Cahier du jour, couvre-feu 4 jour 7 - confinement 3 jour 7 : Fine settimana (ça tombe bien)
Liens du dimanche soir

Cahier du jour, couvre-feu 4 jour 8 - confinement 3 jour 8 : Quelques courses nécessaires (et au bout du compte une belle balade)

(sabato)

 
Un petit déjeuner amélioré avec un œuf mollet : je savais que la journée serait active. 
Recevoir une livraison regroupée par la poste, impec le samedi ; je me demande si le livreur y est pour quelque chose dans ce choix intelligent. Je dispose désormais d'une magnifique blouse so seventies, avec ma création de couleurs fantaisies (et de  quelques FFP2 ce qui est bien) et j'avais quelques articles de mercerie destinés à différentes réparation, c'était bien. Puis j'ai vidé les poubelles avant d'aller à Levallois dans une sorte de fastfood recyclé en relais pour des paquets, avec un homme jeune qui semblait souffrir d'être là, récupérer une commande de papeterie (à ce moment là je me demandais ce que pouvait bien être ce colis imposant mais en fait : trois cahiers dans un grand carton).
En profiter sur le retour pour acheter le pain et de quoi faire un repas (une salade de pâtes, pesto et mozzarella), à la petite boulangerie qui jouxte la gare de Clichy Levallois.
Et trouver encore deux petits colis dans la B.A.L , un livre d'occasion qui m'a été recommandé incidemment par une libraire que j'avais au téléphone, et un livre photo de mon Instagram plus intéressant que je ne l'aurais cru : il restituait fort bien cette année 2020 : personne sauf nous et du monde seulement sur des photos publiées lors de tris, et venant donc du passé. Allez si : quelques personnes sur deux ou trois clichés d'entraînements à la piste.
20210327_153300 20210327_153300    Une rapide collation (fromage et pain frais + une mini gourde de Modulen pour après) puis je repartais en RER C jusqu'à la gare de Cernay, afin d'aller à Cap Marathon, faire des achats pour aider tout en m'équipant.
Absurdité des mesures actuelles : j'ai parfaitement le droit d'aller m'acheter des chaussures de trail chez mon équipeur habituel mais pas celui d'aller les étrenner dans la forêt pourtant proche : il est dans mes dix kilomètres et elle plutôt dans les quinze à vingt.
J'ai aussi acheté un cadeau d'anniversaire.
Le tenancier, que j'ai un peu tendance à considérer comme presque un ami s'inquiétait pour sa femme. Espérons que ça n'était qu'un tracas passager et qu'il ne s'agit pas du Covid_19. Cela dit, nous étions tous les deux soigneusement masqués, je ne serais donc probablement pas cas contact même dans le pire des cas. Mais au fond ne pas être cas contact ne signifie pas ne pas risquer d'être contaminé·e. En bons Français nous avons fait un brin d'humour noir à ce sujet.
Il m'a appris que le Maxi-cross de Bouffémont ne renaîtrait probablement pas (juste) après l'épidémie, mais qu'un trail sympa pourrait avoir lieu en octobre un 15 km et un 30 km à Monsoult. 
Puis j'ai traversé la rue et trouvé un travail acheté deux whiskies inconnus (Spleipnir de chez Northmaen) ou peu (Mortlach de chez Hepburn's choice que je découvre à cette occasion) chez le caviste en face. Le gars m'a d'emblée considérée comme quelqu'un qui s'y connaissait un peu et c'est encore si rare qu'un homme ait cette attitude, au fond parfaitement normale que j'en ai presque été un peu décontenancée. En temps normal lorsque l'on est une femme qui s'intéresse à un domaine technique ou tout autre considéré comme pré carré des garçons, il convient d'entrée de montrer qu'on n'est un tantinet qualifiée dans le domaine. Là, je n'ai tout simplement pas eu à le faire. Dès lors la conversation fut un plaisir. 
Et je me suis laissée faire très volontairement en remerciement pour le temps passé et l'attitude sans discrimination, de tenter le whisky normand.
J'ai ensuite marché, quoique lestée, d'un pas léger jusqu'à la gare d'Ermont Eaubonne, prendre cette fois-ci un train qui allait à Saint Lazare et descendre à Asnières puis finir à pied en découvrant des immeubles finis d'être construits et le carrefour du pont d'Asnières enfin ressemblant à un vrai carrefour et un espoir de jardin public là où il y avait un passage auto inférieur et pour finir rentrer via le parc des Impressionnistes en plutôt grande foule et l'une des petites mares en travaux. Grosso modo, les gens sont masqués, mais avec désinvolture, particulièrement chez les messieurs les moins jeunes, masque sous le nez, ou qu'ils enlèvent puis remettent sans que l'on sache trop pourquoi, ni dans un sens ni dans l'autre.
L'air de rien, ça fait plusieurs mois que nous n'étions pas passés par là.
Trouvé en rentrant le livre de Culicchia,"Il tempo di vivere con te", dans la boîte aux lettres, et comprendre que l'appel téléphonique que j'avais manqué un peu plus tôt était peut-être son livreur ; je me suis rendue compte que je m'étais vaguement inquiétée que ça puisse être le boulot comme suite à une urgence.
Dernière tâche de la journée avant de lancer une lessive : prendre courage et faire l'effort d'appeler le propriétaire de la maison adjacente des Hauts Vents qui la vendrait peut-être ; courtois. Mon idée d'éventuel rachat recueille le soutien de ma petite famille. 
Réparer le pantalon qui peut faire bermuda mais avait une fermeture éclair cassée grâce au curseur de fermeture commandé en ligne avec deux autres bricoles de mercerie et arrivé le matin même. Ça n'est rien du tout mais compte tenu du contexte de période difficile et manque de temps pour les personal achievements, si peut que ça soit, c'était bon pour le moral.
J'ai ensuite pris un peu de bon temps, parcouru mes time line de réseaux sociaux, souri malgré tout, dégustation comparée des deux whiskies (en très petite quantités je compte courir le lendemain) et Tout le sport en dînant
Et pour finir, avant de lire, les petites écritures du quotidien en regardant Rai News 24. La répression se fait de plus en plus féroce au Nyanmar contre les manifestants contre la junte militaire qui a volé le pouvoir.

Tiens, ça ne se fait plus trop de porter une veste simplement sur les épaules parce qu'on n'a pas si froid de l'enfiler vraiment mais qu'il fait un peu frais quand même.  
 
 
Capture d’écran 2021-03-27 à 20.09.35
 

TL 199,5
DD 120/00
Covid_19 ressenti : 413 jours 

updated: March 27, 2021, 21:46 GMT
127,223,738 cas dont 2,788,068 morts et 102,466,522 guéris
 
USA : +58,184 nouveaux cas ; 561,965 morts depuis le début ; +740 morts ce jour ; soit 1,690 morts / 1 M d'habitants
France : + 42 619 nouveaux cas ; 94,465 morts depuis le début ; +190 morts ce jour ; soit 1,445 morts / 1 M d'habitants 
Italie : + 23 839 nouveaux cas ; 107,636 morts depuis le début ; +380 morts ce jour ; soit 1,782 morts / 1 M d'habitants
Belgique : +6,123 nouveaux cas ; 22,852 morts depuis le début ; +36 morts ce jour ; soit 1,965 morts / 1 M d'habitants 
UK : +4,715 nouveaux cas ; 126,573 morts depuis le début ; +58 morts ce jour ; soit 1,857 morts / 1 M d'habitants
 


Commentaires