Réappropriations


    Je poursuis méthodiquement la mise à jour de la liste des blogs que j'aime aller lire du moins ceux qui ont survécu à la fin de l'époque pionnière où nous étions libres et plutôt bienveillants, communiquant via les commentaires et pas encore par les réseaux sociaux. 

Il me semblait avoir déjà croisé la plus #WTF des réappropriations de noms de domaines sur des blogs avec l'adresse qui fut celle de La République des Livres de Pierre Assouline, seulement en poursuivant aujourd'hui la liste j'ai constaté que La boîte à images d'Alain Korkos première version était devenue un blog de déco d'appartements

Les corps empêchés qui fut le blog d'Emmanuel Pagano est désormais un site d'accessoires de modes.

J'admets fort bien que les temps changent. Il n'empêche que c'est un brin troublant. Et qu'il est triste que des contenus de qualités disparaissent (même si pour deux des exemples particuliers, heureusement, de nouveaux sites et une part d'archives peuvent encore se consulter). 

Concernant La boîte à images, la nouvelle adresse est ici.


Triste d'avoir eu raison enfant

Capture d’écran 2018-11-16 à 09.44.26

C'est ce pouët de Nate Cull qui m'y a fait songer : en fait notre époque est en train de donner raison à mes convictions enfantines, que les adultes ou les autres enfants s'étaient empressées de balayer d'un revers de main, d'une contrainte d'autorité, d'un ricanement.

Je me souviens très bien petite d'avoir tenté de lutter pour mon alimentation, avec des arguments qui, sauf concernant la préservation de la planète car comment aurais-je pu savoir que les élevages tourneraient à ce point ignoble d'industrialisation, étaient ceux des végans de maintenant.  Je n'avais pas les mots, à peine les arguments, Mais comment on peut manger des mammifères comme nous ? Mais le lait de la vache il n'était pas pour le veau ? ... et tout ce que j'ai réussi à faire c'est à ne pas me laisser imposer de manger du cheval (repas refusé alors que j'avais faim). C'était inaudible de la part d'adultes qui avaient soufferts de la faim enfants ou adolescents pendant la guerre, de la part de parents si fiers de pouvoir fournir des repas carnés au lieu de seulement le dimanche et de la soupe sinon, et dans mon cas comme j'étais réputée anémiée (1), on finissait de toutes façons par m'obliger, au nom de ma faible santé.

Je me souviens très bien, un peu plus grande, d'avoir été sensible au risque nucléaire (2), si j'avais été libre de mes mouvements je serai allée manifester à Flamanville et j'ai enquiquiné pas mal d'adultes pour qu'ils signent une pétition contre l'implantation d'une centrale à Plogoff (3), cette dernière protestation fut finalement victorieuse, quand je me rends au Guilvinec je me sens fiérote de la moi ado. [comme si ma si petite et limitée mobilisation avait été décisive, t'as qu'à croire].

Je me souviens qu'à la rentrée de septembre 1976 nous avions eu comme sujet de rédaction "Racontez un événement qui vous a marqué cet été", et que j'avais évoqué la catastrophe de Seveso, j'étais bien la seule. Je crois que j'avais eu une bonne note mais avec une remarque de la prof perplexe, qui n'avait pas songé qu'on puisse trouver marquant un événement général ; elle avait pensé que l'on parlerait de nos vies. Nous devions être deux ou trois dans ce cas, les autres ayant été marqués par des événements sportifs ou musicaux ou quelque chose de type mariage princier. J'étais en grogne permanente contre les avions qui polluaient l'air avec leur kérosène, il faut dire qu'avec Roissy tout proche il nous en passait beaucoup au dessus et une chieuse de l'empêchage des autres de jeter n'importe quoi n'importe où - c'était une époque où dans la rue, les gens jetaient par terre sans trop de scrupules qui un papier, qui un mouchoir de type kleenex, c'était récent, il n'y avait pas d'usage déterminé (4). Pour les mégots, la question ne se posait même pas, c'est intéressant qu'elle commence à poindre seulement ces dernières années, je crois que c'est parce qu'on supposait que le mégot c'était du tabac, un truc organique qui se dissoudrait. Contre l'usage de la voiture, je n'étais, en revanche, pas mobilisée : il y avait un conflit de loyauté vis-à-vis de mon père qui bossait dans une usine de construction automobile à Poissy, si l'usage se réduisait il pourrait perdre son travail. Je me bornais à me désolidariser des promenades du dimanche en voiture pour seulement se promener le dimanche en voiture, grande distraction des petites familles dont les chefs de famille avaient grandi lors d'un temps où avoir une bagnole était un suprême life achievement. On commençait tout juste à concevoir que fumer ne faisait pas de bien aux poumons de la personne qui le faisait, et que vraiment quand il y avait un embouteillage, l'air faisait tousser. Mais de là à penser à la tabagie passive et au fait que le petit pot d'échappement de ta petite voiture crachait l'encrassage des poumons du passant, il y avait un gouffre d'ignorance confortable.

En revanche nous étions très conscients que si l'humanité continuait à proliférer à la même vitesse, les ressources de la planète s'épuiseraient. Seulement les progrès avaient été si fulgurant lors des trente dernières années que l'on faisait une confiance éperdue en "les savants du futur" qui sauraient nous sortir de là, on mangerait des trucs en pastilles comme les cosmonautes dans leurs fusées.

Enfin je me souviens que Le président Carter (5), dans ses efforts, n'avait pas été pris très au sérieux - quand on pense quel président finalement fort décent il avait été quand on voit ce qui est maintenant au poste qu'il occupa -. Pour ma part à seize ans, je me rassurais en me disant vaguement que s'il allait faire plus chaud on allait moins utiliser de mazout de chauffage et que donc ça ralentirait qu'il fasse plus chaud. Et puis que la France se retrouve potentiellement avec le climat de l'Italie, je trouvais ça plutôt chouette comme perspective, en fait.

À part ce point d'optimisme juvénile, je me rends compte que l'époque et l'évolution de la situation ont rattrapé mes objections enfantines ou adolescentes, et j'avoue que c'est terrifiant. Je suis si triste d'avoir eu jadis raison.
Quant aux savants capables de nous tirer d'affaire, même si la technologie a progressé plus encore que dans nos imaginations les plus débridées, rien n'a changé, on les attend.  

 

(1) Je l'étais, mais plus sérieusement encore que ce que l'on croyait
(2) À 12 ou 13 ans je suis tombée en vocation sur tout ce qui concernait les atomes, un an après la relativité et au lycée la physique quantique.
(3) Un résumé des luttes de l'époque qui me semble correspondre assez bien aux souvenirs que j'en ai par ici.
(4) On a pu observer la même chose avec les téléphones portables, les premiers temps les gens faisaient n'importe quoi car pour beaucoup s'il n'y a pas un code auquel se conformer, c'est leur confort personnel sans gêne qui l'emporte. 
(5) J'ignore pourquoi mais on disait Nixon, puis Reagan, et les Bush furent père ou fils mais Carter c'était Président Carter, de même que Kennedy, c'était plus souvent Président Kennedy que Kennedy tout court.  


Jeter vite

 

    À force de ranger, à force de trier, je me suis rendue compte de quelques petites choses. Les voici 

(à compléter)

Le syndrome du souvenir personnel manuscrit

Je suis incapable de jeter toute trace d'écriture manuscrite de quelqu'un qui a disparu (mort ou rupture à caractère définitif). C'est curieux mais c'est comme ça. Ainsi de notes retrouvées écrites par mes parents, de celles qu'on prend pour soi, un relevé de cotes en bricolage, une liste de courses restées dans une poche de manteau. 
Du coup j'ai entrepris un grand ménage de mes propres gribouillis histoire de n'alourdir personne quand je serais partie en admettant que la descendance ait hérité de ce syndrome.

- Je suis peu capable de jeter une correspondance manuscrite. C'est mon côté vieille école. Je garde vos cartes postales. 
Pour la correspondance dont j'ai hérité, c'est pire (cumul des deux syndromes)

 

Le syndrome de la relique sociologique

Pour des tas de papiers, documents plus ou moins administratifs, je jette dès qu'il n'y a pas de délai de conservation légal à observer.
Sauf que.
Parfois le boulot n'a pas été fait dans le droit fil du temps.
Et du coup.
Ce ticket d'achat d'un équipement sportif, retrouvé quinze ans après s'est transformé en signe sensible de ta reprise d'une activité qui t'a menée un peu loin.
Difficile à jeter.
Cette addition de restaurant, sans grand intérêt sur le moment, encore lisible car manuelle est devenue souvenir d'une des dernières sorties faite à deux l'esprit libre, sans tracas de baby-sitting, avant la venue des enfants.
Ce billet de train d'un temps où tu le prenais souvent s'est insidieusement transformé en vestige d'un temps révolu.
Et d'une façon plus générale, diverses factures à l'encre persistante deviennent des traces d'anciens modes de consommation, de prix pratiqués qui paraissent incroyables tant les tarifs se sont élevés, de pratiques disparues (développements de photos argentiques, si courantes en leur temps, si rares à présent). 
Dès lors alors que je les aurais jetés sans hésiter en leurs temps, les voilà pourvus d'un intérêt "historique" et plus difficilement éligibles au recyclage.

C'est même totalement impossible pour certains documents concernant les parents, d'anciennes quittances de loyer, factures de gaz ou d'électricité, sans même parler des feuilles de paie ou de certains relevés de prestations sociales : parfois écrites à la main, sur des bristols couleurs cartons pâles (1) voire orangés, ils ressemblent désormais à des pièces de musée. Je ne peux que les garder, bien archivés.

Moralité : pour toutes les paperoles qui même en notre temps de dématérialisation nous échoient, il convient de prendre une décision rapidement, conserver si nécessaire (garanties, assurances, justificatifs requis) mais sinon jeter, et jeter vite. Avant que le temps ne les équipent d'un air injetable d'autrefois.

 

(1) Était-ce leur couleur d'origine ou un blanc cassé qui a évolué ?

 


Dimanche soir


    (notes en vrac posées en dormant) 

J'aurais voulu aller courir en forêt puis continuer à préparer des cartons de la maison de Taverny, mais voilà, il pleuvait à verse au moment du réveil et lorsque le soleil splendide est revenu nous étions déjà dans l'optique du travail à accomplir. 

J'apprends que mon père savait depuis 1973 pour la thalassémie. Pourquoi n'a-t-il rien dit ? Pourquoi ne nous a-t-on pas alors à ma sœur et moi fait passer les examens qui auraient alors pu nous rassurer sur notre mauvaise santé ? Je sais qu'en ces années-là on ne parlait pas aux enfants de la santé de leurs parents. J'en retrouve triple confirmation. Je sais que lorsque j'étais teenager mon père a subi à la clinique d'Enghien une brève opération. À ce jour j'ignore toujours de quoi il s'agissait (je suppose : une hernie).

Je découvre que la petite maison normande n'a pas comme je le croyais été construite après la guerre, lors de la reconstruction mais ... bien avant (quand ?) et achetée par mes grands parents lors d'une vente sur folle enchère , ces ventes à la bougie. En 1943. Ça mérite un billet à part. Le document retrouvé est magnifique.

Pendant ce temps la côte sud du Texas est la proie d'un ouragan et de pluies diluviennes. Il était annoncé mais si j'ai bien compris avait été (volontairement ?) sous-évalué ce qui fait qu'aucun ordre d'évacuation n'avait été donné. Son ampleur prend les gens au piège d'inondations dignes des meilleurs cauchemars. Vu en particulier une video prise dans les locaux de la station météo, où l'eau monte à vue d'œil avec une force inouïe.

Trump s'en fout il vaque à ses usual conneries. 

Je retrouve de vieilles allumettes dans un cadeau de fête des mères. Leur odeur aussi. Il devait y avoir du souffre et plus aujourd'hui.

C'est un soir de vague à l'âme. 

Pourtant j'ai retrouvé deux lettres magnifiques de l'homme de la maison alors fou amoureux fou [de moi] à mes parents. Il était alors à faire son service militaire en temps que VSNE à Ouagadougou.

Je retrouve de mes lettres d'adolescente à mes parents et ma sœur lorsque par exemple je séjournais à Miniac-Morvan. Elles sont marrantes. Je l'avoue : je suis assez fière de l'épistolière que j'étais à douze ou quinze ans. Quant à la diariste elle était redoutable de précision. Je n'imaginais pas à quel point j'allais rendre service à la moi de plus tard en décrivant chaque journée, scrupuleusement. 

La chambre qui fut celle de ma sœur puis de mon père est à présent vidée. J'ai donné quelques jouets.
L'homme s'est attelé à des tâches de ménage. Courageusement. 

J'ai trouvé une lettre de refus (pour des poèmes de ma mère) d'une élégance folle. J'ai retrouvé aussi toutes sortes de marques de ses succès dont elle parlait peu (ou alors : étais-je à ce point inattentive ?).

Beaucoup de documents sur la petite maison [de La Haye du Puits] qui se fait cambrioler à répétition par le voisin cette année. Un des entrepreneurs qui a travaillé sur le chantier de sa remise en état demande dans un courrier à mon père s'il peut retarder d'une semaine son intervention parce qu'alors son fils sera en vacances et qu'il veut en profiter pour lui montrer le travail. 

J'apprends que là où est actuellement la salle de bain - WC se situait un sellier. Attenants à la maison il y avait des clapiers.

En soirée j'écoute des chansons françaises des années 60 et 70. Tout est parti d'une chanson de Maxime le Forestier.

Il se fait tard et je tombe de sommeil. 

 


Ils s'appelleront comment, les vélibs si c'est plus des Vélib's ?

 

    Parfois je me souviens qu'à l'origine j'avais ouvert ce blog pour raconter des "choses vues" à Paris ou dans la banlieue proche. Il se sera passé quand même un certain nombre de trucs qui m'ont fait copieusement dévier. En particulier la crise de l'environnement politique avec des responsables qui ne pensent qu'à leurs avantages personnels et méprisent le bien commun, solidement entamée en France sous Sarkozy, un peu calmée sous Hollande - lui n'aura été malhonnête, semble-t-il que dans sa vie privée ; le grief est plutôt à son encontre d'avoir fait tout le contraire sauf pour le mariage pour tous, que ce qu'il s'était engagé à accomplir si on l'élisait -. Du coup je ne peux pas m'empêcher de parler de politique alors que je ne me sens pas qualifiée et souhaiterait ne pas tant devoir y prêter attention.

Ce que je voulais partager concernait la vie quotidienne. Ce dont je souhaitais témoigner. 

J'y retourne donc ce soir à l'occasion de cette annonce, qui avait déjà quelque peu fuité : 

à partir de 2018 la filiale de Decaux qui fait les Vélibs serait supplantée par Smoove pour le marché des vélos urbains en (quasi) libre-service.

A priori je trouve ça assez sain que le marché soit ouvert. Mais au concret de l'affaire je me pose plein de questions. On dirait que je ne suis pas la seule : 

Vélib, trois questions entre Decaux et Smoove

N'est-ce pas bien peu écologique une fois que tous les investissements sont faits de devoir tout rechanger, les bornes les connexions, tout ? à commencer par les bicyclettes ?

Que deviendront les salariés ? Bien sûr j'imagine qu'on leur proposera des reclassements à l'intérieur du groupe (JCDecaux) ; sauf que s'occuper des vélos, c'était spécifique. Ils font faire quoi après ça ? Coller des affiches ? Passer des engins nettoyants ? Ça risque d'être un brin déprimant.

Les vélibs commençaient à rudement bien fonctionner à part des soucis de saturation / vide des stations. Il y avait eu pas mal de bugs au début. À présent que ça fonctionnait enfin bien il va falloir redevenir les cobayes d'un nouvel opérateur ?

Que vont devenir les abonnements en cours à l'heure du basculement ?

Est-ce que les autres modèles auront (enfin) une vitesse 4 ?

J'ai cru comprendre que pour être rentable le futur nouveau système devra proposer les abonnements beaucoup plus chers. Euh, les usagers ont-ils leur mot à dire ?

Est-ce que quelque chose qui tient du service public (il s'agit certes d'un mode de déplacement individuel mais qui relève des transports en commun, si l'on y pense), ne devrait pas être public et assumé tel ? Histoire qu'il y ait pérennité du fonctionnement.

Que deviendront les biclous réformés ?

Bref, je serai peut-être super contente de disposer de Smoove, il seront peut-être mieux. Mais en attendant, j'ai l'impression qu'on va vers l'arrêt d'un service qui en rendait et avait enfin atteint le meilleur de son mode de fonctionnement. 

Et puis ils s'appelleront comment les vélibs, si c'est plus Vélib's ?

 

 

 

 


Their little China girls


Capture d’écran 2017-01-30 à 19.39.24Ce n'est pas parce que des fous sont au pouvoir (enfin surtout un) et que la mort rôde un peu trop près ces derniers mois, qu'il faut oublier de se cultiver. 

Voici donc un bel article d'Atlas Obscura (1) sur les China Girls des débuts de bobine au cinéma. 

C'est beaucoup plus qu'anecdotique. Et très porteur d'histoires et marqueurs d'époque. 

J'ignorais, je crois, leur existence, il me semble que c'est la première fois que j'en entends parler, je croyais qu'il y avait des mires avec toutes les couleurs ou toutes les nuances de gris comme celles de la télé de quand j'étais petite. J'ignorais (ou j'avais totalement oublié) qu'il y eût des visages humains. Pourtant je connaissais l'histoire des Shirley cards en photographie (et l'absence de calibrage sur des peaux autres que blanches, pendant fort longtemps). Leur nom viendrait de mannequins de porcelaine utilisés dans les tout premiers temps (ou d'un maquillage destiné à faire que les modèles y ressemblaient).

Et accessoirement, un an après la mort de l'artiste et trente-quatre ans après le succès de cette chanson, je viens seulement de piger le sens complet des paroles du China girl de David Bowie.

It was about time.
(Rigole, va)

 

[copie d'écran issue de l'article]

(1) 'The Forgotten "China Girls" Hidden at the Beginning of Old Films' by Sarah Laskow

PS : Et au passage la découverte du blog passionnant pour les cinéphiles, de la Chicago Film Society

 


E. V. (En Ville)

 

    La librairie où je travaille désormais avait reçu il y a quelques temps un très étrange courrier, un homme protestait parce que la "boîte sardine Connétable" ne contenait que deux sardines. Il réclamait une compensation. 

Les collègues ignorent à ce jour s'il s'agissait d'un de leur clients-amis d'humeur potache ou d'un vrai malheureux capable de perdre le temps d'un courrier pour quelques sardines qui dans une boîte manquaient. À la décharge de ce dernier la librairie porte effectivement le nom d'une conserverie fameuse, l'expéditeur n'est peut-être après tout qu'un visionnaire qui a anticipé la localisation à plus de 200 kilomètres de la première mer d'industries de retraitement des poissons péchés. Ou peut-être croyait-il écrire à un siège social, s'adresser à un grand patron ?

Au delà d'un très réussi éclat de rire, comme la vie de libraire sait comporter quand tout va bien, la missive en guise de timbre portait la mention manuscrite "E.V.".

C'est quelque chose que j'avais totalement oublié.

De celles que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Il fut en effet un temps, pas si reculé puisque je l'ai connu alors que je suis encore à une quinzaine d'années d'une potentielle retraite, où ce qui permettait aux gens de mener à bien leur vie quotidienne était considéré comme un service public. L'état prenait en charge, financé par l'impôt mais au bout du compte le consommateur payait le service d'un prix raisonnable encadré. Ça concernait le gaz, l'eau, l'électricité et par exemple le courrier en papier. La question d'opérateurs de téléphonie mobile, d'internet et autres services associés ne se posait pas : ça n'existait pas.

Le train quant à lui, se payait au kilomètre et c'était équitable : tu vas plus loin tu paies plus cher et si ton boulot te fait voyager à des heures très fréquentées parce que tu pars en congés payés en même temps que tout le monde, tu n'as pas plus cher à payer (1).

La poste acheminait les colis, le courrier, et n'avait de bancaire que les livrets A des épargnants modestes et des comptes-chèques associés, parce qu'il était ainsi plus facile de percevoir et payer toutes sortes de choses liées aux vies simples. 

Quand on écrivait à l'un des services publics, on n'avait d'ailleurs pas à timbrer l'envoi. Ça faisait partie d'un tout. 

C'est sans doute dans le même ordre d'idée que lorsqu'on envoyait un courrier à quelqu'un d'autre de la même ville, l'idée étant probablement qu'il n'avait alors pas à transiter par le centre de tri et que du coup ça coûtait peu, donc on offrait ce service, on pouvait se dispenser de timbre en écrivant E.V. pour En Ville. Je l'avais totalement oublié, car j'étais encore enfant lorsque ça finissait de se pratiquer et n'écrivais donc à personne fors quelques cartes postales de vacances "Je vé bien é toi ? Il fée bo. Je nage dan la mer". Mais en me parlant de l'enquête qu'ils avaient menée sur ce sigle mystérieux les collègues ont réactivé ma mémoire.

Le plus joli de l'histoire c'est que posté de Paris en 2016 et en direction du Val d'Oise, ce courrier leur a bel et bien et sans surtaxe été remis. 20160420_130307

 

Peut-être par un facteur muni d'un véhicule tel que celui-ci et qui n'a plus rien à voir avec les vélos du temps du En Ville et les préposés assortis

Carambolage des temps.

 

(1) Il existait même un tarif "congés payés" qui moyennant un brin de paperasses permettaient aux petites familles peu fortunées d'aller en vacances à pas cher.


Someone young

 

     20151217_234251

Troublant de retrouver cette photo de jeunesse parmi les clichés ressurgis. J'en sais la provenance : lors des rangements qu'à la faveur de ma période de chômage j'ai entrepris, j'ai croisé mon premier passeport. J'avais fourni à l'époque ma seule photo "officielle" [faite chez un photographe, précisément pour ces usages] et qui datait, je crois de 1978 (ou 1979), alors que j'étais en 3ème ou en seconde, coiffure fait-maison par souci d'économie, par ma maman (1).

Du coup j'ai repris en photo la photo, pressentant sans doute que la lecture du nouveau roman d'Annie Ernaux ("Mémoire de fille") me ferait beaucoup réfléchir sur la relation que l'on a avec nos "moi" d'avant ; qui suis-je par rapport à cette jeune fille d'un autre milieu social et d'un autre temps ?, cette gamine qui se pensait vouée à la recherche en physique nucléaire et quantique et comptait s'y dévouer corps et âme, persuadée que c'était là son rôle et se demandant comment faire pour aller jusqu'à lui. Je croyais devoir être chercheuse je suis devenue ingénieure, je pensais devoir me résoudre à être écrivaine, je suis devenue libraire, au fond, il y a une logique dans la démarche, y compris aussi dans ma vie affective où amoureuse je deviens l'amie. On ne pourra pas me reprocher de ne pas systématiquement tenter ma chance et retomber sur mes pieds (quoiqu'un tantinet à côté).

Je n'en reviens en tout cas toujours pas, si longtemps après et avec la santé fragile qui était la mienne, d'être encore là et plutôt plus en forme, plus solide, résistante et dynamique qu'autrefois. Puisse ce privilège m'être accordé encore quelques années. Je n'en ai pas fini avec ce qui me semble devant être fait.

PS : C'était quand même mieux lorsqu'on pouvait avoir sur son passeport des vraies photos de soi et non des images bizarres, sans notre allure habituelle, strictement (stristement ?) dictées par la loi, les cheveux qui ne dépassent pas.

 

(1) Ce qui explique que désormais, j'attende d'avoir quelque argent pour aller voir ma coiffeuse, une excellente professionnelle et que je préfère laisser pousser la tignasse lorsque les finances sont faibles. 


BDJ - Le précieux site archive.org et l'ami qui pense à point nommé à en rappeler l'existence

    Cette journée était si mal emmanchée que j'ai cru jusqu'au bout que je devrais dire "Je passe" pour mon tour aux Bonheurs du jour. Depuis un certain nombre de coups durs familiaux ou personnels ou concernant de proches amis et depuis cette année 2015 si violente entre autre à Paris, je sais faire la distinction entre une sale journée d'occidentaux encore privilégiés et une vraie journée de catastrophe. 

Pour l'heure on était clairement dans le premier cas, avec cependant une belle collection : 
- être patraque comme en début de semaine après la veille (et une énergique médicamentation) l'espoir d'un mieux ; 
- l'avoir été au point de ne m'être pas réveillée le matin du moins d'avoir cru me réveiller sans avoir eu la moindre sensation que je me rendormais ; avoir du coup manqué mon entraînement de natation qui m'est très nécessaire pour tenir debout. Ça a quelque chose de l'oubli que mon corps n'est plus désirable. En plus du bien être que procure une activité sportive non brutale pour la carcasse ;
- avoir dû m'occuper une fois de plus de bricoles de gestion familiale - rien de grave au demeurant, mais ça mange du temps -, l'affaire de la fuite d'eau invisible continue de peser ; 
- avoir appris que fotolog avait fermé, ce qui déjà est triste, mais en plus sans prévenir ce qui est désespérant. J'avais eu beau tenter de prendre quelques précautions je pense que j'ai perdu 80% du travail quotidien que j'avais entrepris depuis douze ans. Je suis triste encore plus des contacts que j'ai perdus : ceux que je ne connaissais que de là et dont je n'ai pas même une adresse de messagerie. C'est la première fois depuis que je fréquente l'internet assidûment et en allant là où ce qui est proposé convient à ce que je souhaite partager qu'une plateforme ferme sans permettre de backup ; 
- d'être retombée en cherchant ce que je pouvais sauver, sur des photos et quelques mots que j'avais bien commencé à oublier ; et me rendre compte que rien n'est encore vraiment soigné - la dureté de l'année 2015 et les sombres perpectives pour 2016 et 2017 n'y sont pas pour rien - ;
- n'avoir pas pu aller à la danse pour cause de me sentir encore en mauvaise forme, et ce sentiment de mes propres limites lorsqu'ainsi malgré ma volonté elles s'imposent ;

En fin de journée, alors que je craignais comme mardi de devoir faire machine arrière et revenir plus vite chez moi que prévu, je me suis secouée pour allée quand même à l'Encyclopédie des Guerres à Beaubourg, séance durant laquelle Jean-Yves Jouannais a décoré un acteur polonais du feuilleton Quatre tankistes et un chien. Ce qui ne serait-ce que pour cet événement valait le déplacement. Mon corps a été sympa qui a consenti à ne pas se piquer d'accès de fièvre ou autre symptôme plus indélicat durant toute la soirée, comme s'il consentait une trêve.

Et ça aurait pu être mon bonheur du jour. Ça le méritait.

Mais il y en a eu un autre, qui comportait cet élément de "bonne surprise" qui à mes yeux convient mieux au concept, car un bonheur issu d'une pratique régulière, telle que celle d'aller très assidument à l'Encyclopédie, est un peu moins "du jour" et davantage "d'une période" donnée, les années, par exemple où l'activité en question est possible.

Ce bonheur du jour fut le soulagement de constater, grâce à un conseil avisé de benoistj, que le site archive.org possédait quelques traces de mon défunt fotolog. Dont deux photos de l'année écoulée qui me sont chères. Au passage retrouver également un petit morceau de l'ancienne allure de Traces et trajets, que je sais sauvée par ailleurs, mais ça faisait chaud au cœur de voir qu'il existait quelque part quelques éclats de cette mémoire.

Le bonheur du jour fut donc que tout n'était pas perdu.

 

billet publié dans le cadre des Bonheurs du Jour.
Coleslaw, disais-je chez Kozlika qui a lancé le mouvement et le lien vers tous les bonheurs (pour s'inscrire c'est par ici- grand merci à Tomek qui s'est chargé du boulot -) 

billet en commun avec Bella Cosa

 


Il ne nous restera même pas ça (Fotolog has been closed without forewarning)


    8853933627_285a539765_oHier, j'avais le temps de mettre à jour mon fotolog, j'étais à la BNF, ça ne fonctionnait pas. Ça n'était pas la première fois que le réseau de partage de photos semblait ramer, et parfois à la BNF certains sites semblent rejetés par le proxy, je ne me suis pas plus que ça inquiétée. 

Ce matin, de chez moi, même avis d'absence, pas même un cache disponible. 

Alors je suis allée à la pèche aux informations et suis arrivée jusqu'à plusieurs articles qui évoquaient sa fermeture, par exemple celui-là, ou cet autre, aucun ne fournissant davantage d'éclaircissements, ni la réponse à la question clef : comment récupérer nos données ?

Sur twitter j'ai pu constater que je n'étais pas la seule à n'avoir pas été avertie de la prochaine disparition de fotolog. Il se trouve que j'avais, afin d'éviter la publicité et de pouvoir publier plusieurs photos par jour, souscrit à l'option Goldcam, payante légèrement. Ça fonctionnait par renouvellement mensuel et fin décembre j'ai payé ma paire d'euros pour janvier, tutto bene, aucun avertissement, aucun mail, rien si ce n'est la trace du réabonnement. 

Je suis parvenue à remonter jusqu'à HiMedia Group qui avait racheté fotolog en novembre 2007. Mais que ça soit sur Twitter ou ailleurs le moins qu'on puisse dire c'est que pour une entreprise de communication ils ne sont pas très causants. La page wikipedia la plus complète n'est pas non plus d'un grand secours.

Bref, toute info est la bienvenue. 

Jusqu'à présent, toutes les plateformes que j'ai connues qui ont fermé ou changé leur mode de fonctionnement avaient prévenu au moins quinze jour à l'avance et proposé des liens vers un téléchargement personnalisé. Twitpic, par exemple, fut parfait, ou MySpace lorsqu'ils ont fermé la partie blogs, ou encore U-blog ou posterous.

Fotolog avait connu à plusieurs reprise des périodes de plantage et son message de surcharge, quoiqu'un peu moins connu que la baleine de Twitter restait assez célèbre. En internaute aguerrie, j'avais à plusieurs reprise cherché en vain sur le site une possibilité de download pour sauvegarde, et n'en trouvant point ni d'adresse de contact efficace (j'ai retrouvé la trace d'un gcadmin@fotolog.net mais qui ne répondait guère), je m'étais mise en tête de créer mon propre blog miroir :

Clandestines Sardines

et depuis quelques temps j'y dupliquais toutes mes entrées. C'était une copie de sauvegarde : le charme des échanges n'y était pas ou plus.

D'ailleurs à part quelques amis de la vie d'en vrai, la fermeture sans préavis m'aura fait perdre bien des amateurs d'images avec lesquels j'échangeais depuis longtemps.

Je n'ai pas eu le temps d'y porter mes archives puisqu'il fallait le faire image par image et que j'y figurais depuis l'été 2004 avec une photo par jour, fors à certaines périodes. Je m'étais précisément dit qu'en ce mois de janvier puisque je n'ai pas de travail salarié, j'aurais peut-être enfin le temps de m'y coller.

Trop tard.

Il ne me reste plus que quelques copies d'écran, réalisées lors de jours où le site ou ma connexion plantouillait 

15875936495_a2e263feca_o

 

15850041376_70fbc0de34_o 8398879817_602306162a_o
, une tentative de compilation, abandonnée par manque de temps, et 163 billets miraculés grâce à pinterest  Car il ne sera pas dit que je ne m'étais pas méfiée du côté "travail sans filet". Simplement je n'avais pas disposé du temps libre suffisant.

Alors comme sans doute tant d'autres utilisateurs de la plateforme - malgré les départs vers instagram et autres réseaux, nous étions des millions - je me sens privée d'un pan de mon passé. C'est bien moins grave qu'après une mort, une rupture subie, pour les objets un incendie (ou une inondation majeure, ou un cambriolage complet), mais c'est une trace des dix années écoulées qui sans préavis s'en est allée et qui tiraille dans la même zone que celle des blessures des deuils de 2015, d'un "Ça serait mieux qu'on ne revoie pas" qui date qu'il y a dix ans, et d'une sorte de "Va-t-en, j'ai trouvé mieux" qui en a bientôt trois, tout ce qui tient d'un événement du présent qui bousille notre passé rétroactivement ou dans ce cas précis l'efface. Une sorte d'Eternal sunshine of the spotless mind de nos souvenirs numérisées. 

PS : Les photos en tant que telles ne sont pas perdues, je sauvegarde régulièrement mes images, mais les textes et la sélection quotidienne si.

[copie d'écran : comme disait en 2011 ou 2012 le fiston] 

addenda du 15/01/16 00:13 : Grâce à une indication de Benoistj je vais pouvoir en récupérer 188 autres