Previous month:
mars 2022
Next month:
mai 2022

0 billets

Travail et vélotaf

(mercoledi)

 

La guerre s'amplifie, la Finlande s'inquiète. Je travaille puis vélotaf. 
Au soir je m'occupe de quelques démarches administratives.
Il fait relativement doux.
Un front républicain tente de se faire, seulement les résistances à voter pour le président sortant sont solides ; plus que les différents scandales (l'homme de l'entourage qui se faisait passer pour policier sans l'être, les dépenses somptuaires en faveurs des cabinets de conseil, surtout un) c'est la répression ultra-violentes des manifestations, même celles qui ne l'étaient pas au départ, qui fait que les gens pensent désormais que peste et choléra se valent. Votez choléra, l'autre est plus mortelle.

On ne peut donc pas dire que ça soit une période très riante dans l'ensemble. Seulement je sais déjà qu'à un moment nous y repenserons comme à un avant enviable.

Je connais en permanence depuis un paquet de mois au moins deux à trois personnes atteintes du Covid_19. La différence avec la première année de pandémie est que désormais on a l'illusion, bien vaccinés de pouvoir échapper à l'hôpital et aux versions mortelles. Il n'empêche que ça n'est pas gagné et que les malades fors quelques asymptomatiques perplexes et mécontents de devoir s'isoler, reviennent à leur vie pro munis d'une fatigue solide.

Trois personnes que je connais, dont ma fille avaient leur anniversaire aujourd'hui.
L'un des trois n'est plus de ce monde, l'était encore à même date l'an passé. Peut-être que ma tristesse est liée à cette disparition sans que nous n'ayons pu nous dire adieux (j'ignorais qu'il fût malade, et des amis plus proches que je ne l'étais eux aussi l'ignoraient ; alors finir dans la discrétion était peut-être un choix; qui saura ?) 

Cette journée sera sauvée par un délicieux retour vélotaf à Vélib électrique. Bois de Boulogne, un peu d'air. Et plusieurs comportements respectueux d'automobilistes et d'un scooter.


Un peu de mauvais esprit, ça aide à tenir

Capture d’écran 2022-04-12 à 00.45.18

Chez Jérôme Kerviel, l'homme qui avait payé pour toute une pyramide de dysfonctionnements devenus à l'époque courants. 

 

Et puis chez Kozlika ce qui ne m'étonne pas

 

Capture d’écran 2022-04-12 à 00.54.23

 

Et enfin chez Flobzh 

À part ça je regarde attendrie, triste et désabusée, une volée de votants LFI faire des promesses de dons au NPA, conscient d'avoir siphoné leurs voix. Mettez Poutou à la tête de LFI et l'on retrouvera un second tour droite gauche avec l'extrême droite ne passant pas.

 

Capture d’écran 2022-04-12 à 00.52.39

 


Journée de la loose des transports

(venerdi)

Il neigeotait. J'avais encore le mollet gauche douloureux d'une crampe de la veille au matin, lors d'un entraînement de natation.
Alors j'avais décidé de ne pas vélotafer. 

Un bon petit ligne 14 + ligne 4 ferait l'affaire pour l'aller et peut-être un vélib au retour quand je pourrais me permettre de rouler lentement si l'ombre résiduelle de la violente crampe me gênait.

Et puis.

J'arrive en haut des escaliers vers le quai de la 14, une rame est là, j'accélère même si ça tire un peu du côté de la douleur existante, parviens à monter, avec cette gamine petite joie, I made it.
Erreur de débutante. 
Ça n'est pas moi qui étais parvenue à aller vite mais la rame qui avait tardé.
Un incident était annoncé concernant l'autre direction. Voyageurs de l'autre sens nous ne nous sentions guère concernés.
Des minutes passent. L'annonce est répétée. 
J'avais une petite marge, je commence à me dire que j'arriverai juste-juste au boulot.
Puis vient l'annonce "trafic totalement interrompu ligne 14 entre Saint Lazare et Saint Ouen dans les deux sens. Reprise du trafic prévue vers 09:50".
Comme tant d'autre je bondis vers la ligne 13, déjà à l'ordinaire suffisamment chargée pour que ça vire à la foire d'empoigne. Je ne m'en sens pas la force. Un RER C est annoncé dans les 5 mn, je cours l'attraper.
Grand confort (rame 9), pas surpeuplée, le bonheur du francilien.
À Saint Michel j'entends sauter dans le RER B, au bout du compte j'aurais sans doute 12 minutes de retard - j'ai déjà averti le bureau de mon retard inévitable -.
Et sur les panneaux d'affichage : 10 mn avant le prochain, Retardé, Retardé comme commentaires sur les suivants.
Alors je cours attraper la ligne 4, laquelle, même en fonctionnant sans incident, ne m'a guère permis d'arriver à moins de 25 minutes de l'horaire théorique.

Je suis restée 45 minutes plus tard que mon horaire théorique, pour compenser.

Il faisait un froid hivernal (3°c et du vent du nord), mais j'étais prête à rentrer à vélib. Ils étaient nombreux à la station la plus proche du lieu de travail. Mais voilà que mon pass navigo ne déclenche pas la libération du biclou. Me revient en mémoire un mail attestant de la fin au 31 mars de mon abonnement et de l'absence de possibilité de renouvellement automatique for some reason.

Je suis finalement rentrée en ligne 4 puis ligne 14, laquelle entre temps s'était refait une santé.
Et donc la propension au bavardage inutile pour une fois au lieu de m'agacer m'a fait sourire

"Cher voyageur des chutes de neige sont prévues à Paris. Ceci n'est pas un poisson d'avril" 

Ce n'était pas un poisson d'avril, mais niveau trajets de travail, ça n'avait pas été ma journée.

 

 

PS : J'ai appris à grand retardement, via un post instagram de l'ami François, le décès de Richard Moore, que j'écoutais au cycling podcast. Je ne le connaissais pas personnellement mais j'appréciais ses commentaires de course. Et il laisse beaucoup de gens atterrés parmi qui le suivait de plus près que je ne le faisais, voire le connaissaient "en pour de vrai". Tristesse.
(et confirmation que je travaille trop).

PS' : Des jours de congés nous ont été payés car impossibles à caser compte-tenu de l'augmentation de la charge de travail. Me voilà pourvue du salaire que je ressentirais comme motivant s'il m'était versé chaque mois. Toute ma vie professionnelle, ce même sentiment sauf une fois ... alors que mon employeur peinait à me verser les sommes dues (autrement dit : quand j'ai un salaire en lien avec l'effort fourni, son paiement n'est pas garanti). C'est décourageant.