Au cinéma ("Ni juge ni soumise" en particulier)

Je ne sais comment ou plutôt si : grande fatigue physique et grand besoin de décompression, je suis allée trois fois au cinéma dernièrement.

Le jour du déménagement, en fin de journée. Parce que c'était dans Ma Normandie, que j'y étais délicieusement seule, ce qui permet d'être plus active, que je tiens à soutenir le cinéma de la petite ville qui a réouvert et fait l'effort une fois par semaine de proposer une séance en V.O. 
Alors parce que c'était au bon moment et peut-être pas trop nul je me suis retrouvée à aller voir "La Douleur", honnête film, bons acteurs, sans doute une bonne incitation à découvrir l'œuvre de Marguerite Duras pour qui ne la connais pas. 
N'arrive pas à la cheville du livre pour qui l'a lu : on y voit un homme au prise avec la mort, le travail de ceux et celle qui l'accompagnent dans son combat, de sa lecture, years ago, c'est ce qui  me reste. Le film lui, ne traite que de l'attente et de la femme écartelée moralement entre l'inquiétude pour son mari dont elle n'est plus amoureuse mais auquel la lie un profond attachement et son nouvel amoureux, lui-même un peu empêtré dans ses sentiments car il estime l'homme dont il désire la femme.
Bon, comme toujours dans les biopics concernant des contemporains ou qui le furent jusqu'à peu, j'ai été agacée (1), mes souvenirs directs, par exemple d'ITW de Duras lorsqu'elle était présente, interfèrent et je trouve systématiquement la reconstitution un peu bêtasse, et comme toujours dans les films français, les acteurs étants des acteurs français connus, m'empêchent de croire à leur personnage, même quand ils l'interprètent parfaitement. Benjamin Biolay est formidable dans son rôle mais pas un seul instant on ne peut oublier qu'il est qui il est. Benoît Magimel est parfait d'ambiguïté dans celui du salaud qui n'est pas dépourvu de cœur mais est salaud quand même et l'assume, mais je revoyais le petit Maurice de La vie est un long fleuve tranquille à travers lui, pas moyen de croire plus que ça à l'adulte collabo qu'il serait devenu.

 

(1) Je ne me souviens plus : dans le livre aussi, François Mitterrand n'apparaissait pas sous son vrai nom ?

Dimanche en rentrant du Val d'Oise munie d'un blues féroce : il restait un tour de déménagement à effectuer alors que je croyais, naïve, que tout avait été fait, j'ai vu qu'au cinéma de ma ville passait Three Bilboards en V.O. 
Numéro d'acteurs. La jubilation de voir une femme en personnage transgressif motivé. Quelques scènes d'anthologie. Le truc troublant avec la biche, moi qui en ai croisé une il n'y a pas si longtemps. Mais globalement : j'ai passé l'âge des films américains. L'impression qu'ils s'adressent à des ados. Tout y est souligné pour que l'on comprenne bien. Et ces ficelles ...

Et aujourd'hui voilà que les retraités du ciné-club proposaient d'aller voir Ni juge ni soumise, dont le titre ne me donnait pas envie (2), mais une appréciation de Stéphane Goudet que j'avais vue passer, si.

Et là, bonheur. Un film qui ne ressemble qu'à lui-même, avec une femme qui y va. Peur de rien. Professionnalisme. Et des morceaux de vie qui sont une captation incroyable de l'air du temps. En prime Bruxelles qui me manque à en pleurer. Dès que j'ai terminé mes affaires de succession ou du moins un peu stabilisé tout ça, je dois m'organiser pour revenir d'exil (3). Des conversations qui tiennent de dialogues à la Audiard. Pas mal de moments fort instructifs - dont l'interrogatoire d'une femme péripatécienne qui l'âge venant s'est spécialisée dans le BDSM, et ne manque pas d'humour pour décrire son travail ; ou une exhumation pour prélèvement d'ADN (4) - et un moment insoutenable // spoïler alert // : une jeune femme atteinte d'une forme de folie qui l'a conduite à assassiner l'un de ses enfants qui était devenu à ses yeux l'incarnation de Satan (ou du fils de Satan) et qui explique son geste avec un calme, une maîtrise (elle attend que la juge ait fini de noter avant d'avancer), une cohérence dans le délire, absolument glaçants. 
Bref, âmes sensible s'abstenir mais sinon grand bol de courage communicatif et d'humour de "chez moi".

Je me sens d'attaque pour reprendre mon rythme de vie, semaine chargée. Elles le sont toutes, ne serait-ce que par le boulot. Grand merci à Anne Gruwez.

 

 

(2) Grosse méfiance envers les titres clin d'œil ; un bon titre ne doit pas nécessité que le lecteur ou le spectateur potentiel ait un pré-requis culturel. À moins qu'il soit d'une absolue universalité (les pièces de Shakespeare par exemple, et encore, procéder par clin d'œil pour attirer l'attention c'est risquer de donner l'impression qu'on avait le souffle court niveau inspiration)

(3) Bruxelles est la ville qui me fait me sentir en exil quand je n'y suis pas tout en n'y ayant jamais vraiment vécu, c'est fou (mais c'est comme ça).

(4) Hé les mecs, si vous avez des trucs à vous reprocher et que vous mourrez sans qu'ils soient découverts, n'oubliez pas de vous faire incinérer.

PS : une émission sur France Cul ici et une autre sur Arte

 

 


Des casques au chant et puis un très beau billet chez un ami

 

    Mes journées de travail sont intenses et belles (sauf celle du mois où je dois faire la déclaration de TVA, je me sens totalement en erreur de casting sur ce coup-là, même si, si c'est bien ce que j'ai compris qu'on fait, ça n'est en rien compliqué), je ne vois pas le temps passer, à la radio je mets FIP et ses brefs flashs d'infos à tous les 50 d'une heure et j'ai toujours l'impression que je viens d'en entendre un quand le suivant survient.

Du coup lors d'un des trajets - pour certains éditeurs on est aussi un peu nos propres coursiers -, j'ai eu un petit endormissement de métro, avec un rêve, ce qui est rare, comme une sorte de vision.

Les dangers d'attentats venaient désormais dans les grandes villes des cieux (1) : les types mettaient des sortes de grenades à retardement sur des drones bon marché et larguaient ça n'importe où. Alors on avait pris l'habitude de ne jamais sortir dans Paris sans sur la tête un casque de vélo. On avait aussi pris le pli de se balader avec des ballons à hélium, comme des ballons d'enfants, auxquels étaient attachés des coussins (2) ; ça rendait la ville curieuse, tout le monde ressemblait à des enfants dont les parents auraient été des paranoïaques de la prudence (3). Et puis très vite il y avait eu de la fantaisie, et dans les casques et dans les coussins-ballons ce qui mettait plein de touches de couleurs. La ville n'avait jamais été si dangereuse fors en temps de guerres ouvertes, mais n'avait jamais eu l'air si insouciante (4).
De cette évolution des risques il ressortait que le métro était devenu le mode de transport le plus sûr. On s'y bousculait (5). 

J'arrivais, je me suis réveillée, je n'en saurai donc pas davantage.

Mais ce rêve, même s'il n'y ressemblait pas, en fait, m'a rappelé celui du billet Le chant du canari qu'avait écrit en février l'ami Le Roncier, durant cette campagne électorale affolante et affligeante que nous avons traversée. 
Je crois que c'est parce qu'il tente aussi, ce micro-songe, d'avertir de quelque chose qui ne sera pas entendu (et d'ailleurs, par qui ?)

*            *            *

J'ai lu sur le même blog dès lors de plus récents billets que ma vie trop chargée m'avait fait manquer.

Parmi eux, celui-ci : L'ïle des Morts.

Je ne sais rien dire de plus que Allez voir, lisez. Il part de la sortie d'un film qui se passe à Paris au début des années 90 et fait revivre cette période durant laquelle Act-up tentait de secouer l'inertie de la société.

Je ne pense pas que j'irai le voir : la mise en fiction de périodes et lieux que j'ai connus ou événement que j'ai vécus (6) me pèse, il y a donc un grand risque d'être exaspérée, désespérée, horripilée - et encore je ne fais pas partie de ceux qui ont connu le mouvement d'au plus près -. Néanmoins ce film, s'il a du succès, pourra avoir un bon rôle pédagogique auprès des populations qui ne se croient pas concernées et pourraient de fait sans l'existence de telles passerelles pour eux accessibles, se laisser séduire par les fausses affirmations des groupes réactionnaires qui sont si frétillants depuis plusieurs années. 

Wait and see (or not)

En attendant et une nouvelle fois, toute ma gratitude envers Le Roncier pour ce qu'il écrit.

 

(1) Probablement car la circulation de véhicules particuliers était interdite intramuros sauf cas particuliers. Et que toute zone piétonne était protégée par des plots, des murets. 
(2) Une fois sortie du rêve je ne comprends pas trop ce que ça empêchait - mais sur le moment ça semblait imparable et parfaitement cohérent -.
(3) J'ai eu une amie comme ça autrefois, faire une balade avec ses enfants petits et elle était épuisant. Elle était sans arrêt en train de leur crier des appels de prudence (alors qu'ils étaient plutôt du modèle enfants sages et raisonnables).
(4) J'ai dû lire trop d'articles sur Paris 2024 et les J.O. (sujet au sujet duquel je ne parviens pas à me forger une opinion).
(5) Ça, ça vient tout droit de "L'étoile jaune de Sadorski" de Romain Slocombe, lu pour la rentrée, avec (entre autre) ses scènes de métro surchargé pendant l'occupation
(6) Je me dis que ça nous pend au nez qu'un réalisateur se saisisse du sujet formidable que ferait l'aventure du comité de soutien à Florence Aubenas et Hussein Hanoun, que c'est l'affaire d'une petite poignée d'années avant que ça fasse un truc super bankable, genre belle aventure humaine qui en plus fini bien, avec des tractations en hauts lieux et ce que font les petites gens. Et je sais que sauf si c'est [Bip] ou [Bip bip] ou Félix van Groeningen, qui revenu de ses (més)aventures hollywoodiennes voudra renouer avec le "vrai" ciné, ça va m'horripiler. 
En revanche si quelqu'un de respectueux et d'honnête décide de faire un documentaire, je serais ravie d'y contribuer. Elles ne sont pas si fréquentes en ce début de XXIème siècle les luttes collectives victorieuses.


Ça se passe comme ça, à Levallois

 

    Navrée de n'avoir pu me lever à temps pour aller encourager les copains [au triathlon de Paris], j'ai tenté de sauver ma journée en allant courir. 

De Clichy, l'île de la Jatte permet de faire un petit 10 km presque bucolique. 

J'arrive à ce feu rouge traversant des voies le long de la Seine, alors qu'un homme d'un âge certain de mon âge, s'y tient depuis un moment une enveloppe à la main. En bonne bécassine béate je le remarque en me disant qu'il n'y a que nous autres vieux pour écrire encore des lettres, puis je rigole in petto de mon romantisme, juste le gars il est en train de chercher une boîte pour payer une facture. Au moment où je parviens à sa hauteur, une voiture de vieux riche s'arrête sur le passage piétons, un autre homme pas tout jeune et ventripotent installé à la place de qui se fait conduire par un chauffeur personnel, un vrai, salue l'autre avec un grand sourire, fait exactement comme si j'avais mis une cape de transparence (et je lui en sais gré), alors que le teneur d'enveloppe a un bref regard inquiet dans ma direction - je tripote alors ma montre de sportive avec application -, On se téléphone lui dit-il jovialement, Oui répond l'autre avec aménité et la voiture redémarre, le feu est vert piéton, je bondis sans demander mon reste.

On dira que c'était deux cousins qui préparaient le cadeau collectif pour les cent ans de leur chère tante Suzanne, c'est évident, vraiment. Je n'en doute pas un seul instant.

Ma montre m'a indiqué que j'ai accompli le deuxième 10 km le plus rapide (1) de ma vie de triathlète (débutante, certes, et encore pucelle de la finisherialité).

Si je vivais à Naples ou dans quelques coins précis de la Sicile, je serais sans doute à l'heure qu'il est  peut-être un peu trop morte pour écrire ce billet.

(et à part ça, il y a quelque chose avec ce passage piéton protégé : c'était au même endroit qu'un autre coureur nous avait tenu un jour des propos prophétiques avant de filer à belles foulées)

 

(1) Tout est extrêmement relatif, mon vite à moi est la petite foulée d'échauffement des autres.

PS : Aucun des deux n'était Balkany, ne soyez pas déçus.
PS' : Ce n'était qu'une simple enveloppe, pas une valise de billets

 


L'art de la biographie (billet vite écrit)

(pardon je vais oublier quelqu'un ou de dire bien mais j'ai une foule de choses à faire avant d'aller tafer, je veux donc noter, vite, avant que la mécanique de la vie trop chargée ne m'entraîne loin de l'idée)

 

Les deux tendances de la production littéraire contemporaine française (parisienne ?) de ces derniers temps sont l'anticipation, on voit apparaître des frôlements de sciences fictions chez de vieilles maisons qui jusqu'alors s'en gardaient, si ça n'était pas tant pour nous montrer à quel point le monde des humains court à sa perte ça serait amusant, et les biographies romancées ou écrites comme des romans.

Je n'étais pas spécialement attirée par l'un ou l'autre genre, mais il se trouve qu'on m'a offert certains ouvrages et que je m'en suis régalée. 

À cette occasion je me suis rendue compte qu'avec des styles très différents, un roman dont l'héroïne est la personne dont on raconte la vie - laquelle était romanesque à souhait -, un compte rendu de recherches très poussées avec des avis personnels et de l'humour tendre ou acéré entre parenthèses, un roman par éclairages successifs sur certains moments clefs d'une vie, ce qui comptait c'était la rencontre - parfois bien antérieure à l'ouvrage - entre le biographe et son sujet. 

Et qu'on se dise au bout du compte que pour cette personne-là c'était cet auteur-là qu'il fallait. Et que d'autres peuvent toujours s'amuser à s'y coller, ou l'avoir déjà fait, ça pourra tout au mieux compléter : car celle ou celui qui a tout compris est celui qu'on vient de lire. La substantifique moêlle d'une existence. Captée. Traduite. Transmise.

(et au passage on apprend). Merci les amis

Lire la suite "L'art de la biographie (billet vite écrit)" »


Une bizarrerie (mes neurones en parallèle)


    Ainsi donc c'est la troisième fois que mon cerveau me fait le coup de disposer de toutes les infos nécessaires pour établir l'évidente connexion entre une personne que je connais et une autre que je connaissais ou un travail d'elle-même qu'elle avait fait et que je connaissais. Un lien qui aurait dû me sembler évident dès la rencontre elle-même et qui pourtant aura mis entre 8 et 24 mois pour s'établir enfin. Et le plus souvent de façon fortuite. Ou plutôt par une conséquence logique mais involontaire.

Pourtant dans la vie, je suis celle qui, délivrée du poids des enfants petits, assoiffée d'apprendre, en perpétuel appétit de bons moments (et les soirées en librairies, ou voir un bon film, le sont) et donc sortant beaucoup, pratiquant aussi l'internet dans sa version chaleureuse de contacts et d'échanges, fait souvent le lien entre les uns et les autres. Avec une vista pour les collaborations fructueuses et autres affinités dont j'aimerais qu'elle puisse un jour s'appliquer à ma propre vie - mais on dirait qu'hélas je suis moi-même exclue du champ de mes propres capacités ; ou bien ma capacité est celle-ci et rien d'autre : présenter les uns aux autres afin qu'ensemble ils puissent progresser -.

Il m'est donc particulièrement troublant de constater à quel point mes neurones ou tout autres éléments impliqués dans les processus de pensée fonctionnent pour moi-même en parallèles sans jamais spontanément se croiser et pour le collectif en très efficace toile qui relie les autres.

Je reste très émue de ce que je viens d'apprendre. Un lien entre un ami relativement récent et d'autres qui datent du temps où je venais de faire la rencontre décisive qui allait bouleverser ma vie. Et une foule d'éléments incompréhensibles isolément prennent harmonieusement place. Dont le fait que je me sente à ce point affectée par la mort de Patrice Chéreau alors que je n'ai fait que parfois le croiser - et apprécier ses travaux, certes, mais d'ordinaire ça ne suffit pas pour avoir du chagrin comme ça -. 

Émue et heureuse de ce que j'ai enfin appris,  mais troublée par mes sortes de micro-aveuglements, voire d'amnésies. Comme un sortilège. Ou un enchantement.

 


Un livre que j'aimerais écrire

La biographie romancée (1) d'Ettore MajoranaO-MAJORANA.jpg

J'avais oublié cette idée, croisée du temps où je me croyais faite pour la recherche (en physique nucléaire et quantique), passion qu'il m'a tenue entre les âges de 13 et 19 ans. Un chagrin d'amour y avait mis fin et je crois que de toutes façons je n'avais ni assez d'intelligence (2) ni assez de santé.

Et puis voilà qu'une citation d'Étienne Klein reprise dans le blog de Karl Vanwelde, toujours si doux à l'âme, m'y ramène.

"Sur une trentaine de feuillets fragilisés par les années, je retrouve la même écriture régulière et constante que dans les Volumetti, mais cette fois il n'y a ni calculs ni équations. Je suis pour ainsi dire aimanté. L'écriture est la façon la plus palpable, la plus corporelle, qu'a un disparu de réapparaître. Un manuscrit autographe est comme une résurrection, un silence calligraphique qui dit presque tout."                                                                 Etienne Klein ("En cherchant Majorana" éd. Folio)

Que ne suis-je libre de mon temps pour pouvoir attaquer le sujet ! (3)

 

(1) Le sujet appelle le romanesque, c'est presque inévitable. Passionnant à creuser.

(2) J'étais capable d'aller assez haut dans les réflexions sur les sujets scientifiques en maths et en physique mais je retombais ensuite épuisée, comme si mes neurones (schématisons) faisaient du trampoline. Et l'éducation que j'avais reçue avait massacré une confiance en moi déjà assez moyenne au départ. 

(3) Le faire dans les conditions actuelles avec seulement au maximum un jour et demi d'efficace par semaine serait voué à l'échec. D'autres que moi, sans doute, y parviendraient. Mais je sais que je ne peux mener à bien une telle tâche qu'au titre de projet principal d'une période donnée. Et dûment pourvue de temps libre pour récupérer.


La fin prochaine de la réalité

 

Qu'est-ce qui a été dit, je ne sais. Mais il m'est soudain apparu évident au cours d'une conversation dont ce n'était pas le sujet, que non seulement nous allions vers la fin d'une civilisation de l'écrit, au profit d'un retour aux transmissions orales et par ailleurs aux images sonores et animées, mais que si l'humanité ne bousillait pas sa planète avant ou ne succombait à quelque épidémie mondiale (1) avant, nous allions avant cent ans vers la fin du règne de la réalité. La réalité ne sera plus qu'une option parmi d'autres ; nous aurons à disposition suffisamment d'instruments pour accomplir nos existences dans d'autres dimensions - ce que font les grands lecteurs via les romans et leur imagination, et les gamers actuels mais limités par le fait de passer par l'ordi - en y étant quasiment autant que dans le "pour de vrai", avec aussi les sensations.

Ce qui distinguera la vieille réalité des réalités OGM sera sa palette olfactive plus étendue et le fait que la mort y restera sans recours ni retour. Alors que dans les réalités boutures, moyennant un temps de latence et quelques conditions de pouvoirs à regagner, elle pourra n'être qu'une étape désagréable à passer avant de retrouver une capacité de vie. Sentant la vraie mort IRL arriver, certains tenteront de fuir dans une de leurs autres existences pour lui échapper mais, du moins pendant le premier siècle de la civilisation des vies parallèles, ça ne marchera jamais.


La mort sera l'utime garante de la réalité. 

 

(1) La fin du monde telle que décrite par Peter Heller dans "La constellation du chien" me paraît fort plausible


Le code cul erre


Tu as fait des frais de lingerie pour ton nouvel ami - il est trop tôt pour parler d'amour, mais tout va bien au lit -. Ce n'est pas trop ton truc mais l'époque est dans l'apparence, et puis tu n'aimes pas porter pour l'un ce qui plu à l'autre, une façon de rêver en démarrant même pour les petits habits avec du neuf que cette fois-ci enfin ça se finira bien et pas par une mise en silence ni un Contente-toi d'être une amie, j'ai trouvé mieux, voire un aveu de 15 ans vieux, Depuis tout ce temps-là ce n'était plus toi (1). 

Bon, tu n'as pas changé, faire du shopping pour toi est une immense corvée, sauf quand il s'agit de chercher le bon vêtement pour un bien-aimé et qu'il contient du temps et des rires partagés. Tu es donc allée au bout de ta rue : une marque de lingerie et vêtements d'intérieurs, puis vêtements généraux - mais c'est la lingerie qui l'a fait connaître, y a posé son siège social il y a plusieurs année et une boutique garnit le rez-de-chaussé. Plus d'une fois sortie sans écharpe, sans bonnet, ou avec un pull trop léger, tu t'es rendue compte que ça n'irait pas pour affronter la journée et au passage tu t'es rééquipée car le temps pressait et qu'il était trop tard pour rebrousser chemin. 

Mais cette fois ce sont des sous-vêtements que très volontairement tu achètes. La vendeuse t'annonce que si tu as un smart phone en captant le code QR reproduit qui en motif dans la dentelle, qui sur l'étiquette, tu pourras accéder à un texte d'une page écrit par l'un ou l'autre des plus fameux écrivains. Tu as vaguement pensé On n'arrête pas le progrès, mais tu n'avais que le futur rendez-vous en tête et ça ne t'a pas outre mesure tracassée. Tu n'as même pas pensé à demander si le choix était aléatoire ou par couleur, modèle ou taille. Pour le rouge j'aurais du Barbey d'Aurevilly, pour le noir du Stendhal. Et si je prends ce "chair" vieillot, aurais-je un brin de Bovary ?

Voilà, tu es dans ces moments où ça plane pour toi, c'est l'euphorie des débuts de quand les corps exultent et que l'intendance ou la famille ou les dettes les chômages les poubelles à descendre les fuites d'eau les rages de dents la personne qu'on aimait avant et un peu moins maintenant mais qu'on ne veut pas blesser n'ont pas encore tout fait capoter. L'avantage de l'âge c'est qu'on sait que ça ne saurait durer.

Alors on profite, joliment habillée, sexytudinellement dévêtue, et que le moment soit parfait.

 

*            *            *

C'est en ramassant ton panty (2) après les instants extatiques que l'homme s'amuse, C'est quoi ce code sur ta culotte ?, saisit son téléphone, des fois qu'il y ait une pub avec une longue blonde aux jambes interminables, vu que sur ces points-là, avec toi il n'est pas sauvagement comblé (3). Mais voilà que le clic fait apparaître un texte, Hé dis-donc c'est une histoire, toi qui aimes lire, tu vas adorer !

Tu sors propre et fraîche de la salle de bain au moment où il te tend l'appareil avec le texte dessus, 

C'est un extrait de quoi ? demandes-tu en le saisissant. Tu t'attends à Hugo, au torride Apollinaire, à l'insaisissable Rimbaud, quelque coquinerie de ces gars-là. 

Et vlan.

Le texte est de mots d'amour qui un temps furent pour toi, celui qui l'a écrit n'est autre que celui qui te quitta et qu'il t'aura fallu des mois non pas pour l'oublier, c'est impossible, mais pour parvenir à retrouver le chemin du désir. C'est peu dire que la magie du moment amoureux vient d'être vachement brisée.

(version 1)


*            *            *

 En dégrafant ton soutien-gorge d'un geste délicat (4), l'amant s'aperçoit que le motif de la dentelle fait code, la curiosité commune l'emporte sur la hâte sensuelle, vous supputez un jeu coquin, il attrape son téléphone, oubliant que le temps des ébats vous aviez tout éteint, prend quand même le temps de rallumer pour voir, bipe, semble déçu du résultat, C'est un texte, annonce-t-il un parfum de dépit dans la voix.

- Ah oui ? Fais-voir demandes-tu émoustillée, tout en espérant qu'il ne déb que le récit sera bref et bon.

Et voilà que c'est une histoire coquine et tendre, d'une page, écrite avec élégance par un bon copain, mais que ça fait bizarre de le retrouver là, en cet instant, comme s'il venait se joindre à vous - alors que votre relation n'est absolument pas amoureuse, tu connais sa femme, ils semblent très heureux, tu n'as jamais rien imaginé d'érotique, le lire alors et maintenant t'y oblige et ça te gêne un peu -.

L'amant n'a rien perdu de ses intentions, et tu as vite reposé le téléphone mais c'est toi qui d'un coup n'es plus tout à fait là, qui as changé de registre et te sens toute calmée, sortie du vif du sujet. Ce qui ne convient pas.

(version 2)  


*            *            *

 

(1) entres autres exemples glanés dans ma propre vie ou pas très loin ailleurs.

(2) toujours en littérature anticiper les retours de mode. #lettresàunjeunepoète

(3) mais tu as les attaches fines et les muscles harmonieux.

(4) Rêvons un peu.

 


*            *            *

Tout ce qui précède n'était que fiction, vous vous en doutiez.  Sauf que très prochainement ça sera techniquement possible, hélas pas tant pour les ébats que pour le code consultable (il sera sans doute fourni à part, j'ai simplement poussé un tantinet le concept).

Après mars et sa rubrique (que j'écrirai quand je serai capable de le faire en ne pleurant que de rire) Quand vous êtes libraire ne tombez jamais amoureuse d'un écrivain (5), je sens venir septembre avec cette constatation : Aimer des fournisseurs de matières à code QR peut nuire ultérieurement à votre libido. 

Le vrai gag, ça ne s'invente pas, c'est qu'il y a un bon camarade parmi les premiers fournisseurs, sans parler des amies, et qu'il s'agit vraiment de la marque où je m'équipe pour cause de proximité et qu'elle n'est ni de luxe ni de vulgarité. Pour une fois le marketing m'aura fait marrer.(Quoi que)

 

(5) Qu'une amie du métier qui se reconnaîtra si elle passe, résume ainsi avec romantisme : On ne couche pas avec la marchandise.

addenda du 04 août : Le Monde en parle un peu plus tard.

 

 

 

 

 


Quand l'intuition précède de loin la compréhension - doc about ABBA

 

J'étais tombée sur ce documentaire il y a quelques jours, n'ai eu le temps de le regarder que ce soir. Il est truffé de micro-pépites y compris (ou peut-être surtout) pour qui n'apprécie pas l'ancien groupe plus que ça.

Les intervenants sont pour plusieurs inoubliables. J'adore le pianiste et le costumier (quand tu penses que tout ça c'était pour échapper au poids de la sexualité fiscalité). 

Peu à peu j'apprends et je comprends pourquoi très exactement me fait l'effet qu'il me fait ce groupe-là et aucun autre, ou peut-être, mais il n'est pas un groupe et c'est dans une moindre mesure et avec les ans l'effet s'est un tantinet tassé, Eros Ramazzotti

Attention, je ne suis pas fan. Incapable de l'être sauf éventuellement de chanteurs/euses d'opéra et encore je peux être subjuguée par leurs prestations et garder face à eux IRL un relatif sang-froid, voire ne pas même les reconnaître. Mais disons qu'Abba est un médicament dont j'use régulièrement - même si je préférerais avoir moins d'occasions de le faire que depuis huit ans -, que leurs chansons me sont restées, et qu'ils sont pour moi source d'une aspiration. On peut partager le triste car le plus souvent pour qui n'est ni séduisant(e) ni bien né(e) la vie le plus souvent l'est, mais qu'il y ait de la pêche, de l'humour - sans que l'autodérision n'obère l'émotion -, de l'énergie, que ça console ceux qui ont profité du partage. Et qu'un travail de création peut être populaire et accessible au plus grand nombre sans pour autant être mauvais, qu'il peut même inspirer ceux qui se veulent pionniers et soucieux seulement d'art - ce qui revient souvent à un abord plus compliqué -. I would like so much life to allow me to do my job here below before it's too late, I'm way too tired these days and afraid it's as for love the case.

 

PS : Ce serait bien que je me souvienne de Kevin, se dit la fille qui a toujours bien trop d'idées par rapport au temps et à l'énergie nécessaire pour les réaliser.

PS' : Note pour Satsuki : vrais éclats de Suédois inside (certes brefs, mais)

 documentaire The joy of Abba - Phil Ramey Ben Whalley BBC4 (samedi 28 décembre 2013)

 


I should have read it before

Grâce au Bordel du vendredi, dont cette photo provient, j'ai enfin compris quelle avait été mon erreur. 

Capture d’écran 2013-12-20 à 08.38.54

 

I do miss John. Utterly.

(au delà de la plaisanterie, mon incapacité à faire quoi que ce soit intentionnellement, quand ceux que j'ai aimés étaient de ceux qui ne font rien sans une direction et ne séduisent pas sans au moins une petite idée derrière la tête, est sans doute la clef de mes chagrins ; une Bonne Mascotte, en apparence, ça ne sert à rien, ce n'est pas très joli, pas très fortuné, et ça n'appartient pas aux arcanes d'un pouvoir établi)