Navalny


    J'étais en train de travailler, et sur l'ordinateur du travail, avec la version de Windows dont il est équipé, figure sur la barre des tâches en bas à droite un petit encart qui généralement indique la température extérieure et une indication météo. Parfois il y a une alerte de circulation (périphérique bloqué de telle porte à telle autre ...) et de temps en temps "alerte info".

C'est suffisamment rare pour que ce matin tout en travaillant, j'ai cliqué et l'alerte en question conduisait à une annonce de la mort d'Alexei Navalny.

Mon cœur est tombé dans mes pieds, sensation physique qui chez moi accompagne les très mauvaises nouvelles qui me concernent.
Or je ne suis pas personnellement concernée par cet homme, dont je me suis longtemps méfiée des prises de position - il me semble, je peux me tromper, qu'au tout début, il n'était pas si loin de l'extrême droite, mais peut-être à la manière d'un Limonov, car s'opposant au régime en place (?) -. J'en étais venue après son retour volontaire en Russie alors que la fois précédente s'était soldée par une sévère tentative d'empoisonnement, à admirer son courage. Et suivais son compte Instagram, sans trop savoir qui l'alimentait.
C'est triste pour lui et ses proches, mais au delà de son cas, et alors que le tyran semblait avoir opté pour lui laisser la vie sauve, cet assassinat (dont nous ne doutons à peu près pas), semble envoyer un message funeste au monde entier. Maintenant, fini de rigoler. On va voir ce qu'on va voir. Pas de quartiers (déjà que).

Fait rare, à ma micro échelle de petite vie de citoyenne à simple emploi, j'ai eu du mal dans la suite de la journée à me concentrer sur le travail. Quelque chose en moi était en alerte. On se souviendra de ce que l'on faisait ce jour-là. 

En attendant, respect à celui qui aura eu le courage de ne pas fléchir devant le tyran de son pays.

 

PS : Un article dans Le Monde, un documentaire sur Arte.


Les jeunes pères

 

    Depuis un moment déjà, aux heures où je pars travailler et qui sont celles de garderies ou de petites écoles, je croise des jeunes pères escortant leurs enfants, en proportion désormais honorable et qui contraste avec le déséquilibre d'antan, où n'officiaient que les mamans.

Pour autant il y a comme une tendance ces derniers temps à la prise d'allure détachée ce faisant. Comme si les jeunes pères tenaient à montrer au monde qu'ils dépannent, que cette action qu'ils accomplissent ne les définit pas. Ainsi beaucoup de ceux dont l'enfant est en poussette, la poussent d'une seule main.
Aujourd'hui l'un d'eux avait l'autre main dans les poches, laissant entendre qu'il accomplissait son devoir avec grand détachement.

Certains contournent la corvée. Je croise parfois près du bureau où je bosse un jeune père en rollers, poussant son enfant en pleine rue, au mépris des dangers pourtant solides de la circulation.

Il se pourrait qu'un peu plus de proximité, ce dont d'autres font allègrement montre, permettrait de transformer en moment partagé ce qu'ils semblent percevoir comme une contrainte qui pèse sur leur temps quotidien. 


Il aura fallu attendre 2024 mais ça y est enfin, on commence à être en l'an 2000


    Il existe des taxis autonomes dans certaines villes du monde, dont San Francisco.

Article sur Numerama avec une vidéo.
Pour avoir subi en tant que passagère ou en tant que personne qui croisait leur route, tant de chauffeurs qui étaient dangereux à force de se prendre pour des pilotes, je l'avoue, cette perspective me rassure. Un véhicule autonome, sauf à être programmé par un fou malfaisant, ne s'amusera jamais à vouloir épater la galerie, se venger des cyclistes, manquer de respect aux piétons.

Les voitures volantes commencent à poindre. 
Bref, avec un peu de retard, on est en train d'arriver à ce qu'enfants dans les années 60 et 70 on imaginait pour "l'an 2000".

Dommage que les guerres se fassent de plus en plus menaçantes et que le climat soit tombé malade par notre faute, la suite aurait pu être rigolote. Peut-être aura-t-elle le temps de l'être un peu.
Déjà comme ça, je m'estime privilégiée d'avoir pu connaître une longue période de paix (armée, certes, et sans sérénité, mais paix quand même), la contraception qui m'a permis d'éviter de mourir d'épuisement de beaucoup trop d'enfants (1) et que ceux qui sont nés ne soient pas désirés, les progrès immenses de la médecine dans ces années-là (2), l'internet et les téléphones personnels, ainsi que les moyens de prendre films et photos. Enregistrer ce que l'on veut et le partager avec qui l'on veut. Avoir accès en quelques clics à toutes les connaissances possibles (3).
J'aimerais pouvoir partager cela avec nos aïeux, venez voir, merci d'avoir tenu le coup, nous (en) sommes là grâce à vous. Je suis persuadée que mes grands-mères et l'une de mes arrière-grands-mères, d'abord interdites et sans doute méfiantes, ensuite se diraient Doux Jésus ou Mamma mia mais qu'elles adoreraient ça.
(Quant aux hommes, ils bougonneraient)

 

(1) D'une de mes grands-mères, le nombre exact de grossesses menées à terme nous est inconnu. Tant elles furent nombreuses et les bébés morts très tôt également.
(2) Sans les antibiotiques et les vaccins, combien de fois serais-je déjà morte ?
(3) OK à condition de savoir chercher et exercer son discernement, mais quelle révolution par rapport à l'époque où le savoir était planqué dans des encyclopédies que peu possédaient, ou détenu par certaines classes sociales qui ne partageaient que ce qu'elles souhaitaient.

 

 

 


Ne reste pas là

 

    Hier matin la ligne 14 était en rade aux heures de pointe des 9 - 18 jobs. Autant dire que j'étais en plein dedans.
La panne n'a pas été annoncée d'emblée (ou plutôt : il y avait dû y avoir un premier incident, considéré comme résolu puis ça a recommencé) c'est au temps long de stationnement en station qu'on (les passagers) s'est douté que quelque chose n'allait pas, puis à Satin Lazare on nous a sommés de descendre, trafic totalement interrompu des deux côtés.

Sans surprise : l'évacuation de tant de monde d'un seul coup n'était guère possible, du moins de façon fluide.

J'avais déjà par texto averti mon employeur d'un retard très probable, j'étais prête à prendre mon mal en patience et à remonter vers la surface en prenant le temps qu'il faudrait.
J'ai la chance de n'être pas agoraphobe même si par goût j'ai tendance à ne pas m'agglutiner. 
Seulement, je suis depuis un moment Fouloscopie, et grâce à Mehdi Moussaïd j'ai appris à repérer les différentes densités de foules et les alertes à prendre en compte lorsque celles-ci deviennent à risque.

Hier matin, dûment instruite par cette fréquentation ma voix intérieure m'a ordonné "Ne reste pas là !".

Alors, avant que la densité côté gare SNCF ne devienne trop forte, je me suis faufilée vers les quais de la ligne 9 et me suis exfiltrée vers une station plus loin afin de poursuivre mon périple du matin.

Toute la journée j'ai eu l'impression d'avoir participé à un test grandeur nature, une sorte d'exercice d'alerte incendie. Et d'avoir su choisir la bonne option grâce à mes (bonnes) fréquentations.


Double masterclass

Vous prendrez bien un peu de masterclass mêlée, écriture et course à pied ? Cécile Coulon et ceux qui l'ont invitée, nous font ce cadeau.


 


Grand sentiment de sororité (à part que aheum, j'apprends au passage que j'ai l'âge de la mère de Cécile, ou quasiment). Meme si je n'en suis pour l'instant qu'à l'étape où courir me permet simplement de recentrer ma vie sur ma propre vie (et mon corps et ma condition physique, mon rythme, ma respiration), et non pas de mettre de l'ordre dans mes pensées créatrices, puisque j'ai dû les mettre en sommeil, le temps de tenter d'assurer mes vieux jours.

Merci aux concepteurs et conceptrices des algos de Youtube à qui je dois pas mal de (re)découvertes. 

Et puis ce seul point de divergence : du fait de pratiquer le triathlon je constate que bien des plus jeunes y viennent et pas  des enfants poussés par leur parents, des plus âgés en fait. Donc je ne partage pas l'impression que les moins de 25 ans dédaignent les sports classiques - mais peut-être que le triathlon n'en est pas un, justement ? -. 


Une des choses qui a le plus évolué dans le monde depuis mon enfance


    Cet article du Parisien au sujet d'un homme qui a offert en cadeau de Noël à sa mère des paroles prononcées par la voix de son défunt père reconstituée par une IA, m'a confirmé si besoin en était, que l'une des choses qui a le plus changé depuis mon enfance, c'est la porosité des frontières entre la vie et la mort, en tout cas pour les êtres humains. 

Quand j'étais petite on naissait au jour de notre naissance et sauf cas médicaux alors fort rares, on mourrait au jour de notre mort.
Peu à peu on a commencé à avoir des images si précises des petits à naître qu'ils sont déjà presque là avant leur premier souffle. Par ailleurs la médecine a fait de telles avancées qu'on peut maintenir des corps très longtemps en vie dans des états végétatifs dont on ne sait vraiment de quels côtés ils sont.
Les voix, l'article en donne un exemple, sont désormais prolongeables. 
Lors d'un concert virtuel-réel du groupe Abba, j'ai pu constater combien on peut désormais donner l'illusion d'une présence telle qu'elle était à partir de celle qu'elle est devenue. 
Si la planète n'est pas bousillée avant, d'ici à une douzaine d'années nos chers disparus pourront revenir nous tenir compagnie. Et pas sous forme de zombies.

Ça coûtera cher.

Je me souviens d'un temps, celui de la génération de mes arrières arrières grands parents où d'un défunt, fors personne d'auguste lignée avec peintre officiel, après son décès il ne restait plus de trace de son image, ni de sa voix ; tout au plus ses outils, quelques objets. Puis on a pu conserver des traces photographiques. Des enregistrements audio (sur supports pour phonographes, plus tard bandes magnétiques puis cassettes, fichiers numériques désormais). Des films (Ah nos vieux super-8 !). 
Bientôt les plus aisés d'entre nous ne quitteront pas ce monde sans avoir préparé leur répliquant de réalité augmentée.

Si la bonne santé m'est donnée sur la durée et des circonstances extérieures pas trop insoutenables, j'avoue que je serais curieuse de voir un peu la suite. Même en n'étant pas dupe que le pire va forcément s'inviter auprès du meilleur qu'ouvriront ces possibilités.


Un trajet aller étrange


    Cette semaine comme celle qui l'a précédée, il n'y a pas de ligne 14. Elle est fermée pour travaux. 
Comme je souhaite pouvoir lire (1) sur au moins l'un de mes trajets, je prends donc le RER C. Ce qui m'oblige à me lever plus tôt.
En plus que l'expérience m'a appris à me méfier des contraintes de cette ligne, alors j'avais pris une marge.

Elle fut mise à mal par une attente prolongée station Avenue du Président Kennedy, au cours de laquelle il nous fut annoncée que l'arrêt ne serait pas marqué à Bibliothèque François Mitterrand en raison d'actes de vandalisme (sic).

Je me suis fait la réflexion que c'était un motif que je n'avais pas entendu souvent et me suis presque amusée de l'effort de renouvellement de ces derniers temps, qui ont au passage transformé les colis suspects en bagages délaissés.
Les pickpockets quant à eux restent toujours aussi susceptibles.

Le boulot étant très prenant, ce n'est que plus tard dans la journée que j'ai croisé cette information : 
Paris : ce que l’on sait des menaces proférées par une femme, blessée par un tir de police

Saura-t-on jamais s'il s'agissait d'une vraie terroriste ou d'une femme en perte de raison qui aura attrapé dans son délire le premier prétexte qui lui allait ?, toujours est-il que ça donnait un peu l'impression d'avoir échappé à quelque chose qui n'était pas passé loin.

Ce qui complète hélas bien le tableau avec Arras où nous irons bientôt et Bruxelles où nous venions de passer lorsque le terroriste du soir de football s'est mis à tirer. Sans compter les ami·e·s directement concerné·e·s par la guerre relancée au Proche Orient.
Pour un peu j'en viendrai presque à penser que la période pourtant déjà bien sombre, de la pandémie, mais durant laquelle l'humanité semblait combattre le même fléau, était moins terrible à traverser.

Mon travail qui ne laisse guère de relâche et requiert une solide concentration m'est d'un bon secours, pendant des heures au cours des journées, je ne pense qu'à l'accomplir. Mais les retours à la vie "civile", à la consultation d'informations sont rudes, le soir, une fois rentrée.

 

 

 

 

 

(1) D'ailleurs ce matin je me délectais d'avoir retrouvé Prof en scène sur son nouveau lieu de publication.


À l'occasion d'un grand nettoyage d'automne (accès aux sites)

À l'occasion d'un grand nettoyage d'automne et d'assainissement de mes mots de passe sur différents sites, j'ai retrouvé cette vidéo - photos qui a désormais plus de dix ans. Les gars étaient en avance sur les J.O. et la promesse faite que la Seine serait suffisamment pas trop polluée pour permettre d'y nager.

Étant donné le délai écoulé, que ça n'était pas compromettant (les gars ont juste pensé à nager, sans se préoccuper de si c'était ou non autorisé) et le fait que les images sont lointaines et peu personnelles, je me permets de les poster.

Ce dont je me souviens c'est que je passais par là (probablement en sortant de la BNF) et que j'étais assez amusée de voir des courageux plonger tout en me disant que ça n'était guère prudent (et pour la santé et pour les courants) et que la brigade fluviale avait débarqué aussitôt, peut-être qu'un seul ou deux des gars avaient eu le temps de s'amuser un peu.

Si ça pose le moindre problème à qui que ce soit, je supprimerai.

À part ça, le ménage entrepris m'a permis de constater que nombre de sites (de blogages, de partages, de musique, d'informations ...) ont disparu purement et simplement. 



Et puis un instant

Capture d’écran 2023-10-06 à 17.59.20

Au gré de mes déambulations virtuelles d'hier, cette image de l'autre bout du monde et qui était si raccord avec mon état fiévreux, dans une capitale lointaine un instant capté fin 2019.

(copie d'écran maison faite sur google street view)

Lire la suite "Et puis un instant " »


Quelque chose qui s'améliore

 

    Oh, enfin, des fédérations sportives, au moins celle d'athlé et celle de triathlon ont adopté les déclarations sur l'honneur pour les questions de santé, libérant enfin les médecins de la production de ces documents administratifs absurdes qu'étaient les certificats médicaux d'aptitude à la pratique de tel ou tel sport avec la sacro-sainte précision du "en compétition".

C'était peut-être bien pour une frange d'hommes qu'il convenait de protéger contre eux-mêmes mais globalement, dans la mesure où avant d'aller mal, et souvent juste avant, on va bien, ça n'évitait rien. Les médecins ne sont pas devins. D'ailleurs pour les devins eux-mêmes on peut avoir des doutes.

Alors désormais il faut regarder des petites vidéos qui nous disent Faites gaffe si votre palpitant palpite trop fort ou bizarrement, promettez-nous d'aller consulter à la moindre alerte votre médecin traitant, hydratez-vous, ayez moins de 60 ans (j'exagère), surveillez votre cholestérol, soyez progressifs dans vos entraînements. Puis cliquer sur des "je m'engage à" et des "j'ai bien compris".

Je suis contente de n'avoir plus besoin d'encombrer le planning chargé de notre médecin traitant à la rentrée.

Rubriques médicales, pendant qu'on y est, par ricochet de quelqu'un qui y aura peut-être accès (pas un coureur cycliste mais une personne souffrante), j'ai appris ce soir quelques informations sur l'EPO et le parcours de prescription.

J'avoue que je serais curieuse de savoir à quoi ressemble une période de vie normale, sans la fatigue aux semelles de plomb présente en permanence. Je n'ai connu cette sensation que lors de brèves séquences, payées cher en surcroît de fatigue suivant (car forcément, j'en ai à chaque fois profité pour agir, penser, créer, bouger, avancer d'un grand coup mes projets et quand la fatigue est revenue, elle était décuplée), entre autre vers la fin du premier confinement où pour la première fois j'ai pu pendant deux mois vivre à mon rythme, ce privilège.

Tout ça donne bien envie d'écrire À suivre, avec moins d'appréhension qu'à l'ordinaire des derniers temps.