Une journée calme et studieuse (ça fait du bien)


    Captivée par la vie de Francesc Boix (merci Thomas) j'ai vraiment savouré d'avoir du temps pour préparer mon émission "Côté papier" de ce soir. J'ai eu ce luxe inouï de pouvoir me permettre de considérer que le reste, tout le reste pouvait être reporté au lendemain et de m'y consacrer entièrement, découvrant sur l'internet des documentaires qui se complétaient de façon fort intéressante.

De la journée, et en dehors des temps liés aux nécessités d'entretien d'un petit corps humain (manger, dormir, se laver, aller aux toilettes, s'habiller), et trois bricoles domestiques (vider les poubelles, relever le courrier de la vieille poste de sur la terre, sortir une lessive), je n'aurais fait que ça : finir de préparer l'émission et la donner. 

Malgré la dureté du sujet en ce qui concernait le photographe de Mathausen, cette journée calme et studieuse fut un bonheur. Se consacrer à son propre travail, quelle joie ! N'être pas interrompue, quel miracle ! Du coup j'étais parfaitement dans les temps pour chacunes des étapes finales de la préparation. Sans stress d'avoir à me dire Fais vite, sans précipitation. 

Je regrette que ça ne soit pas possible pour quelqu'un comme moi, sur une longue période, mesure à quel point en temps normal je consacre une énergie folle à tenter de me préserver des moments comme ce temps personnel de la journée d'aujourd'hui, sans réellement y parvenir : terminé une journée de travail rémunéré, des corvées domestiques, des entraînements sportifs, le temps restant est happé par la nécessaire récupération et autres activités physiologiques.  

Il faut dire aussi que j'ai eu de la chance : personne de ma famille ou de mes proches ami·e·s ne semblait aller mal, et les nouvelles du monde, si elles n'étaient pas meilleures qu'à l'ordinaire, sont restées comme lointaines, sans pires catastrophes que celles déjà en cours. 

On aura eu confirmation qu'il vaut mieux être un escroc de haut vol si l'on souhaite, même pris, être traité avec humanité. Ça n'est en rien une surprise. La zénitude apportée par le fait de pouvoir bien travailler, m'aura même épargné d'éprouver de l'indignation. 

Sur le front du 2019-nCov, une légère bonne nouvelle : deux des patients hospitalisés en France sont sortis guéris. 

Il conviendra demain que je me consacre plus activement à ma recherche d'emploi. 


À suivre (quelqu'un qui confie à quelqu'un des cahiers retrouvés)

Capture d’écran 2020-01-28 à 22.49.57

Ce touite et les suivants sont apparus sur ma TL ce soir, via quelqu'un qui parle de sports habituellement.

J'espère que la personne qui a pris la peine de les poster poursuivra son enquête et que les trolls apparus dès les premières réactions ne la dissuaderont pas de continuer. 

Je créé ce billet pour me souvenir d'aller aux nouvelles si elles ne parviennent pas directement jusqu'à moi.


Jeanne Labrousse et André-Jacques Garnerin

20180514_190127

Journée studieuse de préparation de l'émission du lendemain. 

Mon téléfonino et mon ordinateur sont saturés de photos, j'ai pris du retard dans sauvegardes et tris depuis fin août et mon travail en maison de la presse.

Je profite d'un jour calme pour, pressée par l'urgence d'une mise-à-jour WhatsApp qui ne passe pas pour avancer dans ces tâches.

Au passage retrouve par exemple ce cliché datant du 14 mai 2018 à 19h01 et que l'appareil géolocalise au 6 avenue Ruysdaël dans le VIIIème arrondissement à Paris. 

Au passage, je m'amuse de n'avoir plus aucune idée de ce que je pouvais bien faire à cet endroit ce soir-là. Les photos suivantes et précédentes ne m'éclairent pas. Un retour à pied vers chez moi ?

En revanche je sais que je l'ai prise car ce "premier parachutiste" m'intriguait. 

J'apprends qu'il fut aérostier et effectivement le premier à sauter en quelque chose qui ressemblait à un parachute. Et que ça se passait près du parc Monceau, ce qui fait que le lieu choisi pour une allée à son nom a un sens. La date me laisse tout espantée : 22 octobre 1797, 1er brumaire an VI, j'aurais vraiment cru que c'était bien plus tard que l'on inventa cette curieuse façon de voler. 
L'ironie du sort veut qu'il soit mort dans un banal accident de chantier.

Le plus beau est que son épouse, Jeanne Labrosse, fut elle-même la première femme a sauter en parachute. Je n'ose imaginer les oppositions auxquelles elle aura dû faire face. 

Je manque de temps ce soir (l'émission à préparer, voir ci-dessus), il n'empêche que dès que je le pourrais je tenterais d'en apprendre davantage sur ce que fut sa vie.

 

page wikipédia d'André-Jacques Garnerin
page wikipédia de Jeanne Labrosse


Plaisirs du vélotaf

 

    J'avoue qu'avant les grèves je ne pensais pas tant vélotafer, notamment pas les jours où par exemple j'avais mon émission de radio le soir après le travail et donc devoir rentrer vite - je suis une vélotafeuse lente et prudente -. Et puis voilà que c'est comme ça et du coup vélo tous les jours et je l'avoue, à l'effondrement de mon temps de lecture près, et à certains points ou moments délicats (1) c'est le bonheur.

Depuis que cette semaine Bilook m'a indiqué l'enchaînement Route de la longue queue - Route de l'espérance, la traversée du Bois de Boulogne au lieu de me stresser et me déprimer - oui, le spectacle de la prostitution me déprime - et qu'équipée d'une lumière performante achetée à l'Échappée belle, je ne crains plus les pistes non éclairées, il y a un moment du parcours qui est un régal. 

L'aller moins car même en partant tôt, je ne suis à l'abri d'aucun aléa et crains d'être en retard.

En tout cas et malgré certains carrefours que je ne sais toujours pas passer sans descendre de mon vélo, il y a un réel plaisir à se rendre au travail par ce moyen de locomotion. C'est celui d'arriver en étant déjà bien réveillée et d'attaque. Et celui aussi d'arriver à la maison le soir en ayant totalement décompressé de la charge mentale "travail". 

Entre les deux certains passages dont celui au milieu des arbres - pour une obscure raison je me sens en mode "Le Grand Meaulnes". 

Il faudrait que je m'équipe pour filmer puis partager.  

 

(1) Le jeudi soir fut épique, pluie soutenue et automobilistes enchevêtrés rendus fous par le fait que ça dure (la grève et leur attente de ce moment-là), je crois que j'ai mis 1h30 pour rentrer avec pas mal de moment en "super-piéton", vélo à la main)

PS : Rien à voir mais en cherchant tout autre chose, retrouvé l'enregistrement de Guillaume Apollinaire qu'il y a 10 ans m'avait fait découvrir Christine Genin


Toi aussi ta planète


    Sérendipité du net, d'un moment libre inattendu (un entraînement reporté que je n'ai pas eu la force de transformer en séance pour un autre sport), et d'une curiosité, voilà que ce matin, regardant une video de l'émission Blow up (1), je me suis interrogée sur Brad Pitt dont c'était le tour d'y être évoqué. 

Je me suis aperçue en effet que je n'avais pour ainsi dire vu aucun film dans lequel il tournait, ou très peu. Pour moi il était surtout le souvenir d'une affiche de ciné-club l'année où les bureaux donnaient rue Grétry et où je l'avais accrochée derrière mon bureau d'une sorte de semi-open space et les gens venaient me voir volontiers. Un jour j'avais pigé que la belle affiche y était peut-être pour quelque chose. Il m'en reste une sympathie pour lui.

Du coup j'ai jeté un œil à sa page wikipédia, je savais (fort) peu de choses, à part que oui, il avait été un moment le compagnon d'Angelina Jolie, qu'ils avaient eu des enfants et en avaient adoptés d'autres, mais qu'ensuite c'était parti dans un divorce compliqué. En fait j'en savais quelques trucs via l'histoire d'une entrepreneuse (décoratrice ? architecte d'intérieur ?) qui avait travaillée en leur chateau français mais qui pour cause de séparation en cours n'avait jamais été payée (2), ce qui avait mis sa petite entreprise en difficulté. Curieusement, je ne me souviens pas si je connaissais cette histoire pour avoir vu un documentaire, entendu une émission à la radio ou écouté une personne qui m'avait raconté ses mésaventures pendant une soirée ou un événement social rassemblant des personnes que je ne connaissais pas toutes. Si tel est le cas, et si cette dame venait à passer, qu'elle ne m'en veuille pas de ne plus rien me souvenir d'autre que la structure de l'histoire : le travail fourni, les clients soudain en séparation, et plus personne pour payer les factures et ce déséquilibre entre une petite entreprise pour laquelle c'est vital et une sorte d'entreprise familiale qui évolue dans une tout autre sphère, où l'argent se brasse avec deux (ou trois) zéros de plus dans les sommes concernées. C'est souvent surprenant, lorsque l'on ne suit pas un certain type d'œuvres ou d'actualités, ce qui parvient jusqu'à soi et de quelles façons.

Puis j'ai repéré cette petite phrase, "On June 2, 2015, the minor planet 29132 Bradpitt was named in his honor" et de là j'ai suivi quelques liens, le temps de comprendre que depuis longtemps on nommait de toutes petites planètes, voire des astéroïdes, d'après des gens (présomptueuse humanité), ce que j'avais peut-être su mais solidement oublié, et qu'il y en avait une liste.

Après, c'était un peu foutu pour ma productivité. Les catégories elles-mêmes sont fascinantes, il y a même un peu de place pour les personnages de fiction. Capture d’écran 2019-05-21 à 15.02.23

 

 

 

 

 

 

 

(1) J'apprécie particulièrement celles de Luc Lagier, son humour, sa voix, sa façon de présenter me donnent de l'énergie.

(2) Ça s'est peut-être arrangé depuis.


Que devient Budhia Singh ?

 

    J'étais en train de lire des articles ou reportages vidéo au sujet de Caster Semenya et les autres athlètes hyperandrogènes et des développements récents des décisions fluctuantes les concernant  - la question se pose vraiment, faire justice à ce dont elles sont dotées de par la naissance et les efforts qu'elles ont consenti pour s'en sortir malgré tout, ou faire justice à l'ensemble des femmes athlètes ? sans parler des incidences médicales d'injection d'hormones et du contexte général de dopage répandu (qui rend étrange de s'en prendre à des caractéristiques naturelles fussent-elles exceptionnelles -. 

Est alors apparu en autoplay un reportage au sujet de Budhia Singh ce jeune garçon indien né en 2002 dans un bidonville, vendu par sa mère parce qu'ils mourraient de faim, récupéré par un coach de judo, Biranchi Das, lequel avait repéré ses qualités d'endurance et en avait fait une sorte de wunderkid du marathon. Jusqu'à ce qu'à pousser l'exploit trop loin il mène à des défaillances de l'enfant et l'intervention de services de protection de l'enfance, qu'il avait peut-être déjà exaspéré par ailleurs ou auparavant, car ce fut contre lui un déchaînement. Au bout du compte l'enfant lui fut retiré avec une interdiction pour lui de recourir un marathon avant l'âge de 17 ans, le guru-entraîneur fut assassiné un an après, officiellement par un voyou qui lui reprochait d'avoir offert abri à une jeune fille qu'il convoitait (sans doute pour la prostituer), lequel (si j'ai bien compris des articles pas uniquement en anglais) aurait été libéré sous conditions en 2017. Plus tard l'enfant s'est trouvé pris en charge dans un sport études, où il a étudié avec motivation mais était malheureux des entraînements courtes distances auxquels il était limité - tout en n'étant pas considéré comme très bon, puisque ça n'était pas son truc, le sprint -. Plus récemment on le retrouve lors de la promo du biopic le concernant, alors que jeune adulte il ne cesse de clamer qu'il ne souhaite qu'une chose : qu'on le laisse courir des marathons au plus haut niveau et d'avoir un entraîneur. 

Là aussi, difficile de se faire un avis : selon les témoignages, l'entraîneur est un bourreau ou un sauveur, l'enfant une victime ou un héros, les services de protection de l'enfance le bras armé d'un pouvoir politique désireux de dégager un indésirable ou des sauveurs d'un petit qui se faisait surexploiter. 

Un point intéressant reste que l'adolescent continue de parler de son gourou et coach avec respect et reconnaissance. Il semble considérer qu'il a vu en lui le champion qu'il était.

La seule certitude est qu'un monde où un enfant ne serait pas sommé de choisir entre courir de longues distances au point de mettre en danger sa santé, ou mourir de faim serait bien. 

L'autre est que les choses étant survenues et irréparable, il semble qu'il reste au jeune homme une furieuse motivation persistante pour son sport. Et qu'il est en âge de prendre ses décisions, alors lui donner sa chance serait bon. 

Je serais curieuse de savoir ce qu'il adviendra. On aimerait tellement qu'il s'en sorte.

PS : Au vu de différents articles glanés ici où là il semblerait qu'avant 16 ans et en gros une croissance déjà plus ou moins sinon complète du moins avancée d'aussi longues distances que le marathon serait déconseillé. 

 


Le vrai boulot des gens (et quelque chose du 13 novembre 2015 en passant)


    Depuis quelques temps je m'efforce de suivre l'émission de fin d'après-midi "LSD la série documentaire" de Perrine Kervan sur France Culture, dont les enquêtes disent beaucoup de nos vies d'aujourd'hui, en laissant, me semble-t-il respectueusement, la parole aux gens "qui font".

Celle de cette semaine qui reprend, si j'ai bien compris, un travail antérieur, portait sur le travail de la police scientifique à Paris et ses alentours

J'ai cru écouter d'abord comme lectrice et autrice potentielle de polars, et très vite j'ai été captivée comme on peut l'être avec presque n'importe quels métiers dont le quotidien concret nous était étranger. Toutes celles et ceux qui témoignent sont impressionnant•e•s de calme, s'efforçant d'expliquer de sur une scène de crime ou d'accidents ou de catastrophes, lorsqu'ils doivent prendre en charge des cadavres techniquement, c'est le boulot qui prime, la concentration, qu'il faut cloisonner, éviter de songer à l'humain vivant que fut la dépouille. Plusieurs répètent, c'est le travail, c'est comme ça. On n'est pas des héros, vous savez on s'habitue. Et puis il y a ceux qui n'ont pas de tracas à s'occuper des carcasses mais ne sauraient faire face aux proches, celle qui en revanche parvient à mettre la compassion de côté et se met en écoute attentive pour parler aux familles lors de la collecte d'éléments pour aider aux identifications. 
Il est question aussi du cadavre de trop, le moment, différent pour chacun où la distanciation professionnelle ne tient plus et qui signifie que l'on doit changer de poste avant que d'être moins efficaces ou se laisser dévorer - comme quoi ça n'était pas si facile, en fait, ces métiers -.

Et puis il y a cette émission particulière dédiée au travail consécutif aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Surtout n'allez pas l'écouter si vous ne vous en sentez pas le courage. Mais si vous le pouvez, d'une façon terrible, ça fait du bien : même s'il y eut des cafouillages - dus à des ordres et contrordres et délimitations de périmètres d'interventions pas assez nettes, en haut lieu ; ainsi qu'au fait qu'on n'avait jamais eu tant de victimes d'un seul coup à Paris depuis les combats de la Libération (1) -, les professionnels de la police scientifiques ont fait un boulot énorme et qui force l'admiration. En particulier la façon dont comprenant qu'il se passait quelque chose, quelques-uns étant au Stade de France à suivre le match de foot de ce soir-là, avant même de recevoir des ordres ils s'étaient déjà mis en contact avec leur service et s'étaient avertis. Et puis les heures de travail sans relâche qu'elles et ils se sont enfilées. Une femme témoigne qu'elle fut loin de chez elle pendant 10 jours après un bref repos le samedi après-midi. Il y a aussi celui qui pendant des semaines a eu pour tâche d'analyser l'enregistrement audio qui du fait qu'il s'agissait au Bataclan au départ d'un concert est devenu celui de la tuerie. C'est particulièrement intéressant et impressionnant ce qu'il dit.
La question est également abordée du surcroît de travail consécutif pendant plusieurs mois dû non pas tant aux tâches directes mais à tout ce qui n'avait pas pu être traité d'autre de l'activité d'en temps normal et qui s'était accumulée.

Et puis toutes et tous, d'insister, je n'ai fait que mon travail. De toutes façons il fallait bien le faire, on l'a fait. Grande gratitude envers eux.

 À retenir pour le cas de prochaines attaques, éviter de tenter de joindre la personne pour la vie de laquelle on s'inquiète, ça peut risquer de la signaler aux agresseurs si elle est encore vivante à ce cacher. Et puis en cas plus tard de non réponse envoyer un SMS indiquant Ce téléphone appartient à ... , notre identité, ce qu'on est pour la victime potentielle, et comment nous joindre.

 

 PS : écoute fortement conseillées à toutes celles et ceux qui écrivent des polars ou des scénarii de séries policières.

 

(1) Et aussi que jusqu'à présent les plans d'urgence en cas d'attentats étaient orientés "attentats à la bombe", car ce type d'attaques où les gens se font tirer dessus puis les terroristes se font exploser n'avait pas en France encore de précédent. 


L'importance de la voix


    Réveillée entre autre par le journal d'informations de 6h30 sur France Culture et où la voix qui doublait Trump (à partir de 6'13") bien timbrée et comme triste, de quelqu'un de cultivé, donnait presque l'impression qu'il n'enfilait pas des horreurs à l'emporte-pièce comme à son ordinaire. 

À ce point c'était impressionnant.

Dans la même journée lu / écouté ceci au sujet des règles qui gênent les chanteuses lyriques.  Je n'ai jamais pensé que ça pouvait influer comme ça. À mon faible niveau d'amateure le temps que je pratiquais (1), ça influait en terme de fatigue (les 2 jours avant et les 2 jours du début), sans doute à cause de mon anémie ; de petites maladies aussi, puisque ces jours de relative faiblesse étaient ceux de choper des rhumes, qui ne sont pas les grands amis de la voix chantée. J'ignorais qu'il y eût un effet sur la teneur de la voix elle-même. 

Et pour finir, la voix de Jacques Brel, cet affreux misogyne (2), cependant si poète, et zbeul émouvant.

 

(1) interrompue par ce que les horaires d'une #VieDeLibraire sont peu compatibles avec des répétitions de chorales et que les cours de chant classique n'étaient abordables que tant que je bossais à l'"Usine" et qu'ils étaient pour partie financés par le comité d'entreprise. 

(2) Tiens, comme Simenon, assez.


À travers la musique, une révélation

    Grosse journée en perspective : rien de tout ce qui avait été mis sous le boisseau pendant le festival de cinéma d'Arras ne s'est arrangé en mode génération spontanée, on ne s'en surprendra pas et c'était sans compter les petits tracas extérieurs qui se sont fait une joie de surgir entre temps.

Du coup j'ai regardé un petit TED pour me donner courage. Celui de Benjamin Zander sur la musique classique. C'était le bon, il contenait quelques révélations - concernant l'écriture, hélas pas au programme de la journée pour moi -. Gratitude. Et voilà le courage retrouvé.


Morts étranges de compositeurs


Capture d’écran 2018-11-20 à 22.00.40     Qui a eu cette idée folle de compiler sur France Musique les décès très SFU d'un certain nombre de compositeurs ? Le résultat est surprenant et fascinant. 

Respect à Enrique Granados, mort en tentant de sauver sa femme qui se noyait après que le bateau où ils circulaient ait été torpillé par l'armée allemande (c'était pendant la première guerre mondiale). Les photos sont très belles. 

(photo : Sergueï Prokofiev jeune, trouvée ici, j'espère qu'il n'y a pas de tracas de droits)
article de Léopold Tobisch