"Combien de poèmes je ne commence pas"
C'e ancora domani - Il reste encore demain

"Une position, dans la vie ..."


WhatsApp Image 2024-03-16 at 18.45.40

Je n'avais pas eu le temps de courir au matin, ce samedi qui était le premier sans obligations de travail salarié ni veille de course, ni rien, était de fait rempli de diverses choses à faire qui n'étaient plus reportables. 

Comme j'en suis rentrée trop tard pour enchaîner avec la petite séance de 35 mn de course à pied que j'avais de prévue, je l'ai intercalée après la sieste. 
Ce fut un effort, mon corps était bien parti pour dormir jusqu'au sommeil de la nuit. 

L'âge pour l'instant, dans mon cas, se voie surtout à ce besoin immense de récupération : je tiens le coup au boulot, je me cramponne pour tenir le sport (si je lâche sur ma condition physique je ne serai plus capable de tenir mes longues journées de travail), mais il ne reste plus d'énergie pour le reste et j'ai besoin de passer les deux après-midi des week-ends, lorsque ceux-ci font bien deux jours (1) à dormir et me reposer. 

Alors oui, pour aller courir, je me suis arrachée. 

Capture d’écran 2024-03-16 à 19.41.30

L'horaire n'était pas favorable, au parc, un monde fou. Habituée aux entraînements d'avant le travail, j'avais un peu oublié la question de la fréquentation.

Je suis passée pour rentrer par un petit parc voisin où se tient une boîte à livre. 

J'y ai trouvé une pépite : un "Traité rationnel d'entraînement cycliste", datant de 1926, aux éditions de La Pédale, excusez du peu.
Ce fut mon bonheur du jour, à la mode d'autrefois c'est un presque traité de philosophie.

"Une postition, dans la vie, c'est déjà quelque chose de très dur à trouver. 
Une position, à bicyclette, c'est quelque chose de délicat à mettre au point."

"Telle est donc cette mystérieuse classe musculaire, accordée aux uns et refusée aux autres par le destin."

"Depuis la plus grande antiquité, c'est-à-dire depuis le premier homme, le massage est entré en vigueur" 

"La tactique, en course, est une chose impondérable, variée à l'infini".

Bien sûr, au vu de l'époque, l'ouvrage ne s'adresse qu'aux hommes, il n'est même pas envisagé un seul instant que des femmes puissent pratiquer ce sport en compétition. Les seules présences féminines le sont au détours de métaphores qui valent leur pesant de misogynie.
Ainsi,
"[La tactique] est une fille capricieuse, qui se soumettra devant le coureur le plus intelligent."

Certains éléments techniques élémentaires sur les vélos depuis longtemps étaient à l'époque de formidables innovations : 

"[...] les descentes en roue libre, et, il faut bien le dire, un grand nombre de coups de pédales économisés, au sein du peloton, grâce à cette amélioration mécanique."

Bref, je sens que je vais passer un moment instructif et marrant.
Merci à la personne qui a laissé ce livre en cet endroit pour le partager.

 

 

(1) Il y a des samedi travaillés.

Commentaires