Les conséquences persistantes

 

    Ça fera trois ans en janvier l'attentat contre Charlie Hebdo, cette journée entière passée entre espoir et attente d'une mauvaise nouvelle, et de toutes façons déjà fracassée par ce qui s'était passé quand bien même l'ami, le camarade, lui s'en sortirait. La journée de boulot accomplie malgré tout (comment ai-je tenu ?), l'errance le soir à Répu, croiser les gens qui grelottaient, se rendre compte alors que moi si sensible au froid j'étais anesthésiée, après la mauvaise nouvelle, finir la soirée chez l'amie commune, bien plus que moi touchée. 
Ça faisait du bien de parler.

Le retour à Vélib en criant mon chagrin.
J'ignorais qu'un coup sordide m'attendrait le lendemain. Et que Simone me sauverait du vacillement compréhensible face à une réalité qui dépassait l'entendement. 

Les soirées passées avec les amis, notre seule façon de tenir. Mais combien ce fut efficace.
La grande manif du 11, qui nous donna la force, après de continuer.

Et pour moi : l'absence de ressenti intérieur du froid, et qu'elle perdure. J'en avais tant souffert, du froid perçu jusqu'aux tréfonds des os, c'était comme un cadeau. 
L'absence aussi de "frisson dans le dos". D'où que Poutine ne me faisait plus peur, alors qu'une simple photo de cet homme déclenchait jadis chez moi une réaction épidermique - de proie potentielle sur le qui-vive devant un prédateur -.

D'où que je ne percevais plus ni les regards sur moi, ni les présences derrière moi.

Quelque chose est resté débranché depuis tout ce temps-là. Je m'efforce de me préparer à une éventuelle réversibilité, mais j'en suis de moins en moins persuadée.

Ça change encore mon quotidien.

Je dois veiller intellectuellement à ne pas me mettre dans un froid persistant, car si je perçois moins le froid, mon corps en est traversé, l'absence d'alerte ne signifie pas l'absence de symptômes. Je m'enrhume davantage (1).  

J'ai dû m'habituer à cette sensation si nouvelle pour moi : avoir chaud. D'accord j'avais chaud par temps de canicule ou après le sport au sauna, mais c'était pour moi si rare, je savourais. J'apprécie encore, à ce titre l'été dernier m'a terriblement frustrée, à peine quelques jours à frétiller pleine de l'énergie reçue. Pour le reste grisaille et être habillée comme en demi-saison.
Ce matin encore en arrivant à la BNF, quelques secondes pour comprendre : ah oui, j'ai chaud là. C'est chauffé [chez nous toujours pas, seulement à partir du 15 octobre je crois]. Et je me souviens alors qu'en ces lieux la température est maintenue constante, j'y portais l'été des pulls légers et à partir d'octobre des pulls épais ou des gilets, tout en me disant C'est sympa les lieux publics mais ça n'est pas très chauffé et la clim l'été quelle plaie ! On a froid. En vrai : c'est tempéré, stable, et plutôt bien réglé. 

Ce matin aussi : ne pas avoir sentir sur l'escalator que quelqu'un me talonnait - du coup avoir failli, de surprise quand je l'ai constaté, foncer dans la personne immobile sur l'escalier qui me précédait (2) -. Avoir laissé se rabattre une porte au nez de quelqu'un d'autre : comme j'étais un peu pressée j'avais omis le coup d'œil de vérification avant de la tenir ou non. Je me souviens très bien d'un temps où je n'avais pas besoin de regarder, je percevais si quelqu'un me suivait. 
Combien de fois sur les trottoirs des trottinettes me frôlent, leur pilote persuadés que je les ai sentis venir et fais ma mauvaise tête mais vais m'écarter. Si l'engin est silencieux et leur coup de propulsion, je ne me rends pas du tout compte de leur présence. 
Et quand je suis perdue dans mes pensées ou que le #jukeboxfou de dedans ma tête me passe une musique assez fort, je n'entends même pas ce qui serait audible. Du coup dans la foule, je bouscule ou me fais bousculer, j'ignore des présences, j'écrase parfois des pieds.

Étrange héritage qui me met à la fois à l'abri enfin, et aussi en (léger) danger.

 

(1) Même processus avec l'ivresse : l'absence de signes doit être compensée par une vigilance accrue - ne pas dépasser certaines quantités -.  
(2) C'est l'ennui de ces longs escalators mono-voie. Si quelqu'un s'arrête tout le monde est bloqué.


La vitesse à laquelle ça va (le peloton pro du tour de France)

C'est filmé comme ça peut, le téléfonino à bout de bras avec des hommes devant moi : j'avais participé au petit parcours des dames et une fois repassée, non sans peine, du côté des Champs Élysées vers l'ancienne librairie, et l'homme de la maison retrouvé, nous étions finalement restés à l'intérieur du périmètre (l'idée étant un peu : tant qu'à faire d'y être entrés).

Alors nous avons pu admirer les pros. Leur allure (aux deux sens du terme). Ça va vite, vraiment très très (et comme j'avais fait la boucle le midi même, j'étais bien placée pour savoir, ainsi que mes camarades sportives, combien ces pavés n'étaient pas si simples à négocier).

Et puis il y avait cette joie ineffable de renouer avec des souvenirs d'enfance, des souvenirs "congés payés", des joies de voir en pour de vrai ceux qu'on suivait à la télé, l'impression que mon père s'y connaissait (et c'était bon d'avoir un motif d'admiration).

170808 1728


Cinq avril


    Un des plus beaux jours de ma vie a cinq ans aujourd'hui, retrouvailles dans Paris, les enfants alors adolescents, une amie intelligente, Denis qui m'a sans doute oubliée depuis, l'hôtel qui, prétendra l'autre par hasard, a été choisi à deux pas de la librairie où je travaille alors, un tour pour saluer mon patron, et un moment heureux, malgré la fatigue, l'impression que c'est ma vraie vie, enfin, que tout a un sens, que ma place est la bonne, qu'après bien des péripéties, je vais enfin pouvoir donner ma pleine mesure - plutôt que de jouer perpétuellement en défense, passer mon temps, dépenser mon énergie à éviter pire ou le but encaissé final qui disqualifie -. 
Quelle illusion !

Un an et deux mois plus tard tout s'effondrera, ces deux là qui comptaient fort, n'auront plus besoin de moi, peu après la librairie elle-même disparaîtra. Je n'ai rien décidé, rien voulu, peu vu venir à l'avance (1), voire rien du tout. Ainsi va la vie qui nous balance dans tout autre chose que ce qu'on croyait en cours, ce pour quoi on travaillait (s'il s'agissait de travail, par exemple).

Plus tard, il y a eu le 7 janvier 2015 et là c'était l'époque entière qui venait de changer.  Par rapport à une peine personnelle, c'est bien pire.

À présent que de nouvelles perspectives de travail stimulantes se dessinent, et après un dimanche merveilleux qui me laisse croire que la collection "plus beaux jours de ma vie" est loin d'être finie, malgré le contexte politique affolant, je crois à nouveau à de bonnes choses possibles. 

En cette date anniversaire, que tous les autres protagonistes auront oubliés, peut-être pas la jeune fille, peut-être pas Noé, qui sait, peut-être pas mon ancien patron, pas tout à fait - nous ne nous sommes pas perdus de vue, j'espère que nous nous reverrons même si, scotchée à un lieu de travail (même si celui-ci change), limitée par le manque d'argent, je ne voyage presque plus -, je mesure qu'il m'aura fallu cinq années avant de reprendre les forces qu'il fallait. Could have been worth. 

 

 

(1) pour la librairie, ça s'est plié en trois mois : le redémarrage de mars qui n'avait pas eu lieu.


Un petit tracas de temps (tic tac)


    J'ai toujours eu un problème avec le temps qui passe, et je pense que c'est à cause de ça qu'enfant j'ai commencé à écrire : le besoin d'un ancrage (encrage ?) face à son défilement affolant. Entre deux phases de longues heures de salles d'attentes ou de maladie, des bons moments qui filaient et qu'on se retrouvait au mauvais moment suivant, la vie cette grosse arnaque organisée par les grands. 
Devenue adulte à mon tour, je n'ai jamais sauf aux périodes de maladies (personnelles ou les plus graves des plus proches) trouvé le temps long. Ou si : à l'Usine une fois saisie par l'écriture et alors que ça correspondait à une époque de flicage de tous les instants et donc impossible de prendre une respiration, devoir aller aux toilettes jeter sur un calepin quelques notes - souvent les trouver illisibles au soir -, les journées de boulot n'en finissaient pas. Mais les soirs d'écritures une fois accomplie la présence et les devoirs familiaux passaient comme un éclair.

Ces derniers temps j'ai remarqué que j'avais comme un tracas avec la fin des années 80 et les années 90 du siècle passé. J'ai bien intégré que jusqu'en 1986, en gros mon enfance et ma jeunesse, l'âge venant, il s'agit d'un "autrefois". Le pays n'est plus le même, les mœurs, les façons de vivre ont évolué, les objets (irrésistible gif chez @sandiet), Capture d’écran 2017-03-19 à 22.13.06 pour certains ne sont depuis si longtemps plus utilisés que des adolescents d'à présent ignorent comment s'en servir si d'aventure ils en croisent.

Mais voilà :

Je ressens bien au quotidien que ma jeunesse est loin et ça y est j'ai parfaitement admis d'être d'un autre temps. Lorsque je regarde des images des années 60 que j'ai traversées bébé et petit enfant, c'est terriblement flagrant - une grande accélération des choses, que l'on croyait alors progrès, ayant eu lieu durant la décennie 70 -. Ce qui fait qu'en plus d'être assez amusant, on a l'impression d'être une survivante de temps anciens, c'est tout à fait digéré.

En revanche, et d'autant plus du fait de ma libération en 2009 d'un environnement professionnel qui n'avait aucun sens pour moi sinon permettre de payer notre logement, je n'arrive pas à admettre enregistrer que les débuts de ma vie d'adulte, l'air de rien, ont trente ans. Pour moi c'était hier, vraiment. Exactement comme si vingt ans n'avaient pas eu lieu et que je venais de commencer - ce qui n'est pas totalement incohérent, en tant que libraire mon expérience est de sept ans -. Je suis donc stupéfaite en constatant que les années 80 et même 90 nécessitent dans les films une reconstitution, que c'était même d'autres vêtements (1), qu'une video de 1987, que je perçois comme toute récente (je me souviens fort bien de ce que je faisais alors) date d'il y a trente ans, 30 ans, TRENTE !

J'ignore combien de temps perdurera cette stupéfaction. 

 

(1) Bon, ça c'est aussi que je m'habille sans modes. Et que depuis ma #viedelibraire et son manque d'argent je pratique le streetwear. 


BDJ (probably) - For the first time in months (or years ?)


    Il était 22 heures-quelque-chose, je venais tout juste de terminer tout ce qui était devant être fait, dont des lessives à dépendre, étendre, lancer et un peu de repassage obligé (1), je m'apprêtais à jeter un dernier coup d'œil sur mes mails peut-être répondre à quelques retards (2) quand soudain j'ai vu passer l'annonce de la libération anticipée possible de Chelsea Manning en mai 2017 via une grâce accordée par Barack Obama (3). J'ai mis un moment avant d'y croire (il m'a fallu attendre un touite d'Otir), puis pour la première fois depuis des mois et des mois, ma petite soirée personnelle - rien d'extravagant, je comptais vite tout éteindre et filer me coucher - aura été bouleversée par l'annonce d'un événement extérieur mais qui pour une fois me semblait juste, humain et réjouissant.

Je me suis alors rendue compte d'à quel point depuis le 7 janvier 2015 on (4) a pris l'habitude de voir des pans de nos vies quotidiennes happés par des éléments de l'actualité qui nous touchent, parfois même concrètement de près, et ont au moins l'impact (dans le moins pire des cas) d'interrompre ce que nous étions en train de faire pour nous laisser un temps l'attention fixée sur des fils d'infos, puis l'esprit ailleurs même si l'on a cessé de suivre. Mais que nous avions totalement perdu l'habitude que ce qui créait une aspiration de l'attention puisse être créé par une nouvelle positive, par quelque chose qui nous réjouissait, par exemple une décision politique que l'on approuvait.

Certes il y aura eu en France la grâce récente de Jacqueline Sauvage par François Hollande mais comme elle a eu lieu en deux temps et que l'affaire est peut-être (ou pas) moins simple qu'il n'y paraît, ça n'était pas une réjouissance nette - j'avoue avoir pensé avec le mauvais esprit que je ne sais pas ne pas avoir parfois Est-ce une vraie grâce ou encore une qui compte pour du beurre ? -. Pas une surprise non plus, plutôt de l'ordre du Enfin, il finit le travail ; probablement très injuste. Nous ne voulons plus de François Hollande comme président car il s'est comporté comme un retourneur de veste, menant dans bien des domaines une politique inverse de celle qu'il avait annoncée - ce qui est pire que simplement ne pas tenir ses promesses électorales -, mais on se rendra compte quand on aura changé pour bien pire, que sur le fond du travail il aura plutôt pas mal fait le job. Et aussi assuré dans des moments dramatiques. Mais bien souvent il n'aura pas été clair et net comme il est parfois souhaitable qu'un chef d'état le soit.

Donc le vrai effet de Ça alors ! Une décision humaine et pas si simple à prendre, bravo ! c'est venu ce soir par le président des États-Unis sortant.

Alors bien sûr ça ne résout rien de tant d'autres cas, eux aussi douloureux. Mais au moins pour celui-là les choses semblent s'arranger. 

Et une petite loupiote d'espoir que politiquement tout ne soit pas foutu se rallume. Timidement.

Et fort bordée de questions, comme le résume ce soir @edasfr : Pourquoi tant de bonnes mesures prises par Barack Obama à ce point au tout dernier moment, "se sentait-il contraint ? pourquoi ?". Qu'un politicien principal ne puisse prendre des mesures de bon sens et d'humanité qu'alors qu'il est presque libéré de ses fonctions, me semble très inquiétant.

En attendant, ne boudons pas notre plaisir, notre soulagement pour cette lanceuse d'alertes. Avoir ses activités interrompues par une bonne nouvelle générale, n'est vraiment pas, ou plus du tout, si fréquent.

 

(1) Nous réduisons le nôtre du mieux que nous pouvons mais comme il s'agit de quelqu'un d'autre et qui est malade, j'imagine, peut-être à tort, qu'une part d'hygiène entre en jeu

(2) En ce moment sorti du boulot, de l'accompagnement, des engagements sportifs (voilure réduite, j'ai déjà renoncé à des stages, des courses possibles) mode Je-fais-ce-que-je-peux On. Alors je suis en retard dans tout ce que je fais. Et l'appartement ressemble à un champ de bataille (après la bataille).

(3) Après, vu l'incontrôlable qui lui succède, n'y a-t-il pas de risque d'annulation ?
(4) ma petite famille ? la plupart de mes amis ? pas mal de mes concitoyens ? (je ne sais pas trop qui ce "on" contient, mais je suis assez persuadée de n'être pas la seule dans ce cas)

addenda du 18/01/17 vers 9h : Je m'aperçois grâce à Kozlika que je n'étais pas la seule 

Capture d’écran 2017-01-18 à 08.48.30


Première pensée du matin


    Je sortais d'un rêve étrange dans lequel mon fils était encore nourrisson, mais nous devions nous déplacer et c'était compliqué. J'ai cru qu'il était lié au fort beau film de Sébastien Laudenbach dans lequel une jeune mère tente de protéger son nouveau-né, mais il s'agissait peut-être en fait d'une peur par anticipation, l'idée d'un exode. 

Sortie du songe je savais bien le jour qu'on était, j'ai eu une pensée pour l'ancienne amie recroisée la veille après tant d'années, le film formidable ("Nightlife" de Damjan Koloze) vu en dernier film du soir, les films que nous avions prévus de voir ce jour, ce n'était pas tout à fait, pas encore, une première pensée, plutôt une conscience du jour.

Capture d’écran 2016-11-09 à 08.35.18 Et puis j'ai jeté un œil sur FB, plus en pensant au festival, et je suis arrivée sur ce statut de David (Meulemans) dont j'adore les fails du jour.

Alors j'ai eu un gros doute, mais j'essayais encore de me dire que oui bon c'était l'humour de David que pour une fois je ne captais pas (1), mais je suis quand même allée sur twitter et là je me suis dit Godverdomme et je suis allée rechercher dans mes mails l'alerte du Monde, dont je me suis souvent un peu moquée car lorsqu'un événement survient elle apparaît souvent assez nettement après que ce soit devenu un "trending topic" sur les réseaux, mais qui a généralement le mérite d'être fiable.

Et là j'ai poussé un cri tel que l'homme de la maison a cru que pour une fois c'était moi qui faisais un cauchemar et pas lui.

En même temps le cauchemar c'est ce qui nous attend très probablement. Car celui qui vient d'être élu, non comptant d'être assez moisi des idées est surtout un gros va-t-en-guerre, que par les temps qui courent on doit au sang-froid des dirigeants actuels que ça n'ait pas déjà pété de partout, et qu'avec un fou de ce genre à la tête de l'une des plus grandes puissances mondiales, entre les fous d'Allah, le petit Vladimir qui n'a peur de rien, les Chinois qui se disent qu'une bonne guerre relancerait leur croissance et le personnage de BD bizarre qu'est le dirigeant de l'actuelle Corée du Nord, et sans doute quelque stupidité improbable de petites îles que soudain tout le monde va réclamer et qui pourrait faire un effet domino belliqueux comme en 14, on a toutes les chances de ne bientôt plus avoir trop à se préoccuper du réchauffement climatique.
J'ai l'air de plaisanter, mais je n'ai jamais été aussi effrayée par le résultat d'une élection à part peut-être celle en France du prochain printemps. 

Je m'en vais relire Enig Marcheur, dans le monde duquel nous pourrions nous retrouver plus tôt que prévu.

Finalement une première pensée peut être un hurlement (d'effarement).

Suivi par une espèce de rire malheureux : le premier film du jour que j'avais à l'avance choisi était Mourir à Madrid, sur la guerre civile espagnole du siècle dernier. 

 

(1) Il arriva une mésaventure similaire en 2002 à une collègue de l'"Usine" alors en vacances en Sardaigne et qui voyant s'afficher que Le Pen était au second tour des présidentielles en France s'était dit, Ça doit être un sale coup de la télé à Berlusconi.

 


Ç'aurait pu être un beau dimanche

20161030_143800

Ç'aurait pu être un beau dimanche, quoiqu'un peu solitaire. Matinée de travail idéale, des clients bons lecteurs pour la plupart, du conseil, ce que j'aime du métier, un temps merveilleux que je décide de mettre à profit pour un vrai circuit vélo et pas simplement rentrer. 

Le stage du week-end dernier m'a prouvé que 50 km n'étaient pas un problème, contrairement à ce que je croyais. Rouler seule me permet de ne pas me sentir pour l'équipe un boulet, le seul tracas est que c'est plus risqué. 
Je retrouve avec plaisir mon Val d'Oise natal, j'en suis la première surprise. Je ne peux résister à quelques passages en forêt mais mon vélo n'ayant pas des pneus de VTT, je dois me contenter de pratiquer le walk and bike. Un chemin de crête est particulièrement plaisant vers les hauteurs de Bouffémont. 

La tristesse me tombe dessus en rentrant. Je la mets sur le compte de la fatigue, de l'absence de celui qui aurait pu être là, des chagrins anciens, des amis que je ne vois plus depuis cette forme d'exil qu'est la grande couronne aux yeux des parisiens qui considèrent que l'on est partis loin, du temps qui manque pour écrire (1). Puis l'homme rentre à son tour et j'ai le temps de me dire que Chic alors il a quitté tôt la pétanque pour une fois, mais il a le souffle court, il dit La maison de retraite m'a appelé.

Les détails de la suite sont privés.

Toujours est-il que : 

Départ en catastrophe à peine plus tard. 

Décès de son père, lequel avait perdu la santé il y avait 22 ans et depuis vivotait, semblait-il pour l'éternité. Il n'avait plus de mémoire immédiate, détruite de façon que l'on savait irréversible. Du coup il donnait une impression d'éternité, le temps glissait sur lui. 

C'est très étrange la mort de quelqu'un qui était déjà mort à lui-même depuis longtemps. Le chagrin se place à un endroit inédit. Une part du deuil a déjà eue lieu ainsi que des choses à faire, par exemple le déménagement d'un lieu d'habitation en l'absence de l'habitant. Pas ou si peu d'effets personnels.

Le choc n'en est pas moins rude, une dégradation était en cours depuis plusieurs mois mais ne semblait pas appeler d'issue fatale avant longtemps.

Nous voilà repartis pour un tour de sidération, de au jour le jour, sans trop savoir comment chaque chose va évoluer, ce que nos tâches seront. Il y aura beaucoup à faire côté administratif. Ce monde moderne et marchand transforme la mort en une vaste corvée de paperasses.

En partant le week-end passé au triathlon j'ai eu la conscience forte de prendre une bolée de bon temps et de libération de toute tension, que c'était nécessaire et urgent. Je m'attendais en fait à des vacheries de la vie mais d'un tout autre côté (2). Ça attaque toujours pas où on s'y attendait le moins.

La tristesse affective que j'éprouve est pour l'homme de la maison, c'est un coup dur pour lui qui s'était, c'est tout à son honneur, de maintenir autant que possible un vestige de lien. Le deuil de son père je l'ai fait pour ma part au moment de sa maladie, lorsque nous avons su qu'il ne redeviendrait plus jamais lui. Lorsque nous tenions avec lui des conversations sans passé. Je sens que je vais beaucoup penser à Emmanuel Venet dans les jours et les heures à venir.

Ç'aurait pu être un bon dimanche, mais il restera dans nos esprit comme celui de la fin d'une fin entamée de longue date. Quelque chose d'inclassable mais non moins (à peine moins) douloureux.

Décidément, 2016.

 

(1) Cela dit fussé-je rentrée directement après le boulot que j'aurais dormi et pas été assez en forme pour écrire.
(2) Ou alors elles auront lieu mais simplement ne sont pas encore tombées.


The flavour of the day

Donc voilà tu es gamine, pré-ado puis ado et ça se frite dans les discussions entre les tenants du vrai rock (les Stones, les Who) et ceux d'un truc qui fait plutôt figure de pré-boys bands (mais on ne sait pas encore que ça existera (les boys bands)) qui est les Beatles et autres copieurs, quoi que Sergent Pepper's ait bluffé tout le monde et que le Floyd ce ne soit pas honteux. Et puis il faut bien se démarquer des goûts des grands frères, déboulent les Bee Gees, et ça lamine tout et ceux qui n'aiment pas, mais alors pas du tout, se réfugient dans le Punk et personnellement tu ne t'y retrouve plus. Alors tu écoutes ton bon vieux Bach et par ailleurs de la musique à danser (Michael Jackson apparaît ; Imagination c'est pas mal non plus, il y a Fame et puis Flashdance et déjà on est d'ailleurs dix ans après).

Sortir de l'enfance c'est prendre conscience de l'impermanence des choses : tu as donc pigé qu'un groupe rock, un vrai, ça n'est pas fait pour durer, entre les overdoses, les vies de famille (ben oui, même les rockeurs se font un jour rattraper), les pétages de plomb dû au fait d'être devenus riches (très jeune tu as remarqué que la richesse et le pouvoir esquintent, qu'il faut être sacrément costaud ou de qualité supérieur pour ne pas fondre un fusible quand ça te revient).

Par ailleurs le monde dans lequel tu grandis c'est : Il y a les Russes que c'est les méchants et les Américains qui sont des méchants un peu gentils, ils nous ont sauvé en 44, et il y a de la liberté chez eux si tu as de l'argent mais de toutes façons quand tu es pauvre, où que tu vives c'est la galère. T'es juste plus ou moins crevant la dalle plus ou moins en prison pour avoir crier que tu n'en pouvais plus ou tenté de te procurer ce qui te manquait et que tu ne parvenais pas à obtenir par un autre biais.
C'est un monde dans lequel une guerre nucléaire peut péter d'un instant à l'autre. On en est conscients, adultes comme enfants, un peu comme quelqu'un qui est atteint d'une maladie à crises : ça va, ça va et tout d'un coup, paf, la crise survient. Il y a des points de démarrages possibles pour la Grande et Définitive Fâcherie. Le Vietnam d'un côté, Cuba de l'autre, en 1973 le Chili. En fait chaque fois qu'il se passe un truc grave, on se dit C'est foutu, ça y est. Il y a aussi Israël et la Palestine mais en tant qu'enfant en Europe, tout ce que tu comprends, et tes camarades de classe c'est pareil, c'est que tu n'y comprends rien, que c'est super compliqué et que les adultes ont pourtant souvent des opinions très tranchées, et s'engueulent facilement sur le sujet mais que personne n'arrive vraiment à expliquer. Les Russes et les Américains, au moins c'est simple.

Il y a un type que tout le monde admire chez les jeunes, les grands frères, les cousins, il est sur les tee-shirts, il s'appelle Che Guevara. Et c'est vrai que sur la photo il a une bonne tête. Un jour tu comprends au vol d'une conversation entre jeunes plus grands qu'il n'y a qu'une photo (!) parce que cet homme est mort, il est mort en aidant des gens à faire leur révolution mais ça n'a pas marché, alors que ça avait marché la fois d'avant, à Cuba, justement.

Tu comprends que révolutionnaires et rockeurs sont des boulots à forte mortalité et que quand tu ne meurs pas à un moment de toutes façons tu es trop vieux pour continuer. C'est des jobs de jeunes.

Un jour tu lis (probablement dans un article de l'Express puis du Nouvel Obs que tu piques le vendredi à ton père pour le lire en loucedé avant qu'il ne rentre de l'usine (une vraie)) la date de naissance du monsieur sur les tee-shirts tu t'aperçois que c'est la même année que ton père, qu'en fait s'il n'était pas mort il serait un vieux qui engueule sa femme et ses gosses, parce que le dîner n'est pas prêt ou les notes pas aussi excellente qu'il ne le faudrait.
Un (début de) mythe s'effondre.

Comme tu fais allemand première langue, parce que les bons élèves font allemand première langue et c'est comme ça, et d'ailleurs c'est intéressant cette langue mathématique avec des déclinaisons comme ça chaque mot dans la phrase dit à quoi il sert (mais à apprendre, ce que c'est casse-pied), que tu as fait le voyage scolaire vers Hanovre, vu la frontière, lu des livres, rencontré des gens super sympas aux familles coupées, tu sais l'Est, l'Ouest, la frontière, que ça rigole pas. Avec tes camarades de classe tu as vu les miradors, le no man's land, les chiens patrouilleurs et leurs maîtres. Tu t'es dit que ça n'allait pas, mais qu'il y avait un sacré boulot pour changer ça, que ça allait être la tache principale de ta génération, ça et la pollution qui commence à devenir inquiétante (1).

Quarante ans plus tard, la planète est plus en danger que jamais il est peut-être déjà trop tard, des blattes et des robots capables d'apprendre survivront peut-être, mais pour l'humanité ça semble plié. L'argent roi, la course au profit a triomphé dans le monde entier, des garde-fous n'existent plus que de façon locale, les démocraties ne sont plus que des façades, les multinationales se moquent des frontières (s'en moquaient déjà mais avant l'internet et qu'on puisse soi-même causer directement avec des inconnus à l'autre bout du rond du monde, on en était moins conscients). Au mieux votre environnement ressemblera au village dans "Le prisonnier" au pire à l'enfer sans trompe l'œil. On a atteint le point où les idéologies clef en main qui quarante ans plus tôt vendaient certes des délires, mais plutôt pacifiques, poussent les gens vers la mort rendue attractive et d'y entraîner un maximum d'autres gens. Les marchands d'armes se frottent les mains.

Et voilà que tout soudain, les gars d'antan qui auraient logiquement dû mourir chacun quinze fois au vu des excès accomplis, ou se séparer vingt fois, sont toujours là et plutôt fringants (si à 72 ans je peux encore gigoter comme Mick maintenant, je signe tout de suite), et se produisent là où c'était très exactement inimaginable quelques décennies avant. 

Alors OK c'est burlesque et par là dessous une question de gros sous, mais il n'empêche que ça laisse assez bien supposer que TOUT EST POSSIBLE.

Même (surtout ?) de façon totalement farfelue.

Tout espoir n'est pas perdu. La survie sera bizarre.

The flavour of the day is strawberry.  

(Reste que : des morts et des disparus qui va nous consoler ?)

 

(1) On ne parle en ce temps là pas encore de réchauffement climatique dans les classes populaires, je suppose qu'à l'époque des scientifiques savent déjà mais pas le grand public, seulement il y a eu Seveso et avant cela Minamata, tu as vu à la télé des reportages (documents INA). En ce temps-là la télé se veut plus pédagogique que vendeuse de temps de cerveau disponible. Seveso t'a marquée car vous habitez près d'une usine de fabrication de scotch (entre autres) et certains jours l'air est bizarre (mais on ne sait pas si ça vient de là)


Deep sadness


    Le café serré de ce matin de Thomas Gunzig m'a aidée comme sa réponse hier lorsque j'ai entamé, avant que FB ne se réveille, un safety check à la mano. 

Que les amis se manifestent vite a été d'un grand secours. Mais déjà je sais certains d'entre eux concernés par ricochet : même scénario qu'en novembre à Paris ; en touchant une grande ville à des points de rassemblement, on touche facilement presque tout le monde ne serait-ce qu'en second cercle sans parler de tous ceux qui ont eu chaud aux fesses, ils auraient dû ou pu se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. 

En l'occurrence quelqu'un que je connaissais de l'ancienne librairie prend le métro, celui-là tous les jours vers cette heure là mais elle avait congé mardi. Une équipe junior de gymnastique qui fait partie de celles qu'accompagnent quelqu'un qui m'est cher devait s'envoler pour la Chine et être au check in à l'aéroport une heure plus tard. 

C'est les années soixante dix en Italie en pire : à l'époque les types ne se faisaient pas sauter avec leur bombe ce qui laissait peut-être une chance de repérer un "colis suspect". Les attentats suicides sont quasiment imparables, à part de demander à tout le monde de circuler sans sac et nu. Sans compter que les assassins peuvent se faire sauter dans une des files d'attentes créées par les contrôles. 

Plus tard, comme à l'époque, on découvrira de sales collusions. Mais le mal sera fait et des partis de haine auront sans doute pris le pouvoir. Remember Piazza Fontana, remember l'enlèvement et l'assassinat d'Aldo Moro. Il y a ceux qui font le sale boulot exaltés à point, privé d'un usage raisonné de leur cerveau, et ceux qui manipulent qui ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Et peuvent même être des ennemis déclarés des exécutants.

Un immense gâchis et des vies broyés pour assouvir la soif de pouvoir de certains. Les dieux et les idéologies ne servent que comme levier pour les petits assassins. Quand on maîtrisera la technologie des robots tueurs ça sera plus simple : il n'y aura plus besoin d'enrobage, juste la programmation. 

La seule réponse possible est de résister à la haine qui s'étend - en France avec son passé colonial et les séquelles de la guerre d'Algérie, elle est si facile à attiser, en Belgique j'espère un peu moins - et de continuer nos activités le plus normalement possible. 

Habitant Paris, ayant grandi les étés en Italie durant "les années de plomb", j'ai toujours eu conscience d'un risque permanent, partout, tout le temps. Ces derniers mois la probabilité a fortement augmenté. Mais il a toujours existé. Je n'ai pas particulièrement peur. Advienne que pourra. Mais je ne me rends que là où ça en vaut la peine. Ça rend exigeant sur nos activités. Il ne manquerait plus que ça que de mourir en se rendant à un boulot où l'on est traité comme un pion. L'ennui devient proscrit. Je ne vais plus qu'à des endroits et retrouver ou écouter des personnes pour lesquelles je serais assez fière si un attentat survenait d'être ramassée. Et il est hors de question que je renonce à circuler en métro - sauf à ce que des contrôles soient instaurés qui rendent l'accès trop compliqué -. J'y vais peut-être davantage en fait : pas certaine qu'en ces temps troublés on ait une nouvelle occasion de se croiser.

Je me suis aperçue que j'avais si peu de haine en moi que je me fais du souci même pour ceux qui aurait plutôt mérité que je profite de l'occasion pour leur rendre la monnaie de leur pièce comme on disait dans le temps. Je m'en veux d'être si peu capable de défense, si facile à attendrir pour l'éternité.
Il y a un immense soulagement heureusement à recevoir des nouvelles des amis, dès lors qu'ils vont bien, on s'aperçoit alors que c'est dommage d'être restés si longtemps sans se voir (1). 

Il y des surprises, il y en a dans toutes situations : ainsi ceux dont on ne se doutait pas qu'ils étaient à Bruxelles et qui soudain écrivent, Oui je devais arriver à l'aéroport mais mon avion est dérouté vers un autre, ne vous inquiétez pas (ah bon, mais d'où reviens-tu ?), ceux qu'on croyait encore habitant en Belgique mais qui sont depuis quelques mois à Paris et avec quelqu'un d'autre (2), celle qui vit à Bruxelles alors qu'on l'ignorait, celui qui a disparu de FB (on le trouvait effectivement un peu silencieux ces temps derniers) et dont on s'aperçoit qu'on n'a plus vraiment d'autres façons de le joindre, celui qu'on croyait seul et qui s'inquiète pour sa femme, celui qui est en Chine (mais répond aussitôt) (Je préférais quand c'était un capricieux volcan islandais qui nous offrait de telles surprises (comment ça : 6 ans déjà ?)), l'amie qui va bien mais reste inquiète pour l'un de ses fils (adulte) et finalement ça y est aussi rassurée (ma propre inquiétude pour des garçons que je n'ai pas vus depuis quatre ans et qui sont sortis si brutalement de ma vie (qu'a-t-on bien pu leur raconter à mon sujet ?)), celui dont on espérait un texto à la mi-journée, au moment de sa pause, il devait bien se douter que c'était difficile. Mais non, rien (3). 

En revanche qu'il y ait des attentats après l'arrestation d'un des suspects de ceux de novembre et le plus recherché n'était pas surprenant. Ne serait-ce que pour une question de "destockage" avant saisies d'autres planques, en plus du côté stratégique. Je pensais plutôt à Paris, supposant Bruxelles sous trop haute surveillance (en même temps : l'un n'exclut pas l'autre, nous n'en avons pas terminé).

Certains politiciens en profitent, on finit par prendre l'habitude, pour faire un concours de la déclaration la plus gerbante. D'une fois à l'autre ils font des progrès dans l'insupportable. Tout ce qui compte pour eux c'est de flatter l'électorat dans le sens du poil, alors au lieu de calmer le jeu, de montrer l'exemple, ils soufflent sur les braises : la colère rend bêtes, flattons l'imbécilité. On préférerait qu'ils se taisent.

On oublie tout ce qu'on avait d'utile à faire. Pour autant je ne suis pas restée scotchée à l'ordi, plutôt en fait, les messages aux amis sur différents outils. On finit quand même au fil des horreurs et des années par intégrer que les infos en continu n'apportent pas grand chose, des journalistes qui répètent en boucle le peu qu'ils peuvent annoncer, des témoins qui tentent de faire bonne figure mais peuvent difficilement dire autre chose que la panique et l'étonnement d'être survivants. 

On attend non sans crainte les listes de victimes, cette sinistre loterie. Une amie sait déjà deux de ses connaissances, peut-être des collègues (je n'ai pas osé lui poser la question), sérieusement blessés.

Je devais lire (pour le métier), n'ai pas pu réellement avancer. Ça n'est pas grave. Sans doute sommes-nous nombreux à n'avoir pas pu faire ce qu'on devait. Les jours suivants il faudra redoubler d'efforts.

Continuer, tenir bon et parier sur la chance.

 

(1) En même temps dans mon cas c'est simple, depuis 3 ans, c'est financièrement trop raide pour m'octroyer le luxe d'un déplacement de pur agrément. Je rêve de retourner à Torino, à Bruxelles, revoir la famille, les amis. Mais il n'y a plus de gras dans le budget, les factures se paient à l'arrache, les impôts, tout (je suppose que nous sommes loin d'être les seuls dans ce cas : des vies simples et sérieuses et pour autant des budgets qu'on ne boucle pas, la moindre réparation, une calamité, des frais dentaires peu remboursés, des mois à remonter). Donc je ne vois guère que ceux qui passent à Paris. Et la maison est dans un trop sale état pour les accueillir.

(2) Il n'y a pas à dire : une recherche d'emploi ça vous coupe bien du monde. Entre la fin du précédent travail (et que j'ai mis toutes mes forces pour le terminer proprement), le mois de novembre si violent (l'impression au retour du festival de cinéma d'Arras que ma vie a été engloutie dans un espace-temps de sidération), le mois de décembre très occupé (merci à ceux et celles qui sont passés me voir au Rideau Rouge), et voilà que mes recherches actives en janvier et février m'ont mise dans une zone de temps à part et que je n'ai plus suivi.

(3) Parfois je mesure que j'avais quand même quelques circonstances atténuantes quant à mon extrême naïveté. Si peu l'habitude qu'un bien-aimé se soucie de moi.