Comme une sorte de blague à retardement (Jacky Schwarzmann, "Pension complète")

 

Fullsizeoutput_1799  Persuadée que tel était le cas, j'ai commencé à lire "Pension complète" de Jacky Schwarzmann, comme un polar luxembourgeois qu'une amie m'aurait conseillé.

Seulement à la fin du chapitre 4, le narrateur se retrouve envoyé sur la Côte d'Azur pour cause d'ennuis qui lui pendent au nez et de personne de son très proche entourage qui peut lui permettre de se réfugier dans un yacht à Saint Tropez.

C'est alors que sa voiture tombe en panne et qu'il se trouve obligé de se loger à côté du garage où elle doit être réparée.

Le voilà donc qui page 46, débarque au camping précis où mon club de triathlon avait son stage en avril, tous les détails y sont et j'ai tellement ri (1) que j'ai dû interrompre ma lecture. 

Remise de l'effet bonne blague, j'ai poursuivi ma lecture, très facilement car dans la catégorie polar déjanté et drôle quoiqu'assez pertinent sur ce qu'il dit de la société, ce roman tient la route, et voilà que page 117 deux des protagonistes se mettent à causer triathlon et par n'importe lequel, le Xterra en France dans lequel l'un des coachs de notre club s'est illustré récemment et qui présente la particularité de consister en un parcours VTT pour le vélo et trail pour la CAP.

Arrivée à ce stade, j'ai cru que Jacky Schwarzmann était le pseudo de quelqu'un du club qui aurait participé au stage, ainsi qu'au Xterra, de l'année passé. La qualité de certains compte-rendus de courses rédigés au sein du club rendait l'affaire plausible. 

Une fois de retour devant l'ordinateur j'ai pu constater que ça n'était pas le cas, Jacky Schwarzmann est un écrivain de l'est de la France et qui vit à Lyon, si j'ai bien compris. Par ailleurs je suis parvenue à retrouver l'article qui m'avait menée jusqu'à la lecture de ce livre : non pas un conseil d'ami·e mais un billet sur l'excellent blog Encore du noir.

Je me suis donc une fois de plus fait une blague à moi-même puisque l'info des lieux et du camping y était. Mais tout simplement lors de ma lecture de la chronique, je n'avais pas percuté - au stage j'étais simple participante et je ne me suis préoccupée du lieu qu'au moment de m'y rendre, son nom ni la région ne m'étaient familiers -.

En attendant j'ai découvert le travail réjouissant d'un auteur que je ne connaissais pas, mais dont j'ai l'impression qu'il s'est appliqué à me faire une bonne blague personnellement à moi. Merci pour le grand éclat de rire et le chouette moment de lecture, en tout cas.

 

(1) Parce que l'environnement me rappelait tellement le village dans Le Prisonnier que je n'avais pas pu m'empêcher de jouer à imaginer quelques intrigues polardeuses pendant que lors des différents entraînements je courais. 

PS : Un blog à présent abandonné, une émission sur France Culture, une balade littéraire sur Radio Nova : j'aurais pu lire ce roman plus tôt, mais ç'eût été moins rigolo. Et peut-être que j'eusse été moins détendue au camping pendant le stage si ma lecture avait précédé le séjour ;-) :-) . Parfois la vie se goupille bien. 


Quand tu penses (pseudo)

Quand tu penses qu'il aura fallu que pour le départ du tour de France 2019 à Bruxelles, la présence d'Eddy Merckx te pousses à vérifier quelque chose le concernant sur wikipédia (en mode 50 ans ! hein ? quoi ? déjà ?) pour piger probablement cinq ans après tout le monde d'où venait le pseudo d'Édouard Louis. 


Le bus obligé


    Mon pass navigo n'est toujours pas reconnu par les néo-vélibs, et je ne parviens pas à prendre le temps de régler cette question (il faudrait que munie de mon identifiant et code en plus du pass je me rende à une station avec du temps devant moi et mon téléphone et appelle in situ - or je ne parviens pas à réunir tout ça, entre les remplacements, mon projet de reprise, les émissions de radio et le triathlon et diverses choses administratives (dont Pôle Emploi) et je cavale sans arrêt -), dès lors pour des déplacements dans Paris sans avoir la possibilité de garer un vélo de façon sécurisée, je prends mes pieds ou le métro. Plus rarement le bus qui ne vaut la peine que s'il est direct et qu'on ne l'attend pas (ou que l'on a le temps de se la jouer touristique).

Ce matin-là j'avais rendez-vous avec celui qui cède la librairie que j'aimerais pouvoir reprendre. Un rendez-vous de très bonne heure afin d'aller aux centres d'approvisionnements d'Ivry, voir comment ça se passait. 

J'étais juste en temps, une autre personne de la maisonnée s'était réveillée et mon départ c'était trouvé différé des cinq minutes qui auraient rendues ma durée de trajet confortable. Du coup pour me rendre à la station de métro (il était trop tard pour faire le trajet à pieds) tranquillement je trottinais, ce qui permet d'y arriver en 6 minutes au lieu de 9. Un bus à un moment m'a dépassée qui allait dans la même direction, je n'y ai pas prêté davantage attention : j'étais porte de Clichy et les travaux encore importants rendent la traversée piéton (et vélo) délicate. Je continuais donc à trottiner vers le métro à vitesse constante et confortable. C'était curieux quand même, ce bus à son arrêt qui ne redémarrait pas. 

Arrivée presque à sa hauteur j'ai soudain compris : le conducteur m'ayant vu courir, et ayant à cette heure matinale fort peu de voyageurs, m'attendait. 

Alors, j'ai pris le bus, bien obligée. Touchée par sa prévenance, merci à lui. Et stupéfaite. Que ma vitesse de croisière, moi qui suis (très) lente en course à pied, puisse être prise pour une vitesse de sprint pour arriver à temps à l'arrêt, c'était une grande première. Le triathlon, ça aide à la vie.

Je suis arrivée à l'heure à mon rendez-vous.

 

 


Comme je n'ai pas le temps d'écrire mon téléfonino le fait à ma place

    

    Un des avantages de faire partie de l'équipe des Libraires Volants est qu'au gré des missions et comme nous avons droit à une pause déjeuner d'une heure, il est possible de partager un repas avec les ami•e•s qui logent ou bossent non loin. 

Ainsi hier, j'ai eu ce bonheur de partager une heure avec l'une de mes amies, simplement par la suite d'un SMS qu'elle m'avait envoyé sur un tout autre sujet et sur le mode, je suis dans le coin, aurais-tu du temps ? 

Ensuite le boulot a repris de plus belle, j'avais rempoché mon téléphone fissa à l'entrée d'un client à peine l'amie partie ; quand on tient une boutique, le temps ne nous appartient pas. 

Un SMS de mon amie m'est parvenu peu après, comme je craignais un incident lors de son retour, quelque chose d'urgent, un oubli, je l'ai consulté dès que j'ai pu. Elle me disait gentiment quelque chose comme Je crois que le SMS précédent ne m'était pas destiné. 

J'étais surprise : depuis celui précisant l'adresse de la librairie pour laquelle je travaillais, je n'avais rien envoyé. Plus tard, quand j'en ai eu le temps, j'ai consulté l'historique de notre conversation. 


En fait, je n'avais pas été efficace lors de la mise en pause du téléfonino avant de le rempocher. Il était resté sur la dernière page ouverte, un texto de l'amie me confirmant sa venue. Et de là, le système d'aide à la saisie avait composé un texte un tantinet surréaliste et dans doute qu'un pli de mon vêtement s'était trouvé au bon endroit pour créer un appui sur "Envoi" lors de l'un de mes mouvements. 

J'ai cru m'étouffer de rire lorsque j'ai lu le résultat. À quoi bon tenter d'écrire lorsqu'on dispose d'un téléfonino si créatif ? : 

HEt qu'elle étaisà déjà de de la 888777u7 de faire des trucs à Arras faisaient de de de de a à la librairie nous de de a de la journée à toi et de de la de a à de tout autres trucs de a 888777u7 de faire un massage de de de a fait x est en train de wiig8g̈fait une enveloppe minuit et une de a fait x w wwwwwww TML.5

Si d'aventure je parviens un jour à trouver le temps d'écrire un polar et que celui-ci comporte une péripétie autour d'un message codé, je n'aurais pas besoin de trop me casser la tête pour l'inventer. 

 

 


Mon téléfonino vous écrit


    Je venais d'envoyer un SMS pour parler à qui de droit du vélo de rêve dont je venais de faire l'achat, un SMS assez technique, de fait, puis de prendre le chemin du retour avec deux roues de rechange (du coup un peu chargée). J'avais mal fermé mon téléfonino, lequel avec la complicité de ma poche de pantalon s'est mis à être très bavard. 

Aux séries de hyhyyhyhyhy et autres hhhhh hij6yh que j'ai expurgées près, il a trouvé le moyen d'envoyer tout seul le SMS suivant : 

"Y y et et et de To To do et que je thé tchétchène de Clichy dans un état un état un état t'aime fort fort et de duvet hic hic c'est que jhve quelqu'un qui hhhh"

Je me demande encore où il est allé chercher tout ça (1) mais si ça continue il publiera avant moi.

 

(1) En particulier "tchétchène" et "duvet" que je ne crois pas avoir jamais mentionnés dans un SMS. "Le thé tchétchène de Clichy" ferait un bon titre. 


Rencontre avec Thomas Gunzig : l'enregistrement

Je dois filer prendre un train pour préparer l'arrivée des éléments d'un déménagement, sans connexion stable sur place. Du coup je dépose ceci très vite ici avant : souvenir d'un excellent moment même si je n'étais pas au meilleur de ma forme (1), mais Thomas l'était qui a lu de façon merveilleuse sa nouvelle "La girafe", finalement en entier (c'était trop bien pour le laisser s'arrêter).

Merci à Hugues qui a mis en ligne très rapidement l'enregistrement.

 

(1) note pour une prochaine fois : éviter de programmer une rencontre que j'anime moins de quatre jours après un événement sportif intense et long

Tuba Miror

 

    

L'ami rencontré m'a présenté son ami Tuba, lequel nous a narré un peu plus tard ses mésaventures de métro du temps où il transportait son instrument sans housse, quand des dames venaient lui conseiller d'utiliser Miror pour que son instrument brille mieux et que d'autres venaient avec d'autres conseils et que les gens à cause de l'instrument non habillé lui causaient. J'ai aussi pensé à ce #faildujour de David Meulemans, que je reproduis ici pour le cas où le joueur de Tuba, qui n'a pas facebook, je ne crois pas, viendrait à passer :

Le bénéfice de prendre le métro parisien en dehors des heures de pointe, c'est de pouvoir s'asseoir, étendre ses jambes, et se sentir un peu comme dans un bar à cocktails, bercé par le roulis du train qui court dans la nuit.
Jusqu'au moment où monte un jeune homme avec un tuba géant, et là, la panique saisit tous les voyageurs - cette dame élégante qui saute sur ses escarpins, se jette sur les portes qui se ferment devant elle ; ce jeune cadre qui plonge à la poursuite de dame, sans plus de succès ; ces deux amoureux dont les regards énamourés sont désormais plein de terreur... Après cette cavalcade, et la certitude que toute résistance est futile, que l'espoir est mort - chacun, lentement, lève la tête avec appréhension, vers le musicien, comme le condamné qui jette un dernier coup d’œil au bourreau, avant que ne tombe la hache.
Et là, le tubiste un peu irrité: "non mais oh, j'ai pas prévu d'en jouer, du tuba, je vais à la Cité de la Musique. On se calme, hein. (silence) Non, mais, les gens sont tendus, ces jours-ci!"

Il date du 6 mai à 8h59.

Cette omniprésence des tubas ces temps-ci  ...


Comme un fact checking de Jours tranquilles ;-)

 

Capture d’écran 2017-03-30 à 00.23.02

C'est un de ces soirs de début de printemps où s'enfermer paraît difficile et où je n'ai pas le courage de prendre le métro, pas pris mon matériel de vélib (casque et gilet réfléchissant), et où je me sens d'attaque après une bonne soirée pour traverser tout Paris à pied. 

Il se trouve qu'un bus m'est passé sous le nez (au sens littéral) marqué "Place de Clichy" alors j'ai sprinté pour l'attraper au vol du plus proche arrêt. Ce qui m'a accordé un splendide Paris by night (always such a delight) et qu'arrivée Place de Clichy comme j'avais ma montre de sport, l'idée s'est installée dans ma tête de vérifier la distance entre la place et chez moi ce qui à 30 mètres près pouvait donner la distance parcourue par le narrateur de "Jours tranquilles ..." lequel rentrait éméché en cinquante minutes du Wépler.

Hé bien donc la distance est de 2,5 km (à peu de choses près) et se fait bien en trente minutes (1) lorsque l'on n'a pas bu.

Pour les épisodes érotiques du bouquin, je sens que j'aurais plus de mal à procéder à quelque vérification technique que ce soit.

[en revanche pour ce qui est du bout de fromage dans le réfrigérateur, ce fut déjà fait] 

(1) de marche pas de course à pied.


Parfois la vie c'est bien foutu (mais il faut vite en profiter parce que ça ne dure pas)

 

C7pJY-qXgAEjkES

Ça démarrait, moyen, exactement comme l'autre jour, mais à tout prendre je préfère ça et que ça finisse bien plutôt que des journées entamées sans nuages, un jour à la Foire du Livre de Bruxelles, je dois retrouver une grande amie et cueille l'annonce d'une rupture, un dimanche de juin, tranquille, course à pied, la forme, je rentre et trouve un mail d'un bien-aimé au début tout à fait courant, sur le principal sujet en cours (une rencontre littéraire qu'on organisait) et puis presque en PS, l'annonce aussi d'une rupture (ou plutôt d'un changement de rôle, comme si les femmes étaient des pions), un dimanche brumeux d'un mois de janvier qui me voyait travailler dans les trop beaux quartiers et une collègue à la caisse qui lisait les infos entre deux clients qui pâlit - Il y a eu un attentat -, un vendredi de novembre, nous sommes au festival d'Arras, les films sont formidables, un peu de remue-ménages vers les places réservées lors de la projection du soir et puis à peine le générique entamé, l'annonce et un texto de ma fille, Paris est à feu et à sang ... Bref, je finis par vraiment préférer les journées qui démarrent avec un peu de poisse (mais pas trop), c'est devenu rassurant. 

Et donc voilà celle-ci, le début pas mal - démarrer la matinée en nageant, rayons de soleils par moments, c'est beau, c'est bon, quel bonheur !, un petit-déjeuner littéraire passionnant -, je parviens à en profiter même si les lendemains d'attentats sont toujours délicats, une amie concernée mais de par son métier (1), et puis la "usual poisse" qui réapparait sitôt le téléfonino rallumé après : deux mauvaises nouvelles coup sur coup, rien à voir entre elles, une réapparition d'inquiétude pour quelqu'un que j'aime (entre autre). Rien de dramatique, c'est déjà beaucoup, mais une journée ensoleillée qui d'un coup s'assombrit.

C'est dans ce petit nuage gris que filant prendre le RER qui m'approche du travail, en plein milieu d'un trottoir, j'ai trouvé un coupe papier. Un de ces trucs so seventies avec le manche en marbre (ou pseudo, mais assez lourd), là par terre, loin de toute poubelle, loin de toute raison plausible qu'il ait atterri là. Au demeurant pas très loin d'une école maternelle, alors je m'en saisis avant qu'un bambin ne soit tenté d'en faire autant. Ce n'est qu'un vieux coupe-papier mais quand même. 
Ensuite, il y a eu le trajet, le travail, et j'ai oublié l'avoir fait. 

Au soir je suis dans une librairie, pas n'importe laquelle, et je tombe sur les Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon dont je suis une fan absolue - cet art du raccourci -. Elles sont dans une très belle édition illustrée et reliée à l'ancienne : les pages encore à découper. 

Au métro du retour, illumination soudaine : j'ai ce qu'il faut pour procéder.  J'ai ainsi pu commencer à bouquiner : je disposais comme par enchantement et le l'objet et de l'outil. Joli cadeau de la vie. 

(dommage que ça soit dans l'ensemble trop rare, et que ça ne dure pas)

 

 

(1) C'est fou cette loi du "au moins une" : à chaque attentat perpétré dans une grande ville d'Europe, je (on ?) connais au moins une personne concernée d'une façon ou d'une autre. Et donc là c'est une amie que son travail amène à devoir rencontrer des témoins. Et bien sûr plusieurs autres présents à Londres et pour lesquels on s'est brièvement inquiétés - je me demande si le Brexit viendra modifier ça : beaucoup moins de parisiens qui vont à Londres comme de rien -. 


Tout le monde se goure et le film est (rudement) bien

Alors pour une raison qui m'échappe, j'ai cru que le film pour lequel j'avais mobilisé l'homme de la maison était projeté ce soir. C'était hier.

Le jeune homme à l'accueil du cinéma, nous décrivant les films de la soirée, a confondu "C'est nous" et "Citoyen d'honneur", je m'en étais douté, mais peu désireuse de partir dans une longue discussion (c'était l'heure, il fallait prendre une décision) et vaguement prise d'un doute devant sa certitude, après une première objection (film Argentin), j'ai laissé dire (1). 

L'un dans l'autre, c'est bien Citoyen d'honneur que nous avons vu et pour une session de rattrapage, c'était un bonheur. Humour grinçant. Fond du propos touchant - surtout pour qui connait la vie des écrivains -, acteurs parfaits. Bref, nous nous sommes régalés.

Il en va parfois de la vie comme de la cuisine : certaines erreurs peuvent déboucher sur quelque chose de délicieux.  

(1) Le garçon est venu très gentiment se confondre en excuses à la fin de la séance. J'ai trouvé sa démarche très élégante, même si au fond nous avions sans doute passé une plus légère soirée que si le film programmé avait été celui dont il nous parlait.