Deuil
Un petit bouchon flottant

Bosser, courir et puis ... plus la force

(martedi)

L'effet du deuil en plein ; comme dab j'assure bon an mal an le boulot (encore que, j'ai pris du retard), je parviens à maintenir l'entraînement prévu (ça me semble vital, ne pas renoncer) et ensuite c'est l'effondrement. Rien de spectaculaire, pas de pleurs, mais l'énergie disponible qui disparaît d'un coup.
J'ai tout donné pour tenir le travail malgré tout et il ne me reste plus rien.

Triste pour le vieux copains. Et ses proches.

Commentaires