Previous month:
3 août 2020 - 9 août 2020
Next month:
17 août 2020 - 23 août 2020

10 billets

Cahier du jour, déconfinement jour 71 : Run Forrest, run

déconfinement officiel 1 jour 98

 

Un réveil à 6h10 en me sentant comme si la nuit était achevée. Mais il était décidément trop tôt alors je ne me suis pas levée j'ai simplement échangé un bref message avec Le Fiston qui partait en vacances en Dordogne avec ses colocs et son amoureuse en voiture et à l'aube. Puis je me suis rendormie d'enclume.

20200816_112447 Au réel réveil passé 9h, il faisait si sombre alors que la pluie tombait  que j'ai dû dans la cuisine allumer la lumière.
J'avais renoncé à aller courir. Finalement la pluie a cessé, je venais de voir une vidéo de l'extraordinaire 1500 m réalisé à Monaco par Timothy Cheruiyot et Jakob Ingebrigtsen, que je n'ai pu me résoudre à renoncer à courir et y suis allée pour un tour de l'Île de la Jatte, seule car JF n'avait plus le courage de se lever, et seule aussi ou quasiment dehors.

J'en ai profité pour explorer quelques peu de rues par lesquelles à deux nous ne passons pas - JF n'est pas très exploreur, il aime bien procéder par circuits établis -. Et j'ai vu que tous les arbres de la berge, Est - Sud Est avaient été coupés, ça m'a serré le cœur, même si ça datait déjà d'un moment. 

Dans une de mes poches, un masque, que je n'ai pas utilisé, courir avec étant presque impossible, sinon dangereux (tomber dans les pommes soudainement). Visiblement et compte tenu des attitudes et équipements des quelques personnes croisées occupées à autre chose qu'à de la course à pied, personne ne savait trop ce qu'il convenait de faire. Le masque porté dans le pli du coude est très tendance. 
Il y avait trop peu de monde pour présenter un risque les uns pour les autres, il n'empêche qu'au retour des vacances courantes de la plupart des gens et compte tenu de la reprise de l'épidémie en France (plus de 3000 nouveau cas à nouveau ce jour), la question se posera. Et si le masque devient vraiment obligatoire sans dérogation, comment ferons-nous pour la course à pied.

Journée calme ensuite à écrire, à lire, à dormir, en grande partie seule (l'une à La Haye, l'autre parti faire différentes courses puis à la pétanque, la sacro sainte pétanque dont il est revenu tard - retardé m'a-t-il dit par une partie brillante mais prolongée (13-12) et une embrouille entre jeunes et enfants (dont j'avais entendu une partie sous mes fenêtres et qui au moment où je commençais à me demander si c'était du lard ou du cochon s'était déplacée plus loin ; vers le club, donc) -). 

Vu entre autre un très beau documentaire sur le Paris de 1975 en pleine transformation avec une belle présence de Robert Doisneau. 

Le Fiston m'avait envoyé un message vers à 16h pour dire qu'ils étaient bien arrivés en Dordogne dans une maison de famille des parents de son amoureuse ; ce qui m'a permis de vivre la fin de journée dans la sérénité. 

Sa sœur avait en Normandie revu un heureux lot de membres de la famille et j'étais heureuse pour elle et eux tous. 

C'est quelque chose de très satisfaisant lorsque les enfants sont devenus adultes de les savoirs heureux dans leur vie loin de nous, envol réussi, mission accomplie. Ça n'empêche pas qu'ils nous manquent.

Capture d’écran 2020-08-16 à 13.33.14

 

 

 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
21 789 647 cas (dont : 772 209 morts (173 037 morts aux USA) et 14 529 444 guéris

 

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

 


Cahier du jour, déconfinement jour 70 : Grande grande belle balade à vélo, Paris et Vincennes

déconfinement officiel 1 jour 97

 

20200815_103521    Réveil en deux temps, vers 6h (j'ai commencé à me lever vraiment, faire un brin de toilette et me laver les dents), la suite vers 8h après un doux rendors. Je me sentais en forme, ça n'était pas désagréable, sinon que j'avais cru pouvoir lire et en fait non.

Ce qui devait au départ être une balade dans Paris, pour faire découvrir à JF entre autre la belle bidir de la rive gauche s'est transformé en près de 50 km finalement avec pas mal de Bois de Vincennes inside, dépannage d'une cycliste (qui a obligeamment mis son masque en voyant que j'en portais un), deux tours sur l'anneau de course de ce Bois (en bien meilleur état que celui du Bois de Boulogne m'a-t-il semblé) Fullsizeoutput_1b8c

JF à la pétanque tandis qu'après une brève collation, je passais une après-midi de récupération (both bike and work) au lit à dormir en regardant des vidéos (celles d'un gars dont je connaissais le père, tournées avec humour, dont j'avais déjà vu certaines quand il m'en avait parlé autrefois ; d'autres sur les Beatles (George Harrison, Brian Esptein ...)).
Entre fatigue sportive à écluser, souvenirs (re)devenus doux, et sujets qui m'intéressaient, j'ai eu un long moment absorbé si profondément en d'autres temps que j'en avais totalement oublié la pandémie. 
Je ne suis pas dans la crainte, ou du moins elle reste raisonnable, absolument pas dans l'obsession, seulement la conscience de la période que nous traversons me quitte très rarement. C'était donc assez bienvenu cette petite fenêtre de pure déconnexion.

Dîner de plats à emporter l'Indien que JF, rentré de la pétanque puis des courses (1) essentiellement pour son club, a cru avoir commandé par téléphone mais en fait il s'était gouré (je n'ai pas tout compris, parfois c'est mieux ainsi)
fin de soirée d'écritures quotidiennes et suite des vidéos et j'espère lecture de The Beatles tune in

 
Capture d’écran 2020-08-15 à 14.49.21

(1) Tenter de le dissuader de faire des course un dimanche ou jour férié est vain, j'ai déjà essayé. 

 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
21 563 610 cas (dont : 767 335 morts (172 487 morts aux USA) et 14 273 791 guéris

Capture d’écran 2020-08-15 à 23.50.51

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 69 : "Voir le jour"

déconfinement officiel 1 jour 96

 

20200814_205237

 

Aller et retour en #Vélotaf, ça change tout, pour le moral et le réveil. 
Journée de boulot calme - tickets de choses que je maîtrisais, un autre un peu challenging but with a little help from my colleagues it's been alright, le temps de trier mes notes et de faire de petites recherches sur les livres ; de retrouver aussi une trace de mes propres écrits professionnels d'une vie presque antérieure) entrecoupée à 12h30 par un déjeuner sympa au Titi Touareg, gentiment proposé.
Retour particulièrement agréable, sous une menace diffuse de pluie (mais qui ne tomba pas).
J'avais décidé d'aller voir "Voir le jour" de Marion Lainé (avec Mathias Énard inside dans un rôle de boucher lubrique très rigolo) aux 7 Batignolles, projection sans aucun problème de distanciation prophylactique, dont je suis sortie les larmes aux yeux (mélange d'émotions - Sandrine Bonnaire she rules, de même que la jeune femme qui joue la stagiaire qui passe de cagole à motivée - et de tristesse quant à la fin probable de bien des cinémas et carrières liées à leurs métiers). 
Pendant ce temps l'Homme faisait une nocturne au boulot (de toutes façons aller au cinéma ne lui disait rien qui vaille en ce moment (plutôt par fatigue que crainte épidémique))
La fin de soirée fut diablement courte mais je l'avais bien cherché.
 
Capture d’écran 2020-08-15 à 00.21.04
Capture d’écran 2020-08-15 à 00.21.04

PS : pas eu le temps en rentrant du cinéma, ni le courage ou l'envie, de consulter les statistiques concernant l'épidémie.


Cahier du jour, déconfinement jour 68 : un retour avant la pluie, et un chouette dîner

déconfinement officiel 1 jour 95

 

    Partir au bureau en métro puisque le RER C est en arrêt pour travaux au delà de la station Henri Martin et que le vélo était resté au garage du travail.
Journée de boulot avec de bons moments, j'ai même au téléphone une amie dont c'est l'anniversaire, c'est dire ; coupée par une pause déjeuner seule, ce qui était assez étrange (deux collègues déjeunaient ensemble, mais où étaient donc passés les autres  qui habituellement sont là ?) ; mini sieste ensuite devant chez Doisneau.
retour à vélo, rapide (j'étais motivée : j'allais dîner avec le fiston ; par ailleurs le vent se levait, la pluie menaçait), malgré la pédale gauche qui grinçait. De ce fait un peu d'entretien du vélo fut nécessaire une fois lui et moi parvenus à bon port.

20200813_190800    Dîner avec le fiston au Blue Monkey précédé par un coup de fil de son père qui me disait J'étais dans le train avec lui, mais n'a pas souhaité nous rejoindre.

Il pleut peu de temps après notre arrivée au restaurant. Pendant toute la durée de mon trajet de retour à vélo, l'intempérie avait menacé, rafales de vent à l'appui.


Fin de soirée aux petites écritures tandis qu'une pluie douce et fine tombait (oh le joli bruit, presque oublié !). Je prends quelques nouvelles de deux anciennes connaissances perdues de vue après la coupure d'avec celui qui constituait notre lien. Saurais-je les reconnaître si d'aventure je les croisais ?

Un de mes amis a été victime d'une escroquerie avec mise en scène, très élaborée. Il s'en veut mais je pense surtout que ce types d'escrocs est très fort. Au fond il a été sélectionné pour participer à ce qu'il ignorait être une prestation d'acteur (avec une voiture comme accessoire et une petite famille en figurants, c'est quand même autre chose que les mancheurs bidons du métro et leurs fictions mélodramatiques). C'est la première escroquerie dont j'entends causer qui comporte un zeste de brexit inside : les frontières sont les alliées des inventeurs de détresses. 

Ça fait du bien, cette pluie. Je l'écoute un moment. Il se fait très vite trop tard.

Capture d’écran 2020-08-13 à 22.27.40

 

 

 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
21 050 364 cas (dont : 752 326 morts (170 221 morts aux USA) et 13 893 363 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 67 : un fameux orage

déconfinement officiel 1 jour 94

 

Être allée bosser en métro puisque le vélo pour cause d'orage était resté au boulot.
Journée de boulot bien un peu trop paisible à mon goût, même si c'est favorable en période d'apprentissage comme je le suis encore actuellement ; savoir traiter un bon petit lot de cas récurrents n'est en effet qu'une toute première étape vers la tenue de mon poste en toute autonomie.

À 12h30, déjeuner à base d'achats chez l'Auchan voisin faits le lundi midi et pris à la salle commune, ce qui est toujours sympathique et me permet de découvrir le visage de certain·e·s collègues ; déjeuner suivi par une escale au square de devant chez Doisneau, le temps d'appeler mon amie Claude (1), puis de faire un large tour de pâté de maisons jusqu'à celles du fort de Montrouge qui m'intriguent (pas le fort, les belles maisons).

20200812_183720    Retour du boulot particulier : quelques minutes avant que je prenne le vélo, un violent orage s'abat. Avec une de mes collègues, nous attendons que ça se calme un peu avant de marcher jusqu'au métro ce qui nous suffit pour arriver totalement drinchées.
En ressortant quelques 45 minutes plus tard porte de Clichy, je constate, alors qu'il ne pleut déjà plus, que l'orage chez nous avait été violent aussi.


Soirée tranquille aux petites écritures, petites activités ménagères (lessive, dîner), échanges de SMS avec ma fille, de WhatApp avec Le Fiston et une causerie téléphonique avec l'un de mes cousins (lequel m'avait appelée dans la journée alors que j'étais au boulot, c'est pourquoi je le rappelais). 

C'est une petite vie tellement tranquille, modulo l'époque troublée, que je ne peux m'empêcher de songer que quelque chose va survenir, que ça ne saurait durer. Si ça ne tenait qu'à moi, j'aimerais bien un peu de paix, que ça continue au moins le temps que je puisse reprendre mes entraînements, mon émission de radio et ranger l'appartement. 

(1) Nous essaierons de nous voir très bientôt, avant un éventuel re-confinement

 

Pas de vélotaf pour cause d'intempéries (la veille au soir d'où que le vélo était au garage du boulot et qu'il me fallait prendre le métro le matin et le soir même pour cause d'orage très violent pile à l'heure de partir). En revanche, quelques pas :

 

Capture d’écran 2020-08-12 à 22.14.27

Le passage de l'orage ce soir au parc Montsouris 

 

Capture d’écran 2020-08-13 à 00.00.05

IMG_20200812_194111_627 vu au début de l'avenue Anatole France alors que je rentrais via le métro Porte de Clichy

 

 

 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
20 760 325 cas (dont : 751 004 morts (168 919 morts aux USA) et 13 672 784 guéris

Capture d’écran 2020-08-13 à 00.28.17En France, ça ne s'arrange pas, et la mesure ne semble pas prise de l'ampleur du redémarrage épidémique. Mettez des masques, s'il vous plaît. 

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 66 : Il a plu ! (un peu)

déconfinement officiel 1 jour 93

 

20200811_090735    Être partie bosser à vélo - chic alors le bas de la rue de Miromesnil est tout bien réparé -,  avoir bossé (rythme moins soutenu que la semaine passée ; est-ce plus facile ou plus difficile, au fond ?).  Déjeuner à la salle commune (avec ce que j'avais acheté la veille). Après-midi consacrée pour partie à apprendre auprès de l'une de mes collègues. J'espère que je n'ai pas pris froid avec la clim'. 

Tout le monde guettait la pluie, qui est finalement venue au milieux de brillants éclairs. Mais n'a pas éclaté plus que ça. C'était décevant. Pour cause de l'orage, je suis rentrée en métros et train. Mais comme l'orage n'a pas vraiment éclaté en mode libérateur, je l'ai un peu regretté. Car il faudra bien que demain matin, je prenne les transports en commun.
Soirée sympa : j'ai eu droit à un moment calme, reposant et seule - suffisamment rare pour que je l'apprécie -, échange de SMS avec notre fille, bien arrivée en Normandie et découverte via un touite initial d'Abie, d'un point commun entre nous et un autre camarade de touite. C'était joli, un bon moment.
Le père a déjeuné avec le fils ce midi. Ça me fait plaisir.
Je suis retombée sur d'anciens petits poèmes que j'avais écrits, et me suis fait sourire, même si j'ai pu constater à quel point en 2006 puis 2013 j'avais sévèrement morflé. Vive l'humour qui permet de sourire, malgré l'adversité passée, grâce à son ancien soi. 

Capture d’écran 2020-08-11 à 22.08.29

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
20 487 170 cas (dont : 743 959 morts (167 479 morts aux USA) et 13 406 385 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs


Cahier du jour, déconfinement jour 65 : trajet optimal de retour conforté.

déconfinement officiel 1 jour 92

Fullsizeoutput_1b8b   Partir au boulot à vélo, puis y être. Le midi faire des courses alimentaires à Auchan et pique-niquer dans le square Jean Moulin en face - il fait trop beau pour s'enfermer davantage que les heures requises -, puis déposer le restant pour les autres jours dans le réfrigérateur de la salle collective, avant d'enquiller  les heures de l'après-midi, pour une fois presque un peu calmes (comme je poursuis ma formation c'est également profitable, je trie mes notes, fais des essais sur des zones de test, j'apprends).

La clim' est un peu mise dans l'après-midi. Je le note parce qu'il me semble que l'épidémie est la cause de la parcimonie (1). 

Enfin, rentrer paisiblement par le trajet "calme optimal" enfin stabilisé. Rouler tranquillement dans une ville peu peuplée est un plaisir. Peu de moments de tension. 

Le masque est (re?)devenu obligatoire en extérieur en ville, avec des subtilités de zones, de quartiers qui risquent d'empêcher que la consigne soit correctement respectée. Il eût mieux valu dire "obligatoire à Paris", punto basta. À vélo je le porte en le déplaçant légèrement pour pouvoir affronter les montées - seuls passages où je ne peux techniquement pas le garder sous peine de perdre connaissance -. Je n'avais pas attendu cette modification des consignes pour procéder ainsi. L'augmentation des cas était perceptible, ou au moins des suspicions de cas. 

Comme de nombreuses autres personnes, je m'efforce de respecter les consignes, d'être prudente sans virer parano, de ne pas me couper des autres mais de ne courir aucun risque si rien ne m'y oblige. Pour tout ce qui peut attendre (comme : retourner nager) j'attends encore un peu.

Soirée de petites écritures du quotidien. Et les usuals tâches ménagères (semblant de dîner, poubelles à descendre, lessive). Le temps qu'il fait rend plaisante l'habituelle corvée qui consiste à sortir le linge propre de la machine à laver et à l'étendre sur le(s) séchoir(s).

En Italie, un vaccin sera testé fin août, plus de 3000 volontaires se sont inscrits alors qu'il ne faut "que" 90 personnes pour le test.

Sinon, parmi les nouvelles autres que celles liées à l'épidémie, cette disparition dramatique d'un enfant et de sa mère. Celle-ci retrouvée morte, lui volatilisé. Et le reportage consacré à l'affaire dans un des TG tardifs de Rai News 24 est très étranges : un reporter échevelé est physiquement sur les lieux de la disparition (une bordure d'autoroute) et parcours le trajet, montrant les pistes possibles et les risques et les dangers et il conclut en disant que tous les journaux qui se permettent de critiquer le quadrillage effectué par les secours font de l'escroquerie intellectuelle, vous avez bien vu comment se présente le terrain, maintenant vous savez.

Le temps et du courage et des connaissances me manquent pour évoquer les événements à Minsk où le dictateur réélu avec un score chiraquien [de 2002] a lancé une répression féroce contre les manifestants opposants. C'est violent aussi au Liban. Ne plus rien avoir à perdre et porter quelques chagrins (des décès de proches par exemple) sont deux formidables moteurs de contestations qui ne reculent pas. 

Mon emploi actuel me rend particulièrement sensible aux informations (c'était aussi le cas en maison de la presse, moins à la librairie où j'ai ensuite effectué un remplacement parce qu'il y avait toujours un·e collègue sur un ordi à un moment qui alertait d'un flash d'infos si quelque chose survenait d'important) : je consulte éventuellement mes fils d'actualité lors de ma pause déjeuner mais pas forcément et comme nous enchaînons les appels reçus, rien d'autre ne nous relie au monde. Ce qui fait qu'arrivée à la maison je découvre la journée et ce qui est survenu, en un bloc compact, c'est beaucoup plus secouant. 

 

Capture d’écran 2020-08-10 à 20.41.23 Capture d’écran 2020-08-10 à 20.41.23

(1) Et je ne l'écris pas pour me plaindre étant donné que je saurais m'en passer. Mais je vois bien que la plupart des gens souffre lorsqu'elle n'y est pas et qu'il fait plus de 25°c.

 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
20 164 719 cas (dont : 736 224 morts (165 946 morts aux USA) et 12 996 720 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

[photo : le midi dans Montrouge, vers chez Robert Doisneau, une maison au détail architectural intrigant]