Cahier du jour, déconfinement jour 70 : Grande grande belle balade à vélo, Paris et Vincennes

déconfinement officiel 1 jour 97

 

20200815_103521    Réveil en deux temps, vers 6h (j'ai commencé à me lever vraiment, faire un brin de toilette et me laver les dents), la suite vers 8h après un doux rendors. Je me sentais en forme, ça n'était pas désagréable, sinon que j'avais cru pouvoir lire et en fait non.

Ce qui devait au départ être une balade dans Paris, pour faire découvrir à JF entre autre la belle bidir de la rive gauche s'est transformé en près de 50 km finalement avec pas mal de Bois de Vincennes inside, dépannage d'une cycliste (qui a obligeamment mis son masque en voyant que j'en portais un), deux tours sur l'anneau de course de ce Bois (en bien meilleur état que celui du Bois de Boulogne m'a-t-il semblé) Fullsizeoutput_1b8c

JF à la pétanque tandis qu'après une brève collation, je passais une après-midi de récupération (both bike and work) au lit à dormir en regardant des vidéos (celles d'un gars dont je connaissais le père, tournées avec humour, dont j'avais déjà vu certaines quand il m'en avait parlé autrefois ; d'autres sur les Beatles (George Harrison, Brian Esptein ...)).
Entre fatigue sportive à écluser, souvenirs (re)devenus doux, et sujets qui m'intéressaient, j'ai eu un long moment absorbé si profondément en d'autres temps que j'en avais totalement oublié la pandémie. 
Je ne suis pas dans la crainte, ou du moins elle reste raisonnable, absolument pas dans l'obsession, seulement la conscience de la période que nous traversons me quitte très rarement. C'était donc assez bienvenu cette petite fenêtre de pure déconnexion.

Dîner de plats à emporter l'Indien que JF, rentré de la pétanque puis des courses (1) essentiellement pour son club, a cru avoir commandé par téléphone mais en fait il s'était gouré (je n'ai pas tout compris, parfois c'est mieux ainsi)
fin de soirée d'écritures quotidiennes et suite des vidéos et j'espère lecture de The Beatles tune in

 
Capture d’écran 2020-08-15 à 14.49.21

(1) Tenter de le dissuader de faire des course un dimanche ou jour férié est vain, j'ai déjà essayé. 

 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
21 563 610 cas (dont : 767 335 morts (172 487 morts aux USA) et 14 273 791 guéris

Capture d’écran 2020-08-15 à 23.50.51

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 56 : Une très très belle rando vélo

Déconfinement officiel 1 jour 83

 

Inspirée par un trajet vu chez @BillokVT, un thread sur Twitter il y a un moment, qui m'avait donné envie d'aller revoir Maisons-Laffitte, Conflans-Sainte-Honorine et de longer puisque ça semblait possible, les boucles de Seine, j'ai entrainé JF dans une grande belle randonnée vélo avec les deux VTT, jusqu'à Conflans-Sainte-Honorine (70 km en tout), aller par le chemin long de la Seine #Vélotaf de Sacrip'Anne, puis Maisons Laffitte gagnée à partir du pont de Bezons, retour le long de la Seine, inspiré par
Rentrés vers 18h ou 18h30 (le temps que je lave les vélos), temps calme, pendant que JF avait filé à la pétanque, mais une soirée trop courte (dormilu / "Inconstance des souvenirs tropicaux" de Nathalie Peyrebonne), je n'étais pas trop capable d'écrire, même si le corps n'était pas douloureux des efforts fournis. 

JF le râleur semblait même heureux, et n'a demandé inutilement son chemin à quelqu'un qu'une seule fois (1). Et c'est vrai qu'on aurait encore une journée de vacances, ce à quoi avait contribué le tout petit restaurant italien bord de Seine, que nous avions trouvé. Si nous n'y avions pas porté nos masques entre les moments de boire et manger, nous aurions totalement oublié l'épidémie.

 

(1) As usual je savais où l'on était - mon hésitation portait seulement sur l'accessibilité vélo -. 

PS : Pas eu le temps de suivre les statistiques de l'épidémie.

 

 

Capture d’écran 2020-08-01 à 18.37.40
Capture d’écran 2020-08-01 à 18.37.40


Cahier du jour, déconfinement jour 52 : une vieille chanson de JJG (clin d'œil mais pas que)

Déconfinement officiel 1 jour 79

 

Un de mes amis est parti sur l'idée plutôt jolie de revisiter les succès musicaux des semaines de son anniversaire année après année. Je la trouve intéressante. Au passage, j'ai vu ou revu (1) la vidéo de la chanson Sache que je de Jean-Jacques Goldman (Joachim et Anne (S), si vous passez par là, rappelez-moi que j'ai quelque chose à vous dire à ce sujet qui pourrait vous faire rigoler). Elle date de 1997, l'année où mon conjoint fut sérieusement malade et lui si faible après, et moi si seule avec les enfants alors 2 et 7 ans, mes débuts comme choriste en octobre 1997 pour planche de salut - il allait mieux et m'avait concédé une soirée par semaine en plus des cours de danse du samedi après-midi -. Plus tard à l'été 1998, l'une des plus belles périodes de ma vie, quatre semaines de congés payés - un chef formidable comme j'en ai rarement eu m'avait poussé à les prendre, Il faut faire un vrai break pour récupérer -, dont deux et demi passées à vivre la vie d'une musicienne, une chanteuse de chorale, des répétitions - concerts au Zénith et comme j'étais heureuse à travailler comme ça. J'avais la sensation de faire enfin un vrai travail.
Jean-Jacques Goldman faisait partie de ceux qui participaient aux concerts et je me souviens de sa discrétion et de son efficacité. Yvan Cassar était impressionnant aussi. L'art de changer la perception d'un air, en modifiant presque rien, ou ce que l'on croyait presque rien.
À part ça, cette rétrospective est un peu frappante pour moi, de quasiment chaque année correspondant à ma vie d'adulte ce qui me revient en repère ce sont des coups durs (horreurs générales comme en 2001 ou 2015, maladies graves des proches, galères de boulot et de manque d'argent, deuils et ruptures subies). 
Et si, après tout, je devenais fière d'être parvenue, sauf en 2006, à tout traverser sans m'effondrer et en maintenant une vie à peu près normale pour les enfants ? Ne reste d'anormal que l'état de l'appartement. Deux années de paix pourraient suffire à le remettre d'équerre. J'ai été efficace pendant le confinement, pour la petite maison.

Que dire d'une journée intense de boulot quand il n'est pas question d'évoquer le boulot en tant que tel ? Je sors progressivement de la période de pure formation en tentant de soulager mes collègues d'une part de travail, c'est stimulant mais je finis fatiguée (de concentration, d'efforts d'apprentissage).
Globalement, il me semble que les libraires, contrairement à des années normales où elles et ils peuvent un peu souffler de mi-juillet à mi-août et enfin lire pour préparer la rentrée, n'ont pas dételé. En particulier l'épidémie a apporté un surcroît de boulot à tous les étages (administratifs, réorganisations, devoir écluser ce qui s'est trouvé totalement désorganisé (le système de livraisons), entrée forcée à fond dans une part de ventes numériques (2) ...) et même si à présent une part de leur clientèle est en vacances, il y a un retard fou à écluser et des dossiers de demandes d'aides à remplir. 
Je suppose que c'est le cas pour d'autres commerces aussi, seulement je ne parle que de ce que je constate directement à échanger avec les principaux et principales intéressé·e·s.
 
Un déjeuner vite fait dans la salle de l'entreprise prévue à cet effet : j'avais un reste de la veille qui m'attendait au réfrigérateur collectif. Je me demande si nous ne sommes pas au bord de nouvelles restrictions qui rendront à nouveau ce type de facilités quotidiennes indisponibles. 
 
Deux trajets #Vélotaf pour une fois sans dangers particuliers, ou du moins pas de dangers impossibles à anticiper ; j'ai ainsi fait le super-piéton pour traverser les Champs Élysées au niveau du Rond-Point : des véhicules d'urgence ou de répression avaient traversé au moment où c'était vert pour ma direction. Dès lors c'était à la fois dangereux de rester sur place alors que le feu n'avait pas fini d'être vert et dangereux de passer car le temps restant n'était, pour un vélo, pas suffisant. 
Trajet aller : à présent parfait (je maîtrise la bonne distance entre plaisir et efficacité et chemins pas trop dangereux)
Trajet retour : encore du boulot pour la partie une fois passé le Rond-Point des Champs Élysées. Je me suis retrouvée à descendre la part de la rue de Rome de Chaptal vers Pont Cardinet qui est diablement dangereuses (frôlements d'un côté, portières de l'autre)
 
Soirée calme, l'un rentre tard du boulot et d'avoir fait quelques courses, et s'endort vite, l'autre monte se coucher tôt. Un message reçu me donne bon moral.
Le fait que le stage oulipien date d'il y a 11 ans, me laisse ébahie. Photos prises par Dom Moreau par ici.
 
 
 
Capture d’écran 2020-07-28 à 21.05.08
Capture d’écran 2020-07-28 à 21.05.08
 
(1) Je suis restée de très nombreuses années sans télévision ou sans la regarder, ce qui fait qu'il m'est fréquent de découvrir vingt à quarante ans plus tard des vidéos d'airs que je connaissais.
(2) Sachez que vous pouvez acheter des livres numériques auprès de votre libraire, dès lors qu'il dispose d'un site où d'une place sur un site où ils sont également proposés. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
16 868 479 cas (dont : 661 952 morts (152 114 morts aux USA) et 10 431 413 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 51 : Un trajet magique un autre moitié manqué (et une solide journée de boulot in between)

Déconfinement officiel 1 jour 78

Très beau temps d'été mais fortes rafales de vent sur le trajet de retour 

Capture d’écran 2020-07-27 à 22.58.25

Aller - retour en #Vélotaf, donc. Avec l'aller heureux (j'ai eu la chance de croiser un gars super en fixie blanc et orange qui m'a fait le chemin tout au long du boulevard Raspail, on s'est salué à Denfert mais je n'ai pas pu le remercier comme il convenait (ni lui expliquer que si je n'avais pris aucun relais c'est qu'il allait quand même un cran plus vite que moi qui pouvait suivre mais guère davantage) et le retour mitigé (optimal jusqu'au Rond Point des Champs Élysées puis peu raté, pas trouvé de bonne solution pour la partie nord de mon trajet et failli me manger (avec une trottinettiste qui me suivait de près) une portière droite de la part du passager d'un conducteur qui s'était littéralement arrêté en plein milieu d'une large rue (mais j'étais sur mes gardes et j'avais bien ralenti donc j'ai pu freiner, seulement la trottinette a eu peur aussi))

Journée de boulot avec un faux rythme difficile  être en stand-by et puis soudain bouffées de demandes, et hélas aucune que je ne puisse traiter en toute autonomie ; j'en suis au stade où je peux débroussailler une demande pour qu'un·e collègue plus expérimenté·e puisse ensuite la traiter sans perdre de temps ; mais guère davantage.

soirée calme : bref échange avec le Fiston on WhatsApp au sujet de l'épidémie qui a nouveau enfle, notre fille décide de se coucher tôt elle doit débuter à 7h le lendemain (1)  ; lessive (la lancer, plus tard l'étendre) ; rattrapage Garmin, qui semble réparé ; écritures du quotidien ;  LT du TG de Rai News 24 présenté par Riccardo Cavaliere => et hop il est déjà minuit passée et je n'ai rien fait de ce que j'escomptais.

J'oubliais : bouffée de courrier dont l'envoi date du 2 juillet en région parisienne. Heureusement aucune facture, mais visiblement quelque chose n'est pas rentré dans l'ordre depuis le déconfinement. Parmi les documents : le programme du Rutebeuf, pour le mois de juillet, jusqu'au 28. Il ne m'en restait plus qu'une journée.

J'ai cru comprendre que ma carte de chercheur à la BNF était devenue pendant le confinement un Pass Chercheur valable jusqu'en novembre. Je crois en conséquence que plutôt que de me précipiter sur les lieux à ce qui aurait dû être ma date prochaine de renouvellement, je vais continuer d'attendre un peu avant que d'y retourner, malgré l'envie que j'en ai. 

En fait, face au risque épidémique persistant alors qu'on a repris le chemin du travail lorsqu'on en a un, deux attitudes principales : 
- se dire qu'on court plein de risques (les transports, le lieu de travail, les courses à faire ...), alors il n'y a pas de raison qu'on se prive des moments festifs ou conviviaux ; 
- se dire qu'on court plein de risques (les transports, le lieu de travail, les courses à faire ...), alors ça suffit bien, inutile d'en prendre davantage ; et donc éviter toute sortie peuplée superflue. 

Je suis bien d'accord avec Maître Pandaï et fais partie de la seconde catégorie (restons prudents, pas de risques superflus) : 

Capture d’écran 2020-07-27 à 21.49.53

 

Capture d’écran 2020-07-27 à 21.25.12
Capture d’écran 2020-07-27 à 21.25.12

(1) Je le note ici pour elle pour le cas où elle aurait à retrouver la date de cette journée aux horaires particuliers.

 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
16 601 552 cas (dont : 655 214 morts (150 275 morts aux USA) et 10 202 257 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 48 : une journée bien dosée

Déconfinement officiel 1 jour 75

 

Fullsizeoutput_1b61    Une journée de boulot encadrée par deux trajets #Vélotaf l'aller classique assez direct (à présent que je sais par où passer more safe and soundly dans Montrouge) et le retour via la porte de Vanves, la bidir mais seulement de là, et des essais vers la fin (un peu ratés, me suis retrouvée à Levallois et à passer sur le trottoir sous le périph afin d'éviter le pont du chemin de fer en travaux). J'ai pris le temps de m'arrêter prendre quelques photos, street art mostly (vers la Porte Didot).
Donc une journée de boulot sur des sujets variés et en binômes avec différents collègues selon eux. 
coupée par un déjeuner dans le local du 4ème de truc de traiteur asiatique à emporter (gag : je me dis j'évite le Thaï Box il faut bien changer et finalement je prends la presque même chose dans un chinois parisien).
Une soirée à deux - mais comme nous sommes vieux (et fatigués par nos semaines respectives de boulot), nous n'en profitons qu'un peu -. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
15 847 504 cas (dont : 639 949 morts (148 184 morts aux USA) et 9 651 159 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 47 : 2 kg de courgettes, ça se transporte bien [à vélo] mais ça leste un peu

Déconfinement officiel 1 jour 74

 

Trajet aller à vélo (trouvé la voie adéquate pour entrer dans Montrouge sans passer par les carrefours dangereux porte d'Orléans)
Encore une journée agréable au boulot, bien équilibrée entre suivre les autres et prendre en charge des tickets. J'aime bien la fluidité qui règne, par moment sur une question épineuse, deux personnes se mettent ensemble, par moment trois autres pour une autre demande, par moment tout le monde au téléphone, par moment tout le monde studieux en train de résoudre des cas qui demandent un moment de recherche. 
Pendant ce temps le Fiston faisait ses débuts en parapente sur une colline, seul. C'est rétrospectivement pour la mère que je suis, un brin flippant.
20200723_175745 Retour délicieux, lestée par 2 kg de courgettes offertes par C. et R., des vraies. Joli crochet rue Hervé Guibert et vaste crochet pour éviter la montée vers Villiers. Je retrouve la "vieille" piste cyclable le long du périph entre Porte d'Asnières et Porte de Clichy. Je passais par là en 2007 à vélib, triste de la disparition de V.  Peut-être que j'ai cessé d'y passer parce que c'était devenu en chantier (ça l'est encore, sur une portion, mais à vélo on peut passer sur le côté). 
Une soirée calme : j'ai cuisiné les courgettes qui ont mijoté longuement, et l'Homme est allé s'occuper de la Mercedes de JM. L'attachement qu'il semble développer pour ce vieux véhicule polluant au fauteuil passager étrangement aplati me reste mystérieux.  

Site de la montre de sport  en rade depuis le matin : pas pu relever mes trajets #Vélotaf
J'espère que ça sera possible un peu plus tard car le trajet de retour était intéressant. J'aime procéder ainsi : je tente des variantes sous l'inspiration du moment et la densité de la circulation et regarde ensuite par où finalement j'étais passée. 

J'ai découvert (ce que tout le monde savait peut-être déjà) que Robert Doisneau vivait tout près de mon lieu de travail, de l'autre côté du pâté de maison. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
15 553 588 cas (dont : 633 498 morts (147 073 morts aux USA) et 9 468 696 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour déconfinement jour 33 : une bonne petite vie de journée

Déconfinement officiel 1 jour 60

 

Partir au boulot en RER, heureusement prévoir large (j'avais eu le RER C de 8h09 Porte de Clichy) car le RER B avait des problèmes, accident voyageur était-il dit (je me suis demandé si c'était en lien de près ou de loin avec l'épidémie). 
journée de boulot intense, puisque j'en suis aux premiers tickets donc tout me prend des recherches et du temps. 
Ce midi nous sommes allés au Yum, restaurant chinois avec un plat de nouilles glacées comportant des vrais glaçons dedans. Pourquoi pas ?
Retour à vélo avec escale chez le kiné en quittant 1h plus tôt (1). Chemin du retour pas mal avec un bout de Rivélo mais quelques jonctions hasardeuses (dont un ou deux passages en super-piéton comme dirait @Bilook
douce soirée mais bien courte, avec une lessive qui étrangement n'a pas démarrée et une préparation de rangement que je n'ai pu terminer (il fallait que j'aille me coucher).

Quelques videos de Blow Up dont une avec un extrait de Vincent n'a pas d'écailles, histoire de me détendre vraiment.

Nous nous posons des questions sur la suite de l'épidémie dans l'ensemble et sommes nombreux à penser qu'à l'automne reviendra sans doute une période de reconfinement. Que ça sera également à l'automne que les conséquences économiques, que l'épidémie soit derrière nous ou pas encore, se feront réellement sentir. Les garde-fous mis en place dans des différents pays européens, ont pour l'instant amorti la chute. 
 
(1) Semaine de 39 h, merci monsieur Mitterrand.
 
Capture d’écran 2020-07-09 à 22.23.27
Capture d’écran 2020-07-09 à 22.23.27

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
12 360 540 cas (dont : 556 287 morts (135 671 morts aux USA) et 7 168 719 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Chroniques du déconfinement jour 26 : rentrer "tôt"

Déconfinement officiel 1 jour 53

 

    Partir au travail par le RER C de 08:15 (puis RER B jusqu'à Laplace)
Bonne journée de boulot, avec des moments vifs - il y a un chouette côté sur le pont pour faire face à des problèmes techniques -. J'aime toutefois bien, le jeudi, finir une heure plus tôt (en l'occurrence 17h30), même si je finis souvent 20 minutes plus tard que l'heure théorique (1). Gros coup de pompe en début d'après-midi - il faut vraiment que je trouve une solution pour un temp de repos de 10 minutes - puis je me suis sentie bien.
déjeuner de thaï pris dans un petit square après un saut au "Bonheur" où j'ai acheté un livre chinois ("La Chine d'en bas") et commandé le bouquin de Claire Duvivier, que je n'avais pas trouvé la veille chez les amies (sans doute déjà vendu) où d'autres titres m'ont saisie.
Capture d’écran 2020-07-02 à 19.32.00 Retour via la bidir de la porte de Vannes, le pont des Invalides et le parc Monceau mais après pas encore trouvé le trajet idéal. 
Chouette soirée en famille (moins le fiston, forcément, mais nous nous sommes causés, il était triste de la mort d'un streamer, grand maître de WOW en son temps, Reckful (suicide après épuisement et rupture amoureuse dirait-on))

J'avais hâte de retrouver la suite des documentaires sur les Beatles et de au moins lire un peu de l'Auberge des blogueurs

Pas suivi les infos si ce n'est la nouvelle de l'arrestation de Ghislaine Maxwell, dont j'ai découvert grâce à MGZALLP, la saga familiale. Effet de l'âge ou de l'épidémie ? : j'éprouve un réel besoin de me replonger dans les années 60 et 70, j'y trouve grand plaisir, j'ai des mémoires qui me reviennent. Au fond les sujets (Beatles ou Maxwell family ou il y a quelques temps les Royals) ne sont que les supports d'un intérêt grandissant pour "leur" temps.

 

(1) Personne ne m'y contraint. Je me vois simplement mal planter là une question en cours, et quelqu'un qui m'explique.

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
10 938 991 cas (dont : 521 784 morts (131 357 morts aux USA) et 6 114 006 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Chroniques du déconfinement jour 24 : Traverser Paris par temps d'un moment agité

Déconfinement officiel 1 jour 51

 

Pour mon vélo abîmé par l'automobiliste distrait, j'avais donc finalement pris rendez-vous chez Cyclofix ce qui réglait le problème de devoir pousser le vélo jusque chez un réparateurs (en plus que mes habituels étaient surbookés). Quelqu'un de chez eux est donc passé à 9h30 pour le vélo "de Fabien", super ponctuel, super efficace, donnant envie de consentir à ses propositions d'amélioration du biclou ; je l'ai donc laissé remplacer les freins. 
Un voisin en a profité pour venir se renseigner, c'était assez marrant en fait.
Comme nous nous y attendions, il devra revenir avec la roue qu'il faut. Mais d'être déjà dans le circuit m'a permis d'obtenir un rendez-vous du soir ne nécessitant pas congé.
Ensuite j'ai eu droit à une matinée tranquille, et si bienvenue de fait, avant une après-midi de boulot encadrée par deux trajets #Vélotaf (avec l'autre vélo, celui "d'Alice" (qui sert en général à JF) 
En milieu fin de matinée il y avait eu une alerte terroriste à La Défense, laquelle s'est soldée par du rien (fausse alerte ? des gens avaient dit avoir vu un type lourdement armé). Ce qui fait que lorsqu'en partant, heureusement bien en avance (13h11), j'ai croisé une circulation de dingue, totalement anarchique du fait d'escortes officielles, de groupes de véhicules "administration pénitentiaires", de déploiement de forces de l'ordre, d'avoir croisé les voltigeurs (qui donnent l'impression que les Hell's Angels sont des petits gars tout choux), ai renoncé à toute fantaisie d'itinéraire et mis 1h10 en temps réel (pour 50 minutes en mouvement). Et je me demandais vraiment ce qui était en cours, si ce branle-bas de combat était en lien avec l'alerte du matin. 
Une de mes collègues m'a indiqué quand je lui ai fait part de ma perplexité un tantinet secouée qu'il s'agissait d'une manif de soignants.   
 
En revanche le trajet de retour à un taxi indélicat près (mais j'avais anticipé) fut une belle expérimentation, avec deux bidir de rêve (celle de Vannes et celle de la rive gauche). Quelques améliorations et se sera bon. Je souhaitais éviter le retour par Levallois compte tenu des travaux sous le pont ferroviaire qui rend le passage particulièrement dangereux. Le tracas reste les jonctions.
une soirée douce et productive (j'ai beaucoup à faire, en fait)
 
Capture d’écran 2020-06-30 à 21.34.11
Capture d’écran 2020-06-30 à 21.34.11

J'ai écouté les infos de Rai News 24 mais sans les LT, j'étais occupée à écrire et il n'y avait rien d'extraordinaire, plus d'Europe qu'aux infos française, clairement, et toujours beaucoup de sujets relatifs au Covid-19 mais l'épidémie poursuit lentement sa décrue, on pourrait croire que bientôt la vie pourra reprendre sans tout le lot des précautions. 

Pris le temps de voyager dans les années 60 en regardant encore un bout de documentaire Beatles (1) 
Claude m'a proposé un Montfort, j'étais toute heureuse, plus particulièrement par le fait qu'elle fasse encore des projets. 
 
(1) Understanding Lennon / McCartney vol 1 : together

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
10 509 683 cas (dont : 510 926 morts (129 192 morts aux USA) et 5 728 924 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Chroniques du déconfinement jour 16 : Bref accident de circulation

Déconfinement officiel 1 jour 43

Capture d’écran 2020-06-22 à 22.20.11 Capture d’écran 2020-06-22 à 22.20.11 Capture d’écran 2020-06-22 à 22.20.11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

partir au boulot à vélo, me faire renverser porte d'Asnières, revenir changer de vélo, repartir bosser. Arriver à 10h35 au lieu de 9h30 prévues.

pas grand chose à dire de ce stupide accrochage auquel je ne suis tellement pour rien que je n'ai aucun regret : 

Porte d'Asnières au moment de tourner vers la gauche lorsqu'on arrive dans Paris le feu est vert pour les deux sens perpendiculaires aux voies de tram. Nous sommes donc plusieurs à attendre alors qu'il est vert pour nous que ceux qui viennent de notre droite aient fini de passer. Il se trouve que je suis devant de façon "native" pas en m'étant faufilée, mais simplement parce que j'étais la première. Et je suis dans la droite ligne des tracés vélos au sol. 
Au moment où la circulation se tarit venant de notre droite, je m'élance et une voiture arrivée entre temps derrière moi et qui attendait tout pareil s'élance aussi, sans avoir vu que j'existais ou bien en ayant anticipé un démarrage aussi rapide que celui d'un véhicule motorisé - pourtant je n'ai pas traîné j'étais au taquet -. Résultat : exactement le même que si lorsqu'on marche on vous fait un croche-pied par derrière. Je n'ai rien vu venir, rien entendu, me suis retrouvée par terre sans avoir eu le temps de dire ouf. 


Capture d’écran 2020-06-23 à 01.40.55Bizarrement ma fréquence cardiaque n'a pas bondi, au contraire. Sur le graphique c'est au début quand elle plonge. 


Je me suis relevée aussi vite que possible et je nous ai vite mis à l'abri sur le trottoir le plus proche mon vélo et moi, car ça redémarrait au carrefour comme si de rien n'était. Personne ne s'est arrêté, sauf l'automobiliste lui-même mais si brièvement que le temps que je me retourne arrivée sur le trottoir il avait littéralement disparu. Ce qui fait qu'aussi étrange que ça puisse paraître, il s'est à la fois excusé et enfui. 
J'ai vaguement conscience qu'un homme jeune sur un vélo ou une trottinette, peut-être un livreur d'ailleurs, m'a demandé si ça allait. Mais sans s'attarder. Je le revois vaguement consulter son téléphone et filer. Peut-être un livreur qui attendait là une course et voulait bien se préoccuper mais pas davantage que d'être appelé pour la suivante ?

Il me reste : belle voiture anglaise de luxe à l'allure old-school. Vert sombre. Conducteur habillé très élégamment, sa veste de costume avait un élément de chic mais j'ai oublié quoi. Il m'a semblé que les plaques d'immatriculation étaient bleu ciel (mais ça n'était pas des chiffres et lettres inhabituels).

Le hic c'est que le vélo qui semblait entier, comme moi, avait en fait un vrai tracas, la roue arrière voilée au point que les freins l'enserraient. Avec mon petit "couteau suisse de cycliste" je suis parvenue à les démonter (ou quasi) ce qui permettait à défaut de pouvoir monter dessus de pouvoir le pousser en le faisant rouler. J'ai tenté de joindre en vain cyclofix (1). 

C'est décidé, ma première paie, je m'achèterai de quoi filmer. Par sécurité au moins rétrospective.

Journée de boulot plutôt sympa malgré ce piètre démarrage. Grâce aussi à la compréhension qui m'a été accordée et à la collègue auprès de laquelle j'étais aujourd'hui formée (je suis un peu chaque jour avec une personne différente ce qui me permet de voir toute la gamme des problèmes qui se posent) ; journée agréablement coupée par un déjeuner sandwich boulangerie pris dans un parc voisin en compagnie d'une autre collègue dont c'était aussi l'heure de pause. 

Dans la série c'était pas mon jour : des chèques déjeuner m'ont été distribués dès ce matin, en avance sur ce qu'on m'avait annoncé, soit dit en passant. Et donc je me dis Chic alors je peux en profiter. Or à la boulangerie la jeune femme a refusé de me faire un avoir. Alors qu'elle venait (certes de mauvaise grâce) d'en accorder un à la collègue qui me précédait. Comme nous n'avons qu'une heure de temps, je n'ai pas voulu faire d'histoire, ai sorti ma carte bancaire et puis basta. 

Du boulot je suis passée chez Simone, c'était chouette de la retrouver même si nous étions masquées.
Rentrer ensuite assez directement, de qui revenait à couper Paris du sud au nord-ouest, c'était chouette aussi la traversée de Paris au soleil couchant. 
Et que l'Homme qui ignorait tout de ma mésaventure, ait pris en charge le dîner et préparé une délicieuse omelette était top également.
La soirée, en revanche, est passée sans que je sache où. Je n'ai même pas suivi les infos. Ah si, j'ai vaguement tenté de reconnaître le modèle de voiture qui m'avait renversée.
Ce qui est très étrange c'est l'absence absolue de peur (ni sur le coup ni rétroactive ; je me dis juste heureusement que ceux venant dans l'autre sens (que je n'ai pas vus) ce sont arrêtés) et de sentiment. Je ne lui en veux même pas à ce type. Il avait l'air embêté, sincèrement. Mais il n'a pas été correct, il a ensuite filé. Je crois que j'étais un peu sonnée, j'étais concentrée sur le plus urgent, de se mettre hors de la circulation, puis voir si le vélo ça allait, et zut alors la roue arrière était coincée. Prévenir le boulot. Chercher un réparateur. Ne pas en trouver. Comment faire pour aller au travail quand même ? Une sorte d'hyper-pragmatisme calme qui a fait que je n'éprouvais rien, qu'un vaste Zut alors tous les réparateurs sont surbookés en ce moment ! compensé par un Bon sang comme j'ai bien fait de m'occuper du vélo jaune la semaine d'avant !

Je n'ai averti que Le Fiston car il venait aux nouvelles, en mode Bon courage pour ton boulot, passe une bonne journée, alors j'ai répondu que son début était moyennement bien engagé (mais l'ai rassuré, à peine le coude un brin égratigné, et le genou gauche ; je suis parvenue à tomber avec assez de souplesse et sans mettre en avant les mains mais en roulant de côté, comme il convient (à force de voir les makings of de Fabio Wibmer, il y a des trucs qui s'intègrent). 


(1) finalement suis parvenue en soirée à obtenir un créneau mardi prochain au matin.

 

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
9 176 722 cas (dont : 473 421 morts (122 596 morts aux USA) et 4 903 995 guéris)

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs