Au revoir l'Astrée


    C'était ce soir la fête de fin de l'Astrée, parce qu'il était hors de question de partir sans s'accorder un dernier au revoir et c'était bien tout le monde était là ou presque, même celui qui vit à Vierzon.

Manquait Honoré, irrémédiablement mais même sans nous le dire nous pensions si fort à lui qu'il était là un peu, aussi.

Claude, trop fatiguée, n'avait pu venir, et deux autres vieux amis qui vivent trop loin alors nous nous sommes causés en direct par téléfonini interposés.

Et c'était plutôt joyeux, dans l'ensemble au lieu d'être triste, des retrouvailles après deux années de presque pas, et des retrouvailles avant que le lieu ne puisse plus devenir lieu d'accueil.

Finir une entreprise est un sacré boulot.

Je suis très reconnaissante à Michèle et Alain de nous avoir rechauffé le cœur pendant tant d'années et offerts tant de soirées mémorables et entre nous de belles amitiés. Je suis très reconnaissante envers celles qui ont été à l'initiative de cette soirée surprise, qui nous ont permis de nous revoir et de dire proprement au revoir. 
Et merci.


Tri de photos (suite de la suite)


    J'en suis à présent à novembre 2018 lorsque nous étions allés à La Rochelle courir le 10 km et encourager les copains qui effectuaient un marathon.
J'étais restée quelques jours pour écrire à la médiathèque, courir en bord de mer et revoir un couple ami qui s'est installé là pour sa retraite, c'était un moment heureux, comme j'aurais aimé que fût ma vie - hélas je ne suis pas rentière -.

20181127_084341
20181127_084341
20181127_084341

IMG_20181129_005622_318

Le 30 novembre 2018, j'étais de retour à Paris. Je ne sais plus où précisément j'ai pris cette fresque en photo (elle n'est pas géolocalisée), sans doute vers La Défense.

DSC04597

 

En décembre 2018, un week-end de ciné-club a lieu à Ménilles

DSC04623

 

En décembre 2018, je travaille en tant que libraire volante dans le XIIIème arrondissement parisien. Photos lors des trajets

IMG_20181211_142618_818
IMG_20181211_142618_818

Je retrouve parfois une photo dont j'ai oublié le souvenir, et qui me plait bien, celle-ci par exemple, prise le 15 décembre 2018, la géolocalisation dit vers La Villette

20181215_112850À la libraire où je travaillais alors, nous avions reçu Miss Tic qui venait en voisine pour une dédicace. La revoir m'émeut.

20181215_180833
20181215_180833

 

Le dimanche 16 décembre 2018 au matin, je traverse Paris, probablement à vélo pour aller travailler et prends une photo de la place de la Concorde presque déserte.

20181216_103614Je ne me doutais pas que trois à quatre ans plus tard je reverrais Paris ainsi, en allant travailler alors que la plupart des gens était confinée.

Le 18 décembre 2018 dans le quartier du Panthéon, j'ai pris en photo un splendide C215 Victor Hugo

IMG_20181218_135213_914

Je trouve la trace d'un concert de Christine and the Queens, le 19 décembre 2018 ; je l'avais oublié, comme pas mal de choses que j'ai faite dans le monde d'avant la pandémie [de Covid_19]

 

 


Deux disparitions


    Triste week-end bien qu'on l'ait rempli de belles activités (sportives, principalement) : j'apprends par un courrier retourné par la poste qu'une amie n'habite plus à l'adresse indiquée - et par ailleurs qu'elle publie en e-book exclusif en autoédition, un ouvrage en collaboration -. Comme je ne suis plus libraire, me voilà sans recours pour en apprendre davantage. 
Sans compter que n'avoir été informée ni de la publication ni du déménagement, est signe qu'elle ne tenait pas tant que ça à notre correspondance partagée. La pandémie aura été rude quant aux amitiés.

J'apprends le dimanche le décès de Miss Tic que Le Monde confirme. Comme dans le cas de F., j'ignorais la maladie à l'œuvre. Nous ne nous connaissions pas personnellement, n'avions fait que nous croiser en diverses occasions de librairie, mais je suivais son travail, qui tant de fois m'avait arraché un sourire dans des moments difficiles alors que je passais dans une rue qui l'abritait. Je me sens d'une certaine façon orpheline.

Demain, il faudra travailler comme si de rien n'était.


un village peuplé d'irréductibles gaulois (Il se prépare)

Capture d’écran 2021-09-13 à 13.05.47

Ça me fait sourire depuis que je vois la tendance enclenchée, parce que tentée par moi-même dès le premier jour, mais alors noyée dans les ennuis financiers, il était totalement exclu que je puisse faire quoi que ce soit d'un tantinet patrimonial, j'ai vu venir le mouvement gros comme une maison (c'est le cas de le dire).

Mais voilà qu'au fil des ans toute la bande que mon cerveau appelle "de l'hôtel des Blogueurs" (1), au lieu d'Houlgate colonise gentiment un village breton : qui se rapproche de la retraite ou y est enfin, qui a décidé de quitter Paris et de télétravailler à fond, qui a fait un petit héritage qui sera ainsi pour le mieux employé ...

Je sens que quand la France aura basculé au main d'un pouvoir politique de haine officielle, il restera comme dans les Astérix un village peuplé d'irréductibles Gaulois, qui ne revendiqueront surtout pas leur appartenance à un clan car ils sont au contraire de grand cœur et larges d'esprits.

La vie comme souvent me placera un peu à la marge (2) puisque mon héritage s'est trouvé normand et lié à l'origine de ma mère. Donc je serai dans la bonne direction,  mais pas tout à fait tout près, cinq heures de route en gros, et pas de liaison en train. Si j'avais de la fortune et pas le mal de mer ça serait jouable par bateau. Il est probable que si la santé me reste, je me la jouerais un jour "rando vélo".

Quoi qu'il en soit, je n'ai ni le temps disponible ni la surface financière pour assumer deux logis à l'ouest en plus de celui d'à Paris liés à nos emplois et à proximité de nos enfants, pour sans doute un moment encore. En attendant, j'apprécie le mouvement et souris largement. L'idée d'un havre de paix possible, même si je n'y serai pas, me plaît. Me voilà rassurée.

 

 

(1) Même si c'est approximatif, d'autres sont venus par après.
(2) C'est assez impressionnant je ne peux jamais faire partie d'un groupe complètement, et ça n'est pas par choix, il y a toujours un élément de différence, qui m'empêche d'être là à 100 % et de ne pouvoir participer à tout à fond (très souvent c'est l'emploi et ses contraintes, depuis quelques temps l'âge et ses limites, pendant longtemps le manque d'argent ...)


Le bonheur, ça peut être ça

 

    Après plus d'une année de restrictions diverses, de craintes successives concernant la santé des un·e·s et des autres, pour beaucoup de tracas d'emploi et pour d'autres de repos forcé - parfois bienvenu, nous n'avons pas toutes et tous des vies confortables -, le bonheur en ce samedi 19 juin 2021, ça aura été de retrouver l'ambiance des compétitions d'athlétisme (ou de triathlon) avec les encouragements pour tout le monde, les participant·e·s qui tentent de se surpasser, le goût partagé de l'effort.

Les entrées étaient décomptées et un masque nécessaire pour entrer mais la plupart des spectateurs ensuite l'enlevait. Nous sommes repartis en tram puis bout de métro, comme nous étions venus et partis à l'heure pour un retour à l'heure du dernier soir de couvre-feu (à 23:00) mais je pense que le meeting a terminé à peine avant. Les athlètes devaient avoir fait un test PCR pour pouvoir participer. L'épidémie est en accalmie, mais très loin d'être finie. 

C'était plus particulièrement pour encourager Syblo, qui devait obtenir sa qualification pour les championnats d'Europe à Tallinn ; ce qu'il a réussi, malgré des conditions de vent assez peu favorables (rafales pleine face dans la ligne droite des arrivées).
C'était bien de rencontrer, même brièvement, celles et ceux de l'EACPA et amusant que ça ait lieu près de Lyon plutôt qu'à Cergy.

 

Meeting de Décines Meyzieux au stade Raymond Troussier 

DSC09873

 

DSC09877

 

DSC09859
DSC09859DSC09859

DSC09871Fullsizeoutput_1c90

5ij4QIqognNwxqaxnF0fbR-6d9b4e338b-s1800

 

 

 

 

 

En vrac et sans tri ni retravail des images fors deux recadrages pour cause de photobombing un petit album sur Noto

(ex Talegraph)

Plus tard, j'ai appris que la fille d'un ami avait participé avec son club aux courses de l'après-midi. 

 

210626 1536

 




Capture d’écran 2021-06-20 à 09.25.28
Capture d’écran 2021-06-20 à 09.25.28


Un peu de lecture

 

À l'ordinaire, je ne goûte pas plus que ça les touites-fictions, je préfère que les touites vivent leur vie de petites déclarations courtes et que les textes de plus d'ampleur puissent se lire avec élan.

Et puis ma vie depuis la fin du premier confinement et la reprise d'un emploi de bureau à plein temps avec 2h à 2h30 de trajets par jour (1), je ne parviens que fors difficilement à trouver du temps pour lire. Le couvre-feu n'aide pas, qui empêche de se libérer de quelques contingences au fil des jours de semaines (quelques courses, un colis de temps en temps à aller récupérer ...), et tasse tout sur le week-end. La fatigue du travail qui fait que je passe généralement mes après-midi de jours non travaillés à pioncer y est aussi pour quelque chose.
Alors je suis désormais capable d'apprécier les narrations par touites, que je peux suivre au gré de mes déplacements, ou pauses-déjeuner.

Bref, voilà qu'en plus parce que c'est élégamment bien écrit, je me régale depuis un moment déjà, de cette narration que nous offre Guillaume Vissac sur Twitter.

Si vous avez manqué le début, ça démarre par ce touite.

 

(1) Je ne me plains pas : mes trajets #Vélotaf de traverser tout Paris du nord au sud et vice-versa font généralement mon bonheur.


Chroniques du confinement jour 6 : première séance de Tabata (grâce à Romain Pourrat) et un chouette coup de fil

 

    Un peu d'exercice physique en ce dimanche, pendant lequel j'avais décidé de ne pas travailler ; ce qui en la période signifiait : rien pour le comité de lecture, ni pour la radio, ni de boulot administratif (s'occuper de l'absence de sous, en particulier, mais régler quelques factures) : au matin, dont le défi interne au club avec constitution d'une cagnotte pour un apéro géant quand nous serons vivants et au soir avec pour moi la première séance de Tabata grâce à Romain Pourrat, un des jeunes du club qui fera plus tard un excellent entraîneur, prof, coach.

Nous avions donc 6 exercices, des classiques pour travailler les abdos, à effectuer par séquences de 4 minutes comportants des séries 20 secondes du mouvement, 10 secondes de récup. Avec les explications, concises et efficaces, ça prenait 30 minutes en tout. Les voir à l'écran - toute la famille fait partie du club de triathlon -, faisait un bien fou. Ils sont, nous sommes, ils seront, nous serons bien vivants. 

Quant au défi interne il s'agit d'effectuer chaque jour : 

30 abdos
20 squats
10 pompes

Et nous rajouterons un mouvement de plus à chaque série chaque semaine du confinement. Si ça dure 10 ou 15 semaines j'aurais des abdos sculptés mais un peu de mal avec les pompes. 

Pas mal de lecture, aussi. Et une sieste somptueuse. Si nous ne tombons pas malades, ce qui serait une bonne surprise, vu nos vies citadines et ses trajets en transports en commun, il se peut que je sorte du confinement enfin défatiguée. Pouvoir dormir quand mon corps le réclame me fait tellement de bien. Au fond la thalassémie n'est handicapante que parce que dans la plupart des emplois on ne peut s'accorder de faire des pauses dormies de 15 à 20 minutes quand la carcasse le réclame. 

J'ai reçu un coup de fil pour mon émission de radio. Je n'ai pas le matériel, ni surtout la connexion pérenne, pour pouvoir la maintenir pendant cette période et ils souhaitent utiliser mon créneau horaire pour une antenne libre spéciale confinement, mais je devrais pouvoir y intervenir par téléphone. Cet appel m'a fait du bien au moral (merci Valentin). Mon interview de samedi a été diffusée ce matin. J'ai reçu par ses soins le lien pour télécharger l'émission.

Le travail des jours prochains sera, outre de préparer une brève intervention au sujet d'un bouquin bien à lire par ces temps particuliers, de bien nettoyer après sauvegardes et tri mon ordi des photos les plus anciennes afin de pouvoir ensuite télécharger les applis de communications collectives. Trois groupes au moins que je fréquente appellent à rejoindre se causer. Si c'est ponctuel et bien délimité dans le temps, ça peut être bien.

Je n'ai pas le cœur ce soir de relayer les infos générales sur l'épidémie. Malgré une politique en France de peu de tests faits, seulement dans certains cas, leur nombre s'envole et aussi celui des décès. Des Ephad sont atteints et ça commence une catastrophe pour les plus âgés, qui ne sera correctement chiffrée (puisque beaucoup vont mourir sans passer par la case "hôpital") que si le gouvernement souhaite nous voler, comme en 2003, un jour férié.

Nouvelles réconfortantes échangées avec les enfants. Jusqu'ici tout va bien. 

Un rituel se dessine de plus en plus nettement : sport tôt le matin, mission de la journée (jardinage, bricolage, rangement pour la maison) le matin après le petit déjeuner et les écritures du quotidien ; sieste - lecture après le déjeuner, puis du temps pour une activité effectuée sans enjeux, sport encore, un jour sur deux (merci Romain et certains jours Vivien), dîner, échanges de nouvelles avec les proches, infos et revue de presse sur RaiNews24 livetouitées ce qui en fait un bel exercice, et écriture du billet de cette chronique du confinement. Si nos santés se maintiennent et que l'approvisionnement reste possible pour l'essentiel, et que les communications continuent de fonctionner, je devrais être capable de tenir très longtemps, malgré le fort manque de "vrai" sport (faire du vélo, courir dehors, nager) et de voir celles et ceux que j'aime, famille et ami·e·s.

Il n'y a presque aucun passage sur la rue pourtant habituellement fréquentée. Je ne parviens pas à trouver ça angoissant, du moins pour l'instant. Je suis plutôt fascinée. Il m'arrive de rester un moment à écouter le silence. Et le savourer. 

J'ai répondu à une étude américaine en ligne sur la perception individuelle de la situation. Je nous sais en danger, suis sans illusion sur ce qu'il advient si ça dégénère, sais aussi que le confinement va durer, que l'après sera un combat, même si nous sommes tous les quatre dans un globalement moins pire des cas. Pour autant, d'avoir vécu depuis l'enfance dans l'imminence de ma propre mort me fait rester calme : ce risque est pour moi perpétuel et quotidien. L'épidémie précise la nature du danger et le rend plus probable et plus proche. C'est tout. Et mes lectures m'ont déjà préparée à vivre ce que nous vivons, certes par identifications à des personnages, mais il n'empêche que voilà, quand d'autres sont sous le choc, je n'éprouve qu'un terrible sense-of-deja-vu et j'ai à ma disposition tout un lot de choses auxquelles les personnages m'aident à penser. Et pour l'instant, même si tout peut voler en éclat du jour au lendemain, ça fonctionne, et plutôt bien. 

Enfin, avoir la lecture pour addiction et une bonne petite bibliothèque à disposition est une bénédiction en cas de confinement. 

 

PS : Le petit réconfort du jour : parmi les quelques CD présents en ces lieux, un best off d'Abba acheté il y a quelques années lors d'un lot de soldes au Carrefour market (je crois qu'ils liquidaient leur rayon CD en se disant que tout le monde désormais écoutait sur fichiers). Nous l'avons écouté, tout réjouis, comme sauvés. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE 
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com

329 862 cas (dont : 14 378 morts et 97 846 guéris)


Une bonne course, un temps pourtant décevant

Capture d’écran 2019-11-24 à 13.54.01

Je n'ai eu aucun problème pour parcourir les 10 km mais je croyais avoir mis du rythme sur la première boucle - je n'ai pas été si tôt dépassée par le meneur d'allure 1h et son groupe - seulement je ne sais pas, j'ai dû ralentir après, ça n'a pas donné mieux que 1h13. 

Et de finir dans les voitures, comme les autres années.

JF m'avait délaissée pour son club, peut-être aussi que je me sentais moins soutenue. 

En revanche mon club à moi a été top, ils m'ont attendue pour la photo de groupe finale, j'étais à côté de Valentin le vainqueur, un grand honneur. 

Et puis c'était sympa, la photo avant, le pot après, à la mairie. 

76784411_10162681821640581_301415466188931072_n

(photo prise par Laurène) 

 

 


Du (fait d'être au) chômage

 

    J'ai donc retrouvé du travail, un joli défi qui me ravit, près de la zone de vélotaf de Sacrip'Anne, ce qui me réjouit - ça m'autorise a croire qu'elle a un pouvoir magique, je l'accompagne une fois et hop une proposition stimulante apparaît -. 

Du coup et avant de quitter, le mois prochain et j'espère pour longtemps, le statut d'inscrite à Pôle Emploi - en fait grâce aux remplacements dans le cadre des Libraires Volants, je n'aurais pas tant eu à en bénéficier, seulement il fallait continuer à s'actualiser, fournir des documents, répondre à des propositions parfois étranges -, et comme nous vivons sous un gouvernement qui plus encore que d'autres semble considérer les chômeurs comme des fainéants, je voulais faire un point sur ce que ça peut faire d'en être. 

J'ai connu quatre périodes de chômage dont une seule fut longue (plus d'un an). La première correspondait à une nécessité de reconversion car l'emploi en cours avait perdu tout son sens ; je savais que j'allais partir, des contraintes financières m'en empêchaient, un événement subi m'aura finalement permis d'avancer l'appel de 2 ans 1/2. J'étais épuisée par les années passées à tenir le coup malgré tout. Et je pense que les huit à neuf premiers mois de chômage ont été nécessaire comme une convalescence, à retrouver de l'énergie, et la force et la capacité à nouveau de se projeter vers l'avenir. J'ai retrouvé du travail grâce à mes amies libraires et mes amies tout court et d'être très réactive : une piste, aller voir aussitôt, rencontrer les gens. Accepté des conditions humbles au départ et de la précarité, prouver sa capacité à bosser, et stabiliser les choses, jusqu'à ce que les conditions économiques générales ne nous rattrapent. 

Ce chômage-là ainsi que celui que je m'apprête à quitter est dû aux difficultés économiques de l'entreprise qui m'employait. À ce titre je tiens à signaler à nouveau que la rupture conventionnelle de contrat si elle vient réellement d'un accord entre l'employeur qui ne parvient plus à payer les salaires (ou anticipe de ne plus y parvenir) et le salarié qui a bien compris qu'il ne servait plus à rien de s'échiner malgré une conjoncture générale qui s'assombrissait, est une bonne solution. Une seule fois j'ai démissionné et même si c'était essentiellement dû à un problème physique lié à des conditions de travail (très lourds chariots à pousser), comme je n'avais pas compris ou compris trop tard, d'où me venait une étrange douleur qui me gênait à marcher, ce fut du chômage non indemnisé. J'avais en vue une reconversion concernant un autre domaine de mes centres d'intérêts (photographie ; apprendre à les retraiter), mais les attentats du 13 novembre 2015 l'ont escamotée.

Alors je peux témoigner pour avoir connu l'une et l'autre et dans des conditions "moyennes" d'urgence c'est-à-dire qu'un conjoint est là qui perçoit encore un salaire pendant ce temps là mais dont le salaire ne suffit pas à assurer la totalité des dépenses quotidiennes d'une famille de quatre personnes, que le chômage indemnisé n'est pas un luxe. Il permet vraiment et simplement de tenir le coup en attendant qu'une proposition d'emploi ne corresponde à nos compétences, d'éviter que l'on se retrouve contraint·e de prendre n'importe quelle opportunité de gagner quelque argent, voire parfois illégalement (1). 

Je sais que c'est encore plus crucial lorsque la personne au chômage représente le seul revenu pour un lot de personnes, ou est seule et risque très vite de ne pouvoir payer un loyer. Ça va très vite d'aller très mal financièrement, et je salue au passage "Le quai de Ouistreham" de Florence Aubenas en témoignage et "Feel good" de Thomas Gunzig en fiction mais très réaliste sur ce point, qui nous font comprendre combien chacun d'entre nous fors à être issu·e·s d'une lignée fortunée où quelqu'un pourra toujours proposer une porte de sortie ou à défaut un lit, peut être vite rendu à compter chaque sous. Ça va très vite de ne plus pouvoir payer un loyer.

De la même façon et sachant que je suis dans une configuration relativement privilégiée, je ne craignais pas de perdre mon logis, je peux attester que les mois passés sans travail rémunéré sont tout sauf des vacances. On est en permanence à l'affût, ou en train d'échafauder des projets d'entreprenariat, ce qui demande un temps fou et une énergie forte. Autant si on a un travail au niveau de stress raisonnable, on peut se permettre au soir de début de week-end de souffler un grand coup et se consacrer à sa propre vie et à sa condition physique (2) jusqu'à la reprise en début de semaine suivante, autant au chômage il est difficile de se dire "pause". Parce que l'on craint de manquer l'offre qui nous en sortirait, parce qu'on se met à gamberger sur ce que l'on pourrait faire d'autre, comme activité, quand notre domaine de compétences s'avère exténué (3). Sur l'ensemble de cet été, où j'étais concentrée sur ma recherche d'emploi au besoin en tentant de le créer, je n'aurais pris comme "vacances" que trois week-ends prolongés et, j'espère, la semaine prochaine, à présent que je sais avoir retrouvé [du travail].

Quand on est une femme s'ajoute au chômage la force de la charge mentale et ménagère de la maisonnée que tout le monde trouve du coup parfaitement normal qu'on assume intégralement, c'est logique en partie, puisqu'effectivement on dispose de davantage de temps pour s'y coller et de présences possibles par exemple pour attendre des livraisons ou des artisans pour des travaux. Il n'empêche que si l'on n'y prend garde on se trouve vite requises, et avec d'autant moins de temps pour chercher un nouvel emploi et ainsi de suite. 

Être au chômage ou dans des emplois précaires, c'est ne pas pouvoir prévoir un minimum d'activités sociales ou sportives. Or notre société requiert de plus en plus que l'on puisse réserver ou s'inscrire à l'avance, parfois un an plus tôt (4). On se retrouve vite éloignés de celleux que l'on aimait, et ce que l'ont aimait, d'activités qui nous donnaient du courage. 

J'enfonce des portes ouvertes, certes, mais y penser est une chose, le vivre une autre, et le mépris qui semble devenu la norme est insupportable quand on sait réellement ce que c'est que de s'y retrouver confrontés, devoir pointer à Pôle Emploi. 

 

 

(1) Moins que les premières fois mais de façon persistante, j'ai reçu des offres étranges après mon inscription à Pôle Emploi. Dont des propositions pour travailler à du recouvrement de créances.   

(2) Oui je sais certains en profitent précisément pour se la bousiller. Mais pour la plupart des femmes ça n'est pas le cas.

(3) Les jeunes, si vous lisez ce billet et "aimez lire", ne cherchez pas à devenir libraires, c'est tout autre chose comme métier et surtout les postes de qualité proposés se réduisent d'années en années. Ça ne peut fonctionner que si vous créez votre propre boutique, ce qui veut dire du 60 h/semaine facile et surtout une mise de fonds initiale souhaitable d'au moins 80 000 €. Sinon vous ne tiendrez pas au delà des premières années pour lesquelles la fiscalité sur l'entreprise est allégée. Et il convient si possible d'adosser la librairie à autre chose, par exemple un café, ou une laverie livre-service, ou un espace de co-working. 

(4) C'est le cas pour certains hébergements lors de festivals ou pour certaines compétitions (je pense au triathlon, ou à des marathons). 


Apprendre longtemps après la mort d'un ami

20190822_141543

C'est un homonyme à l'orthographe légèrement différente et que la ville de Houilles honore d'une petite rue qui m'a fait penser à lui. 

Je me suis dit, tiens ça fait longtemps qu'il n'a pas écrit ni donné de nouvelles.

Et j'ai vaguement un doute triste. L'impression que quelqu'un m'avait dit quelque chose. Une grave maladie ?

De retour chez moi, le soir, je cherche son nom sur l'ordi. Plus de livres depuis un moment mais des peintures. Et une interview qui date de l'automne dernier

Il n'a pas de page wikipedia. Aurait pu. Puis je vois quelque part "personne décédée". Puis autre part des choses mais qui concernent des homonymes (dont un garde-chasse de la ville de Paris dans les années 70 ou 80). C'est sur son profil FB en commentaire d'un statut datant du 27 septembre portant sur une conférence, que je lis un dialogue entre des personnes qui le connaissaient, dont l'une explique aux autres qu'il serait mort d'une crise cardiaque durant son sommeil, une nuit d'octobre 2018.

Et je m'aperçois que non seulement je l'apprends mais qu'au fond je ne sais pas franchement si je le savais déjà, ce qui n'est pas impossible, qu'on me l'ait dit et que ça me soit paru tellement inconcevable que j'ai gommé l'information de ma mémoire. Mode Eternal sunshine of the spotless mind On. Ma vie a été particulièrement chargée depuis le début du moment où ma mère en 2016 est tombée malade et je n'exclus pas d'avoir été trop engloutie par un quotidien trop dense pour avoir bien lu tous mes messages sur la période dont peut-être celui qui annonçait la nouvelle. Ou d'avoir été à ce point frappée d'incrédulité qu'elle ne s'est pas imprimée dans mon cerveau actif, qu'elle n'ait fait qu'y transiter.

Nous n'étions pas intimes, échangions parfois au sujet d'un livre, nous croisions lors d'événements littéraires. Je n'avais pas su que son virage vers la peinture était lié à des problèmes ophtalmiques qui le gênaient pour (lui empêchaient de ?) lire et (d')écrire.

Je suis soudain triste ce soir comme si sa mort était à peine survenue. Et si triste pour ses proches, dont j'espère qu'ils ou elles sont à l'heure actuelle en train de commencer à remonter la pente.