De la détente pour tenir
travail, vélotaf et course à pied

Ne pas oublier

(lunedi)

 

Au terme d'une journée tout entière occupée par le travail fors quelques heures consacrée à l'intendance du corps (repas, séance de kiné) et les trajets (dont un à Vélib malgré le froid), je me dis que ça vaut peut-être malgré tout la peine de poser deux lignes ici pour dire simplement ça : quand on bosse à temps plein, on n'a le temps de rien. Et même si c'est la guerre tant que le job nous tient et que ça ne pète pas directement là où l'on est hé bien on bosse, on rentre, on se lave, on mange tant qu'il y a de quoi et l'on dort.

Pas évident d'être un élément décisif à quoi que de soit dans ces conditions là. Se tenir informer, déjà ça, relève d'un effort.

Commentaires