Double masterclass

Vous prendrez bien un peu de masterclass mêlée, écriture et course à pied ? Cécile Coulon et ceux qui l'ont invitée, nous font ce cadeau.


 


Grand sentiment de sororité (à part que aheum, j'apprends au passage que j'ai l'âge de la mère de Cécile, ou quasiment). Meme si je n'en suis pour l'instant qu'à l'étape où courir me permet simplement de recentrer ma vie sur ma propre vie (et mon corps et ma condition physique, mon rythme, ma respiration), et non pas de mettre de l'ordre dans mes pensées créatrices, puisque j'ai dû les mettre en sommeil, le temps de tenter d'assurer mes vieux jours.

Merci aux concepteurs et conceptrices des algos de Youtube à qui je dois pas mal de (re)découvertes. 

Et puis ce seul point de divergence : du fait de pratiquer le triathlon je constate que bien des plus jeunes y viennent et pas  des enfants poussés par leur parents, des plus âgés en fait. Donc je ne partage pas l'impression que les moins de 25 ans dédaignent les sports classiques - mais peut-être que le triathlon n'en est pas un, justement ? -. 


Some kind of achievement

 

Capture d’écran 2023-12-10 à 16.16.48

Ce dimanche c'était les 10 km de la Tour Eiffel, une première édition d'une nouvelle épreuve.

On sent que l'organisation n'est pas tout à fait rodée, des emplacements des toilettes au départ aux passages par des trottoirs à traverser, les reliefs non indiqués, en passant par le ravito mal placé (aux 6 km plutôt qu'aux 5), et à une bien curieuse et peu pratique interdiction du porte-dossard. Sans parler d'un horaire différent entre celui au moment de l'inscription et celui des confirmations (1). Le tee-shirt était trop cher, je m'attendais au vu du tarif à un vrai tee-shirt technique, celui-ci est joli mais d'un tissus sportif assez standard.

En revanche le parcours tenait ses promesses, Tour Eiffel et Champs de Mars, et le nombre de participant·e·s important mais pas encore trop, était une jauge agréable.

La médaille est plutôt chic, rien à redire.

Je n'en avais pas fait un objectif et comme nous avions participé au Téléthon la veille en effectuant des tours en courant d'un parc de notre ville, et que de plus j'avais eu un samedi rempli de choses à faire, et fatigant, je n'avais guère d'illusion sur ma performance.

Sans traîner mais sans non plus me sentir légère et énergique, je m'en suis sortie avec un 1h09'42" honorable pour moi.

Cependant si les progrès ne se mesurent pas dans mes chronos, ils sont là : j'ai terminé pour une fois non seulement dans le pack mais en compagnie de gens jeunes et aux allures sportives, j'ai pu courir sans finir aux jambes douloureuses pour rentrer, j'ai pu aller travailler le lendemain sans trop de difficultés.
Zéro courbatures.
Et le fait que 10 km soient devenues une sortie moyenne et que 21 km comme à Boulogne 15 jours plus tôt, soient une routine sans crainte, c'est pour moi (2) un bel exploit.

 

(1) Ça n'est pas neutre car des personnes à 30 mn près peuvent renoncer à s'inscrire ou au contraire avoir prévu de venir et ne pas pouvoir le faire.

(2) Thalassémie + pieds plats + débuté dans la course à pied à 49 ans, persuadée que, malgré mon amour du sport, ça n'était pas pour moi, que je n'y arriverai jamais.


Courir 2h par -3°c ; équipement


    Comme je me pose toujours moi-même la question de ce que je dois enfiler ou pas quand il s'agit d'effectuer une sortie longue par températures proches de 0°c (32 F), et que j'ai couru dimanche dernier par -3°c presque 2 heures sans avoir froid, j'ai décidé de documenter les épaisseurs.
Je cours très lentement (et en plus il s'agissait d'une séance de type endurance fondamentale) et je n'aime pas le froid.


Par ordre d'enlèvement, une fois rentrés au bercail :

Une paire de mitaines en laine épaisse

20231202_112518

 

 

une paire de mitaines simples de vélo

20231202_112545

Bonnet de laine et tour de cou épais

20231202_112626

Coupe-vent court manches courtes couleur claire (le but étant aussi d'être visible)

 

20231202_112641

Un tour de cou léger

20231202_112702

Une thermique conçue pour le cyclisme Des coureurs rapides diraient que c'est une hérésie car cela gêne le mouvement des épaules et des bras. Mais étant lente aux mouvements mesurés, je profite bien davantage de la protection au froid que je ne suis gênée par la gêne. Et puis les vêtements de vélo possèdent des poches arrières. Je les trouve personnellement extrêmement pratiques pour y glisser, gels, mouchoirs et téléphone, voire trousseau de clefs.

20231202_112727

Un tee-shirt technique, fait avec des tissus respirants et légers qui sèchent très rapidement. Celui que je portais ce dimanche était prévu pour le ping-pong à la base. 

20231202_112756

 

Enfin un haut technique hybride respirant dryshell. Parfois j'utilise aussi des sous-vêtements de chez une marque japonaise connue pour ses doudounes ultra-light, et qui sont conçus pour le grand-froid.

20231202_112821
 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Moyennant quoi je n'ai pas eu froid sans non plus porter trop lourd.
Pour le bas, moins d'enjeu (avoir un peu froid aux jambes me semble moins gênant) : legging long mais fin de sport, et short 2 en 1 par dessus, un modèle dont je rêvais (avec la partie stretch longue comme un bermuda et qui possède deux longues poches de côté plus une arrière, ce qui permet de faire des sorties sans prendre de sac (on peut ainsi avoir su soit : carte d'identité ou Pass navigo, CB ou un peu d'argent, mouchoirs, clefs et téléphone)) et qu'une marque a fait. 
J'utilise des sous-vêtements de sport : shorty et brassières. Longtemps j'ai préféré à toute chose le coton mais ces dernières années les tissus techniques ont fait de fort progrès. 

Pour les chaussettes, j'avais une seule paire un peu chaudes un peu montantes et les chaussures des chaussures de trail un peu polyvalentes et assez chaudes.

Je suis rentrée en pleine forme, sans avoir été gênée ni excessivement fatiguée par l'effort requis pour réchauffer mon corps.
Les coureurs et coureuses plus jeunes et plus rapides dans des circonstances similaires se contenteront sans doute d'un vêtement technique près du corps, d'un tee-shirt et d'une veste ou blouson. En compétitions les moins-frileux et les plus rapides se contentent de tenues élémentaires : short et tee-shirt auxquelles ils ajoutent manchons et parfois chaussettes hautes de compression et de légers gants. Je ne sais pas comment iels font (et pour aller si vite et pour n'avoir pas froid).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


30 km

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.20.04Capture d’écran 2023-10-17 à 22.12.19

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.23.08

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.25.29

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.24.24

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.27.45

 

9343_20231015_104755_323136836_socialmedia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.33.03

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.37.51

 

 

Capture d’écran 2023-10-17 à 22.35.22

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart des photos sont les photos officielles de la course (Sportograf)

 

 

9343_20231015_115700_323165171_socialmedia

 

Lire la suite "30 km" »


Vingt kilomètres cent

25840dbc-245e-42de-9bcd-c70d3bb330be

Depuis la pandémie, j'ai pris l'habitude de participer aux 20 km de Paris connectés. 
À présent ils le proposent avec des packs de 4 courses, réparties à raison en gros de une par mois pendant l'été, 5 puis 10 puis 15 km, pour finir avec 20 km. 

J'aime beaucoup cette idée de la progressivité. Et par ailleurs mes contraintes professionnelles rendent séduisante une course que je peux effectuer au choix un jour ou un autre (1).

Ça tombait bien pour les 20 km, ça n'était possible pour moi que ce dimanche car m'attend une semaine de six jours.
Et que caler un 20 km avant une journée de boulot m'est impossible  (je cours trop lentement et suis trop fatiguée après) et les caler après même si je l'ai fait une fois en m'équipant de façon à le courir en trajet de retour, est un peu rude.

J'avais repéré le trajet lors d'une sortie longue il y a quelques semaines : on peut facilement aller en train jusqu'à Maisons Laffitte descendre vers la Seine, passer le pont (un peu compliqué en courant en ce moment car gros travaux et le passage piéton est étroit, quant aux vélos ils sont au milieu des voitures et ça n'est pas sécurisé du tout), descendre un escalier et se retrouver sur l'ancien chemin de halage qui est aménagé sur la plus grande partie du trajet et pour le reste correspond le dimanche à des zones piétonnisées. 

C'était le cas ce dimanche à Sartrouville. Nous ne l'avions pas fait exprès mais ça m'a vraiment aidé ; au lieu de devoir zigzaguer parmi les promeneurs sur le chemin "piétons", j'ai pu courir à bon rythme (enfin, bon rythme de moi, donc très lentement quand même) sur la route.  

Il faisait un temps exactement parfait : du soleil et 21°c, et j'avais de bonnes sensations physique fors un insidieux mal de haut du dos apparu vers le km 18 et qui commence à me devenir désagréablement familier depuis quelques temps. En ralentissant (hé oui, encore plus) et en relâchant les bras sur quelques dizaines de mètres, ça s'atténue et comme j'avais presque terminé ça s'est ensuite calmé.
En revanche, le niveau de fatigue générale était assez présent. Bien moins fort toutefois que lors des sorties longues d'avant ma semaine de congés, mais néanmoins limitante, surtout vers la fin où une inquiétude pour mon sparring partner aka Le Joueur de Pétanque avait fait fondre ma concentration sur l'objectif.

Il était depuis deux jours soumis à un rhume carabiné et en fait avait arrêté de courir et s'était mis à marcher. Or à l'ordinaire, c'est lui devant qui fait des retours vers moi et je ne m'inquiète pas. Je n'étais donc pas prête - comme en plus au départ il ne semblait pas aller trop mal -, à soudain ne plus le voir du tout et à devoir être des deux la personne qui faisait les allers-retours. J'avoue la première fois avoir craint un malaise ou une chute.

Nous avons ensuite marché jusqu'au pont de Bezons afin de prendre un tram puis à Bois Colombes un train confortable.

Au bout du compte (les 20 km de course + les passages marchés avant l'escaliers du pont (2) faisaient 27 km, et j'avais les jambes fatiguées mais de façon parfaitement supportable. Donc les 42 km devraient passer mais ça serait bien de les courir vraiment. 

Le parcours en long de Seine est optimal : nous n'avons je crois bien eu aucune rue à traverser. En revanche il n'y a pas d'endroit où effectuer de pause pipi et nous avions pris nos précaution en effectuant une escale café-prétexte près de la gare de Maisons Laffitte.
Avoir déjà exploré ce parcours était une aide : j'avais les bons jalons pour estimer d'où j'en étais de l'effort fait. 

À Bruges ça sera l'inconnu, car je n'aurais que l'image de la carte, que d'ailleurs j'ai étudié le soir même, pour me repérer (3).

Au bout du compte et même si j'ai peur de récupérer le rhume et que ça me casse l'énergie pour le 15 octobre, je suis contente de cette course-test.
S'il n'y avait eu la recherche de mon partenaire disparu de ma vue, je pense que j'aurais bien tenu l'allure marathon de 7'48'' au km prévue dans le plan d'entraînement. 

La sieste une fois rentrée (4) aura suffit à écluser le plus gros des jambes douloureuses, et j'écris à minuit sans épuisement vraiment plus fort qu'un dimanche à simple séance. C'est sans doute à ça que je peux mesurer certains progrès.

J'ai pu en prime regarder sur un replay d'Arte un documentaire intéressant sur les limites physiques



2023-10-01 23_15_30-You know what

 

 

(1) Généralement il y a le choix entre 5 jours avec toujours un week-end inclus et par exemple pour ces 20 km finaux, c'était au choix du 1er octobre au 7 octobre inclus

(2) Je craignais si l'on courrait cette partie d'avoir trop de D- sur le parcours (limitées à - 50 m en dénivelée totale).

(3) Pas trop envie de me divulguer par avance le spectacle via street view, envie d'avoir le plaisir stimulant de la découverte.

(4) En admirant Jimmy Gressier arriver 4ème (soit probablement 1er des très contrôlés) au semi marathon des championnats du monde sur route à Riga.


La chute

(domenica)

20230730_115701

Il avait pourtant bien commencé ce sunday morning run, avec une destination "pour changer", le train sans changement pour aller à Maisons Laffitte, pour courir un temps parfait quoiqu'un peu venteux, mais vers 18°c, du soleil et des nuages et puis au début de la session, vers les haras, un rassemblement de vieilles voitures et c'était chouette - j'ai un faible pour les vieilles voitures alors que je suis plutôt anti-bagnoles excessives pour des raisons environnementales et de qualité de vie - ; nous nous sommes arrêtés voir c'était plutôt sympathique 

20230730_112102

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et des cyclistes faisaient comme nous. 
Plus tard nous avons passé les haras et nous sommes engagés sur une route qui semblait aller vers les bords de Seine et longer des stations d'épurations. Elle commençait avec une belle bidir et de l'autre côté une bordure peinte assez large et vers laquelle un panneau piéton adulte donnant la main à un piéton enfant nous indiquait que les humains non véhiculés semblaient aussi les bienvenus.

Las, quelques kilomètres plus loin, le dispositif s'étiolait et nous étions de courir en bordure de la route ou sur l'herbe. Il y avait fort peu de circulation, une auto-école et quelqu'un qui visiblement apprenait avec quelqu'un d'autre, sinon des vélos, toutes et tous très respectueux. Tout allait bien.

Jusqu'à une portion de bitume fraîchement refaite, le bitume bien épais, la bordure avec l'herbe haute comme un bord de trottoir, et à ce moment un cycliste est passé, j'ai jeté un coup d'œil prête à me déplacer vers l'herbe mais croyais visiblement être davantage côté route que je ne l'étais, mon pied droit (je suppose) était déjà bordure et qui se l'est prise, et je n'ai rien vu venir, j'étais à terre. Aucune ambiguïté quant à la cause de la chute contrairement à celle que j'avais subie dans la forêt de Montmorency, mais aucun instant de voir venir comme lors du trail de la Chouffe où j'avais eu le temps d'esquisser un mouvement vers une amorce de roulade. Alors je me suis fort rapée contre le bitume frais y compris l'auriculaire de la main droite qui saignait abondamment, et sinon coude droit et dessous du genou droit lequel venait de cicatricer du trail de La Chouffe pas de chance.

Le cycliste dont je crois me rappeler qu'il avait la tenue AG2R d'une certaine époque où Romain Bardet brillait, est revenu vers moi, et même si tout allait bien, je lui en sais gré (1). Le Joueur de Pétanque revenait sur ses pas.
Old maillot AG2R

Je me suis relevée assez vite, je crois. Avec la certitude peut-être un peu optimiste que rien n'était cassé mais en revanche, ça saignait. J'ai su qu'il fallait continuer à s'activer, calmer le poul, reprendre la course dès que possible afin d'arriver jusqu'à une gare, un transport qui permettrait de rentrer.

L'air de rien j'ai quand même bouclé ma séance, alors que dans ma confusion j'ai cru l'avoir écourtée : 

Capture d’écran 2023-07-30 à 23.47.29

 

Capture d’écran 2023-07-30 à 17.06.00

Nous avons été bien renseignés par deux cyclistes au moment où nous cherchions comment passer vers Conflans car le pont n'était qu'autoroute. Et que la passerelle sur mon plan de téléphone ne s'en distinguait pas assez.

Repas dans une crêperie moyenne mais qui avait le mérite d'être sur la partie jolie de Conflans, bord de l'eau, et ouverte un dimanche de fin juillet.

Retour en train, beau parcours, que nous pratiquons peu.

20230730_144546

 

Et pour finir une fois de retour à Clichy, une glace au Sicilien. Nous avons même pu échanger quelques mots, ils devaient fermer ce soir même pour congés longs, et elle exprimait son épuisement (mais avec une sorte de joie de qui a tenu jusque là, pas pour se plaindre).

Au fond, un bon dimanche.
À ceci près que malgré une bonne petite sieste devant la dernière étape du tour de France féminin, je suis à l'heure où j'écris dans la fatigue et la douleur et me demande comment je pourrais faire pour aller travailler le lendemain. 

 

(1) Oui je suis la fille qui quand elle se fait renverser à vélo par un automobiliste, se relève et pense Oh la belle vieille MG, et qui quand un cycliste vient vers moi pour me porter secours alors que je suis tombée pense Oh le maillot d'avant de Romain Bardet. Et qui quand un fou fait un demi-tour sans prévenir avenue de Clichy alors que je descends à bonne vitesse à vélo derrière a cette possiblement ultime pensée : Par dessus ça peut pas ; tout en se pensant déjà morte. Grâce soit rendue à la conductrice qui arrivait en face et a pilé dans un réflexe instantané et puissant qui lui aura permis d'éviter le chauffard tout en m'offrant la chance de ma survie, zigzaguer et me faufiler entre les deux véhicules. Olé !

 

[TW : plaie ]

 

 

 

Lire la suite "La chute " »


Un stick de lait (concentré sucré)

(dimanche 5 février lors du Maxicross de Bouffémont)

 

J'avais prévu mon ravito avec soin : un élément solide, deux gels (à prendre au quart et aux 3/4 de la course, un ravitaillement de l'organisation étant prévu à mi-parcours) et un stick de lait concentré sucré pour en cas de vieux coup de pompe. 
Pour le trail j'avais un de ces sacs à dos fins qui peuvent servir à porter un camel bag d'eau mais qui me sert au petit ravito, à mettre une gourde souple et à glisser un vêtement chaud ou un sans manches imperméable. Les gels et autres sticks peuvent se glisser le long des bretelles.

Le parcours de ce trail était constitué d'une boucle dans la forêt de Montmorency mais 4 à 5 kilomètres étaient communs au départ et à l'arrivée.

Aussi quand vers les 5 derniers kilomètres alors que je regardais vers le sol lors d'un passage avec des racines, j'ai repéré un stick de lait concentré sucré je me suis dit, Zut j'ai failli polluer la forêt, Ouf j'ai eu de la chance de le repérer, Tiens c'est bizarre, je ne pensais pas être déjà arrivée à la partie commune à l'aller et au retour, et C'est fou quand même je ne m'étais pas même rendue compte qu'il était tombé. Je l'ai ramassé, remis dans la bretelle, et j'ai poursuivi jusqu'à l'arrivée mon chemin.

Une fois rentrée, une douche et au lit.

Ce n'est donc qu'au soir que j'ai repris mon sac afin de le vider et le ranger, jeter les emballages de ce que j'avais consommé, remettre mes lunettes dans mon sac de tous les jours et ... constaté que j'avais deux sticks de lait, un plus bas dans la bretelle creuse, l'autre vers le haut.

J'avais donc récupéré le stick semé par quelqu'un d'autre.
J'ai bien ri. Et me suis trouvée soulagée quant à ma notion de repérage du parcours : je l'avais effectivement trouvé avant la portion commune aux deux parties de celui-ci.

J'espère simplement qu'il n'aura pas manqué à la personne qui l'avait perdu.


L'esprit de compétition

 

    De façon amusante, je me suis découvert depuis que j'ai commencé ma #VieDeTriathlète, l'esprit de compétition.

Jusque là je m'étais toujours peu souciée de défis et temps et records, et de vaincre encore moins.

D'une part, et jusqu'au bac parce que c'était "trop facile". Je me battais contre le fait d'être sans arrêt enrhumée l'hiver (une semaine malade dont 2 à 3 jours de forte fièvre, une semaine mieux mais sans énergie, une semaine normale, deux à trois jours de mal de gorge et retour à la première occurrence de cette parenthèse) et donc de devoir rattraper des cours sans arrêt. Avec aussi cette sensation de n'avoir pas le même cerveau tout le temps : un truc que j'avais tenté de travailler lors des jours malades et qui me semblait compliqué, une fois remontée à mon niveau normal me semblait élémentaire et je me demandais bien ce qui avait pu me bloquer.
Je sais ce que veulent dire les personnes atteintes de Covid long lorsqu'elles évoquent l'effet de brume dans leur cerveau. La fatigue et les rhumes et angines me l'ont fait éprouver souvent.

D'autre part, la thalassémie m'a souvent placée en retrait ; je ne joue pas à armes égales avec les autres pour tout ce qui relève du sport. Ponctuellement je peux défendre mes chances mais par moment je suis vidée de toute force.

En revanche la devise de Louis de Gruuthuse et de sa lignée, "Plus est en vous" Miniatuur_bombarde_small

m'a toujours convenu.
Et ce fort esprit de lutte pour faire toujours mieux, vis-à-vis de moi-même et compte-tenu de mes propres forces, ne m'a pas lâchée.

Avec les courses et autres triathlon, passées les premières années durant lesquelles "juste finir" était déjà un fort objectif, je me découvre une sorte de joie des défis, une excitation particulière, une façon de me concentrer sur des choses positives (plutôt que d'être sans arrêt en train de limiter les dégâts face aux aléas), et de choisir de participer à telle ou telle épreuve.
J'adore les week-ends où une compétition est prévue. J'adore me préparer avec application comme si j'étais une concurrente sérieuse, alors que je sais pertinemment qu'à moins d'être la seule dans ma catégorie d'âge je ne l'emporterai pas.

Le fait est que j'ai encore une marge de progression (pourvu que ça dure !) et que la moi de 12 ans, qui n'a jamais totalement disparu de ma perception des choses, est juste trop contente de pouvoir jouer à (tenter de) mieux faire.

Je m'apprête, si tout va bien, à passer 5 ou 6 heures à crapahuter en forêt dimanche, puis deux journées clouée au lit bobo les jambes et probablement un peu de fièvre (1). Sauf accident, j'en ressortirai en ayant augmenté d'un cran ma condition physique et l'esprit neuf, un moral renforcé (2).

Les perspectives pour ce samedi, footing d'activation et expédition pour aller chercher les dossards puis préparation de ma tenue, mon paquetage me réjouissent. C'est le joyeux esprit de la compétition, comme une bouffée d'enfance.

 

(1) J'ai presque toujours une poussée de fièvre au soir d'un effort particulièrement soutenu, et ça me dure 24h, sauf à la faire baisser par un médicament.

(2) Soit d'avoir réussi alors un sentiment de victoire, soit d'avoir fait moins bien qu'espéré et déjà sur le sentier des efforts requis pour améliorer l'ensemble avant le tour d'après. Et donc équipée d'une nouvelle motivation.


Bien du bonheur

 

Capture d’écran 2023-01-14 à 15.50.54

De mes années où je dansais l'après-midi, puis de celle où je travaillais en librairie et encore un peu de mon emploi actuel qui m'en occupe certains, nous avons pris l'habitude d'effectuer les sorties longues de course à pied le dimanche matin. 

Aussi j'étais ravie de pouvoir profiter d'une sortie trail en ce samedi, avec les camarades du club de triathlon et aux environs de Gif sur Yvette, zone sur laquelle j'avais un peu rêvé dans la semaine après un travail concernant une librairie des environs (mode, je ne connais pas bien, il faudrait que je retourne faire un tour par là). Les années de pandémie ne m'ont pas fait particulièrement souffrir, il n'en demeure pas moins que combinées avec le fait d'avoir un emploi enfermé, j'étouffe et j'ai grand besoin d'aller vers des lieux nouveaux ou de redécouvrir ceux que ma mémoire a partiellement effacés car j'y suis allée depuis trop longtemps.

C'était l'occasion rêvée. J'ai dû convaincre mes camarades de ne pas m'attendre : la thalassémie n'est plus pour moi qu'un handicap léger mais il faudrait que je sois retraitée et puisse organiser mon temps autour du sport et non du gagne-pain pour pouvoir suivre le rythme des autres sans me mettre dans le rouge au bout de quelques kilomètres à peine. 

Ceci fait, j'ai pu me consacrer à ce qui ressemblait dès lors à une charmante course d'orientation - j'adore ça, le sens de l'orientation étant mon petit pouvoir magique sur lequel je peux encore compter (1) -. J'ai pris mon temps (seule, il convenait de redoubler de prudence), j'ai croisé très peu de monde, deux promeneuses de chien, un petit groupe de traileurs et traileuses, c'était un morceau de joli paysage et par endroits de forêt pour moi toute seule. 

J'ai fini sans fatigue mais avec au contraire les batteries rechargées.

Trouvé des toilettes dans le gymnase d'où partait la station de trail, et des jeunes s'entraînaient au hand et ça m'a fait plaisir, je me suis dit que tout n'était pas perdu, si des jeunes venaient joyeux pratiquer un sport. 
Et puis un peu plus loin une pharmacie avec un monsieur âgé (2) et bien aimable qui la tenait, puis une boulangerie avec un pain batbot qui semblait délicieusement frais. J'ai pris un sandwich, un de ces pains et puis un RER sans avoir à trop attendre à la station voisine.
Trajet de retour 1h05 contre 35 mn en voiture à peine (pas d'embouteillages).

Bien sûr l'après-midi a été consacrée à de la récupération, dormir en regardant des vidéos de sport. 

Dont une qui m'a particulièrement intéressée : le sport par quelqu'un qui n'aime pas ça mais s'est lancé un défi. Je prends conscience que je peine à comprendre, tellement le sport, même si je suis mauvaise, spontanément me réjouit ; surtout en extérieur. Pour moi le sport a du sens de façon immédiate, et abandonné si je me suis fixé quelque chose n'est une option qu'en cas de force ou de risque majeurs.
Je savais bien que bien des personnes n'aiment pas ça, mais ça restait pour moi absurde et abstrait.

Sinon, j'ai débuté un petit défi photo sur un des réseaux que j'aime bien (pas celui racheté saboté par le milliardaire) et me consacrer à un petit truc perso m'a fait du bien.



 

(1) J'ignore pourquoi je suis persuadée qu'avec la mémoire c'est ce qui prendra cher en premier quand j'aborderai, si j'ai la chance de tenir jusque là, le grand âge. 

(2) Si ça tombe, c'est mon âge qu'il avait. Je ne parviens pas à part concernant la retraite qui recule et les années qu'il me reste à tenir, à être consciente de l'âge que j'ai. Dans ma tête je dois être restée vers une quarantaine d'années.