Interlude

 

    Je recherchais sur l'internet la musique de la nouvelle choré (Taal se tall remix Rahman, plusieurs versions trouvées, aucune exactement celle que), lorsqu'après être passée par un djembe man indien impressionnant (quoiqu'un tantinet sirupeux dans ses créations personnelles) puis une jeune batteuse japonaise que les algo m'ont mise après, suivie de peu par un jeune batteur australien frimeur je suis arrivée sur cette video. Voilà, on faisait quand même des trucs bien, l'humanité, avant de tout casser : 

 

 

PS : Tombée aussi sur un reportage au sujet de Quincy Symonds, intéressant, lorsqu'être doué pour quelque chose croise les bonnes conditions - c'est peut-être ou probablement trompeur mais les parents n'ont pas l'air d'être de ceux qui tentent de réaliser leur ambition à travers leur progéniture, on dirait qu'il se trouve que It fits -.


Quand j'aurai les cheveux blancs on verra que j'ai les yeux clairs


4935461887_571f5d1514_o 
Comme suite à une conversation avec Sophie et Boulet, au sujet des gaffes que l'on peut faire sur la couleur des yeux des personnes qui nous sont proches. 

Je ne sais pas définir la couleur des miens. La plupart du temps ils semblent bruns. Quelqu'un avait remarqué que ça n'était pas le cas. Ce quelqu'un n'est plus là. 

[et à nouveau songer : quel merveilleux dimanche que dimanche dernier]

 


Modern Art - Quelle belle réclame ! (1988)

Découverte grâce à Emmanuel (Livre Sterling) et Pierre Lambert, cette video réalisée par Richard Purdum pour la Tate Gallery de Liverpool en 1988 est un petit bijou. Encore plus impressionnant quand on pense qu'elle daterait de 1988 et donc aurait été conçue bien loin des moyens numériques actuels. (Ça a dû prendre un temps fou).

Interlude : petit tour de magie du dimanche matin



nb. : Celui qui joue le rôle de faire-valoir sur ce tour est pianiste à la base. Ce n'est pas neutre.

(merci à YouTube qui au lieu de me proposer inlassablement les One Direction au prétexte que j'ai cité une de leur video dans un lointain billet d'un de mes blogs annexes et que j'avais fait des recherches pour mes amies Sylvie et Erika en vue d'un concert auquel l'une allait et l'autre pas, m'a mis celle-ci à l'image après une autre, celle-là choisie)


Bref éclat de rire du dimanche matin


Capture d’écran 2014-11-30 à 12.37.28Ça faisait longtemps qu'un calembour (1) ne m'avait pas fait rire. Grand merci @odwulf

(et je partage ici pour le cas où sur vous ça fonctionne aussi)

 

(1) Ça restera l'un des grands mystères de ma vie : je suis une grande amateure de calembours alors que les contrepèteries, quand je parviens à les déceler, me laissent généralement de marbre - sauf si sorties pendant des réunions professeionnelles très sérieuses et l'occasion de regards complices et fous rires retenus entre ceux qui l'ont perçue et les autres -. 


Moules à gaufres (et autres bachi-bouzouks)


Il se trouve que mon cerveau peine parfois à effectuer des liens, comme s'il était constitué de petits compartiments étanches. Je crois que c'est à cause de mon côté Meursault, le gars qui s'accomodait de toutes sortes de situations et répète à l'envi "Ça m'est égal". J'espère néanmoins ne pas finir comme lui. Ce qui fait que je tends à mémoriser les informations sans nécessairement les raccrocher à d'autres ni les hiérarchiser.

J'ai mis je crois huit mois à percuter que le film "Sarah" dont me parlait une amie parce que ça nièce y jouait n'était autre que le "Sarah's key" dont me parlait une autre qui était heureuse que son roman soit adapté à l'écran.

Je n'ai intégré qu'à l'occasion de "l'année du dopage" (1998 avec l'affaire Festina sur le tour de France) dans le cyclisme que les noms des équipes étaient ceux de marques ou d'entreprises. Précisément parce qu'elles manifestaient leur mécontentement, preuve manifeste qu'elles existaient.

Pourtant je savais que Crédit Agricole était une banque, La Française des Jeux l'organisme qui gérait le loto et autres façons ludiques de payer un supplément d'impôts, Casino des supermarchés, mais voilà pour moi ça restait comme des noms de codes, séparés. Le fait que pour certaines marques je ne connaissais pas les objets associés (j'ignorais que Festina fût une marque de montres, en fait j'en étais restée à Lip, puis Swatch parce que longtemps j'en ai eu une qui tournait à l'envers du sens classique et ça m'allait bien mieux (1)) n'arrangeait rien. Seule Big Mat Auber me faisait songer à autre chose (2). 

Voilà que ce soir à la lecture d'un article évoquant quelques solécismes (3), je (re)prends conscience qu'anacoluthe n'est pas seulement un juron du capitaine Haddock, ce qui m'allait très bien comme définition ; je n'avais d'ailleurs jamais fait gaffe que moules à gaufres désignait un objet pas si rare (je le comprenais, je crois, comme une seule entité moulagaufr) et viens donc avec délice de découvrir que les bachi-bouzouks étaient des cavaliers mercenaires

Qu'ils s'agisse des mécènes du tour, comme des injures de l'ami de Tintin, je tenais leurs noms comme des fins en soi. À présent, c'est bon, j'ai connecté.

À cinquante ans, il était temps.

(Riez, ça me consolera)

 

(1) Quelqu'un de mon entourage qui s'inquiétait de me voir afficher tant d'anticonformisme m'en a offert une classique et costaude, d'une marque que j'ai oublié ce qui est injuste au vu de son usage à présent long.

(2) En l'occurrence le groupe Téléphone. Je ne suis pas toujours d'une grande élégance dans mes associations d'idées.

(3) Mot dont je connais le sens depuis la lecture du "Temps des secrets" de Marcel Pagnol, quand on est enfant on apprend partout, sans arrêt, tout le temps.


"On ne touche pas le nez du clown"

(mercredi 3 septembre 2014)

Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ? Le livre de Valérie Trierweiler ? Nous ne l'avons pas encore reçu. Demain sans doute. Voulez-vous que nous vous en mettions un de côté ?

Pour l'avoir répété autant de fois que je l'ai reproduit ou peu s'en faut, je n'ai plus la force d'expliquer ce soir le lien avec le titre.

Mais il y en a un. 

(non, le clown ne désigne aucun politicien)

La suite demain si vous êtes capables de lire autre chose que le fameux bouquin.


Arc-en-ciel (presque) vertical

et fort mal photographié du train, mais n'empêche

P8110028

(Grosse discussion philosophique avec #lefiston sur l'effet de l'arc en ciel, il est pire que moi enfant (1)) (1) Quand j'avais compris "comment ça marche" les choses me désintéressaient, ce n'est qu'à l'adolescence où quelque chose en moi s'est ouvert à l'inutilité ; je veux dire : même si je sais ce qui créé l'arc-en-ciel et que donc ça n'est pas un miracle je trouve sa beauté miraculeuse quand même. Et plus je vieillis et plus je deviens sage plus je suis capable de perdre du temps sur des micros-trucs beaux, pétants de poésie.

Lire la suite "Arc-en-ciel (presque) vertical" »