Cahier du jour, déconfinement jour 60 : Un non-Paris Carnet (mais au moins je suis rentrée simili-tôt)
Cahier du jour, déconfinement jour 62 : Une nouvelle vie professionnelle semble se dessiner

Cahier du jour, déconfinement jour 61 : Profiter d'une soirée (un tout petit peu) moins courte

déconfinement officiel 1 jour 88

 

Fullsizeoutput_1b89 C'est le genre de journées trop sérieuses pour qu'il y ait vraiment à en dire. Ça bosse, ça va et revient du travail et c'est à peu près tout. 

Finalement, une note de la direction autorise la climatisation au travail, la clim générale de l'immeuble. Mais les ventilateurs ou petits climatiseurs individuels sont proscrits. Je pense que c'est intéressant de le noter car je travaille dans une entreprise respectueuse, qui s'efforce de faire au mieux et que les décisions soient prises de façon concertée. Et là, clairement, on ne sait pas : il y a le côté risque épidémique qui nécessiterait qu'on évite de pulser de l'air artificiellement, de faire aux virus ce cadeau. Et puis il y a qu'il fait plus de 30°c et que la plupart des gens ne le supporte pas, du moins pour se concentrer pour travailler. Tout se passe comme s'il fallait arbitrer entre un risque de foyer épidémique accru et un risque que les gens fassent des malaises. 
C'est sans doute hélas une bonne préfiguration de l'avenir général, des épidémie se succéderont et le réchauffement climatique rendra la question de la climatisation plus cruciale.

Quand je passe le matin devant le laboratoire d'analyses rue Rostropovitch, je remarque des files d'attentes bien longues depuis la semaine passée ; gens respectueux des distances et masqués, venant probablement se faire tester #Covid-19 . Alors qu'elles s'étaient réduites durant le mois précédent. Et que beaucoup de personnes ont quitté Paris pour des vacances. 

Ce qui est rassurant c'est que nous sommes un certain nombre calmes face à cet enjeu, prêt·e·s à nous adapter à ce qui sera décidé. Le fait de savoir que je peux parfaitement me passer de climatisation et travailler quand même aide beaucoup à n'avoir aucun stress sur l'enjeu, il faut dire.

Le déjeuner, chacun avec sa gamelle, dans la salle du 4ème était un bon moment. Les mesures de restrictions qu'il y avait jusqu'à récemment avaient retardé pour moi les rencontres ainsi informelles avec des collègues des autres services. Comme il faut bien ôter les masques pour boire et manger, je fais connaissance avec les visages et pas seulement les yeux et les cheveux. Drôle d'aventure que d'avoir débuté un travail alors que le pays sortait du confinement et que les entreprises responsables appliquaient, appliquent encore, des consignes sages et strictes.

Je savoure mes trajets à vélo, un simple tee-shirt suffit, que je change en arrivant (1). Le retour  a eu lieu de bonne heure (je terminais à 17h30 et j'ai tenu l'horaire) mais comme je n'ai pas pu m'empêcher d'expérimenter de nouvelles rues, je ne suis pas rentrée si tôt. J'avais renoncé non sans regrets à une soirée qui m'était proposée, afin de dépoter du travail domestique ou me reposer, ne suis hélas parvenue à faire ni vraiment l'un ni vraiment l'autre et les heures ont filé. Une soirée au calme, moins courte qu'à l'ordinaire m'aura fait du bien. L'Homme n'est pas rentré si tard [que ça]. Il avait fait quelques courses, entre autre pour la maison. 


Capture d’écran 2020-08-06 à 22.01.05 Président Macron est allé proposer son énergie réformatrice au Liban. Paradoxalement (ou peut-être est-ce logique ?) les Libanais lui en semblent plutôt reconnaissants - Nous ne restons pas livrés à nous-mêmes et à nos dirigeants corrompus -, et ce sont les Français, nous-autres qui lui en voulons de se présenter ainsi en sauveur comme s'il détenait un quelconque pouvoir officiel sur cette partie-là du monde. C'est plus fort que moi je n'ai pas pu m'empêcher de faire du mauvais esprit. Sans doute d'autant plus que je me sens profondément triste - zéro leçon tirée d'AZF, zéro et de bien d'autres d'accidents du même type en fait (2) -.

Génial thread d' @collabblues sur le début d'enquête.

Capture d’écran 2020-08-06 à 22.00.12

(ci-dessous copie de l'amorce)

 

 

 

 

Je commence à n'en plus pouvoir qu'il ne pleuve pas, une vraie inquiétude animale. C'est la première fois de ma vie que j'éprouve ça, alors que les situations en 1976 et 2003 devait être assez similaires. Je crois que ce qui est différent c'est qu'en plus nous avons eu presque trois mois de printemps normand quasiment secs, y compris les jours tempétueux qui n'étaient tempétueux que de vent, sur fond de ciel bleu.

 

J'ai déclenché la montre trop tard au matin, j'ai dû faire les 11 km habituels 
soit un total vélotaf de 24 à 25 km as usual des jours sans grandes expérimentations 

Capture d’écran 2020-08-06 à 20.32.39
Capture d’écran 2020-08-06 à 20.32.39

(1) J'ai au moins un rechange en permanence dans un tiroir de mon bureau.
(2) J'ai pris conscience que bon nombre de mes jeunes collègues trentenaires ne se souvenaient pas, ou ne connaissaient pas l'explosion d'AZF ; ce qui n'est pas si étonnant. Leur lointain souvenir de l'époque c'est 9/11. Et ça devait suffire pour leurs dix ans. Plus qu'amplement. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
19 135 754 cas (dont : 714 212 morts (162 274 morts aux USA) et 12 274 417 guéris


Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

 

Commentaires