Conduite à tenir en cas de morsure


Coïncidence ou effet des tensions actuelles (des animaux domestiques plus nerveux, des propriétaires eux-mêmes tendus et moins attentifs ?), deux cyclistes que je connais ont été mordus la semaine passée par des chiens qu'ils croisaient.
Je leur souhaite bon et rapide rétablissement, ayant appris par la même occasion que, lorsque la morsure n'est pas superficielle, et même sans complications, le retour en forme peut prendre un assez long moment.
 

    
Voici à toutes fins utiles un petit récapitulatif, rassemblé à cette occasion, sur les chose à faire en cas de morsure :
 
 
Du point de vue médical

Dans le cas d’une morsure « superficielle » :

- nettoyez immédiatement la plaie à l’eau et au savon en faisant couler l'eau abondamment,
- éliminez les corps étrangers s’il y en a (cheveu, dent, saleté…),
- rincez très abondamment,
- séchez,
- appliquez une solution antiseptique,
- couvrez la plaie avec un pansement stérile,
- prenez ou donnez à la personne blessée un antalgique de type paracétamol en cas de douleur.
- Puis chaque jour, désinfectez la plaie et surveillez son aspect. Prenez votre température. 
- En cas de saignement, comprimez la plaie à l’aide d’un linge propre et surélevez, si possible, le membre qui saigne. Si le saignement persiste ou est abondant, contactez les urgences.

Bon à savoir : si la plaie (morsure ou autre type de blessure d’ailleurs) se situe au bras ou à la main, enlevez bagues, montres..etc …pour éviter tout problème en cas de gonflement.
 

Consultez votre médecin traitant ou allez au service des urgences, lorsque :

- la morsure est située aux mains, aux pieds ou près d’une articulation 

- la plaie vous paraît profonde quelle que soit sa localisation ;

- la blessure est souillée par des corps étrangers et vous ne parvenez pas à les retirer ;

- la morsure a été causée par un chat : le risque infectieux est très important 

- la plaie s’infecte : l'infection apparaît en général, 24 heures après une morsure de chien, plus tôt après une morsure de chat. Elle se caractérise par des douleurs, une rougeur, un gonflement et un écoulement purulent au niveau de la plaie et éventuellement l'apparition d'une fièvre.
 
Dans tous les cas, il est important de s’assurer d’être à jour du vaccin contre les tétanos. Les urgences peuvent faire un test sérologique en cas de doute et au besoin, faire un vaccin express.
Le propriétaire de l'animal est censé pouvoir nous informer de la vaccination contre la rage de son animal (carnet vaccinal).
En cas de doutes, le médecin peut prescrire des antibiotiques pour éviter tout risque d’infection.
 
Il faut éviter de prendre des anti-inflammatoires (sauf prescription médicale dans certains cas précis). Ils pourraient provoquer, à tout le moins masquer, une sur-infection.
 
 
Du point de vue administratif et légal
 
Le propriétaire ou le détenteur du chien lors de l’événement est civilement responsable des dommages causés par l'animal, c'est-à-dire qu'il doit indemniser la victime des dommages qu’elle a subis.

Le propriétaire ou le détenteur du chien doit faire immédiatement une déclaration de sinistre auprès de son assureur habitation. Il doit indiquer avec précision les circonstances de l'événement : date, lieu, coordonnées de la victime et des témoins.

De votre côté, il faudra fournir les infos du propriétaire du chien à votre assurance afin que celle-ci puisse se mettre en contact avec l’assurance du propriétaire pour que vous soyez indemnisé des conséquences de la morsure.

Si le propriétaire du chien ne peut pas être identifié ou s'il n'est pas assuré, la victime peut saisir le tribunal judiciaire compétent en matière de réparation des dommages corporels.

Si l'accident est dû à une négligence de la part du propriétaire ou du détenteur du chien, la victime peut porter plainte. Dans ce cas le mieux est également de faire constater ses blessures par l’UMJ (unité médico judiciaire). Le policier saisissant votre plainte pourra vous expliquer comment faire.

Dans ce cas, il convient d’expliquer le contexte au médecin qui vous soignera à l’hôpital afin qu'il établisse un certificat médical précisant la nature et l’étendue de vos blessures. 
 

Ce sont des conseils dont on espère en les partageant, qu'ils ne serviront pas.
 

Sérénité saturée

(mercoledi)

J'ai été saisie par une sorte de double saturation, de travail (salarié) et d'informations (la situation en Ukraine disent les médias mainstream, singeant le mot anglais emprunté au français, mais dans l'acception anglo-saxonne). Alors j'ai fini la journée dans une absolue sérénité puisque d'être certaine malgré tous les efforts que je pourrais faire de ne pouvoir assumer la charge de travail qui se présentait, et d'être lucide sur mon absolue impuissance quant aux velléités guerrières des grands de ce monde, m'a ôté toute pression. 

N'y pouvant rien, me restait pour seule option de conserver mon calme et tant que possible ma santé.

Capture d’écran 2022-02-23 à 21.48.11   Alors je suis rentrée à Vélib au gré d'une belle balade dans Paris, des rues inhabituelles, un bout de Champs (Élysées), un moment de récréation utile puisqu'au bout du compte j'étais chez moi.

En vitesse, constate mon Fiston, auquel je relatais ma séance de la veille, petits sprints en côtes, je vaux 1/30 ème d'Ingebrigtsen (Jakob). Ce fut mon sourire dans un jour si sérieux.

 

La pandémie se calme même si dans ma TL (mais plus tellement dans ma vie) je vois passer de nouveaux cas. Des enfants, en particuliers, tombent malades et certains violemment. En revanche des profs constatent, stupéfaits, qu'iels se retrouvent à nouveau avec des classes en entiers.

Je lis grâce à Erika un bon roman historique sur la nuit du 4 août. Un tantinet trop bien troussé, et benoîtement lyrique mais c'est rafraîchissant. 


I know there's something going on

(lunedi)

La journée de travail était intense avec des moments de travail collectifs, et il n'y avait pas un seul instant pour voir autre chose. 
J'ai choisi de rentrer à Vélib (électrique, j'étais très fatiguée) et comme je traverse tout Paris du sud au nord, sans avoir consulté la moindre info j'ai su qu'un cran de plus vers l'escalade guerrière entre Russie et Occident partant du conflit en Ukraine.

Des gens chics et hâtifs traversant n'importe comment vers le VIII ème arrondissement dont une dame qui a quasiment sauté sous mes roues, hors de tout passage piéton, supposant sans doute qu'elle était reconnaissable et que j'allais m'arrêter (j'ai calmement esquivé, il était de toutes façons trop tard pour que je freine). De groupes de piétons voisinés lors de feux rouges, j'ai entendu des mots "Russie" et une femme au téléphone vers le parc Monceau semblait donner des ordres brefs et précis desquels les mots "passeports" "Russes" étaient distinguables.

Rue de Messines devant l'ambassade d'Equateur, une double file de taxi. Alors bien sûr peut-être qu'il y avait un événement particulier ce soir, rien à voir. Seulement une sorte de nervosité générale était palpable.

20220221_223544    Lire en rentrant que Vladimir Poutine venait de reconnaître l'indépendance des territoires séparatistes de l'Est de l'Ukraine ne m'a donc surprise en rien.  D'autant plus que je m'attendais à ce qu'il attende précisément la fin de la trêve olympique pour avancer d'un cran.

Il n'en demeure pas moins que je continue à ne pas comprendre : 
Pourquoi maintenant ?
à plus d'un titre ;

côté russe pourquoi avoir débuté une nouvelle offensive de prétextes belliqueux pile en cette fin d'hiver (la fin d'hiver, OK mais pourquoi cette année ?) ;

côté américain pourquoi avoir décidé de réagir à présent alors qu'il y avait déjà eu la Crimée et la guerre dans le Donbass sans que ça émeuve grand monde à part les cinéphiles voyant effarés et légèrement perplexes les films Ukrainiens décrivant une vie en temps de guerre.

N'auraient-ils pas pu attendre la fin réelle de la pandémie ?
Craignaient-ils à ce point l'ennui ?

Il me manque d'un côté comme de l'autre des éléments de compréhension, qui sont peut-être simplement des informations qui auront été communiquées au grand public en des jours où je suis tombée de sommeil en rentrant du boulot qui avait englouti ma journée.

 

À Codogno ils datent d'il y a exactement deux ans (le 21/02/2020 ore 17:00) le moment où la réanimatrice Annalisa Malara a envoyé d'urgence le patient Mattia Maestri (1) à l'hôpital à Pavie pour analyses plus poussées malgré qu'il ne revenait pas de Chine et n'avait a priori eu aucun contact avec des personnes qui en revenaient, du moins à ce qu'il en savait.

Il y a déjà une série télé sur les premiers soignants, sur Codogno, sur leur héroïsme. À ce moment-là, beaucoup de soignantes et soignants ont payé de leurs vies d'avoir pris soins de ces malades porteurs d'un virus mortel dont alors aucun vaccin ne pouvait protéger.

 

(1) ou alors le moment où il a été déclaré Covid +, grâce à son initiative à elle de le faire tester malgré tout.

PS : Les beaucoup plus de 20 ans auront reconnu ce titre de Frida, qui n'a rien à voir avec la situation internationale mais voilà, en passant devant les files de taxis et en raison des deux phrases clefs 

I know there's something going on
I know it won't be long

a déclenché le #JukeBoxFou de dedans ma tête. 


Cahier du jour, couvre-feu 4 jour 31 - confinement 3 jour 31 - confinement 3 bis jour 17 : un nouveau cas voisin

(lunedi)

20210419_143251   Partir bosser à vélo, vélo de Fabien tout retapé tout bien ; temps très beau mais très frais (4°c environ). Je savoure mon trajet.

Journée de boulot commencée rude, puis bon an mal an, j'ai avancé.
 
Mauvaise nouvelle : encore quelqu'un que j'ai côtoyé et qui est atteint du Covid_19 à son tour ; plus tard dans la journée je découvre que la maladie s'était déclarée dès le jeudi. Comme je n'étais pas cas contact (1),  je ne l'avais pas su. Et donc vendredi j'ai été vaccinée en répondant en toute innocence que non à la question êtes-vous cas contact ou avec un cas récent dans votre entourage. Est-ce que c'est pire ou protecteur ? Personne ne semble connaître la réponse à cette question et ce qui est fait est fait.
Et bien sûr il y a des inquiétudes pour la personne concernée, dont n'étant pas un proche, et puisqu'il faut respecter le secret médical, nous n'aurons sans doute pas ou peu de nouvelles.

J'ai averti l'époux par SMS aussitôt et les enfants dès la pause déjeuner, crainte d'avoir été vecteur du virus ; en plus de mon risque particulier d'avoir été vaccinée alors que risque de positivité. Y repenser à plusieurs reprises tout au long de la journée. 
Réaction unanime de la jeune génération : t'inquiète, on va bien. L'Homme continue de penser qu'il a eu le Covid_19 en mars 2020 (probable, avec perte de l'odorat), et qu'il est dès lors immunisé. Lui qui se stresse pour des rien, sur ce coup-là qui devrait l'inquiéter et le pousser à se faire vacciner, ne fait rien. 
Je ne le comprends pas.

Repas du midi pris seule au square devant chez Doisneau car plus de place au 4ème. Thaï Box et je rapporte une partie du repas pour le soir (un rouleau de printemps, un dessert)
 
Un retour du boulot tard (vers 19:00, le temps de prendre quelques dispositions pour le lendemain avec le boss). Puisqu'il était de toutes façons trop tard pour rentrer tôt, je suis rentrée en mode Faisons-nous plaisir, il fait désormais 14 ou 15°c par la piste cyclable "de l'ouest". Inconvénient : certaines zones absolument en travaux et dangereuses pour les vélo (vers Dauphine, vers la Porte Maillot). J'ai droit à quelques mises en danger (de type le tourne à droite coupant la route au vélo (mézigue) qui continuait placidement tout droit) mais comme elles étaient prévisibles, je les anticipais. Un bus, toutefois, dont le conducteur était atteint de feu-rougite (2) et qui m'a frôlée de très très près. 
Soirée courte, je vois et parle un peu avec ma fille qui monte se coucher tôt car elle a une le lendemain une journée chargée. 
Enfin, les écritures du quotidien devant Rai News 24 puis Rai Storia. J'espère ensuite pouvoir lire.
 
 
(1) Pour l'être il faut depuis quelques temps avoir été 15 minutes en proximité sans masque. Nous avons toujours été masqués. Mais les petits masques, les chirurgicaux classiques, bleus ou blancs.
(2) Je sais que ce feu vert va passer au rouge avant mon passage mais je me dépêche quand même de doubler le vélo.
 
Capture d’écran 2021-04-19 à 23.28.36
Capture d’écran 2021-04-19 à 23.28.36

TL 213
DD 143/00
Covid_19 ressenti : 435 jours 

updated: April 19, 2021, 22:19 GMT
142,653,915 cas dont 3,041,728 morts et 121,074,031 guéris
 
USA : +42,906 nouveaux cas ; 581,449 morts depuis le début ; +384 morts ce jour ; soit 1,748 morts / 1 M d'habitants
France : +6,696 nouveaux cas ; 101,180 morts depuis le début ; +447 morts ce jour ; soit 1,547 morts / 1 M d'habitants 
Italie : +8,864 nouveaux cas ; 117,243 morts depuis le début ; +316 morts ce jour ; soit 1,941 morts / 1 M d'habitants
Belgique : +2,996 nouveaux cas ; 23,747 morts depuis le début ; +29 morts ce jour ; soit 2,042 morts / 1 M d'habitants 
UK : +2,963 nouveaux cas ; 127,274 morts depuis le début ; +4 morts ce jour ; soit 1,867 morts / 1 M d'habitants
 
À présent c'est l'Inde où le nombre de cas bondit de folle façon + 256 947 nouveaux cas ce jour.  Entre les rebonds des différents variants, de plus en plus virulents, nous en sortirons-nous (collectif) ?
 

Cahier du jour, couvre-feu 2 jour 17 : une journée de travail presque comme une autre

(giovedi)
 
 
 
Partir pour une journée de boulot normale, simplement la fin un peu plus calme et terminé à l'heure. Moi partie (qui terminais à 18:30), ne restaient plus que deux collègues jusqu'à 19:00.
L'avoir fait en ligne 14 et RER B, arriver large et pouvoir passer à Laplace par les petites rues de traverses.
Avoir déjeuné d'un repas de traiteur italien pour lequel j'ai dû aller à la Vache Noire et c'était la première fois que j'allais jusqu'au centre commercial. Je me demande dans combien de temps nous pourrons nous dire, Tiens, si ce midi j'allais faire un tour au centre commercial ?, sans arrière-pensées qu'il y a à croiser bien du monde un danger particulier (autre que les dangers dont les risques terroristes auxquels nous sommes habitués).
Terminer l'année professionnelle par le plaisir d'entendre une amie au téléphone (Lucie, devenue libraire quand je ne le suis plus).
 
Rentrer à vélo dans une ville encore animée, le couvre-feu de 20h était encore un peu loin, mais tout le monde était dans une optique de type J'ai juste le temps d'arriver (/ de rentrer), donc plutôt plus de monde qu'en temps normal, quoi que je ne sais plus si je sais encore comment le temps normal c'était. Je suis passée par Raspail, la bidir long de Seine rive gauche, la passerelle vélos-piétons, le souterrain Concorde, le bout des Champs-Élysées, bien garni de véhicules des forces de l'ordre ; puis par la direction de Pont Cardinet pour prendre la petite rue vers Pusy et qui permet de prendre ensuite la rue Rostropovitch. 
Les Champs-Élysées étaient blindés de policiers, fourgons de CRS, engin de canon à eaux et aussi de véhicules de gendarmerie. Et toi, tu passes au milieu de tout ça sur ton petit vélo, en tentant de prendre l'air dégagé - en même temps tu n'as vraiment rien du tout à te reprocher, tu rentres du travail et par le chemin logique -.  
Quelques mises en danger : vers Villiers une voiture venant d'en face et tournant à sa gauche me coupe la route d'une façon qui m'oblige à ralentir fortement et à l'entrée de la rue des Cailloux une voiture de la police municipale garée en travers m'oblige à passer sur le côté des voitures qui arrivent d'en face, c'est de leur part n'importe quoi.
Il faisait froid
Certaines rues étaient archi-calmes. 
J'aurais mis 1 heure et 6 minutes pour parcourir les 13,49 km que représentent ce trajet, dont un arrêt photo.
 
 
 
Petite soirée à deux petits demi-vieux, dont un petit dîner amélioré que JF (qui n'avait bossé que le matin) avait pris en charge et suivre les infos sur Rai News 24 tout en écrivant par ici ; y voir Riccardo Cavaliere présenter un sujet et avoir l'impression in a way d'être en compagnie d'un ami.
Ne pas faire de fiesta n'était pas un sacrifice, envie de calme, de vaquer à mes petites affaires, on pourrait presque parler dans mon cas d'un effet d'aubaine.
Les jeunes étaient à la coloc' et notre fille chez des amis à Saint-Maur.
 
Un peu avant minuit il y eu des bruits de feux d'artifices mais dont les explosions seraient l'effet recherché plus que la lumière puis à l'heure dite, plein de hourrah, et des djembe et des chants. L'avenue se prête bien aux échanges d'un côté et de l'autre, avec cet effet de résonance qu'elle a. On n'entendait que des voix jeunes, à croire que le Covid_19 avait eu raison de tous les plus âgés (ça me rappelait une nouvelle de Buzatti sauf que dans celle-ci il ne s'agissait pas d'épidémie).
 
J'avais cru tomber de sommeil de bonne heure, mais j'avais finalement tenu jusqu'à minuit et un sage bisou.
 
Capture d’écran 2020-12-31 à 22.58.19

TTL 139,5
DD 36/00
 
updated: December 31, 2020, 22:50 GMT
83 730 216 cas dont 1 823 800 morts et 59 263 650 guéris
 
USA : + 186 394 nouveaux cas ; 353 459 morts depuis le début ; + 2 682 morts ce jour ; soit 1 065 morts / 1 M d'habitants
France : + 19 927 cas ; 64 632 morts depuis le début ; + 251 morts ce jour ; soit 989 morts / 1 M d'habitants
Italie : + 23 477 nouveaux cas ; 74 159 morts depuis le début ; + 555 morts ce jour ; soit 1 227 morts / 1 M d'habitants
Belgique : + 2 831 nouveaux cas ; 19 441 morts depuis le début ; + 80 morts ce jour ; soit 1 674 morts / 1 M d'habitants
UK : + 55 892 nouveaux cas ; 73 512 morts depuis le début ; + 964 ce jour ; soit 1 080 morts / 1 M d'habitants
 
 
autres sources disponibles :


Cahier du jour, couvre-feu 2 jour 14 : Quatre jours avant un peu de repos

(lunedi)

 

Partir au boulot à vélo, malgré le temps bien froid. 
Une circulation très fluide, presque personne, mais (relâchement du fait du danger moins grand ?) une sorte de festival des petits n'importe quoi : véhicules de livraisons ou taxis redémarrant en warning de la piste cyclable (donc tu t'apprêtes à les doubler et ils démarrent), piétons traversant quand bon leur semble (et un petit vélo avec une cycliste dame ne leur paraît vraiment pas une raison suffisante de s'arrêter au rouge piéton), y compris un pépère traversant un grand carrefour en diagonale (?!), et vélos traversant n'importe quand, une blonde en vélos hollandais traversant entre Madeleine et Concorde en mode Arrêtez vous le reste du monde, me voilà qui passe, puis remontant la piste cyclable à contre-sens (tant qu'à faire) et un gars à l'entrée du pont devant l'Assemblée Générale qui me coupe la route en ayant traversé au rouge (pourquoi se gêner ?), genre, je vais bien m'arrêter.
Sinon, pour une fois passer par Concorde n'était pas trop dangereux.
Le trajet m'a pris 50 minutes, de fluidité plus que de vitesse personnelle.
 
En être revenue, du travail, en fin de journée, à peu près à l'heure par ligne 4 + ligne 14. Le plus long ce sont les moments piéton. Peu de monde, et les gens sagement masqués, c'est sans doute relativement covid-safe.
Une journée de boulot plutôt calme avec du temps passé à apprendre auprès de mes collègues plus aguerris. Ça faisait du bien d'être à nouveau en mode Acquisition de connaissances ; d'autant plus que les bases étant désormais en place, il est plus facile de mémoriser les nouveautés (ce qui pour moi en est).

Journée coupée par un repas à emporté pris à la brasserie Au bureau, près de La vache noire, une première. Bien des points de ravitaillement habituels étaient clos. Un collègue patient tentait de sortir de la tentation de l'ornière complotiste une collègue qui ne fait plus confiance aux responsables officiels, aucun d'entre eux. Elle n'est pas bête, simplement en position d'être une proie facile, au vu de l'évolution des choses (bien avant que la pandémie ne créé une sorte de précipité), comme on peut en période de fragilité se faire facilement happer par des sectes, tant le besoin de réconfort est grand.

Soirée occupée un peu par les questions de colis (un certain Gothier (Who the hell might he be ?) aurait signé pour un colis DHL contenant le cadeau de JF) puis passée aux écritures quotidiennes en regardant les infos sur Rai News 24, le salon étant libre. 
 
Capture d’écran 2020-12-28 à 22.36.35
 
TTL 136,5
DD 33/00
 
updated: December 28, 2020, 22:20 GMT
81 577 697 cas dont 1 779 706 morts et 57 664 663 guéris
 
USA : + 126 487 nouveaux cas ; 342 680 morts depuis le début ; + 1 464 morts ce jour ; soit 1 032 morts / 1 M d'habitants
France : + 2 960 cas ; 63 109 morts depuis le début ; + 363 morts ce jour ; soit 966 morts / 1 M d'habitants
Italie : + 8 585 nouveaux cas ; 72 370 morts depuis le début ;+ 445 morts ce jour ; soit 1 198 morts / 1 M d'habitants
Belgique : + 847 nouveaux cas ; 19 200 morts depuis le début ; + 42 morts ce jour ; soit 1 653 morts / 1 M d'habitants
UK : + 41 385 nouveaux cas ; 71 109 morts depuis le début ; +357 ce jour ; soit 1 045 morts / 1 M d'habitants
 
Biden a déclaré qu'il était plus que temps que les États-Unis retrouvent leur place dans le monde et qu'on traite le problème de l'épidémie en cours. Il a parlé de l'attentat de Nashville alors que de la part de Trump c'était silence radio.
Quel soulagement ça sera quand Trump partira (ou sera foutu dehors).
 
autres sources disponibles :
 

Cahier du jour, couvre-feu 2 jour 1 : Trop tard pour la piste

(martedi)

 

    Partir bosser en ligne 14 à Pont Cardinet : 10 mn chrono de la station à celle de Châtelet. This might be life changing. Et 8 mn à pied pour aller de la maison à l'entrée de la future station Porte de Clichy.

En attendant, cette station qui sent le neuf et est totalement dépourvue de réclame est un bonheur à traverser.

Une journée de travail durant laquelle j'avais l'impression de ne pas avancer (beaucoup de questions étaient des remontées de demandes auxquelles je ne pouvais rien de concret pour le moment), mais au bout du compte, si ; coupée par la pause déjeuner Thaï Box et repas pris au 4ème avec quelques collègues du même horaire - demain peut-être que je profiterai de notre liberté retrouvée -
Un retour vélo à fond les ballons pour tenter de sauver ce qui pouvait l'être d'une séance de piste qui devait s'achever à 19:40. 
Mais je n'étais pas partie pile pile pile à l'heure et même si j'ai mis 1h, ça a fait 19:18. Vu les complications pour entrer dans l'enceinte du stade et y accrocher le vélo, j'ai renoncé.
Une soirée qui a passé super trop vite, alors que je croyais pour une fois avoir un peu de temps. Mais au fond je n'étais pas tant plus tôt que ça.
J'ai reçu un livre commandé la semaine passée mais c'est tout. Ça commence à faire beaucoup de paquets annoncés et non livrés.

L'affaire Gregory repointe son nez, côté expertises graphologiques. Au risque de passer pour une complotiste mal dégrossie, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander quelle était l'information majeure que l'on souhaitait qui passe inaperçue par ailleurs dans les informations nationales pour que le sujet revienne pile à présent. 
Je pense qu'on aura probablement la confirmation de la participation d'une personne déjà morte à un crime collectif, peut-être prévu à la base comme un enlèvement pour "servir de leçon" (ou demander rançon, ou "compensation" d'une vieille histoire) et qui aura mal tourné, sans doute à cause d'un produit utilisé pour endormir l'enfant et qui aura été mal dosé. Il y a du malheur à tous les étages et toutes les époques traversées dans cette affaire désormais ancienne. C'est sans doute pour ça qu'elle est devenue si emblématique. Pensées pour ses proches, et ses frères et sœurs qui ne l'ont jamais connu. Quel grand frère aurait-il fait ?

Les profs sont en colère à cause de la façon dont les traite leur ministre de tutelle, ainsi que les élèves et par ricochet leur famille. Hop les deux derniers jours de cours de cette semaine rendus facultatifs, annonce faite dans les médias à 48h à peine d'avance et demerdez-vous. Oh mais bien sûr les établissements scolaires à condition de respecter les mesures sanitaires (ce que la plupart n'avait pas les moyens de faire), n'étaient pas des foyers de contagion, mais pourtant ça sera bien d'isoler les jeunes avant d'aller voir les grands-parents. OK

TIL : Alda Merini dont j'ai (re?)découvert l'existence ce soir grâce à Rai Storia. Les infos étaient si joyeuses (non) que j'avais changé de chaîne et délaissé Rai News 24. Longtemps que Riccardo Cavaliere n'a pas présenté des TG en soirée. Je me demande ce qu'il devient. J'espère qu'il va bien.

Celui de mes collègues relativement proche et qui était malade du Covid_19 a repris le travail aujourd'hui. Très marqué, mais qui n'avait pas perdu l'humour pour nous raconter sa descente aux enfers (une version costaud mais sans mener jusqu'à l'hospitalisation). Contente en tout cas qu'il soit revenu. 
Une de mes jeunes collègues devra télétravailler : l'institutrice de son fils (en maternelle) est Covid + et ne sera pas remplacée.

Je le note ici car ce sont deux bons exemples de comment l'épidémie évolue par ici et ses conséquences quotidiennes immédiates.

 

Capture d’écran 2020-12-15 à 22.26.26
Capture d’écran 2020-12-15 à 22.26.26

 

TTL 127,5
DD 20/00
 
updated: December 15, 2020, 23:19 GMT
73 728 188 cas dont 1 639 535 morts et 51 754 423 guéris
 
USA : + 155 525 nouveaux cas ;  310 359 morts depuis le début ; + 2 262 morts ce jour ; soit 935 morts / 1 M d'habitants 
France : + 11 532 nouveaux cas ; 59 072 morts depuis le début ;  + 428 morts ce jour ; soit 904 morts / 1 M d'habitants
Italie : + 14 844 nouveaux cas ; 65 857 morts depuis le début ; + 846 morts ce jour ; soit 1 090 morts / 1 M d'habitants
Belgique : + 1 074 nouveaux cas ; 18 054 morts depuis le début ; + 103 morts ce jour ; soit 1 555 morts / 1 M d'habitants
 
 
autres sources disponibles :


Cahier du jour, déconfinement jour 70 : Grande grande belle balade à vélo, Paris et Vincennes

déconfinement officiel 1 jour 97

 

20200815_103521    Réveil en deux temps, vers 6h (j'ai commencé à me lever vraiment, faire un brin de toilette et me laver les dents), la suite vers 8h après un doux rendors. Je me sentais en forme, ça n'était pas désagréable, sinon que j'avais cru pouvoir lire et en fait non.

Ce qui devait au départ être une balade dans Paris, pour faire découvrir à JF entre autre la belle bidir de la rive gauche s'est transformé en près de 50 km finalement avec pas mal de Bois de Vincennes inside, dépannage d'une cycliste (qui a obligeamment mis son masque en voyant que j'en portais un), deux tours sur l'anneau de course de ce Bois (en bien meilleur état que celui du Bois de Boulogne m'a-t-il semblé) Fullsizeoutput_1b8c

JF à la pétanque tandis qu'après une brève collation, je passais une après-midi de récupération (both bike and work) au lit à dormir en regardant des vidéos (celles d'un gars dont je connaissais le père, tournées avec humour, dont j'avais déjà vu certaines quand il m'en avait parlé autrefois ; d'autres sur les Beatles (George Harrison, Brian Esptein ...)).
Entre fatigue sportive à écluser, souvenirs (re)devenus doux, et sujets qui m'intéressaient, j'ai eu un long moment absorbé si profondément en d'autres temps que j'en avais totalement oublié la pandémie. 
Je ne suis pas dans la crainte, ou du moins elle reste raisonnable, absolument pas dans l'obsession, seulement la conscience de la période que nous traversons me quitte très rarement. C'était donc assez bienvenu cette petite fenêtre de pure déconnexion.

Dîner de plats à emporter l'Indien que JF, rentré de la pétanque puis des courses (1) essentiellement pour son club, a cru avoir commandé par téléphone mais en fait il s'était gouré (je n'ai pas tout compris, parfois c'est mieux ainsi)
fin de soirée d'écritures quotidiennes et suite des vidéos et j'espère lecture de The Beatles tune in

 
Capture d’écran 2020-08-15 à 14.49.21

(1) Tenter de le dissuader de faire des course un dimanche ou jour férié est vain, j'ai déjà essayé. 

 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
21 563 610 cas (dont : 767 335 morts (172 487 morts aux USA) et 14 273 791 guéris

Capture d’écran 2020-08-15 à 23.50.51

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 56 : Une très très belle rando vélo

Déconfinement officiel 1 jour 83

 

Inspirée par un trajet vu chez @BillokVT, un thread sur Twitter il y a un moment, qui m'avait donné envie d'aller revoir Maisons-Laffitte, Conflans-Sainte-Honorine et de longer puisque ça semblait possible, les boucles de Seine, j'ai entrainé JF dans une grande belle randonnée vélo avec les deux VTT, jusqu'à Conflans-Sainte-Honorine (70 km en tout), aller par le chemin long de la Seine #Vélotaf de Sacrip'Anne, puis Maisons Laffitte gagnée à partir du pont de Bezons, retour le long de la Seine, inspiré par
Rentrés vers 18h ou 18h30 (le temps que je lave les vélos), temps calme, pendant que JF avait filé à la pétanque, mais une soirée trop courte (dormilu / "Inconstance des souvenirs tropicaux" de Nathalie Peyrebonne), je n'étais pas trop capable d'écrire, même si le corps n'était pas douloureux des efforts fournis. 

JF le râleur semblait même heureux, et n'a demandé inutilement son chemin à quelqu'un qu'une seule fois (1). Et c'est vrai qu'on aurait encore une journée de vacances, ce à quoi avait contribué le tout petit restaurant italien bord de Seine, que nous avions trouvé. Si nous n'y avions pas porté nos masques entre les moments de boire et manger, nous aurions totalement oublié l'épidémie.

 

(1) As usual je savais où l'on était - mon hésitation portait seulement sur l'accessibilité vélo -. 

PS : Pas eu le temps de suivre les statistiques de l'épidémie.

 

 

Capture d’écran 2020-08-01 à 18.37.40
Capture d’écran 2020-08-01 à 18.37.40


Cahier du jour, déconfinement jour 52 : une vieille chanson de JJG (clin d'œil mais pas que)

Déconfinement officiel 1 jour 79

 

Un de mes amis est parti sur l'idée plutôt jolie de revisiter les succès musicaux des semaines de son anniversaire année après année. Je la trouve intéressante. Au passage, j'ai vu ou revu (1) la vidéo de la chanson Sache que je de Jean-Jacques Goldman (Joachim et Anne (S), si vous passez par là, rappelez-moi que j'ai quelque chose à vous dire à ce sujet qui pourrait vous faire rigoler). Elle date de 1997, l'année où mon conjoint fut sérieusement malade et lui si faible après, et moi si seule avec les enfants alors 2 et 7 ans, mes débuts comme choriste en octobre 1997 pour planche de salut - il allait mieux et m'avait concédé une soirée par semaine en plus des cours de danse du samedi après-midi -. Plus tard à l'été 1998, l'une des plus belles périodes de ma vie, quatre semaines de congés payés - un chef formidable comme j'en ai rarement eu m'avait poussé à les prendre, Il faut faire un vrai break pour récupérer -, dont deux et demi passées à vivre la vie d'une musicienne, une chanteuse de chorale, des répétitions - concerts au Zénith et comme j'étais heureuse à travailler comme ça. J'avais la sensation de faire enfin un vrai travail.
Jean-Jacques Goldman faisait partie de ceux qui participaient aux concerts et je me souviens de sa discrétion et de son efficacité. Yvan Cassar était impressionnant aussi. L'art de changer la perception d'un air, en modifiant presque rien, ou ce que l'on croyait presque rien.
À part ça, cette rétrospective est un peu frappante pour moi, de quasiment chaque année correspondant à ma vie d'adulte ce qui me revient en repère ce sont des coups durs (horreurs générales comme en 2001 ou 2015, maladies graves des proches, galères de boulot et de manque d'argent, deuils et ruptures subies). 
Et si, après tout, je devenais fière d'être parvenue, sauf en 2006, à tout traverser sans m'effondrer et en maintenant une vie à peu près normale pour les enfants ? Ne reste d'anormal que l'état de l'appartement. Deux années de paix pourraient suffire à le remettre d'équerre. J'ai été efficace pendant le confinement, pour la petite maison.

Que dire d'une journée intense de boulot quand il n'est pas question d'évoquer le boulot en tant que tel ? Je sors progressivement de la période de pure formation en tentant de soulager mes collègues d'une part de travail, c'est stimulant mais je finis fatiguée (de concentration, d'efforts d'apprentissage).
Globalement, il me semble que les libraires, contrairement à des années normales où elles et ils peuvent un peu souffler de mi-juillet à mi-août et enfin lire pour préparer la rentrée, n'ont pas dételé. En particulier l'épidémie a apporté un surcroît de boulot à tous les étages (administratifs, réorganisations, devoir écluser ce qui s'est trouvé totalement désorganisé (le système de livraisons), entrée forcée à fond dans une part de ventes numériques (2) ...) et même si à présent une part de leur clientèle est en vacances, il y a un retard fou à écluser et des dossiers de demandes d'aides à remplir. 
Je suppose que c'est le cas pour d'autres commerces aussi, seulement je ne parle que de ce que je constate directement à échanger avec les principaux et principales intéressé·e·s.
 
Un déjeuner vite fait dans la salle de l'entreprise prévue à cet effet : j'avais un reste de la veille qui m'attendait au réfrigérateur collectif. Je me demande si nous ne sommes pas au bord de nouvelles restrictions qui rendront à nouveau ce type de facilités quotidiennes indisponibles. 
 
Deux trajets #Vélotaf pour une fois sans dangers particuliers, ou du moins pas de dangers impossibles à anticiper ; j'ai ainsi fait le super-piéton pour traverser les Champs Élysées au niveau du Rond-Point : des véhicules d'urgence ou de répression avaient traversé au moment où c'était vert pour ma direction. Dès lors c'était à la fois dangereux de rester sur place alors que le feu n'avait pas fini d'être vert et dangereux de passer car le temps restant n'était, pour un vélo, pas suffisant. 
Trajet aller : à présent parfait (je maîtrise la bonne distance entre plaisir et efficacité et chemins pas trop dangereux)
Trajet retour : encore du boulot pour la partie une fois passé le Rond-Point des Champs Élysées. Je me suis retrouvée à descendre la part de la rue de Rome de Chaptal vers Pont Cardinet qui est diablement dangereuses (frôlements d'un côté, portières de l'autre)
 
Soirée calme, l'un rentre tard du boulot et d'avoir fait quelques courses, et s'endort vite, l'autre monte se coucher tôt. Un message reçu me donne bon moral.
Le fait que le stage oulipien date d'il y a 11 ans, me laisse ébahie. Photos prises par Dom Moreau par ici.
 
 
 
Capture d’écran 2020-07-28 à 21.05.08
Capture d’écran 2020-07-28 à 21.05.08
 
(1) Je suis restée de très nombreuses années sans télévision ou sans la regarder, ce qui fait qu'il m'est fréquent de découvrir vingt à quarante ans plus tard des vidéos d'airs que je connaissais.
(2) Sachez que vous pouvez acheter des livres numériques auprès de votre libraire, dès lors qu'il dispose d'un site où d'une place sur un site où ils sont également proposés. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
16 868 479 cas (dont : 661 952 morts (152 114 morts aux USA) et 10 431 413 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs