Bosser, courir et puis ... plus la force
Could have been a bad day

Un petit bouchon flottant

(mercoledi)

En ce moment plus encore qu'à l'ordinaire, j'ai la sensation d'être un petit bouchon flottant, les courants le poussent ici ou là, il suit, bien obligé, le mouvement ; il est fait de liège alors il flotte, il n'est pas en danger, mais il ne décide de rien, les choses s'enchaînent.
Alors il faut soudain s'organiser pour venir travailler au lieu de bosser de chez soi, il faut répondre au travail à toutes sortes de questions qui s'enchaînent, et puis la question se pose de Qu'avons-nous le droit de faire des cendres d'un être humain après crémation ?, et puis on pleure et puis quelques heures après, c'est un grand éclat de rire car le Fiston aura imité un pêcheur à la ligne qui en même temps cueillait des champignons, et puis on tourne le coin de la rue parce qu'il faut rentrer se coucher et le chagrin reprend son emprise. 
La vie des vivants, à qui l'on veut faire croire qu'ils sont maîtres de leur destin alors qu'ils sont seulement en capacité d'empirer les choses par des conduites à risque ou le refus de consentir à occuper la place exigüe que leur accorde la société.

Je ne me plains pas, bon an mal an, je m'en sors. Seulement d'autres ont cessé de pouvoir tenter d'améliorer les choses en général et leur propre sort en particulier et ce soir c'est ça qu'est triste.

PS : Ce matin j'ai eu le temps de descendre à Cité Universitaire, Oh la belle petite balade sous un soleil levant rasant déjà teinté d'hiver.

Commentaires