Previous month:
6 janvier 2020 - 12 janvier 2020
Next month:
20 janvier 2020 - 26 janvier 2020

13 billets

Ces derniers temps je pense à Stromae

 

    Ces derniers temps je pense à Stromae, car j'étais tombée sur une interview de lui dans laquelle il répondait à une question sur son burn-out d'il y a 5 ans puis 4 ans. Il y disait en substance que tout était allé trop vite et qu'il avait des pans entiers de ce qu'il avait fait qu'il n'avait pas mémorisé, qu'il avait eu besoin de se poser, d'avoir à nouveau le temps de penser.

Je n'ai rien fait d'exceptionnel pendant tout ce temps, il n'empêche que depuis les attentats de janvier 2015 et alors que j'étais en période de reconstruction après une rupture en 2013 qui m'avait marquée, ainsi que la perte pour raison économiques de mon premier job en librairie, j'ai cette sensation, ce sentiment aussi. J'avais après l'attentat du Bataclan qui avait par ricochets de ricochets volatilisé une sympathique perspective professionnelle qu'alors j'avais, retrouvé du travail, en grande banlieue, et c'était bien et voilà qu'alors que je commençais à refaire surface ma mère était tombée malade. Ça avait été à nouveau un puit sans temps personnel et avec fort chagrin jusqu'à son décès et jusqu'ensuite un an après d'être parvenue à vendre et trier et conserver et vider les meubles et les objets de la maison de mes parents. Le tout sur fond de changement de travail pour un job magnifique mais lourd à tenir et très très prenant ; lui aussi achevé pour raisons économiques. J'ai ensuite enchaîné les remplacements, ce qui est très intense car dans les périodes d'emploi il n'y a aucune routine, rien sur quoi s'appuyer. Du coup là aussi des semaines entières qui quoi que généralement très chouettes (j'ai eu la chance d'œuvrer dans de belles librairies) ne me laissent pas de temps "pour moi". L'an passé je me suis lancée dans un projet de reprise, qui a échoué faute d'avoir assez d'années devant moi et les reins financiers assez solides. Mais j'y avais bossé à fond pendant plusieurs mois. Ainsi qu'à un projet qui s'était présenté juste après. Sur ce j'ai cru avoir trouvé un emploi stable en maison de la presse et ça m'a engloutie pendant presque deux mois avec une amplitude horaire trop grande pour moi (journées de 9h à 9h45 sauf le jeudi passé la rentrée, lequel s'achevait à 13h et je rentrais dormir) et de la pure exécution. J'ai enchaîné juste après le festival d'Arras (formidable cure pour le cerveau mais ça n'est pas reposant physiquement), par le CDD qui vient de s'achever et qui était intense et vraiment intéressant. Mais ne m'a, lui non plus, d'autant qu'avec les grèves le vélotaf fut de 100 %, pas trop laissé de temps. J'y ajoute depuis un an une émission essentiellement littéraire sur une belle radio associative.

La précarité professionnelle a fait que je n'ai guère pris de vraies vacances fors les colos Dotclear : chaque séjour loin de Paris avait une raison active (un colloque, un stage de triathlon, un trail, un triathlon, des travaux en Normandie, à préparer, à effectuer ...). Je ne m'en plains pas, je n'aime rien tant qu'aller quelque part pour quelque chose à faire. Il n'empêche que je commence à éprouver grand besoin de me poser et que de tout ce que j'ai accompli ces cinq dernières années semblent sous le voile d'une mémoire qui n'a pas eu le temps nécessaire pour bien enregistrer tout ce qui s'est passé. Avec l'impression de n'être que pour partie concernée par la personne qui était moi lorsque je les ai traversés. Bref, une vie trop remplie fait qu'on ne la vit qu'à moitié. 

Il va hélas falloir, contraintes financières fortes, risque de chômage non indemnisé, que je retrouve du travail si possible sans tarder. 

Au passage, des nouvelles de Stromae, qui bosse quand même un peu (se mettre en retrait ne signifie pas totalement s'arrêter), il a récemment joué avec Coldplay.

 

Un exemple de mémoire non perdue mais dont le raccrochement (l'indexation ?) s'était égarée : une crue particulièrement forte de la Seine et dont je me souvenais bien, pour les arbres qu'elle mit à terre, le terrain de tennis sur l'Île de La Jatte inondé et le cormoran un dimanche de course à pied rencontré, date, voilà, d'il y a deux ans presque exactement. 

Fullsizeoutput_19b3

20180204_104547

 

 

 

 


Petit bilan au débotté de deux mois de vélotaf

J'avais donc un CDD de deux mois situé à une douzaine de kilomètres de mon domicile, avec un tiers du trajet qui une fois trouvé les bonnes pistes ou voies cyclables pouvait être un plaisir. 

Depuis 2007 et les premiers Vélibs je vélotafe régulièrement. Du temps de l'"Usine", comme disait Marie, je faisais souvent les trajets de retour à Vélib et l'aller en transports en commun - trop d'aléas sinon : trouver un vélib, pouvoir le raccrocher -. Ensuite un ami et une amie nous ont donné chacun un vélo qui ne leur servait plus et l'homme de la maison et moi avons pu faire le choix, quand le travail comportait un emplacement où l'on pouvait laisser le vélo sans se le faire voler, de faire les trajets à vélo.

Il n'empêche que pour diverses raisons (entraînements de natation le matin, soirée littéraire ou de radio prévue après, lectures à faire ...) je continuais à utiliser pour au moins la moitié des jours travaillés les transports en commun. La grève forte et persistante m'a amener à utiliser le vélo en exclusivité. J'ai senti le moment de bascule où j'étais à ce point organisée et entraînée que je ne me posais même plus la question des métros existants. 

Il y a un coût à utiliser la bicyclette pour aller travailler. Il ne faut pas croire que c'est gratuit. 

Au début de mon contrat j'ai dû faire réviser l'un des deux vélos, comme suite à une crevaison que j'avais réparée moi-même antérieurement sans parvenir à tout bien réinstaller et resserrer. Il avait d'autres problèmes dus à son âge respectable et le fait d'avoir mal remis ci ou ça les rendaient flagrants. Le deuxième vélo m'a alors été très utile, même si j'ai découvert à cette occasion qu'il y avait un problème sur lui également. À mesure de l'usage, je deviens plus exigeante quant à certains équipements, dont les lumières. Ce qui me paraissait bien suffisant à mes débuts ne me convient plus. Entre autre parce que je suis passée lorsque j'ai travaillé à Houilles et empruntais le chemin le long de la Seine, de "lumières pour être vue", à nécessité de "lumières pour y voir". De plus certaines loupiotes que j'avais acquises à mes débuts sont arrivées en fin de vie. Certaines demandaient à être rechargées trop souvent pour une durée d'utilisation de plus en plus courte. 

J'ai également eu des frais de pompes (celles qui gonflent les chambres à air, pas les chaussures). Une malédiction faisant que je n'ai que rarement dans mon sac celle qui correspond au modèle de valve dont le vélo est équipé. Pour un peu, et même si je me vois mal dans le rôle du méchant voisin, j'aurais l'impression d'être victime de blagues à la Amélie Poulain (sourire).

Sur les deux dernières semaines, j'ai vu Karma Pschitt trois fois malgré qu'il s'agit de VTT avec les pneus ad hoc. La première crevaison fut un pschitt de dessin animé, d'un seul coup le pneu avant à plat. Heureusement à moins de deux kilomètres du boulot. J'ai donc fini en marchant et confié le tracas à un professionnel du quartier dès la pause déjeuner. Il a bien examiné le pneu, retiré un morceau de verre (ou de plexiglass ?) effilé. Et tout bien re-réglé. Joie, car un souci de "tourner pas rond" avait disparu par la même occasion. Las, deux jours plus tard, même problème, loin cette fois. Et ma tentative de résolution par bombe gonflante de dépanage fut un fiasco. Finir en marchant, arriver en retard (1)  retourner sur la pause déj' chez le réparateur. Tomber bien sûr sur quelqu'un d'autre et repayer plein pot. Avec cette fois-ci un pneu neuf car l'ancien était quand même un peu en fin de vie et que je supputais que du verre résiduel était la cause de la nouvelle crevaison. Quatre jours tout bien et au matin alors que je pars travailler, je trouve à nouveau le pneu à plat. Le vélo second a été de toute utilité (2). Au lendemain je suis allée chez le vélociste de mon club de triathlon lequel a en plus de changer une nouvelle fois la chambre à air, rajouté un fond de jante. Bilan de tout ça : 51 € de dépenses (les uns font payer d'un côté la réparation de l'autre la chambre à air, les autres établissent un forfait, mais l'un dans l'autre ça fait 17 € hors changement de pneu). 

Après cette différente manip' et un sympathique re-réglage de freins, pour une raison que j'ignore le "tourner pas rond" est réapparu.

Bref, le fait de vélotafer possède aussi ses inconvénients.

Concernant la sécurité, disons qu'alors que je roule prudemment et m'abstiens de donner de leçon à quiconque - je ne proteste qu'en cas de réel danger, sinon je m'adapte ; et je considère que ceux que je croise ne respecteront pas le code de la route -, j'ai au moins une frayeur par jour quand ça n'est pas une par trajets. Sur la plupart (ouverture de porte sans précaution, doublage en serrant et queue de poisson ...) je suis aguerrie et anticipe assez, mais on est toujours surpris : des demi-tours ou marches arrières intempestives par exemple. La dernière semaine aura été un festival de marches-arrière intempestives, d'ailleurs. Comme si un virus s'était répandu.

Je n'ai pas eu trop de tracas avec les conducteurs de scooters, pas cette fois. Un ou deux m'ont même laissé le passage. Bon, ils squattent les sas vélo mais si j'ai la place de me mettre à côté, ça va.

Ces derniers sont de plus en plus respectés par les automobilistes, de même que le fait de laisser sur la droite aux feux rouges un espace pour passer. J'ai même eu la surprise à Neuilly qui n'est pas vélo-friendly alors que ça pourrait être une ville aux pistes cyclables merveilleuses, de constater que des automobilistes laissaient une marge pour les vélos aux feux sans que rien au sol ne soit dessiné. 
D'avoir circulé tous les jours travaillés m'a rendue consciente que les sas vélos avaient également une forte utilité respiratoire. Certains jours, alors que je n'ai pas été enrhumée, j'avais le nez qui coulait, les yeux qui pleuraient et une toux persistante comme si j'étais quelqu'un qui fumait. Être pendant plusieurs minutes derrières des véhicules à moteur dont les engins continuent de tourner et qui t'envoient leur fumée de redémarrage en pleine tête, a des effets immédiats.  

Il m'aura fallu environ deux semaines pour trouver les trajets optimaux : sécurité maximale et tronçons avec bonheur de circuler + ne pas non plus faire trop de détours. J'essaie aussi en tant que gauchère qui a du mal à lâcher le guidon de cette main-là d'éviter un maximum les "tourne-à-gauche" dangereux. 

J'ai eu des moments magnifiques (croiser deux paons dans le bois, un cheval, quelques mésanges un jour de temps doux), d'autres heureux (croiser mes ami·e·s de club qui s'entraînaient). Au bout du compte ma montre a enregistré 903,21 km parcourus ; ce qui est sans doute légèrement en dessous de la réalité. Un site de simulation m'a permis de calculer que ça ferait un budget de 90 € pour une voiture à essence moyenne. C'est toujours ça de pollution et de dépenses en moins.

Et si en ce premier dimanche sans semaine travaillée à la suite, je me sens bien fatiguée (le travail y entre aussi pour beaucoup), je sens bien que ma condition physique a continué à s'améliorer du fait même de cette pratique quotidienne.

 

(1) Je prévois toujours une marge, elle a été engloutie dans la marche et 12 minutes de plus.

(2) Je sais réparer mais lentement et en ne remontant pas toujours très bien ; or il fallait filer au travail.

 


Si triste si prévisible (un accident mortel porte de Clichy)

 

    Depuis environ cinq ans, la porte de Clichy est en travaux (Tribunal de Paris, prolongement ligne 14, réaménagement passage sous périph). Ça change tout le temps, les passages et les feux, pour les véhicules avec et sans moteurs jusqu'aux piétons. À vélo, ou j'imagine sur une trottinette, c'est le pire des cas : à certaines périodes on ne sait où passer, on ne sait où l'on est censé·e·s passer. Plus d'une fois à vélo ou vélib, il m'est arrivé de descendre et marcher vélo à la main parce que je ne voyais pas comment faire sans me mettre en danger.

Ce matin alors que je sortais de chez moi, un peu tendue par une nouvelle crevaison constatée et le fait d'être sans marge pour arriver au travail en plus que d'avoir du coup le vélo qui normalement sert à l'homme de la maison (et n'est pas exactement à ma taille, même si c'est jouable, et a un tracas de roulements usés roue arrière), je me suis aussitôt rendue compte que quelque chose n'était pas comme à l'ordinaire. 

J'avais entendu de ma cuisine, encore plus de coups de klaxon que les autres jours [comme la porte est perpétuellement saturée et qu'en ce moment : davantage de circulation avec les grèves + travaux vraiment lourds sous le périph., c'est chaque jours un blocage presque complet aux heures de transhumances domiciles / travails et retours]. 

Et là, jusque dans ma rue, c'était une longue file de véhicules quand même globalement plus silencieux que d'ordinaire les longues files de véhicules ; et au bout de l'avenue des policiers qui prenaient le temps de parler aux conducteurs. Lesquels alors tentaient de reculer calmement.

Je me suis alors dit qu'il devait se passer quelque chose de particulier au tribunal, entre procès particulier, manifestation y afférente ou alerte de sécurité (1).

Puis j'ai eu ma journée de travail, sans réelle pause déjeuner car l'heure fut consacrée à mes ennuis mécaniques, et deux trajets plus fatigants car avec le vélo second et une vague appréhension que les pneus se dégonflent l'un ou l'autre à chaque instant. Tomber deux fois à plat en moins d'une semaine et retrouver un pneu à plat un des matins suivants, ça finit par rendre nerveuse. J'avais donc totalement oublié l'étrange situation de circulation du matin, à l'heure tardive où après m'être débrouillée pour avoir de quoi dîner, puis être redescendue tenter de voir ce que je pouvais faire pour le pneu dégonflé, j'ai ouvert mon ordi et ma TL Twitter. 

C'est alors que j'y ai lu cet article du Parisien, et compris. L'endroit si dangereux où ont lieu les travaux a été lieu d'un accident mortel, un cycliste écrasé par un poids lourds dont le conducteur n'avait sans doute rien vu à cause de l'angle mort cabine combiné avec le fait qu'il devait être concentré à éviter les plots pour travaux. On peut imaginer que le cycliste ignorait qu'il n'était pas visible et a cru qu'il avait le temps de passer. 

Cette nouvelle m'a rendu triste ; triste pour eux tous et leurs proches. Sans doute parce qu'elle était si prévisible. Sans doute parce qu'en tant que cycliste je sais qu'on n'est jamais à l'abri. Sans doute aussi parce que c'était un cran plus rude d'avoir assisté directement aux conséquences des heures d'après, sans avoir su et de piger seulement après coup. Ça ne change rien à l'accident lui-même ; au sort malheureux de ses protagonistes. C'est simplement qu'il prend ainsi davantage de poids de réalité. Ou que je peux encore moins m'empêcher d'imaginer ce qui s'est produit.

Pensées pour les personnes directement concernées. Peut-être que des mesures auraient dû être prises en amont d'interdire la circulation pendant cette phase particulièrement envahissante des travaux. 

 

(1) C'est déjà arrivé.


L'émancipation confisquée

 

    Très beau texte ce soir sur un des blogs de Médiapart. Il est signé d'Élise Thiébaut, et témoigne, ô combien, de l'ambiance d'une époque. C'est difficile à faire comprendre, cette libération en fait confisquée.

Je ne vivais pas dans le même milieu social. Les hommes se contentaient vers là où j'habitais, de trop boire et frapper, de commettre de minables infidélités avec de jeunes collègues leur faisant miroiter de l'avancement ou au contraire des ennuis si elles se montraient trop farouches. Les séparations étaient encore rares. Les vies comme leurs excès étaient délimitées par le travail qui alors ne manquait pas.
Nous devions pour autant très jeunes nous méfier d'éventuels débordements, et par ailleurs supporter jusqu'à trouver normal - les pauvres ils ont besoin de ça - les posters de pin-up dénudées et autres calendriers de femmes aux poses vulgaires, supporter leurs plaisanteries salaces et leurs rires gras, supporter de voir nos bons copains y céder à leur tour en abordant l'adolescence, eux que l'on croyait plus sensibles, moins grossiers, plus évolués que leurs grands-frères et leur père. Les adultes fumaient et à table buvaient du vin et les hommes adultes parlaient de cul, ça les délassait. J'ai tellement grandi dans un monde où l'on n'y pouvait rien changer qu'au fond j'en ai conçu très jeune un sentiment de supériorité : les hommes étaient dans l'ensemble plus costauds et plus rapides à la course à pied, mais globalement très gouvernés par leur corps et leurs pulsions bagarreuses. Comme j'ai eu la chance d'en rencontrer quelques-uns dont de vrais amis qui avaient un bon fond et faisaient un effort pour rester classe quoi qu'ils aient pu éprouver comme pulsions, je ne suis pas devenue misandre, mais j'ai été équipée très tôt d'une sorte de tendresse condescendante. Ce n'est qu'avec les récents développements, et #MeToo et la découverte que c'était si général les situations d'abus, et non le fait de rares types qui maîtrisaient encore moins que les autres leurs envies, que j'en ai pris conscience.
Et conscience aussi que ça n'était pas normal, cet univers sans arrêt sexualisé qu'ils nous imposaient. 

Je crois aussi que nous étions surtout concentrée sur notre émancipation, avoir enfin le droit de faire ce que nous voulions (sorties, travail, voyages ...) pour en plus tenter de les changer. L'idée (informulée, du moins chez les très jeunes dont j'étais) était : faites ce que vous voulez avec vos calendriers, vos vieux fantasmes de mal configurés, mais laissez-nous faire ce qu'on veut. Et c'était si peu évident, un peu de liberté, si nouveau, qu'au fond on se sentait déjà chanceuses. L'accès à la contraception était si récent, on ressentait comme un miracle d'avoir enfin le choix. Et il y eut quelques années, entre cette libération et le début des ravages du SIDA, où tout semblait léger, rien ne pouvait avoir de conséquences graves. Ceux qui avaient des tendances prédatrices se sont glissés dans cette insouciance, doublée de la méconnaissance des conséquences pour les jeunes victimes, alors fort peu perçues comme telles. 

Je suis contente que les choses évoluent. Et me rends compte que bien des choses que nous acceptions n'étaient pas respectueuses ni normales, et que beaucoup aimeraient pourtant qu'elles perdurent.  

 


Aaron Swartz (ce que l'on doit à)

 

    Un fil info de France Culture m'a rappelé que je n'oublie pas (mais ça va mieux en le partageant) : 

Aaron Swartz un héros contemporain

Ce que l'on doit à Aaron Swartz 

Quand notre civilisation s'effondrera, il sera temps de se souvenir que l'on aura poussé au suicide ou à la prison ou traité mal d'autres façons, celles et ceux qui nous montraient un chemin possible pour éviter ça.


Abba et la vie qui file et qui va

 

    Tel Adrian Mole dans son Secret diary, j'écoute Abba dans les moments où j'ai besoin de me remonter le moral (ou simplement envie de danser). Abba c'est un peu mon Harry Potter à moi. Chaque génération a la chance de grandir pile au moment d'un phénomène massif de succès qui aide ensuite à s'appuyer pour avancer (1). Youtube et ses algo le savent qui aujourd'hui, ça tombait bien, c'était mon jour de congé, m'a proposé ce documentaire sur Arte (2). Je n'y ai rien appris, si ce n'est qu'au fil des ans j'admire de plus en plus le travail des compositeurs et techniciens, tout en étant de plus en plus consciente de la part de calcul et cynisme (non totalement dissocié d'une certaine sincérité) et j'admire de plus en plus les deux femmes dont je pense désormais, car je suis moins naïve que par le passé, qu'elles ont dû, certes s'enrichir et vivre des moments inoubliables, mais aussi pas mal endurer.

Ça fait néanmoins toujours plaisir de revisiter les étapes d'un succès et de réentendre les morceaux et je ne me lasse pas de voir les musiciens et les arrangeurs au travail (3).

Ce qui m'a frappé, cette fois, et c'est quelque chose qui me travaille beaucoup ces temps dernier, c'est l'éloignement qui me semble soudain alors qu'il ne l'est pas, du passé. Dans ce documentaire apparaissent :

- des images d'archives des temps du groupe actif, années 70 et début des années 80 ; OK c'était "il y a longtemps" et ça fait un moment que c'était "il y a longtemps" ça me paraît normal ; 
- des interviews, images et témoignages de documentaires réalisés dans les années 90 et le début des années 2000 et qui déjà revenaient en arrière sur le passé du groupe ; et qui déjà sont de l'ordre du "il y a longtemps" ;
- des interviews et images plus récentes, des années 2014 à 2016 (l'air de rien, il y a déjà quatre ans) et qui du coup balancent les précédentes dans un passé lui-même lointain.


Dans ma tête quelque chose peine à se mettre à jour, j'en suis restée à l'époque 2, je ne parviens qu'au prix d'un effort intellectuel à mesurer que les années 90 étaient elles-mêmes "il y a longtemps" et que des analyses faites sur les analyses faites alors, elles-mêmes datent déjà un peu. Mon cerveau semble se refuser de concevoir que ce que je me remémorais comme "du temps de ma jeunesse" alors que j'avais 40 ans, s'est à nouveau pris 20 ans d'âge. Il n'y entre pas plus que ça de nostalgie, ni de chagrin : ma vie est beaucoup plus intéressante depuis une quinzaine d'années, quelque rude que ce soit, mais une stupéfaction. Celle-ci me rappelle mes brèves années de footballeuse : j'étais toujours surprise quand l'arbitre sifflait la fin du match ou la mi-temps, j'avais toujours envie de dire même si je l'avais jouée intégralement Hé mais attendez, on vient tout juste de commencer ! Tellement j'avais été concentrée sur ce que je faisais et solidement inconsciente du temps qui filait. 

Peut-être est-ce un des éléments que j'aime lorsque je fais de la radio : l'heure d'émission est consistante, elle va vite, souvent trop, mais chaque minute, chaque seconde se veille et possède son poids. 

 

(1) Ça peut être pour le dénigrer et protester de n'en faire pas partie ; il n'empêche que ça fait office de point d'ancrage, de référence. J'avais onze ans à l'apparition d'Abba sur la scène internationale et j'en reste marquée.

(2) Abba forever (au doublage insupportable) 

(3) De même que les monteurs au cinéma. Et j'ai adoré le jour où à la radio pour une émission j'ai tenu la régie. Il y a un côté sculpteur qui me plaît dans ces activités-là. 


Un trajet dans Paris (par temps de grève des transports)

 

    Dans mon emploi actuel et comme souvent en librairie, les lundi sont mes dimanche, le samedi étant travaillé. Seulement comme il s'agit d'un lundi, inévitablement on en profite pour faire différentes choses nécessaires.

Je devais donc me rendre de Clichy vers Denfert. En milieu de matinée.

Quelque chose (des infos vaguement captées via le radio-réveil ? une réflexion du fiston qui consultait l'appli SNCF ? le fait que la CFDT comme prévu ait fait semblant de croire qu'elle avait remporté un point important avec l'abandon du concept d'"âge pivot" alors qu'il n'y a eu qu'un twiste de vocabulaire assorti d'un "provisoirement" ?) m'avait fait croire que la grève du moins dans les transports, s'était adoucie et qu'en prenant un peu de temps, ça pouvait passer. 

Il y avait aussi que je tenais à terminer une lecture en vue de l'émission "Côté papier" de ce mercredi. 

Et que mon parcours comportait un morceau de ligne 14 dont l'absence de conducteurs ne fait pas grève.

Au bout du compte : 

 

  • Je suis parvenue sans encombre par le train de Clichy Levallois à Satin Lazare. Il y en avait certes moins, l'attente était de 10 à 15 minutes, mais rien d'insurmontable lorsqu'on a prévu de partir un peu plus tôt parce qu'on se doute qu'on mettra un peu plus longtemps. Du monde, mais pas d'entassement insupportable. J'ai pu ouvrir mon livre.
  • La ligne 14 fonctionnait parfaitement mais surprise (et c'est là que j'ai su que j'arriverai en retard), son accès principal, via la bulle sur le parvis de la gare était fermé. Des personnes avaient été dûment dépêchées sur les lieux, un peu comme les gardiens de portes (1) de la ligne 13 pour indiquer de passer ailleurs. J'ai donc fait une belle boucle en entrant par l'accès vers la rue du Havre, puis en empruntant les souterrains presque déserts (c'était l'heure de fermeture des lignes qui avaient été ouvertes pour faire face aux heures de pointes). Une fois dans la rame c'était tranquille comme aux débuts de la ligne 14 quand peu de gens encore l'empruntaient.
  • À Châtelet, changement étrange : si peu de monde dans un lieu ordinairement si fréquenté. On avait un peu l'impression d'être les survivants d'une grave épidémie. La surprise pour moi qui n'avais pas fréquenté les transports dans Paris depuis un mois et demi fut les couloirs de canalisations des flux de passagers qui avaient été créés. Au moment où je suis passée ils étaient un peu superflus. Ils laissaient cependant imaginer l'enfer possible d'autres heures plus chargées.
  • Lignes de métro qui se fermaient. En revanche, les RER B existaient. Pas tous. Un monde fou sur le quai. J'ai eu la chance que l'un passe rapidement, malgré son retard pour cause de "malaises voyageurs" annoncé. J'ai aussi le savoir faire pour pouvoir entrer dans un wagon bondé sans écraser personne davantage qu'il ne l'est déjà, vingt ans de ligne 13 à ces pires années, ça laisse des compétences.
  • À Denfert une sortie lente, ça bouchonnait de piétons qui sortaient. J'ai mis trois à quatre minutes de plus qu'à l'ordinaire pour simplement sortir de la gare. 

Bilan du trajet aller : 15 minutes de retard sur l'heure prévue d'arrivée. 1h20 à 1h25 de trajet au lieu des 1h05 à 1h10 que j'aurais pu mettre avec les mêmes lignes un jour normal sans incidents techniques. 

 

Pour le retour j'ai commencé en mode marche à pied, après avoir brièvement caressé l'espoir de rentrer à vélib mais constaté que ceux que je voyais ici ou là étaient disponibles seulement de par leur mauvais état. J'avais par ailleurs besoin de réfléchir à quelques possibilités de mon avenir de non-retraitée et pour la réflexion rien ne vaut la marche à pied. Je supputais qu'à Montparnasse je trouverais des possibilités pour remonter vers le nord de Paris.

  • La ligne 13 comme bien d'autres était fermée, accès clos par de la rubalise. Il en était de même pour tous les accès à l'intérieur de Montparnasse, et pour toutes les lignes. 
  • Des bus passaient, j'en avais vu au départ de Satin Lazare plus tôt le matin, et depuis que je marchais à partir de Denfert. Leur inconvénient était d'être bondés. J'ai donc cherché une ligne qui partait de Montparnasse afin d'être assurée de pouvoir monter. Facile, la 28, avec un bus sur le point de partir. C'était du trajet debout mais supportablement tassés. Pas la peine d'espérer lire. À hauteur de Champs Élysées et comme j'étais allée tout au fond puisque je comptais descendre au terminus, j'ai pu avoir une place assise. Trajet lent mais qui m'aura permis de rallier la gare sans (trop de) fatigue (2).
  • Les trains SNCF n'avaient pas leur fréquence habituelle mais ça ressemblait à un jour normal avec quelques tracas techniques comme c'est souvent le cas. Et puis j'ai pu m'asseoir et lire en attendant son démarrage, ça n'était pas pur temps perdu.
  • Pas de vélibs pour le petit trajet de la gare jusqu'à chez moi : ils semblaient pour ceux qui restaient, là encore dans un sale état.

Il devait être aux environs de 13h lorsque je suis rentrée chez moi. Contre probablement 12h20 ou 12h30 si ça n'avait pas été jour de grève.

J'écris ce billet non pour protester, car je suis des personnes qui ne voient que trop bien quel hold-up est en cours sur ce qui restait de solidarité intergénérationnelle nationale et qu'en l'occurrence même en l'état actuel des choses, j'ai un réel problème d'avenir professionnel et financier qui se pose : je suis à quatre ans de ce qui était l'âge de départ en retraite lorsque j'ai entamé ma vie professionnelle, seulement compte tenu de mes études et de deux périodes qui semblent n'avoir pas comptées (un congé maternité longue durée à l'époque couvert par la convention collective des banques, remise en cause peu après, et qui entre-temps est devenu considéré comme une période non-travaillée ; par ailleurs mes débuts en librairie à temps partiel si faiblement rémunérés que j'en ai des trimestres "blancs" (3)), il faudrait que je parvienne à travailler jusqu'à 65 ans pour prétendre à une retraite à taux plein, laquelle serait de toutes façons assez maigre même calculée sur les 25 meilleures années de mes revenus. Elle me permettrait simplement de continuer à vivre chez moi. Si j'évoque mon cas c'est que pas mal de femmes qui ont pris qui un congé parental qui un temps partiel pour s'occuper de leurs enfants petits se retrouvent sans doute dans le même cas. Et pas mal de libraires, heureux et heureuses de pratiquer un métier qui a du sens et qu'ils apprécient vont tôt ou tard avoir ce genre de soucis : une retraite sur à peine plus que le SMIC c'est à peine plus que que pouic. Bref, j'écris ce billet non pour protester mais pour simplement témoigner d'un jour J sur le terrain à ce moment donné d'une période troublée. Si faire grève avait un sens dans mon cas, si par exemple je travaillais encore pour une grande entreprise tout en étant en CDI, je ferais grève contre cette réforme des retraites (4).
Je l'écris comme souvent ici pour documenter la vie quotidienne à Paris et en Île de France au début du XXIème siècle comptage chrétien, les premières décennies des années 200 du calendrier républicain, vu d'une personne lambda qui tente de vivre sa petite vie et boucler ses fins de mois.

Je l'écris aussi par compassion pour les personnes qui ont des ennuis dans leurs boulots respectifs en arrivant en retard alors qu'elles n'y sont pour rien. Ou qui s'épuisent dans de trop longs trajets parce qu'elles habitent loin pour cause de loyers locaux astronomiques et que leurs vies vont bien tant que tout va bien mais qui sont à la merci des moindres complications. Beaucoup ne se rendent sans doute pas compte qu'elles pourraient s'en sortir en s'habituant au vélo. Que jusqu'à des trajets de 15 km sans difficulté technique particulière (la côte de Meudon par exemple, ou dans le Val d'Oise celles de Saint-Prix, ou la montée de Montmorency), c'est très faisable et qu'on en sort plus en forme, une fois habitués. Je n'ose pas trop insister car pour l'instant encore, compte tenu des infrastructures en progrès mais incomplètes, et de la violence de certains comportements motorisés, l'usage du vélo augmente pour le cycliste le danger du trajet. Quoi qu'il en soit, franciliennes et franciliens qui en bavez actuellement, tenez bon, c'est de votre futur ou de celui de vos enfants qu'il s'agit. 

 

 

(1) J'ignore le nom officiel de leur emploi. Aux heures d'affluence ils sont depuis quelques années à chaque porte palière à dire "Laissez descendre avant de monter" 

(2) J'avais quand même un trail d'entraînement de 17 km dans les gambettes. 

(3) Alors que mes bulletins de salaires mentionnaient des cotisations. Mais c'était sous un certain seuil donc ça comptait pour du beurre. Charmant.

(4) @monsieurkaplan a parfaitement écrit ce que moi aussi je constate et ressens. Au passage je découvre son blog qui s'annonce intéressant. 

Capture d’écran 2020-01-13 à 22.49.15

 

 

 


Une belle reco, très agréable

Capture d’écran 2020-01-12 à 14.24.57

Le fait d'appartenir à un club de triathlon dynamique aura bien contribué à me faire découvrir le trail, que je préfère de loin à la course à pied en ville. 

Je suis vraiment très lente à cette discipline, généralement dans les tout derniers à arriver. 

Mais je suis heureuse pendant que je le fais. J'ai même une photo, prise au trail de La Chouffe l'été dernier, qui en atteste. 66664965_10216557428901263_1071607981168132096_o

 

J'aime courir en forêt tant qu'il en reste et que j'ai la santé qui le permet.

Ce matin c'était donc la reco du trail de 26 km prévu en février à partir de Bouffémont. C'est l'un de mes trails préférés : bien organisé, avec des passages techniques mais d'autres où l'on peut courir en admirant le paysage (1).

Comme je suis encore en pleine période de travail et que mon métier est physique, et que j'avais la veille terminé tard + trajet de vélotaf, et que même en grande forme je suis extra-lente, je ne comptais pas faire les 26 km. 

Je m'étais fixée de tenter de suivre le groupe "reconnaissance en 4h" jusqu'à si possible le lieu du ravito de la course, puis continuer jusqu'à une douzaine de kilomètres en tentant de courir puis selon où je serais couper ensuite assez directement vers Bouffémont.

Je connais la côte du cimetière, première difficulté dès les premiers kilomètres et remarquablement casse-pattes et emballeuse des cœurs. Alors je suis partie à l'avance ce qui m'a permis d'intercaler une brève pause pipi en attendant le groupe, le froid ayant toujours sur moi une sorte d'effet diurétique. 

Au demeurant il ne faisait pas si froid, sans doute 5 à 7°c et une belle grisaille mais sans pluie, juste un moment de petit crachin. Ma tenue, mais je l'avais déjà testée dans des conditions similaires, s'est révélée parfaite : collant 2XU long, petit short Levallois Triathlon pour le chic, haut 2XU long porté avec un soutien-gorge - le jour de la course je m'en passerai sans doute, seulement je me méfiais d'avoir à me changer au cul du coffre de la voiture avant de repartir -, par dessus, une veste thermique légère du club, conçue pour le vélo mais que je trouve parfaite pour la C.A.P. l'hiver, en plus que les poches arrières c'est top pour mettre des mouchoirs et des gels ou du petit ravito.

Note pour les "vrais" coureur, celles et ceux qui font des temps et maintiennent bonne allure : ce type de veste pour vous est trop chaud. C'est bien pour les coureurs lents qui restent de fait longtemps au froid et n'ont pas un rythme qui les réchauffe tant.

Pour compléter l'équipement deux tours de cou, un bonnet technique (même matériau un peu que la veste thermique légère) et des mitaines de VTT, utiles en cas de chutes et pour les éventuels passages cordés. 

Pour le ravito : quelques barres et gels. Comme souvent je n'en ai mangée qu'une et absorbé qu'un. Et de l'eau citronnée (mais 250 ml me suffisent, du moins l'hiver).

La forêt me paraît toujours aussi dévastée sous couvert de lutte contre des maladies des arbres et de reboisement. Le parcours cependant couvre certaines belles parcelles. Finalement je suis parvenue à suivre le groupe et sans souffrance jusqu'après Montlignon et le lieu du ravito. Puis après la zone urbaine on repiquait vers la forêt après une montée. J'ai vu JF me faire signe de loin, On remonte vers la gauche et le temps d'arriver à ce croisement, plus personne en vue à part quelqu'un qui promenait son chien. Je l'ai déjà constaté mais c'est stupéfiant à chaque fois : à quelle vitesse on peut perdre de vue un groupe dans lequel on était et qui nous semblait aller si peu plus vite que notre propre allure. On peut se retrouver entièrement seul·e·s d'un seul coup. Ça me rappelle la rapidité sidérante à laquelle des toddlers peuvent échapper à la vigilance de leurs parents. 

On était presque à 11 km. Alors j'ai couru sauf les montées jusqu'à la hauteur de la vierge noire, croisant au passage les gars d'un des groupes plus rapide qui sympa, m'a indiquée que j'étais tout près, mais je le savais et ne souhaitais pas nécessairement faire la montée : il était temps pour moi de repiquer vers le Château de la Chasse puis Bouffémont. J'ai envoyé un SMS pour prévenir que je coupais directement et puis ai continué à présent en mode récupération (active : quand ça pouvait je courais, mais en vitesse marathon lent, easy run).

Vers le Château de la Chasse j'ai entrevu le groupe que j'avais quitté, seulement je ne souhaitais pas faire un plus grand crochet. Ça m'a permis de supposer que j'avais un peu de temps et de tenter après avoir rejoint la route des crêtes un peu de sortie des sentiers battus (au sens littéral). Ce petit moment de pure liberté m'a fait un bien fou. 

Et je suis arrivée pile un tout petit peu avant le groupe. Nous avons même eu le temps de nous changer puis retrouver les camarades de mon club qui avaient fait avec un groupe rapide la reco intégrale. J'aurais mis 3h23 pour faire 17 km avec trois temps d'arrêt (ravito et pauses pipi) et vers la fin des passages montés intégralement marchés.

C'était la première fois que je parvenais à suivre un groupe aussi longtemps et où nous rentrions avec d'autres personnes (et non pas alors que tout le monde était déjà reparti). 

Après-midi consacrée à récupérer de la nuit trop courte (2) et de l'effort fourni. C'est ce qui change le plus en vieillissant : si on a la chance de la bonne santé on peut toujours faire les choses et à niveau de plus jeunes (ça vaut pour presque n'importe quel travail ou activité) seulement il nous faut davantage de temps pour récupérer. 

 

(1) Oui, je ne suis pas une grande compétitrice, de celles et ceux qui sont seulement concentré·e·s sur leur performance. 
(2) Comme je vélotafe et qu'à la librairie j'avais accompagné la fermeture, j'étais rentrée la veille au soir vers 21h30.