My own private monday evening five o'clock blues

    

    Longtemps je fus sujette au fameux sunday evening five o'clock blues, si bien connu de celleux qui ont fait leurs études en internat, le week-end étant si court, pour ma part dû à trop de travail presque tout le temps même quand j'aime mon métier comme en ce moment et globalement le plus souvent depuis que je travaille comme libraire. On doit déjà reprendre le collier, la semaine s'annonce chargée et l'on n'en a pourtant pas fini avec tout ce que l'on avait à faire dans nos vies personnelles. 

Ces dernières années, du fait de ce métier, mes week-ends se sont trouvés décalés : dimanche - lundi plutôt que samedi - dimanche. Mon cours de danse, était ainsi passé du samedi au lundi (après quelques années de jeudi après-midi). Dès lors mon dimanche qui était le lundi était porteur d'un temps personnel fort, qui me demandait de la concentration, me permettait de laisser les tracas à la porte, et était suivi puisque le club de sport en comportait d'un moment de détente, hammam ou sauna. Ça me remettait le corps à neuf pour la semaine. 

Seulement voilà, les clubs de cette chaîne ont licencié la plupart de leurs professeurs de cours spécifiques, danses, ou yoga. Fin des cours de danse.

Alors le lundi est devenu pour moi un dimanche comme les autres, ma famille en moins puisqu'en général les semaines d'études ou de travail vont du lundi au vendredi. Et le sunday evening five o'clock blues a viré au monday evening five o'clock blues. Démarrer la semaine est plus difficile aussi. 

 


Giselle by Dada Masilo à La Villette

 

C'était magnifique, impressionnant.

J'étais trop fatiguée pour être émue, comme je l'avais été lors de Carmen ou Swan lake. L'effet de surprise n'y est plus ; et la salle était trop grande, rien du confort du Rond-Point.
L'admiration demeure. Des passages qui laissent bouche bée. 

Des jeunes scolaires (3ème ? seconde ?) qui nous entouraient, place à pas cher tout en haut, ont été d'une sagesse exemplaire : scotchés. Et applaudissant à tout rompre à la fin. C'est un signe qui ne trompe pas. 


La vie réserve parfois des changements qui sont de bonnes surprises

 

    Comme j'ai toujours eu peu de temps libre, je choisis mes activités avec soin et m'y tiens. La plupart du temps elles prennent fin parce que leur organisation cesse ou parce que ma vie professionnelle rend impossible leur poursuite. Ce n'est jamais moi qui abandonne par choix.

Depuis ma jeunesse, il y a la danse, que je suis parvenue à maintenir contre vents et marées, aux périodes de grossesses près. Rien n'était plus loin de mes aptitudes initiales que la danse (1), il a fallu que j'atteigne l'âge de 19 ans pour comprendre que le corps humain peut se laisser porter par un rythme et s'en sentir bien. Un chemin dans mon cerveau n'était pas tracé, il a fallu défricher. De même que la coordination bras - jambes, qui m'était compliquée. Et il m'arrive encore de devoir réfléchir pour savoir quel muscle activer pour faire tel ou tel geste (en même temps qu'un autre). C'était comme si les connexions internes n'avaient pas poussé. Pendant des années, beaucoup plus rarement enfin à présent, je m'en suis sortie en touchant la partie du corps qui était censée faire un mouvement, en le faisant en me guidant puis en le faisant de l'intérieur une fois que j'étais parvenue à capter la sensation et en déduire par où ça passait pour la commander.
À présent j'ai rejoint les rives d'une relative normalité. Je peux suivre, même si je ne l'exécute pas en beauté, une choré. Grâce en soit rendue à ma prof, Brigitte qui a su faire preuve à mon égard d'une grande patience.

Seulement les cours, qui ont lieu dans des clubs de sports et dépendent donc d'une organisation plus vaste pour laquelle la danse n'est pas ou plus une priorité - lui ont succédé au fil des années toutes sortes d'activités à la mode, dont certaines sont tombées dans l'oubli, salsa, body pump, step, zumba, abdo flash, body combat (seul le crossfit me semble présenter un réel intérêt, je peux me tromper) -. étaient menacés. 

(Pré)occupée par ailleurs et prudente, je n'avais pas renouvelé immédiatement mon abonnement, et j'attendais. 

Les cours ont finalement bien été repris, dans un autre club de la même entreprise, qui se trouve être près des Champs Élysées. J'ai repris la danse aujourd'hui. 
Et même si c'était difficile, d'autant plus que les 26 km de la veille pesaient sur le corps (2), ça faisait un bien fou. 

Le nouveau club est pourvu d'un jardin, le précédent qui ne manquait pas de charme a fermé pour raison d'opération immobilière. Celui-ci ressemble à un havre de paix. 
Après l'entraînement j'ai lu au jardin, un peu pour le travail, mais non sans plaisir. Il faisait un temps de rêve. C'était étonnant un tel calme au cœur des #BeauxQuartiers. Ou peut-être plus encore d'y être éligible. 

Sur mon téléfonino, lorsque je l'ai repris, passaient des informations de confrontations dans des gares, protestations des cheminots, des étudiants, violente répression (si j'en crois quelques images publiées, mais que je n'ai pu vérifier (3)). Les instants de paix ne sauraient durer.

 

 

(1) Si, la gymnastique sportive ou acrobatique
(2) Pas tant les jambes, bizarrement mais les côtes, douloureuses. Le poignet droit.
(3) À ce propos un article d'un journal local a circulé ce week-end concernant le décès d'une femme en fin d'année 2017 parce que le SAMU avait considéré son appel comme peu sérieux. Des amis médecins ont émis des doutes solides quant à la véracité du fait divers. Il n'empêche que nous étions deux à n'avoir pas douté a priori de sa véracité : nous avions été confrontées à des difficultés pour que de nos appels d'urgence soient traités. Rien qu'en soi c'est inquiétant.


"L'Opéra", le film

J'aurais passé une partie de l'hiver et de ce début de printemps à reprendre forces devant des documentaires de répétitions de danse et de chant. J'ignore pourquoi je les trouve si réconfortants, porteur de courage.

Le travail que l'on voit à l'œuvre sans doute. Le fait d'avoir pratiqué le chant à mon tout petit niveau - ce qui permet de mesurer la performance, l'exploit, des grands - et de danser, là aussi avec ce dont je dispose, à savoir un corps qui au départ n'était pas même correctement branché ; par un long et patient travail me voilà parvenue là où les autres ne font que commencer, alors je savoure d'autant mieux la beauté, du fait de m'y être sans l'atteindre frottée.
Il y a là également quelque chose de l'ordre de la transmission malgré l'état du monde. 

Voilà que comme si je le lui avais demandé, Jean-Stéphane Bron s'est saisi du sujet, bien avant en fait, faire un film est si long, mais sa sortie coïncide pour moi avec le bon moment. Ça va être un régal.

J'espère que ce film restera à l'affiche assez longtemps. 


Let's see some Ballet class

    Les algorithmes de youtube sans doute pas tout à fait illogiques, m'ont proposé cette video "Inside the Bolschoi Ballet's daily class" par The Telegraph et j'ai laissé le début s'enclencher et je ne m'en lasse pas.

Au début ça semble simple puis assez vite les mouvements deviennent d'une solide difficulté. Ou du moins si on les effectuait, on aurait beaucoup moins d'amplitude, d'équilibre et de douleurs (ils en ont sans doute aussi mais savent le masquer).

Je suis subjugée.

Le piano à l'ancienne n'y est pas pour rien. Je crois qu'inconsciemment je guette l'apparition de Buster Keaton dans un coin.

Voilà mon (l'un de mes) réconfort(s) du moment.
Some ballet class.

 


Le billet WTF du vendredi soir (week-end non travaillé)

J'ignore comment du triathlon (page FB du club) je me suis retrouvée à regarder des compils youtube de séquences dansées, mais voilà, une de mes scènes de film préférées avec danse n'est pas des plus spectaculaires techniquement.

C'est simplement celle-ci.

Sans doute parce qu'elle ressemble, tout comptes faits, à ma vie (1).

 

 

(1) En plus qu'au delà de l'allégorie, ça m'est arrivé en juin ou début juillet, dans un grand magasin où pour une fois je mettais les pieds et j'ai eu un mal fou à me retenir de vraiment danser. (mais bon j'étais avec le fiston et s'il y a une personne au monde à qui je ne souhaite pas faire honte c'est bien lui)


Ma banlieue (c'est ça aussi)


flashmob euro 16 lycée René Auffray par rene92auffray

OK la chorégraphie est rudimentaire, OK certains, oui toi là-bas au fond, on voit que tu es la pour faire plaisir mais que c'est un peu ta corvée, OK c'est pour l'Euro de foot et les drapeaux sont du monde entier (je crois qu'ils sont là à l'année), OK c'est pour un concours lié à la promotion et l'organisation de l'événement - le foot cette méga pompe à fric mafieuse que c'est devenu (ces jeunes n'y sont pour rien (1)) - mais voilà, c'est bien comme tout au bout du compte, le résultat. Chapeau bas.
Pour ceux qui ne dansent pas, je tiens à préciser que l'air de rien, c'est du boulot pour un groupe aussi nombreux de parvenir à un tel résultat.
Et ma banlieue, quoiqu'en pense les esprits rancis, et ceux que la vague terroriste récente a appauvri du ciboulot, c'est aussi ça, et une part jolie de l'avenir du pays.

 

(1) Ni non plus quant au choix de la musique, c'était dans le cahier des charges. 


BDJ - 160214 - Une ou deux (brèves) conversations


    (bonheur du dimanche 14 février 2016) Dans une journée passablement rétrécie par la fatigue - il faut dire que sortir tard et pas tout près le samedi soir n'était pas réducteur de ce point de vue là -, outre une belle représentation théâtrale, qui est plutôt un bon moment intéressant qu'un bonheur, il y eut deux belles brèves conversations, l'une avec ma fille au sujet de la chorégraphie du moment des cours de danse que nous fréquentons, depuis un an conjointement (1), histoire de se préciser certains passages, l'autre avec une petite famille qui s'apprêtait à fermer sa porte au moment où nous sortions de l'ascenseur, nos nouveaux voisins de pallier. J'ai aimé la façon qu'a eue la jeune femme de se présenter. Je me suis efforcée d'être à la même hauteur, pour ne pas la décevoir, même si j'étais encore la tête dans la pièce de théâtre au ton assez violent. Il y avait deux petites filles qui avaient l'air heureuses. C'est toujours encourageant (pour l'avenir général par exemple).

 

(1) Sur Outlaw d'Inna Modja

 

billet publié dans le cadre des Bonheurs du Jour.
C'est l'amie Kozlika qui a lancé le mouvement et le lien vers tous les bonheurs (pour s'inscrire c'est par ici- grand merci àTomek qui s'est chargé du boulot -) 

Chez Couac : Bonheur du jour 31

Billet commun avec Bella Cosa