BDJ - 160203 - La pharmacienne de la gare de l'est puis Laurence et Arnaud

    20160203_153101

(bonheur du mercredi 3 février 2016)

Ce mercredi fut un jour heureux, inattendu - téléphoner à quelqu'un en réponse à un mail et dans la foulée filer prendre un train, et c'était une rencontre, peut-être le début d'une nouvelle belle amitié, et tomber amoureuse d'un lieu, et me rendre compte que ça n'était pas fini pour moi d'être capable de ça, cet état qui fait qu'on marche un peu au dessus du sol, cette exultation -, et comme le début d'une nouvelle vie, les chagrins et les deuils enfin un peu guéris, croire en une possible chance, se retrouver parfaitement opérationnelle -. Mais ça dépasse le cadre des petits bonheurs. C'est du bonheur, du grand. Et j'ai la certitude douce qu'il y aura une suite, pas celle qui nous faisait nous rencontrer mais autre chose de plus léger. Et au moins la passion des livres partagée.

Mais dans ce grand mouvement pour sortir du sombre, il y aura eu aussi du beau petit bon, comme si ce jour-là tous les dieux de l'Olympe s'étaient dit, tous exactement, sans un seul pour contrarier, Elle a assez morflé, accordons lui une journée parfaite (1), qu'elle reprenne des forces.

Il y eut ainsi trois petits bonheurs collatéraux : 

- un déjeuner délicieux, dans un café brasserie d'un village presque aussi lointain que la province - il serait grand temps qu'on profite des navigos dézonés pour explorer notre Île - ;

- la pharmacienne de la gare de l'Est. J'y arrivais en avance pour la suite prévue de ma journée mais trop tard pour repasser par la case maison. Or la félicité m'avait redonné un flux plus fort du sang, je le sentais qui me battait les tempes et ça n'était pas de me sentir mal mais au contraire trop bien, sensation éprouvée la dernière fois le 14 janvier 2013, et j'étais bien persuadée que ça ne m'arriverait plus. Du coup mon corps, déshabitué, ou du moins mon cerveau, réagit par un mal de tête, lui aussi rare chez moi. Je suis donc passée à la première pharmacie vue dans la gare, qui a complètement changé depuis la dernière fois (sans doute so long ago, ma vie quotidienne me fait fréquenter Satin Lazare et mes accointances passées ou présentes celles de Lyon ou du Nord) où j'y étais venue. Des toilettes nickel, soit dit en passant. Il se trouve qu'à la pharmacie, juste devant moi, se tenait un de ces clients malheureux, et qui viennent pour qu'on s'occupe d'eux, quelle que soit la boutique, l'achat n'est qu'un prétexte. J'attendais patiemment, mon expérience de l'autre côté des caisses m'a appris que ce type de personnes se montre d'autant plus long qu'il peut gêner plus de monde. C'est leur façon d'éprouver un sentiment d'exister. Mais la vendeuse qui m'avait vue, et avait peut-être apprécié mon calme, me fit signe de passer sur le côté (2) a bipé mon achat, silencieusement encaissé et ainsi j'ai pu filer sans que le long client ne s'en formalise, sans même qu'il ne semble d'ailleurs en être conscient. 
J'ai aimé son initiative et son sens de la discrétion.

- la rencontre à la BNF organisée dans le cadre du cycle "un réalisateur et son monteur" (ou -trice et -teuse) avec Laurence Briaud et Arnaud Desplechin et comme c'était passionnant pour qui aime le cinéma en général et celui-là en particulier, en plus qu'une partie d'une sorte de sous-texte m'était accessible. Je me suis sentie moins bête - l'une de mes sensations illusions préférées -. Et à nouveau étrangement persuadée qu'avant de mourir je ferai des films (3). Ce plaisir de constater que l'ensemble de l'assistance était jeune. L'écrit peine à assurer le renouvellement des générations mais le cinéma non. C'est déjà ça.

 

(1) à un élément près mais tout allait si merveilleusement bien que je n'en éprouvais guère le manque, trop bien occupée.
(2) J'avais déjà la boîte, nouvelle facture, de doliprane 500 entre les mains.
(3) Rationnellement je ne vois pas comment ça serait possible. Déjà que l'écriture au vu des difficultés de vie quotidienne et d'énergie à consacrer à un gagne-pain indispensable me semble sans cesse remise, ou du moins d'éventuelles tentatives de publication.

 

billet publié dans le cadre des Bonheurs du Jour.
C'est l'amie Kozlika qui a lancé le mouvement et le lien vers tous les bonheurs (pour s'inscrire c'est par ici- grand merci àTomek qui s'est chargé du boulot -) 

Chez Couac : Bonheur du jour 21

billet commun avec Bella Cosa 


Retour vers le passé du futur


    Et voilà donc qu'avec cette révolution au Burkina Faso déjà mutée en coup d'état, j'ai passé, malgré un travail sans trève, la journée à me débattre contre une sensation mentale d'être en 1987, que vers le soir, enfin ça allait mieux, j'étais de retour en 2014, sans trop de sensation de dé-réalité (1), que j'étais pleinement là pour communiquer avec ma petite famille sur le mode de retour - je cherche un vélib -, que toujours respectueuse de la consigne de la cycliste aguerrie qu'était (qu'est toujours ? À moins qu'elle ne soit passée au taxi) V. "En vélo dans Paris, il faut être attentive", j'étais concentrée sur mon trajet. Bref, j'étais bien vendredi 31 octobre 2014 de plain-pied. Ouf, sauvée (1 3/4).

Puis je suis arrivée au carrefour de la Porte Maillot. Lequel comporte des zones cyclables, certes un peu gymkhana, mais qui protègent du redoutable rond-point. Mais elles possèdent un inconvénient : un des feux rouges est fort long. J'y attendais donc, et regardais le paysage ; je savais avoir le temps.

C'est alors que j'ai vu sur la façade du Palais des Congrés, une immense affiche pour un prochain spectacle de 

CHANTAL GOYA

J'ai cru que j'étais réellement repartie dans les années 80 du siècle passé. Le vélib avec lequel je circulais, je sais leur mise à disposition datant de juillet 2007, m'a sauvée. Ça n'aura duré qu'une fraction de seconde de vaciller. D'être perdue dans le temps. Fractionnée.

Ce bref voyage digne des passagers du chronogyre, m'a rendue en rentrant consciente de façon plus aigüe qu'elle ne l'est déjà, de l'importance que l'écriture a pris dans ma vie, du poids des rencontres décisives (avec V., avec F.) même si elles se sont pour moi terriblement mal finies (2), de l'attachement à mes enfants (dont en 1987 j'ignorais l'existence ultérieure), de quelques très belles expériences qu'il m'a été donné de faire, du bonheur qu'est l'usage de l'internet, cette eau courante du lien au monde et des amitiés nées depuis.

Je n'ai donc pas été si malheureuse d'avoir été destabilisée. Il n'en demeure pas moins qu'ouvrant le petit livre de Sylvain Prudhomme que Frédéric Forte m'a conseillé, "L'affaire Furtif" et tombant d'entrée de jeu sur cette phrase 

"L'amnésie d'une époque n'a d'égale que la brutalité de ses réminiscences"

je me suis sentie, comment dire, en plein dans le mille concernée.

(ce petit bouquin promet)

 

(1) Celle qui est mon lot depuis la rupture subie en juin 2013. Heureusement qu'il y a les amis et les réseaux sociaux, je serais sinon comme un petit bouchon de liège flottant dans l'espace-temps. Bizarrement le boulot n'aide pas, séquelles des années d'"Usine" que j'ai traversées comme des plages de non-vie. 

(1 3/4) Pour les initiés qui s'inquièteraient, il est prévu que je vois lundi Simone. Par précaution.

(2) Et je suis pour l'instant incapable d'en faire quelque chose comme le "Pétronille" d'Amélie Nothomb. En partager les bons moments, et les drôleries, remercier au passage les amis (ce si bel hommage qu'elle offre aux amis de l'Astrée), m'arrêter à l'instant où je me fais flinguer. Garder pour moi les conséquences funestes.


L'histoire du livre même est un fameux roman

Il y a un père qui manque de mourir d'une crise cardiaque lors de la fête surprise que lui avaient organisé ses étudiants juste avant son départ en retraite. Et qui a la bonne idée de survivre et fort bien.

Il y a un français qui vit à Oslo (est-il déjà traducteur ?) achète un livre américain dont le titre l'intrigue et en tombe fou. Je ne sais dans quel ordre, toujours est-il que ça se fera, il le traduit et contacte un éditeur en France suffisamment fou lui aussi pour se lancer dans l'aventure.

Mais il faut que le livre soit beau et illustré.

Il y a une amie de l'amie du traducteur qui connait un gars dont le travail de dessin serait bien dans le style qui irait fort bien. Et il s'avère que l'éditeur connaît aussi son travail.

Longtemps plus tôt il y a eu un propriétaire de Volkswagen qui avait laissé sur le siège arrière d'une Coccinelle qu'il revendait ce manuel des années hippies. Il s'est trouvé que qui rachetait la voiture n'était pas n'importe qui puisqu'ensuite il écrirait son propre manuel.

Il y a sans doute toutes sortes d'autres épisodes que j'ignore. Mais qui au bout du compte font un roman inclassable, peut-être pas très grand public
P9140001

 

mais susceptible de devenir un livre culte auprès de ceux qui apprécieront. Plus tard, il y aura une P9120014merveilleuse soirée chez Charybde, banjo included,

 

et pour moi un dimanche qui au lieu d'être un peu triste, comme mes dimanche le sont plus souvent que de temps en temps (1) depuis l'un des leurs, fatal et funeste, en juin 2013, a été heureux, instructif, intéressant, chaleureux, et léger. La tristesse n'a plus eu qu'à se remballer.

Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui ont rendu la belle histoire possible, le livre jusqu'à moi, et les amis de Charybde dont je m'aperçois que sans eux beaucoup des bons moments de ma vie durant cette difficile année écoulée n'auraient tout simplement pas existés (alors comment aurais-je fait ?).

 

 

(1) Les derniers je l'avoue, vont globalement mieux. "Run Forrest, run" et par temps ensoleillé, et en étant accompagnée même par celui qu'on ne fait plus que peu rêver, ça a aussi du bon.

 

PS : Comment font pour survivre les gens qui ne lisent pas ?

PS' : Le grand-père de la Volkswagen est peut-être mort, mais le père de l'auteur encore bien vivant  P9140109


Le code cul erre


Tu as fait des frais de lingerie pour ton nouvel ami - il est trop tôt pour parler d'amour, mais tout va bien au lit -. Ce n'est pas trop ton truc mais l'époque est dans l'apparence, et puis tu n'aimes pas porter pour l'un ce qui plu à l'autre, une façon de rêver en démarrant même pour les petits habits avec du neuf que cette fois-ci enfin ça se finira bien et pas par une mise en silence ni un Contente-toi d'être une amie, j'ai trouvé mieux, voire un aveu de 15 ans vieux, Depuis tout ce temps-là ce n'était plus toi (1). 

Bon, tu n'as pas changé, faire du shopping pour toi est une immense corvée, sauf quand il s'agit de chercher le bon vêtement pour un bien-aimé et qu'il contient du temps et des rires partagés. Tu es donc allée au bout de ta rue : une marque de lingerie et vêtements d'intérieurs, puis vêtements généraux - mais c'est la lingerie qui l'a fait connaître, y a posé son siège social il y a plusieurs année et une boutique garnit le rez-de-chaussé. Plus d'une fois sortie sans écharpe, sans bonnet, ou avec un pull trop léger, tu t'es rendue compte que ça n'irait pas pour affronter la journée et au passage tu t'es rééquipée car le temps pressait et qu'il était trop tard pour rebrousser chemin. 

Mais cette fois ce sont des sous-vêtements que très volontairement tu achètes. La vendeuse t'annonce que si tu as un smart phone en captant le code QR reproduit qui en motif dans la dentelle, qui sur l'étiquette, tu pourras accéder à un texte d'une page écrit par l'un ou l'autre des plus fameux écrivains. Tu as vaguement pensé On n'arrête pas le progrès, mais tu n'avais que le futur rendez-vous en tête et ça ne t'a pas outre mesure tracassée. Tu n'as même pas pensé à demander si le choix était aléatoire ou par couleur, modèle ou taille. Pour le rouge j'aurais du Barbey d'Aurevilly, pour le noir du Stendhal. Et si je prends ce "chair" vieillot, aurais-je un brin de Bovary ?

Voilà, tu es dans ces moments où ça plane pour toi, c'est l'euphorie des débuts de quand les corps exultent et que l'intendance ou la famille ou les dettes les chômages les poubelles à descendre les fuites d'eau les rages de dents la personne qu'on aimait avant et un peu moins maintenant mais qu'on ne veut pas blesser n'ont pas encore tout fait capoter. L'avantage de l'âge c'est qu'on sait que ça ne saurait durer.

Alors on profite, joliment habillée, sexytudinellement dévêtue, et que le moment soit parfait.

 

*            *            *

C'est en ramassant ton panty (2) après les instants extatiques que l'homme s'amuse, C'est quoi ce code sur ta culotte ?, saisit son téléphone, des fois qu'il y ait une pub avec une longue blonde aux jambes interminables, vu que sur ces points-là, avec toi il n'est pas sauvagement comblé (3). Mais voilà que le clic fait apparaître un texte, Hé dis-donc c'est une histoire, toi qui aimes lire, tu vas adorer !

Tu sors propre et fraîche de la salle de bain au moment où il te tend l'appareil avec le texte dessus, 

C'est un extrait de quoi ? demandes-tu en le saisissant. Tu t'attends à Hugo, au torride Apollinaire, à l'insaisissable Rimbaud, quelque coquinerie de ces gars-là. 

Et vlan.

Le texte est de mots d'amour qui un temps furent pour toi, celui qui l'a écrit n'est autre que celui qui te quitta et qu'il t'aura fallu des mois non pas pour l'oublier, c'est impossible, mais pour parvenir à retrouver le chemin du désir. C'est peu dire que la magie du moment amoureux vient d'être vachement brisée.

(version 1)


*            *            *

 En dégrafant ton soutien-gorge d'un geste délicat (4), l'amant s'aperçoit que le motif de la dentelle fait code, la curiosité commune l'emporte sur la hâte sensuelle, vous supputez un jeu coquin, il attrape son téléphone, oubliant que le temps des ébats vous aviez tout éteint, prend quand même le temps de rallumer pour voir, bipe, semble déçu du résultat, C'est un texte, annonce-t-il un parfum de dépit dans la voix.

- Ah oui ? Fais-voir demandes-tu émoustillée, tout en espérant qu'il ne déb que le récit sera bref et bon.

Et voilà que c'est une histoire coquine et tendre, d'une page, écrite avec élégance par un bon copain, mais que ça fait bizarre de le retrouver là, en cet instant, comme s'il venait se joindre à vous - alors que votre relation n'est absolument pas amoureuse, tu connais sa femme, ils semblent très heureux, tu n'as jamais rien imaginé d'érotique, le lire alors et maintenant t'y oblige et ça te gêne un peu -.

L'amant n'a rien perdu de ses intentions, et tu as vite reposé le téléphone mais c'est toi qui d'un coup n'es plus tout à fait là, qui as changé de registre et te sens toute calmée, sortie du vif du sujet. Ce qui ne convient pas.

(version 2)  


*            *            *

 

(1) entres autres exemples glanés dans ma propre vie ou pas très loin ailleurs.

(2) toujours en littérature anticiper les retours de mode. #lettresàunjeunepoète

(3) mais tu as les attaches fines et les muscles harmonieux.

(4) Rêvons un peu.

 


*            *            *

Tout ce qui précède n'était que fiction, vous vous en doutiez.  Sauf que très prochainement ça sera techniquement possible, hélas pas tant pour les ébats que pour le code consultable (il sera sans doute fourni à part, j'ai simplement poussé un tantinet le concept).

Après mars et sa rubrique (que j'écrirai quand je serai capable de le faire en ne pleurant que de rire) Quand vous êtes libraire ne tombez jamais amoureuse d'un écrivain (5), je sens venir septembre avec cette constatation : Aimer des fournisseurs de matières à code QR peut nuire ultérieurement à votre libido. 

Le vrai gag, ça ne s'invente pas, c'est qu'il y a un bon camarade parmi les premiers fournisseurs, sans parler des amies, et qu'il s'agit vraiment de la marque où je m'équipe pour cause de proximité et qu'elle n'est ni de luxe ni de vulgarité. Pour une fois le marketing m'aura fait marrer.(Quoi que)

 

(5) Qu'une amie du métier qui se reconnaîtra si elle passe, résume ainsi avec romantisme : On ne couche pas avec la marchandise.

addenda du 04 août : Le Monde en parle un peu plus tard.

 

 

 

 

 


Un temps d'octobre

 

PA170112Au gré de mes rattrapages studieux de photos du jour le jour et du travail de diariste associé je m'aperçois qu'il a fait aujourd'hui le quasiment même temps qu'au 17 octobre 2012. C'est quand même un peu bête pour un mois de juillet.

Je me souviens d'une belle soirée au Thé des Écrivains en la compagnie trop brève de Jerome Charyn, de l'attente joyeuse de la venue de Joël Dicker dont le succès s'amorçait et qui nous vit précurseurs. À part la non-venue de Celui qui (1), et par ailleurs et donc ce temps souvent pluvieux et gris, l'automne 2012 aura été une belle période. 

Dans l'ignorance des difficultés qui suivraient et de tout ce qui s'achèverait après juin 2013, dont le retour des problèmes familiaux de santé, j'ai pu heureusement en profiter. Il ne faut pas se voiler la face devant les nuages annonciateurs de périodes troublées, mais pour autant s'efforcer de croire que l'on va vers du mieux. Sinon où trouver le courage, l'énergie ?

 

[photo : mercredi 17 octobre 2012 14:24]

nb. : L'escabeau était une ruse afin d'éloigner les parapluies des livres sur lesquels ils gouttaient si un passant qui en était pourvu s'arrêtait (et pire : s'il se penchait)

(1) Façon de désigner empruntée à Anne Savelli mais pas tout à fait dans le même cas (en tout cas je ne le lui souhaite pas) 

 

Lire la suite "Un temps d'octobre" »


La recette du best-seller ou le plagiat par clients

 

Un jour de travail de libraire que j'avais plus que d'autres trouvé rempli de conseils pour cadeaux d'hôpital, je n'ai rien contre, notez, simplement j'avais été marquée par la répétition des demandes semblables, j'ai écrit à une amie qui écrit par métier que si elle voulait commettre un best-seller honorable, il convenait de s'atteler à répondre à la demande suivante : 

"Je cherche un livre, c'est pour un(e) ami(e) qui est à l'hôpital, alors pas trop triste, et qu'on peut lire par petits moments et qui ne pèse pas trop lourd."

Voilà qu'elle me répond, réjouie, qu'en 2001 dans un de ses recueils de nouvelles une dame dit à un écrivain censé signer dans un salon du livre, qu'elle "souhaitait  offrir à une amie âgée, récemment hospitalisée un livre pas trop lourd à tenir, pas trop triste dans son état vous comprenez, mais bien écrit quand même vous voyez ..."

Je confirme que non seulement c'est une condition nécessaire  (1) (mais pas suffisante, ni à ce point inévitable (ouf)) pour un best seller mais que me voilà donc coupable d'un splendide plagiat par clients. Ou que mes clients sont victimes d'un merveilleux plagiat par anticipation.

Merci à eux, grand merci à l'amie, immense sourire grâce à tous.

 

(1) Sur la question du volume et du poids je ne plaisante vraiment pas : j'ai vu des clients s'orienter vers un livre plutôt qu'un autre pour ces simples raisons et qui n'avaient strictement rien à voir avec le texte mais bien avec la faiblesse physique présumée du lecteur final ou à des contrôles drastiques de poids dans les avions. À  quoi ça tient, les choses.


Gratitude et soulagement

 

Je tiens à remercier de tout cœur le client ou la cliente qui hier à 13h04 alors que j'accomplissais la première partie de ma pause déjeuner, acheta le roman dont la présence m'offensait, dont la vue m'étreignait chaque fois que j'oubliais de me préparer à faire l'effort épuisant de faire abstraction sur qui l'avait commis et en l'honneur de qui et si peu de temps après m'avoir sommée de dégager afin de faire place à l'amour le vrai.

Je me plais à rêver qu'il s'agit de quelqu'un qui lit par ici, a compris mon chagrin, a choisi volontairement de venir faire sa bonne action pendant mon absence. Aurais-su encaisser sans frémir, sans pleurer, voire perdre connaissance (1) ? Qu'aurait pensé le client qui est en droit d'acheter et de lire un ouvrage sans se voir imposer des arrière-pensées dues aux vies privées de l'auteur et de la personne qui le lui vend,  et qui risquent de lui en gâcher la lecture ? L'auteur de celui-ci ne serait pas le premier homme à écrire si merveilleusement sur l'amour tout en se conduisant dans l'existence comme un être brutal et sans scrupules aucun, passant de l'une à l'autre sans respect pour la femme n-1, s'appliquant à séduire même si pour lui ça ne correspond à rien, sans se soucier que ses mots et ses regards aient pu être pris pour ce qu'ils semblaient (n'est-ce pas, Ted ?).

Ou bien à croire qu'il s'agit de quelqu'un à qui jusqu'à l'année dernière travaillant dans le même quartier je me suis appliquée en Bonne Mascotte dévouée à faire connaître le travail du bien-aimé et qui, la librairie précédente ayant fermée, a été heureux de voir que cet écrivain à nouveau publiait. Peut-être même qu'il ou elle lira le nouvel opus en croyant que c'est à moi qu'il s'adresse ; se dira Je pensais bien pour en parler ainsi qu'ils devaient s'aimer fort ces deux-là. Peut-être que cette lectrice, moins probablement ce lecteur, alors se réjouira. Sans imaginer un seul instant, au vu de la situation d'il y a encore onze mois, que tout s'est effondré très brutalement pour moi. J'ai trouvé mieux, restons amis.

Je sais que le livre n'a pas été conseillé. Que la personne qui l'a pris venait spécifiquement le chercher. N'a rien acheté d'autre. D'où l'illusion qu'elle est venue exprès afin de m'en libérer.

J'espère, c'est pour moi trop de souffrance, qu'il n'y aura pas de réassort. Aucun. Même si, accordant le respect dont j'ai été privée, je ne dirai rien. 

 

(1) La première fois que je suis tombée sur ce livre en en rangeant un autre, du fait de la surprise, de l'absence de méfiance, j'ai été à deux doigts de la perte de conscience. Que je suis parvenue à limiter à une simple pause, un éclat d'aller dans les toilettes pleurer. 

 

Lire la suite "Gratitude et soulagement" »


Quand l'intuition précède de loin la compréhension - doc about ABBA

 

J'étais tombée sur ce documentaire il y a quelques jours, n'ai eu le temps de le regarder que ce soir. Il est truffé de micro-pépites y compris (ou peut-être surtout) pour qui n'apprécie pas l'ancien groupe plus que ça.

Les intervenants sont pour plusieurs inoubliables. J'adore le pianiste et le costumier (quand tu penses que tout ça c'était pour échapper au poids de la sexualité fiscalité). 

Peu à peu j'apprends et je comprends pourquoi très exactement me fait l'effet qu'il me fait ce groupe-là et aucun autre, ou peut-être, mais il n'est pas un groupe et c'est dans une moindre mesure et avec les ans l'effet s'est un tantinet tassé, Eros Ramazzotti

Attention, je ne suis pas fan. Incapable de l'être sauf éventuellement de chanteurs/euses d'opéra et encore je peux être subjuguée par leurs prestations et garder face à eux IRL un relatif sang-froid, voire ne pas même les reconnaître. Mais disons qu'Abba est un médicament dont j'use régulièrement - même si je préférerais avoir moins d'occasions de le faire que depuis huit ans -, que leurs chansons me sont restées, et qu'ils sont pour moi source d'une aspiration. On peut partager le triste car le plus souvent pour qui n'est ni séduisant(e) ni bien né(e) la vie le plus souvent l'est, mais qu'il y ait de la pêche, de l'humour - sans que l'autodérision n'obère l'émotion -, de l'énergie, que ça console ceux qui ont profité du partage. Et qu'un travail de création peut être populaire et accessible au plus grand nombre sans pour autant être mauvais, qu'il peut même inspirer ceux qui se veulent pionniers et soucieux seulement d'art - ce qui revient souvent à un abord plus compliqué -. I would like so much life to allow me to do my job here below before it's too late, I'm way too tired these days and afraid it's as for love the case.

 

PS : Ce serait bien que je me souvienne de Kevin, se dit la fille qui a toujours bien trop d'idées par rapport au temps et à l'énergie nécessaire pour les réaliser.

PS' : Note pour Satsuki : vrais éclats de Suédois inside (certes brefs, mais)

 documentaire The joy of Abba - Phil Ramey Ben Whalley BBC4 (samedi 28 décembre 2013)

 


C'est un bon roman d'espionnage, déjà prometteur

PA110052

Il ne sera pas dit qu'avec la complicité active de mon patron d'alors je n'avais pas soutenu à fond ce jeune auteur alors (1) inconnu.

 

(1) photo et message du 11/10/2012

PS : Il s'agissait du roman "Les derniers jours de nos pères" (Joël Dicker, donc)

 

billet également publié sur Il est difficile d'avoir une vie sexuelle quand on tient une librairie

*        *        *

Je tente en ce moment de reprendre le cours de ma vie en renouant les fils du présent du passé - au passage en sauvegardant, triant puis vidant de la mémoire courante de l'ordi mes photos quotidiennes, c'est qu'elle est saturée (et c'est aussi très utile d'un point de vue strictement pragmatique, rien de nostalgique par là) -.  Tout est allé si vite en 2013 de s'effondrer, de basculer pour moi dans une nouvelle période alors que je n'avais rien demandé, que j'avançais enfin d'écrire avec une fausse espérance qu'en tous domaines le pire était pour un temps passé. 

En fait il s'était brièvement tapi pour d'autant mieux revenir.

J'ai bien vu arriver la fin du travail (1) en ce printemps dernier, même si j'ai cru encore et encore à force de petits sursis grapillés que l'on s'en sortirait ; je n'ai pas vu venir la fin d'un lien affectif qui tant comptait même s'il demeurait incomplet. Je n'ai pas non plus vu venir (c'est beaucoup moins grave mais très handicapant à l'heure de tenter de sauver sa peau) à quel point notre situation financière familiale malgré le chômage indemnisé allait rapidement se dégrader alors qu'on faisait déjà si attention à peu dépenser.

 

(1) Celui à la librairie Livre Sterling ; heureusement entre temps j'ai retrouvé à m'embaucher.

 


Si je gagnais

 

C'est cet article qui m'est revenu en tête en lisant cet entrefilet dans le Canard Enchaîné de la semaine.

PC218010

 

Un Canadien vainqueur d'un très gros lot mais qui n'avait pas particulièrement besoin d'argent, après un long temps de silence et parce qu'apparemment il ne pouvait persister dans l'anonymat, a décidé "en accord avec ses enfants" de verser la somme à des œuvres de bienfaisances.

Ça m'a remonté le moral de lire ça.

Ainsi donc tout le monde n'est pas contaminé par cette fausse valeur qu'est le fric mais sans laquelle hélas il est si difficile de survivre, de vivre, d'avancer.

Je me suis vaguement demandée ce qu'à sa place je ferais. Il y a un volet pour moi évident : je liquiderai les petites dettes qui depuis bientôt 5 ans d'écriture dont une partie comme libraire à temps partiel se sont accumulées. Je m'arrangerais pour faire quelque placement autant que possible éthique (mais je suis très sceptique sur ce que proposent les banques sous ce genre de label, un peu comme pour les produits bio) qui me garantisse cette rente mensuelle dont pour vivre au quotidien là où je suis (1) dont j'ai besoin pour écrire l'esprit libre. Je garderais l'anonymat et je me tairais autant que possible (2).

Néanmoins rembourserais au centuple et si possible en exauceant leurs rêves les amis qui m'ont aidés et m'aident en ce moment aux heures de difficultés. Ce qui risque d'être compliqué en gardant le silence (non, non ce n'est pas du blanchiment ;-) )

Mais pour le reste. 

Mettre ce qu'il faut de côté pour la période de très grand âge de ma mère, je vois venir avec effroi le moment où elle perdra son autonomie et où je serai bien incapable d'aider à payer quelque placement que ce soit - si tant est que je lui survive, bien sûr -.

Mettre mes enfants à l'abri du besoin mais pour après ma mort, qu'ils puissent en attendant vivre une vie normale, dans laquelle contrairement à l'heure actuelle je pourrais les dépanner en cas de besoin, mais qu'ils aient quand même à se confronter au principe de réalité et d'utilité encore quelques années. Ça aide à acquérir de bonnes bases et préserve de certaines dérives. 

Me border, ainsi que leur père, en vue des prochaine étapes de nos vies qui peuvent être d'ici à 20 ans, et c'est très court 20 ans, la dépendance, la mort, toutes choses coûteuses pour les restants. Prendre mes dispositions pour en cas de maladie incurable dégradante ou violente dans les souffrances pouvoir aller mourir sans crainte et dignement là où on l'autorise (3). 

Faire refaire l'électricité dans l'appartement, car notre installation est dangereuse, refaire la salle de bain comme elle était avant notre installation (4), faire faire toutes les réparations qui s'imposent (chauffe-eau, fuites d'eau, plafond de la cuisine) et que le manque d'argent nous fait différer. 

Bref des choses sérieuses, et rien qui changerait fondamentalement ma propre vie. Peut-être un séjour en Toscane, en chambre d'hôtes, et un pied-à-terre modeste et discret à Bruxelles, pour pouvoir retourner nager dans la piscine de mes rêves dès que ça pourrait, et voir souvent les amis que j'y ai. M'habiller sans complexe financier chez le boutiquier hypermnésique. Renflouer la maison d'édition de mon bien-aimé

Et puis, cet entrefilet. Ces deux mecs virés pour avoir dit Non, qu'ils ne voulaient pas pour un job, sans doute en plus pas tant payé, mettre en danger irrémédiablement leur santé.

Alors je sais. Ça prendra le temps que ça prendra, mais si je gagnais un vrai gros lot monstrueux au loto je créerais une fondation ; il doit bien y avoir un moyen pour le faire en conservant une part solide d'anonymat aux yeux de l'extérieur. J'embaucherai un(e) assistant(e) pour tout ce qui relève du secrétariat et de la pré-compta et d'un peu plus que ça, la cheville ouvrière. Et puis aussi un(e) fin(e) limier(e) capable de se débrouiller dans le monde entier. Et quand je tomberai sur une information de ce style, je ferai en sorte que la fondation verse une compensation équivalente à ce que les gens auront perdu (ou par exemple une aide équivalente au salaire qu'ils touchaient le temps qu'ils trouvent un nouveau travail). Pour qu'au moins ponctuellement puissent s'en sortir ceux et celles qui auront eu le courage de dire non. De ne pas accepter le n'importe quoi qu'on leur aura imposé les croyant sans ressources ou endettés et donc à la merci de tout pouvoir abusif. Mais comme on ne peut pas même en étant devenu immensément riche aider le monde entier, et que changer le monde est un tout autre projet, qui nécessiterait sans doute de commencer par une sérieuse modification de la nature humaine, le critère d'entrée serait celui-là, ceux qui ont su dire non alors que dans l'immédiat ça les condamnait à de gros ennuis, mais qu'il en allait de leur intégrité, leur dignité, leur survie à plus long terme.

Par ailleurs je créerai une résidence d'écrivains (ou peut-être plusieurs mais séparées) dans des endroits accessibles à peu près en train mais qui n'ont rien de prestigieux ni de remarquables. D'anciennes villes industrielles par exemple. Des endroits avec le nécessaire mais rien de superflu et une bourse d'écriture permettant de tenir mais sans gras, et je sélectionnerai les candidats avec mon frère d'élection et peut-être l'assistant(e), en ne jugeant que sur la qualité de potentiel de textes fournis et la motivation d'accepter pour un temps les conditions de base offertes. Il n'y aurait aucune obligation simplement une limite de temps convenue au départ et non renégociable sauf ennuis de santé. Avec des possibilités de fractionnements pour ceux qui auront de jeunes enfants et des remboursement de frais de transport pour s'ils veulent aux week-ends retrouver leur famille. Mais le séjour de travail s'effectuerait seul(e) car c'est un service à rendre que parfois d'obliger.

Et puis bien entendu je continuerai à dépanner les potes comme je l'ai toujours fait lorsque c'était possible, mais pour ça pas besoin de gagner un gros lot, s'en sortir correctement au mois le mois suffit. 

 

 

(1) La proximité de Paris, même une fois les murs payés coûte si cher.

(2) Je veux dire d'un point de vue administrativo-juridico trucs comme ça. Ne rien dire sinon ne me pose aucun problème. 

(3) Vu comme c'est emmanché je sens que le gouvernement actuel va nous pondre un truc de b... molle en demi-mesure et qui fera semblant qu'on autorise la mort dans la dignité mais que dans tout plein de cas en pratique on en restera avec l'hypocrisie actuelle qui consiste à trouver la personne compétente pour aider en secret.

(4) Seuls travaux que nous avions faits ... et une erreur (mal conseillés, peu fortunés)