Cahier du jour, déconfinement jour 84 : du shopping (et un gros dodo)
Cahier du jour, déconfinement jour 92 : Nice sunday (avec une ombre au tableau)

Cahier du jour, déconfinement jour 91 : quiet day home

(samedi)

déconfinement officiel 1 jour 118

 

À la maison, une journée Finzi Contini, pas même descendu les poubelles ou cherché le courrier, pas fait de sport, commencé par une grasse matinée et beaucoup regardé de télé (tour de France et en fin de journée quelques chaines d'infos étrangères). Bref, une journée de récupération.
Je me suis même offert le luxe de regarder la fin du Chanteur de Mexico que j'avais manqué la veille au soir pour cause d'endormissement profond et soudain. Nous regardions au lit, à deux sur l'ordi et j'ai continué à servir bravement de support, seul réveil vers la toute fin, replier la petite machine, et poursuivre ma nuit.

Je rattrape des retards d'écriture, très moyennement efficace. 
Quelqu'un sur Twitter faisait remarquer sa lassitude face aux contraintes épidémiques qui se prolongent, se prolongent. Je crois que je ressens effectivement une fatigue de n'en plus voir le bout, de vélotafer vraiment tous les jours, de porter le masque en gros de 8h à 20h30 même s'il y a de brèves pauses (manger, boire, avoir les clients au téléphone). C'est aussi que presque aucune réjouissance n'est sans arrière-pensées de risques. 
Il y a de mes ami·e·s que je n'ai pas revu depuis au moins un an. Ça va très vite : au printemps 2019, j'étais à fond dans le projet de reprise d'une jolie librairie à Paris, puis j'ai accusé le coup que ça ne se soit pas fait (j'y avais cru à fond), mais j'ai vite été engloutie par mon job en maison de la presse dont les week-ends en plus étaient décalés. Le temps d'aller au Arras Film Festival et j'ai enquillé sur le CDD chez Les Mots et les Choses, en février j'étais épuisée (1) et en mars j'ai cherché (et trouvé) du travail et voilà que ce fut le confinement et que depuis juin je travaille en un bien gros temps plein. Je sens que nous sommes en train de nous perdre de vue, seulement je n'ai rien à proposer : se revoir, en cette période de remontée épidémique est risqué, je n'ai pratiquement pas de temps libre, n'ai pas encore repris la radio (2), et m'apprête seulement à reprendre les entraînements en club. Alors c'est vrai que la force de prendre le temps de dire aux personnes auxquelles on pense que l'on pense à elle, je n'arrive pas bien à le trouver. Moins que s'il s'agissait de se dire : Hé, tu vas bien ? Si on allait boire un coup ?
Parce le risque est loin d'être nul qu'à la première question la réponse soit plutôt non et que poser la seconde c'est inciter quelqu'un à venir courir éventuellement un danger. 
 
En fin de journée, un homme au masque rabattu sous le menton a engueulé pendant de longues minutes un groupe d'enfants ou de jeunes qui jouaient au ballon (je suppose devant le parc à la fermeture de celui-ci). Mais ces derniers restaient calmes et lui semblait n'être agité que verbalement. Soudain, tout est redevenu tranquille, précisément au moment où je me demandais s'il fallait ou non intervenir.

J'aurais au moins profité de ce samedi pour reprendre des forces. 
Un petit bout de soirée devant un match France - Suède de football, gradins vides, un match de Ligue des Nations, j'ai cru comprendre sans trop d'enjeu. 

 

(1) Peut-être bien un petit coup de Covid-19 mais sur le moment je n'y ai pas pensé.

(2) Messages restés sans réponse, il serait temps que je vienne aux nouvelles autrement que par mails.

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
26 956 917 cas (dont : 881 493 morts (192 425 morts aux USA) et 19 047 132 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

Commentaires