiment que je m'équipe pour filmer mes trajets et apprenne à le faire.

PS' : La vitesse indiquée inclu les arrêts à de longs feux et des moments piétons pour des carrefours inextricables ou trop dangereux. 


Des accidents potentiels mais un plaisir inentamé

 

    Les trajets de #Vélotaf étaient très tranquilles aujourd'hui : pas ou peu de circulation et ce matin un bon soleil. Il n'empêche que par deux fois des accidents ont failli avoir lieu juste derrière moi.

Le premier était dans une rue moyenne à double sens de circulation et sans piste cyclable. Il y avait des travaux qui rétrecissaient la chaussée du côté opposé au mien. Deux voitures du coup ne pouvaient plus se croiser et une voiture face à un vélo si mais si la voiture venant en face serrait bien sa droite le long des palissades de chantier. Je vois un taxi arriver face à moi, bien pressé. Par prudence je ralentis : ça va passer mais juste. Et c'est alors qu'une trottinette électrique qui me suivait sans que je le sache (silencieuse) trouvant que je n'allais plus assez vite a décidé de me doubler. Le taxi a ralenti et s'est mis à serrer sa droite, mais il ne s'en est pas fallu de beaucoup.

Le second était à un carrefour entre Neuilly et Boulogne qui combine feux rouges et rond point. Le feu était rouge d'où je venais, une voiture me suivait bien arrêtée comme moi. Une cycliste est passée venant de l'arrière, sans même ralentir, hop dans le rond-point avec quelques véhicules qui y circulaient, heureusement à vitesse si modérée qu'ils ont pu freiner. Elle disposait d'un vélo de ville, ça n'était pas quelqu'un en mode sport qui, j'en connais, parviennent à se faufiler dans une tête d'épingle et peuvent parfois tenter des trucs qui aux autres ne pardonneraient pas. Elle semblait simplement parfaitement inconsciente du danger, voire même de l'existence d'un carrefour. Je précise qu'elle ne tournait pas à droite et qu'il n'y avait pas non plus un tout droit possible sans danger. Elle a vraiment tout grillé et traversé pour aller en face vers la gauche en se comportant comme si elle était un véhicule prioritaire avec la sirène activée.

Sinon, bien sûr kyrielle de véhicules en arrêts avec warning sur les pistes cyclables ; certains les considèrent vraiment comme des sortes de bandes d'arrêts temporaires. Je suis suffisamment aguerrie pour me glisser dans le flux des véhicules qui déboîtent, mais il n'empêche qu'au lieu de pouvoir rouler à bonne vitesse sur une piste cyclable dégagée on doit ralentir, se méfier, relancer après.
Et toujours beaucoup d'automobilistes qui semblent avoir peur d'user leurs clignotants. Mais ce comportement gêne aussi leurs congénères. 

Plusieurs voitures à l'aller comme au retour m'ont accordé des Allez-y passez, de courtoisie ce qui fait toujours plaisir (par exemple aux endroits de priorités à droite mais la voiture voit qu'on est sur notre élan alors la conductrice ou le conducteur fait signe). Et un scooter qui a reculé pour me laisser accès à un tourne-à-droite (il était lui-même gêné par une voiture mal garée sauf que j'avais la place s'il se poussait de passer). Je suis toujours très sensible à ses signes encourageants.

Je me suis aperçue que j'ai franchi la barre de me préoccuper des grèves. Je vais bosser à vélo et puis c'est tout. 

C'est particulièrement appréciable le soir, j'arrive à la maison la journée de boulot déjà loin (même si c'est un bon travail, il requiert de l'attention et de la concentration et de la force physique), concentrée sur tout autre chose, les jambes défatiguées (le pédalage détend bien de la station debout et des piétinements), fin prête pour apprécier pleinement mon petit bout de soirée.

 


Un trajet différent

Capture d’écran 2019-12-27 à 23.22.52

Depuis un moment je souhaitais essayer le retour par la belle bidir qui longe la Seine rive droite, voie Georges Pompidou, quitte à rallonger un peu le kilométrage afin d'éviter et la place de l'Étoile et la montée du Troca.

Ce soir, temps doux, pas de pluie, bonne journée de travail à un rythme normal qui me laissait un peu d'énergie avec en plus le passage d'une amie du triathlon venue exprès se fournir là où je travaillais, c'était le bon moment pour tenter.

Mon trajet de retour boulot correspond au "retour" sur la video de Bilook que j'ai mise en lien. Les travaux depuis sont terminés.

C'est un vrai plaisir que de pouvoir se lancer enfin quelque part à bonne vitesse (1). Seul inconvénient : la file ininterrompue des voitures voisines nous font largement profiter de la production suffocante de leurs pots d'échappements. 

J'ai été surprise par la hauteur de la Seine, que pourtant depuis notre entraînement de dimanche je savais en crue. La voie sur berge sera sans doute bientôt neutralisée, ce qui doit être assez habituel en janvier. Surprise aussi par la présence de très nombreuses mouettes. Comme elles se tenaient sur la rambarde, totalement indifférentes aux passages pourtant fréquents et très voisins, des vélos, ça avait un petit côté "Les oiseaux". Elles étaient si proches qu'à un moment je pouvais percevoir l'aspect duveuteux de certaines plumes. Cela dit, leur présence pressante n'était désagréable qu'en raison de mon penchant cinéphile. Et pas au point de faire peur, vraiment pas.

Avoir la Tour Eiffel en ligne de mire, surtout la nuit, est un ravissement.

Malheureusement, cette piste est difficile à atteindre lorsque l'on vient de Boulogne, à un endroit je me suis même demandée tellement ça fait autoroute urbaine, si j'avais le droit de passer à vélo. Alors que j'hésitais, un vélib m'a doublée puis un livreur à vélo, je me suis dit OK. Quand à hauteur de la tour TF1 la bidir est apparue je me suis sentie soulagée.

L'autre extrêmité pose également problème, on se retrouve en mono-dir sur le trottoir, la piste est mal entretenue - il y a de vrais nids de poules - et vers la Tour Eiffel les touristes, on aurait du mal à leur en vouloir, occupent toute la largeur de ce qui ressemble quand même avant tout à un trottoir, afin de se prendre en photo devant le symbole de Paris. 

Je me suis retrouvée place du pont de l'Alma à ne pas trop savoir comment faire pour m'engager vers une rue de gauche, d'autant plus qu'il y a une sorte de bras d'accès pour les bus qui est munie d'un panneau stipulant interdit aux vélos. 

Ensuite j'ai retrouvé rapidement les parages de la première librairie où j'avais travaillé, Livre Sterling, ce qui comme je ne m'y étais pas mentalement préparée m'a valu un solide coup de blues (2) ; les aménagements cyclables incomplets n'y étaient cette fois pour rien.

J'ai vu aussi pour la première fois je crois, les installations cheap qui ont remplacées les solides fontaines du Rond Point des Champs Élysées. Est-ce que quelqu'un les trouve belles ? Je pense, à leur allure, que la première tempête climatique ou sociale un peu conséquente les remettra en question ; à moins que ce ne soient que des installations provisoires, ce qui expliquerait qu'elles semblent si légères. Que sont devenues les anciennes fontaines ?

Comme par là-dessus un car "V.I.C." (quelle est cette société ?) archipolluant et suffocant m'a accompagnée hélas tout un morceau de trajet que j'accomplissais dans le XVIIème pour remonter vers Levallois, c'est peu dire que ma fin d'itinéraire de retour du taf fut moyennement satisfaisante.

Au moins je suis rentrée sans encombres, ni frayeurs majeures.  C'est déjà ça.  

Pour l'instant mon meilleur itinéraire reste celui axé sur la route de la Longue Queue et l'allée de l'Espérance puis dans Boulogne la rue de Silly : à la fois direct et le plus agréable et sur. 

Mais j'ai sans doute quelques autres trajets à tenter. 

 

(1) Les trois quarts du temps lors de mes trajets dans Paris je roule très en dessous de mes capacités, pour simple raison de sécurité.

(2) À l'époque entre soucis pécuniers et tracas pour la santé de ma fille et quelques autres tourments, ma vie n'était pas si facile, il n'empêche que professionnellement c'était le bonheur, aux difficultés économiques de l'entreprise près. Mais quelle belle aventure ! 

 

 


Bécassine béate, plus que jamais

 

    Comme souvent le mercredi soir, l'émission de radio Côté papier mais pas seulement que j'anime sur la Radio Cause Commune me provoque un regain d'énergie, parfois mâtiné d'agacement lorsque je ne suis pas satisfaite de ma prestation, mais quoi qu'il en soit l'énergie est là.

Ce soir n'a pas dérogé à la règle. Et en pénétrant au retour dans l'appartement, j'ai immédiatement senti que mes forces, mises à mal par un solide surmenage depuis septembre, revenaient.

Au moment même où je me disais, Quand même, la radio, quel bon dopant, j'ai posé une main sur un des radiateurs le temps d'effectuer avec l'autre un geste pour me déchausser.

Il était chaud. 

Le chauffage collectif dans l'immeuble venait enfin d'être allumé pour la saison hivernale.

C'était simplement le fait que le logis avait cessé d'être froid et humide qui m'avait apporté cette bouffée d'énergie et de bon moral, ce bienfait.

(la radio un peu aussi, mais moins que ma bécassine-béatitude native ne me l'avait fait croire) 


Un œil gonflé et l'autre non (essai cosmétique)

 

    Mon temps désormais est très organisé. Aussi ce lundi était mon seul jour possible pour l'achat d'un cadeau d'anniversaire prochain. 

Une de mes idées était un produit de soin, je m'en suis donc allée voir vers une boutique dans laquelle j'avais acheté un produit qui me semblait de bon ton, il y a quelques années. 

Sauf qu'entre temps la vente est devenue carrément aggressive pro-active et qu'il était impossible que je m'en retourne avec un simple flacon, les vendeuses avaient visiblement pour consignes de faire tester ci et ça. 

Il n'y a pas si longtemps j'aurais décliné l'offre, avec courtoisie mais fermeté. Seulement l'expérience professionnelle en boutiques que je possède désormais me laissait à penser que les jeunes femmes avaient probablement un objectif de ventes à atteindre. Et de nos jours on stimule plus rarement la vente par des incitations (primes éventuelles) que par des blâmes face aux "attentes non réalisées". Alors je me suis laissée faire, tout en avertissant qu'il y avait peu de chance que j'entreprenne un achat supplémentaire. Mais au moins la jeune femme pouvait cocher la case "essai effectué". 

Au vu de mon âge, elle n'a eu de cesse que de tenter de me refourguer proposer un machin anti-rides ou cernes plissés. Elle a donc avec mon accord et de sa part un joli savoir faire - son application à tout bien faire était touchante - traité un de mes dessous d'œil avec produit 1 magique puis produit 2 magique de soin. Mes yeux au naturel sont cernés en creux sombres et ridés, ce qui est normal à mon âge. Alors je peux confirmer, un des deux produits est à effet immédiat. Et ça faisait frais (pas désagréable). Seulement du coup je me suis retrouvée avec un œil poché. J'imagine que le principe de ces produits est de combler les rides par gonflement. Et que ma peau, peu habituée à être traitée a réagi particulièrement fort. Au bout du compte le résultat était plutôt pire que les cernes en creux. 

J'ai décliné l'offre, préférant mes rides creuses, et très amusée par la démonstration qui avait un effet inverse à celui de créer l'impulsion d'achat. 

Et puis même si j'ai pris une recharge d'autre chose - un produit que je connaissais déjà -, j'ai carrément changé d'idée de cadeau. Trop vouloir vendre casse des ventes, parfois.