Les crimes imparfaits


    Pour des raisons de confidentialité je ne peux pas trop en dire davantage, ce qui fait que relisant ce blog quand je serai bien vieille le soir au coin du feu pas de bois parce qu'il n'y aura plus d'arbres ou qu'on n'aura plus le droit, je relirai en me demandant Mais de quoi diable voulais-je parler ?, il n'empêche je ne sais faire l'économie de noter la perplexité qui fut la mienne en apprenant leurs circonstances en milieu de journée. 

Si l'on met à part le cas d'une personne assassinée par quelqu'un de son entourage qui souffrait de troubles déjà identifiés, il n'en reste pas moins un voisin (pas chez moi) jouant à Breaking Bad IRL, un gars d'un gang arrêté pour suspicion de participation à un meurtre particulièrement violent - et pas la moindre idée qu'en plein Paris des caméras de surveillance existent, tuer serait donc à ce point plus facile que réfléchir ? -, et un cas encore plus étrange et d'une très glorieuse absurdité (mais qui a heureusement échoué). Au fil de quelques activités peu compliquées qui furent les miennes durant l'après-midi et qui laissaient donc du cerveau disponible, je n'ai cessé d'y songer, avec une sorte de sidération qui oscillait entre le rire (quel festival !) et l'effarement avec la conscience que les dysfonctionnements ainsi mis en valeur de notre société sont réellement flippant. 

J'aurais peut-être dû intituler ce billet, d'une de mes amies la stupéfiante collection de pieds-nickelés par tous types de voisins interposés.


Au bout du compte, et pour l'instant, un mort, le malheureux du règlement de compte, qui si l'on doit croire certains articles, ne le concernait peut-être même pas. 


Jérémy, nageur

 

    Encouragée à l'époque par #MaGrandeDiva, j'avais entrepris en 2008 d'écrire un roman jeunesse, une histoire de grandir et de sport et qui s'intitulait entre autre provisoirement "Jérémy, nageur".

Comme toujours dans mon travail, j'avais choisi avec soin le prénom : 1/ qu'il représente bien quelqu'un de son âge pour le lieu et l'époque donnée (France, 2010, adolescent) 
2/ que je ne connaisse personnellement personne qui le porte et risque de m'influencer ou de croire que je l'évoquais.

La fin brutale de mon travail à "l'Usine" début 2009 et comme les mois suivants n'avaient servi qu'à reprendre pied, avait coupé cet élan-là. Pour des fictions, il est difficile une fois qu'est survenu un changement majeur de nos vies de retrouver une convergence de rythme et de ton et la peau des personnages. 

Voilà que l'an passé j'ai fait la connaissance parmi mes camarades de clubs d'un solide sportif qui se prénomme Jérémy. J'avais la curieuse impression que nous nous étions déjà rencontrés. Objectivement (différence d'âge, de milieux professionnels, de lieux d'études ...), il n'y avait aucune raison. 


C'est aujourd'hui, alors que je me dis qu'il est plus que temps, passé maints orages de la vie, que je me remette au travail, que je retrouve mon début de roman. Et soudain, je comprends. Même l'âge correspond. Seul le sport favori diverge. 

Je crois que si je remets sur le métier celui-ci de mes ouvrages, il conviendra qu'à tout le moins je modifie le prénom. 

< à développer ultérieurement : le paradoxe de l'écrivain
ce qui permet d'écrire à un niveau professionnel, c'est avant tout la capacité de travail et d'être ininterrompable ; or ce qui permet d'écrire avec du fond, de l'épaisseur, de la matière c'est d'être sensible à ce, celles, ceux qui nous entourent, une éponge ; du coup lorsque surviennent des aléas rudes de la vie, ce qui est une qualité dans ce travail devient ce qui empêche de s'y consacrer > < nb. : dans notre société pour l'instant les hommes s'en sortent mieux, la plupart des femmes se retrouvant immanquablement happées par l'intendance familiale des catastrophes intimes ou générales, parfois longtemps encore après leur survenue >

 

(Salut Jérémy, si tu passes par ici) 


L'homme qui n'en savait pas trop

(publié avec son accord)

 

Tout aura commencé par une banale fausse manipulation de sa part qui aura éteint l'alimentation électrique, vite rétablie rien de bien méchant. Mais voilà, oldschool comme nous le somme, nous nous réveillons encore au radio réveil, principalement. 

Lequel datant lui-même d'un nombre d'années conséquent n'est pas muni des dispositifs du matériel actuel qui permettent des remises à l'heure automatique lors du moindre événement, qu'il s'agisse d'une coupure de courant ou du très prévisible changement d'heure.

J'avais bien, après la coupure, procédé à une remise à l'heure et de l'horloge et de la fourchette de fonctionnement pour le temps de réveil, mais par fatigue ou d'avoir été interrompue en le faisant, j'ai laissé pour radio la station qui se met par défaut après une interruption. Il s'agit de celle qui se trouve vers les 87 MHz, à savoir par chez nous Radio Nico, laquelle ne diffuse que de la (plutôt) bonne musique et des jingle conviviaux et charmants. Zéro infos.

Nous nous sommes donc réveillés fort paisiblement, loin des bruits du monde et l'un comme l'autre hâtifs : notre journée de travail devait commencer.

L'Homme est parti alors que par acquis de conscience je prenais soin de régler le radio-réveil cette fois-ci sur France Culture (1). C'est là que les entendant longuement deviser au sujet du vieux chanteur, qui ne fait pas énormément partie de leur programme habituel j'ai compris qu'il était mort - non sans une hésitation, car le fait que son décès survienne au lendemain de celui de Jean d'Ormesson c'était un peu Kamoulox niveau 15 -. 


Il n'a donc pas entendu ce que j'entendais. 

Nous avons l'un comme l'autre eu chacun de son côté une journée de travail chargée. Pas le moindre SMS, ni appel échangé. Sinon, émue comme je le reste, quand bien même j'éprouve un certain détachement, je lui en aurais parlé. Il était venu au Stade de France, en tant que conjoint, invité et ce sont, c'étaient, de par la ferveur du public des concerts dont on se souvient.

Au soir il est venu me rejoindre à la librairie, où une amie venait en tant que Libraire d'un Soir présenter les livres qui pour elle avaient comptés. Nous étions un peu inquiets d'une absence d'assistance prévisible, du fait qu'y compris parmi nos amis certains resteraient sans doute à regarder les hommages qui n'allaient pas manquer d'affluer dans les télés. 

Il est près de 20h, en plein Paris et l'Homme entre qui prenant en cours la conversation, et estimant sans doute surprenant que des personnes se privent de soirées ou que les télés en consacrent une entière à Jean d'Ormesson, pose cette simple question :

- Mais, qui est mort ?

Il devrait être le seul au monde de la France à n'avoir pas su.


Passé un moment d'humour, c'était plus fort que nous, j'ai pu l'interroger. Il avait travaillé toute la journée, s'était dépêché de nous rejoindre à la librairie, ne consulte que peu son téléphone s'il n'a pas sonné, avait déjeuné avec des collègues dans un restaurant d'entreprise, mais ils n'avaient parlé que boulot. Quant à la machine à café c'est l'un de ses équipement à dosettes, moins propice aux brefs rassemblement, chacun allant se préparer le sien pour le rapporter à sa place, sans qu'il n'y ait d'espace dédié -. Enfin, il n'est pas fumeur ce qui excluait la possibilité d'une pause extérieure au court de laquelle quelqu'un aurait dit : - J'y crois trop pas qu'il est mort, Johnny. Je le soupçonne d'avoir bossé dur, concentré sur ce qu'il faisait.

Il était donc encore possible en 2017 de n'apprendre un décès d'ampleur nationale survenu dans la nuit précédente que fort tard au soir.

Toutes proportions gardées, je me souviens qu'en 2001, lors de la mort de George Harrison que j'avais apprise en lisant devant un marchand de journaux à La Défense la Une du Monde en rentrant de ma pause déjeuner, j'avais alors pensé que c'était sans doute la dernière fois que j'apprenais par voix de presse papier le décès d'un humain très célèbre.

Finalement en 2017 ça doit être encore possible puisqu'un événement qui a été relayé tous azimuts était passé inaperçu de quelqu'un travaillant en très grand centre urbain et sur ordinateur (2). 

 

(1) J'aime être réveillée par l'émission de Tewfik Hakem
(2) Visiblement solidement consacré exclusivement à des tâches pros sans même l'ombre du moindre petit réseau social. 


Les conséquences persistantes

 

    Ça fera trois ans en janvier l'attentat contre Charlie Hebdo, cette journée entière passée entre espoir et attente d'une mauvaise nouvelle, et de toutes façons déjà fracassée par ce qui s'était passé quand bien même l'ami, le camarade, lui s'en sortirait. La journée de boulot accomplie malgré tout (comment ai-je tenu ?), l'errance le soir à Répu, croiser les gens qui grelottaient, se rendre compte alors que moi si sensible au froid j'étais anesthésiée, après la mauvaise nouvelle, finir la soirée chez l'amie commune, bien plus que moi touchée. 
Ça faisait du bien de parler.

Le retour à Vélib en criant mon chagrin.
J'ignorais qu'un coup sordide m'attendrait le lendemain. Et que Simone me sauverait du vacillement compréhensible face à une réalité qui dépassait l'entendement. 

Les soirées passées avec les amis, notre seule façon de tenir. Mais combien ce fut efficace.
La grande manif du 11, qui nous donna la force, après de continuer.

Et pour moi : l'absence de ressenti intérieur du froid, et qu'elle perdure. J'en avais tant souffert, du froid perçu jusqu'aux tréfonds des os, c'était comme un cadeau. 
L'absence aussi de "frisson dans le dos". D'où que Poutine ne me faisait plus peur, alors qu'une simple photo de cet homme déclenchait jadis chez moi une réaction épidermique - de proie potentielle sur le qui-vive devant un prédateur -.

D'où que je ne percevais plus ni les regards sur moi, ni les présences derrière moi.

Quelque chose est resté débranché depuis tout ce temps-là. Je m'efforce de me préparer à une éventuelle réversibilité, mais j'en suis de moins en moins persuadée.

Ça change encore mon quotidien.

Je dois veiller intellectuellement à ne pas me mettre dans un froid persistant, car si je perçois moins le froid, mon corps en est traversé, l'absence d'alerte ne signifie pas l'absence de symptômes. Je m'enrhume davantage (1).  

J'ai dû m'habituer à cette sensation si nouvelle pour moi : avoir chaud. D'accord j'avais chaud par temps de canicule ou après le sport au sauna, mais c'était pour moi si rare, je savourais. J'apprécie encore, à ce titre l'été dernier m'a terriblement frustrée, à peine quelques jours à frétiller pleine de l'énergie reçue. Pour le reste grisaille et être habillée comme en demi-saison.
Ce matin encore en arrivant à la BNF, quelques secondes pour comprendre : ah oui, j'ai chaud là. C'est chauffé [chez nous toujours pas, seulement à partir du 15 octobre je crois]. Et je me souviens alors qu'en ces lieux la température est maintenue constante, j'y portais l'été des pulls légers et à partir d'octobre des pulls épais ou des gilets, tout en me disant C'est sympa les lieux publics mais ça n'est pas très chauffé et la clim l'été quelle plaie ! On a froid. En vrai : c'est tempéré, stable, et plutôt bien réglé. 

Ce matin aussi : ne pas avoir sentir sur l'escalator que quelqu'un me talonnait - du coup avoir failli, de surprise quand je l'ai constaté, foncer dans la personne immobile sur l'escalier qui me précédait (2) -. Avoir laissé se rabattre une porte au nez de quelqu'un d'autre : comme j'étais un peu pressée j'avais omis le coup d'œil de vérification avant de la tenir ou non. Je me souviens très bien d'un temps où je n'avais pas besoin de regarder, je percevais si quelqu'un me suivait. 
Combien de fois sur les trottoirs des trottinettes me frôlent, leur pilote persuadés que je les ai sentis venir et fais ma mauvaise tête mais vais m'écarter. Si l'engin est silencieux et leur coup de propulsion, je ne me rends pas du tout compte de leur présence. 
Et quand je suis perdue dans mes pensées ou que le #jukeboxfou de dedans ma tête me passe une musique assez fort, je n'entends même pas ce qui serait audible. Du coup dans la foule, je bouscule ou me fais bousculer, j'ignore des présences, j'écrase parfois des pieds.

Étrange héritage qui me met à la fois à l'abri enfin, et aussi en (léger) danger.

 

(1) Même processus avec l'ivresse : l'absence de signes doit être compensée par une vigilance accrue - ne pas dépasser certaines quantités -.  
(2) C'est l'ennui de ces longs escalators mono-voie. Si quelqu'un s'arrête tout le monde est bloqué.


Quatre ares cinquante centiares


    Moi que les documents administratifs et légaux mettent si mal à l'aise, avec leur langue au sens souvent dévié par rapport aux mêmes mots dans le langage courant, avec leur façon de créer une glaciation de la vie, une lyophilisation réduite aux instants les plus officiels - parfois en si cruels décalages d'avec la réalité charnue -, voilà que je suis tombée en fascination avec ce document. 

La copie n'est pas toujours très lisible, mais il en ressort clairement que mes grands-parents avaient acheté la petite maison, sa cour à l'arrière, son jardinet à l'avant ("Quatre ares cinquante centiares") en février 1943 lors d'une enchère à la bougie sur laquelle ils étaient les seuls enchérisseurs. Le nom de famille de certains des vendeurs - il s'agissait d'une large succession, une veuve morte sur place en 1940 et qui semble-t-il n'avait aucun descendant direct - est celui d'une famille dont ma mère me parlait comme des amis. Qui sait si mes grands-parents, qui avaient économisé en vain pour tenter d'acheter la maison où ils vivaient, au dessus de la boutique sur la place du marché, n'ont pas vu là l'occasion tout en ne laissant pas perdre leurs économie d'aider à dénouer une situation bloquée. 

Le document permet de comprendre qu'un propriétaire précédent détenait la maison depuis 1912. De quand date-t-elle donc ?

L'agrandissement qu'à fait faire mon père, un coin cuisine et une salle d'eau - WC et que je croyais construit d'à partir rien a en fait remplacé un cellier et une rangée de clapiers qui en dur existaient.

Ma grand-mère était probablement à l'origine de la décision, elle tient boutique au centre de la petite ville, une mercerie. Les autres femmes sont mentionnées "occupée au ménage", quant elle est "commerçante". Pour autant la phrase clef "En conséquence, Me Lemeland notaire adjuge [...]" stipule précisément "à monsieur et madame Gigory qui acceptent, la femme autorisée de son mari [...]" (1)

Signes encore plus cruels des temps, parmi les nombreuses personnes concernées par cette succession, trois des hommes étaient "actuellement prisonnier de guerre en Allemagne". L'un d'entre eux y a même un matricule et une adresse "14466 M.Stamlager S.C. [ou S.O., le document est peu lisible] Arbeit Kommando 1317].

Enfin, et le pire : dans les attendus ("Lesquels intervenants ont dit qu'ils se présentent [...], qu'ils sont mariée l'un et l'autre [...], que madame [...] était veuve, [...énumération de tous ceux concernés par la succession qui causait la vente]", cette précision finale : "qu'ils ne sont passibles d'aucune hypothèque légale, que tous les vendeurs sont de nationalité française et aryens." 

En effet à l'époque (2), eussent-ils été juifs, la maison aurait tout bonnement été confiée à un administrateur et certainement pas vendue en leur profit. Il tient donc à cela que la petite maison ait accueilli ma famille : personne n'était d'origine juive. Je tente de m'en accommoder en sachant que dans la petite ville, ce bout de Normandie, personne n'était concerné, que mes ascendants de fait n'ont grillé la place à personne, et que ça n'aurait rien changé, que la mention n'a été faite que parce que la loi inique d'alors le demandait, il n'empêche que ça peine. Me voilà extrêmement consciente que par deux fois dans ma vie, mes origines m'ont accordées un accès au logis (3). Et que c'était si discret que je ne l'ai su, ou n'en ai pris conscience qu'après, tant il est vrai qu'on ne sait par toujours qu'on bénéficie d'une sorte de rente séculaire de domination.

Je regrette de n'avoir pas connu l'existence de ce document auparavant. J'eusse aimé poser à ma mère quelques questions de son vivant. Il est trop tard à présent et un oncle par alliance est le seul survivant de sa génération. 

Le couple qui occupa la maison un moment s'était marié en 1897. Ils ont donc grandi du vivant de Victor Hugo. Comme c'est proche, comme c'est lointain !

Quant aux jeux des circonstances extérieures qui empêche de dérouler son existence, mes grands-parents maternels sont champions loin devant moi : une première guerre mondiale à leur 20 ans, une seconde en leur quarantaine et un achat de maison 1 an et 4 mois avant que la zone ne soit lourdement bombardée. Au fond mes difficultés admissibles ne sont que l'écho atténué perpétuant une tradition familiale. Et je suis plus âgée que ma grand-mère ne l'a jamais été.

 

(1) En revanche les femmes semblent de plein droit quand nécessité l'exige tutrices d'enfants mineurs garçons ou filles.

(2) Les lois "sur le statut des juifs" ont commencé à être prises en France dès octobre 1940. La confiscation de leurs entreprises et bien date d'un ordonnance du 18 octobre 1940 et depuis juin 1942 les arrestations ont commencé sans plus besoin du prétexte d'une infraction commise.

(3) L'autre fois c'était à la cité universitaire d'Antony, nous étions le seul petit couple d'étudiants locaux à demander un studio. Tous les autres, nous l'apprîmes à l'usage étaient occupés par des familles immigrées (avec enfants petits) qui trouvaient là des logis bon marché. Les étudiants français dédaignaient les lieux, réputés mal famés et effectivement très décrépis. La rapidité avec laquelle fut traité notre dossier reste pour moi le signe évident d'une discrimination positive.

PS : Un élément troublant est que la petite maison avait la même valeur chiffrée, à peu de choses près, en francs de 1943 qu'en euros de 2017 

PS' : Une des personnes mentionnée est "sœur naturelle de droit" de l'une des autres. Je ne suis pas certaine du sens de cette expression. 

 


Des vacances qui n'en furent pas

 

    Elles devaient être brèves, ces vacances-là, c'était déjà beaucoup en ayant changé de travail fin mai de disposer de quelques jours de congés.

Tu devais : 1/ te reposer, récupérer de la fatigue d'une année 2016 / 2017 particulièrement rude avec deux décès d'ascendants sur fond de monde devenu fou, d'élections présidentielles hallucinantes tant aux USA qu'en France, d'un nouveau boulot suivi un an après par un autre nouveau boulot (formidables et heureux les deux, mais du coup c'était à fond à fond tout le temps, moins les agonies et les enterrements - je résume violemment, mais ça correspond à la perception qui m'en reste une fois les vagues de la tourmente calmées -), sur fond aussi d'un vide persistant, une absence, un chagrin qui ne décroît que bien trop lentement ; il y a aussi un chagrin d'une rupture pour quelqu'un d'autre mais qui te fait perdre la personne qui est partie [un jour établir une liste des personnes auxquelles tu tenais et que tu as perdues ainsi par ricochet, la dégagée collatérale] et dont tu te sentais proche.
2/ t'entraîner ; parce que tu ne t'es pas lancé dans le triathlon pour regarder les autres filer et que cette première année en raison des circonstances fut par trop chaotique. En plus au bord de la mer tu allais pouvoir t'entraîner pour y nager 
3/ lire, par plaisir et pour le boulot ; 
4/ peut-être même écrire un peu, qui sait ? Activité qui t'a été quasi confisquée (fors un peu de blog) au moment de la maladie de ta mère, ce qui était normal, l'accompagnement était prioritaire et les triangulaire maison travail et hôpital ou domicile de la malade étaient un épuisement. Et qu'ensuite le changement de travail et les activités de succession avaient englouties aussi.

Et puis le voisin voleur récidiviste, venu pour notre malheur vivre de Paris en Normandie, est passé par là, transformant les brèves vacances en une mauvaise série policière, un mari en volé obsessionnel stressé et coléreux, selon le processus bien connu souvent subi du détimbrage (je ne sais pas si c'est le terme) : quelqu'un est rendu stressé ou en colère par un fait ou l'action d'autres personnes et comme il ne peut pas y faire grand chose s'en prend à quelqu'un de proche qui n'y est pour rien et en saisissant n'importe quel prétexte. Quand tu es aussi victime du ou des faits qui créent la colère ou la frustration et qu'au lieu de pouvoir compter sur ton compagnon tu te manges sa colère à lui et son propre énervement, c'est absolument épuisant.

À nouveau engloutissement du temps libre. Il a fallu : 

1/ Une fois de plus porter plainte auprès de la gendarmerie ; y retourner lors d'un épisode mouvementé pour reconnaître deux objets retrouvés ; car la gendarmerie où l'on peut porter plainte est à dix kilomètres et qu'il faut en plus prendre rendez-vous (tant le sous-effectif est patent) ;
2/ Réparer, racheter, chercher un artisan disponible, aller dans différents magasins, rechercher des pièces détachées ; 
3/ Se défendre, se protéger ; les péripéties induites nous ont littéralement confisqué une journée entière et envoyés une nuit à l'hôtel - ce qui était le plus sage car les accès à la maison, cassés sur l'arrière ne pouvaient nous protéger -.

Il m'est resté deux entraînements de course à pied et deux de natation, quelques jolies retrouvailles (merci Sylvie et Bruno, merci cousin Vincent), deux séances de cinéma (Le Caire confidentiel et Visages villages, suffisamment bien pour nous sortir le temps des séances de nos tracas), quelques bons repas - mais aussi par manque de temps pour préparer quoi que ce soit -, quelques moments de recueillement (cimetière ; et oui s'y recueillir sur les tombes des ascendants et ancêtres peut faire du bien), une belle promenade, et quatre romans lus (seulement quatre, j'en pleurerais). Mais ce fut sous tension, quasiment tout le temps. 

En l'absence d'actions concrètes des forces de l'ordre, qui semblent particulièrement en sous-effectifs dans cette région, je crois que je vais devoir passer par un avocat au moins pour disposer d'un conseil dans les démarches à entreprendre. Ne serait-ce que pour stopper l'hémorragie coûteuse des nuisances et retrouver un lieu de vacances où l'on puisse se détendre au lieu de s'y tenir sur le qui-vive. 

J'aimerais bien aussi retrouver notre équilibre familial. Vivre avec quelqu'un qui ne pense plus qu'aux agressions subies et à l'agresseur est insupportable. 

J'aime mon métier et je n'ai jamais été aussi épanouie au travail, ni de façon si stimulante, mais j'ai été réellement heureuse de reprendre aujourd'hui le chemin de la librairie, soulagée de retourner travailler. Que les contraintes qui pèsent sur moi redeviennent des contraintes admissibles, celles de toute activité professionnelle normale.

Le pire n'étant pas les vols en eux-mêmes, mais bien que le coupable reste impuni alors qu'il est dûment identifié, capable avéré de violences, et qu'il continue à peser sur le pauvre monde, impuni et narquois.

Heureusement, grâce à Samantdi, je m'en retourne avec une idée d'écriture simple, qui pourrait peut-être enfin s'intercaler dans mon emploi du temps.


Une scène de film

 

    Je sortais, serrée par l'émotion d'une émouvante cérémonie de funérailles à la cathédrale arménienne Saint Jean Baptiste de Paris (émotion des retrouvailles avec d'anciens voisins, les amies d'enfance de notre fille, le décès inattendu de l'un d'eux, émotion de la cérémonie elle-même, les chants sont d'une beauté et d'une intensité qui appelle la conversion), lorsque sans doute vers la rue François 1er - je passais devant des lieux de souvenirs, une émission de radio à laquelle j'avais participé, une autre où un bien aimé avait été grâce à mon patron convié - j'ai été presque submergée par une vague étrange : une femme maigre aux jambes interminables mais petites (si, c'est possible) (silhouette de mannequin mais comme en miniature) accompagnée d'une autre aux proportions plus humaines, passait par là précédée d'une nuée de paparazzi. Je n'ai eu que le temps de me jeter sous un porche afin de laisser passer ce flot. 

La femme souriait, jouant le jeu comme si tel avait pour elle été le cas de toute éternité et les hommes (aucun photographe n'était femme) vocalisaient des sortes de directives dont il n'était pas clair de qui en était le destinataire (eux-mêmes, les deux femmes ou des collègues), "Prends du champ ! Prends du champ !) répétait l'un d'eux. Malheureusement aucun d'entre eux n'eut la bonne idée de héler la star par son prénom, ce qui fait que je n'ai pas la moindre idée de son identité. 

Son sourire était triste, elle aurait pu faire partie de notre assemblée de funérailles (1). 

Soudain la nuée était passée. Quelques quidams s'étaient retournés avec un sourire de sympathie, de bienveillance, presque d'encouragement.

C'était pour autant, La Dolce Vita made in Paris. Je suis ressortie de sous le porche en songeant que ça aurait fait une chiée belle scène de film, un personnage qui quitte des funérailles (dans un lieux impressionnant) et croise soudain, voilà, une star du moment avec les professionnels de son exploitation, toute consentante qu'elle soit. Je l'ai même imaginée filmé par Tarkovski, puis Desplechin, ou ils mettraient les caméra les montages possibles. Que ça serait chouette si dans l'histoire à ma place il se fût agi d'un personnage masculin que la vision de cette jeune femme particulière aurait ému bien plus que moi (bien sûr, dans le second cas Mathieu Amalric tiendrait ce rôle).

Ces imaginations soudaines ont très efficacement repoussé ma peine. Du moins provisoirement.

J'ai pu reprendre le chemin vers mon travail d'un pas moins pesant.  

 

(1) En écrivant ces mots j'ai eu une idée et je suis allée voir quelques images. En fait c'était elle, Ariana Grande.  

Lire la suite "Une scène de film" »


Late


    Le réveil du téléfonino avait sonné, tu l'avais éteint sans tarder malgré un rêve fort prenant qu'il interrompait (1). Finalement malgré la fatigue [de la période surchargée] ça n'était pas si difficile de se lever. 

Au radio réveil tu croyais écouter la fin de Paso Doble (avec Bastien Vivès) ou François Angelier, mais c'était déjà Jacques Munier. Il était question des 100 jours de Trump qui faisait visiter le bureau ovale à tout va y compris à de vieux rockers racistes et Sarah Palin et qu'il s'amusait à appuyer sur le bouton rouge qui fait venir un majordome avec une bouteille de Coca. Tu t'es demandée si tu n'étais pas en train de dormir parce que quand même ça n'était pas très plausible tout ça. Mais tu avais déjà enfilé un jean et des chaussettes et tu vérifiais que dans ton sac de piscine le maillot y était. C'était un début de journée tout ce qu'il y a de plus normal en fait.

C'est quand tu as enfilé le porte-clefs de cou avec celles des antivols du VTT que tu savais en réalité vraie avoir laissé dormir dans la réserve de la librairie de Montmorency que tu t'es réveillée. Sortie de ce sommeil paradoxal dans lequel tu avais si parfaitement songé à ce que tu étais censée déjà avoir fait.

Le seul fait avéré était que tu avais scrupuleusement éteint le réveil du téléfonino.

[résultat : 30 minutes de retard sur un entraînement d'une heure, la honte]

 

(1) vague souvenir de sillonner la ville sur un double-decker bus sans doute par conjonction d'en avoir croisé un dans Paris récemment et qu'un membre de ta petite famille soit à Londres pour quelques jours.

Lire la suite "Late " »


Comme un fact checking de Jours tranquilles ;-)

 

Capture d’écran 2017-03-30 à 00.23.02

C'est un de ces soirs de début de printemps où s'enfermer paraît difficile et où je n'ai pas le courage de prendre le métro, pas pris mon matériel de vélib (casque et gilet réfléchissant), et où je me sens d'attaque après une bonne soirée pour traverser tout Paris à pied. 

Il se trouve qu'un bus m'est passé sous le nez (au sens littéral) marqué "Place de Clichy" alors j'ai sprinté pour l'attraper au vol du plus proche arrêt. Ce qui m'a accordé un splendide Paris by night (always such a delight) et qu'arrivée Place de Clichy comme j'avais ma montre de sport, l'idée s'est installée dans ma tête de vérifier la distance entre la place et chez moi ce qui à 30 mètres près pouvait donner la distance parcourue par le narrateur de "Jours tranquilles ..." lequel rentrait éméché en cinquante minutes du Wépler.

Hé bien donc la distance est de 2,5 km (à peu de choses près) et se fait bien en trente minutes (1) lorsque l'on n'a pas bu.

Pour les épisodes érotiques du bouquin, je sens que j'aurais plus de mal à procéder à quelque vérification technique que ce soit.

[en revanche pour ce qui est du bout de fromage dans le réfrigérateur, ce fut déjà fait] 

(1) de marche pas de course à pied.


Rions un peu (avant la guerre)

    J'avais lu il y a quelques jours cet article qui expliquait que Pete Souza le formidable photographe (entre autre) des deux mandatures de Barack Obama insta trollait Trump. 

À chaque splendide foirage de Trump il publie une photo de Barack Obama qui dans la même situation assurait avec classe. C'est si éclatant, l'écart entre celui qui assure et celui qui fait n'importe quoi que même un pro-Trump par racisme doit finir par avoir un doute quant à son choix électoral. 

Aujourd'hui Pete Souza a posté ceci , et en fait il s'était passé cela et aussi ça, résumé

Je crois que j'ai trouvé un nouveau jeu sur la période : en rentrant du boulot, je regarde l'instagram de Pete Souza et j'essaie à partir de ses photos de deviner quelles conneries Trump aura faites. 

Quand viendra le tour de la France, qui est parti pour en faire (presque) autant, je ne crois pas qu'on sera en état de continuer à se marrer. Les idées sont pourries pareil mais ça n'est pas le même genre de folie (voire : pas de folie du tout et un d'autant plus inquiétant "leadership"). 

Et puis de toutes façons tout aura peut-être sauté d'ici là. J'étais persuadée que Trump était capable de déclencher une troisième guerre mondiale, je le suis à présent qu'il pourrait le faire par inadvertance, négligence absolue, désinvolture, bref, sans même le faire exprès.

Dieux que ces temps sont effrayants.