Previous month:
1 avril 2024 - 7 avril 2024
Next month:
15 avril 2024 - 21 avril 2024

8 billets

#MeTooMedecine #MeTooHopital et en fait #MeToo dans tous les domaines

 

    Ce qui est effarant c'est qu'à peine un domaine professionnel concerné, on apprend qu'en fait c'était encore pire dans le domaine voisin.
C'est à présent #MeTooMedecine via @jujulagygy et les témoignages affluent.
Je suis à la fois pas surprise et stupéfaite d'une telle ampleur et commence à me faire à l'idée que tous les hommes qu'on admirait en fait ont eu des comportements ou des propos a minima déplacés. 
Probablement qu'il y a un effet lié au charisme, lui-même lié à l'énergie dont dispose une personne (les mollassons ne sont pas charismatiques, et restent souvent dans l'anonymat), et qu'un type de personnalité d'hommes ont à la fois de fortes pulsion et peu d'aptitudes à la compassion, en plus de se croire au dessus du commun des mortels (surtout des femmes) et de présupposer qu'une jeune femme sera forcément flattée par ses attentions.

Née dans les années 60 et éduquée par une mère féministe pour son temps, portée par mon propre tempérament et mes aptitudes qui faisaient que je me foutais du genre royalement, jusqu'au moment où je me mangeais un mur (1), je n'en demeure pas moins de mon temps.

On intégrait assez tôt que les hommes avaient des besoins, des pulsions, que c'était moche mais qu'ils étaient comme ça, qu'il fallait faire avec. Et que les calendriers de femmes à poil sur les lieux de travail, que voulez-vous, ne faites pas attention, ils n'en sont pas fiers, mais ça les aide à tenir. 
C'est comme ça, on n'y peut rien.

Quand il nous arrivait un truc, qu'on qualifierait de nos jours d'agression sexuelle mais qui à l'époque, à moins d'un viol avec violence, était considéré comme un Hé bien t'as pas eu de chance, t'es mal tombée, on ne pouvait en parler, si l'on en trouvait la force, qu'à des personnes de notre entourage, perso, scolaire ou pro. D'où que ça renforçait l'impression d'être tombée sur le pervers de service, dommage de l'avoir croisé.
Jamais on n'aurait imaginé que c'était en fait les attitudes insupportables qui étaient la norme et les comportements qui auraient dû être normaux, l'exception. 
Il aura fallu l'internet et que les femmes puissent communiquer directement entre elles, sans se connaître, pour s'apercevoir de l'universalité des déviances. 

Toute l'éducation des filles vise à les culpabiliser. Ce qui fait que dans le cas d'agressions sexuelles, on se demandait inévitablement Mais qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour lui faire croire que ?
Dans mon cas, comme j'ai toujours préféré me vêtir de vêtements pratiques et confortables ou sportifs, la question de la tenue se posait peu. Il m'est resté des cas de perplexités sur d'éventuels double-sens inconnus de moi dans ce que j'avais pu dire et qui avaient pu laisser croire que.
Des décennies plus tard, je comprends que non, rien. J'étais juste une femme, jeune, et plutôt rieuse.

Sauf atteinte physique grave avec séquelles, porter plainte n'était pas une option. 
Voir paragraphe du début. Les hommes sont comme ça, on n'y peut rien, et vous avez dû faire quelque chose qui lui a fait croire qu'il pouvait agir comme il l'a fait.

Dans les milieux professionnels, c'est la victime qui si elle parlait se couvrait de honte et avait des ennuis. 

Rétrospectivement, je pense que j'en ai eus, et des incompréhensions face à des revirements dans des dossiers de boulot, ou des tâches qu'on devait me confier et des promotions logiques qui étaient reportées. J'en ai eu d'avoir royalement ignoré certaines propositions crapuleuses. Et je les ai ignorées, je l'ai compris 30 ans plus tard en lisant des témoignages, parce que ça ne m'avait pas même effleuré que tel propos était en fait une allusion, une proposition insidieuse. J'étais trop naïve pour comprendre et tellement à des années-lumières de ce à quoi le monsieur songeait. Certains ont dû me prendre pour une résistante. J'étais seulement ben niaise et prenais ces messieurs pour de meilleures personnes qu'ils n'étaient, ne les imaginais pas même capables de telles bassesses. J'ai été exemplaire ... par ignorance absolue. 

Il se trouve aussi que je n'ai pas peur, je peux éprouver une peur physique face à un danger grave et concret ou une peur par surprise (celles qui font sursauter), mais personne ne m'impressionne, la peur ne vient qu'après (2). Il y a donc eu bien des situations où au lieu d'avoir peur, j'ai éclaté de rire tant le monsieur et sa tentative me semblaient ridicules ou insensée. Les très rares cas où il y avait urgence, je sais me battre, j'ai repoussé violemment. Et ça n'était pas des grands violents, une opposition calme et physique suffisait, parfois même un simple "Ça va pas la tête ?".
Que serait-il advenu si j'avais ressenti une de ces émotions qui peuvent nous plonger en état de sidération sans pouvoir réagir ?

J'aimerais aider les femmes plus jeunes, j'aimerais que cesse la légitimité offerte aux comportements abusifs.
Seulement j'ai le sentiment de venir d'une époque si lointaine, ou les choses étaient considérées si différemment, que je ne sais ni comment, ni que faire.

 

(1) Comment ça je ne peux pas m'inscrire au foot parce que je suis une fille ? Mais pourquoi ?!

(2) Tout à l'heure alors que je faisais un jogging, un chien assez grand a échappé à la vigilance de qui le promenait et m'a sauté dessus. J'ai été prise au dépourvue, pas apeurée. En même temps peut-être voulait-il simplement jouer. Elle s'est confondue en excuses.


En marge du marathon (de Paris)

 

2024-04-07 23_47_27-Window

C'était un jour orienté vers le sport même si j'en ai fait assez peu, seulement une séance d'endurance fondamentale d'un peu plus de 11 km en croisant une 500 Fiat (garée).

WhatsApp Image 2024-04-07 at 23.51.19

On a testé à cette occasion les nouveaux trams qui vont jusqu'à la porte Dauphine mais aujourd'hui n'y allaient pas (pour cause de marathon, justement).

WhatsApp Image 2024-04-07 at 23.52.45

WhatsApp Image 2024-04-07 at 23.53.54

Et le tout nouvel aménagement beaucoup plus agréable de la Porte Maillot avec un peu de la ville rendue aux piétons et aux circulations douces.

Avant de partir on avait admiré le marathon des championnes et champions puis il était temps d'y aller nous-mêmes (pas au marathon mais courir).

Je suis parvenue à bien caler l'heure et demie prévue, c'était pas mal pour une première - car nous allons rarement courir au bois -. Avec le tram ça sera plus fréquent.

Nous avons croisé des camarades qui faisaient le tour de la boucle de Longchamp, deux (à des moments différents) qui encourageaient d'autres gens, mais étions trop tard pour la Team Supporter et ceux qui courraient sauf l'ami Romain mais qui était loin. Nous avons encouragé celles et ceux qui passaient et finalement portés par l'ambiance chaleureuse, souhaitant y contribuer, marché du 37ème km à la fin en encourageant les marathonien-ne-s.

Puis le retour en RER C à temps pour voir la fin splendide du Paris - Roubaix hommes. 

C'est seulement après Stade 2 que j'ai reconnecté avec notre vie quotidienne et ses contraintes qu'il ne faut pas négliger sous peine qu'elles ne nous rattrapent et j'ai fait ce qui était devant être fait. Cette journée sportive m'avait bien requinquée.