Cahier du jour, déconfinement jour 58 : Un pot sympa, après le boulot
Cahier du jour, déconfinement jour 60 : Un non-Paris Carnet (mais au moins je suis rentrée simili-tôt)

Cahier du jour, déconfinement jour 59 : Comme si la catastrophe d'AZF n'avait été qu'un brouillon

déconfinement officiel 1 jour 86

20200804_220712

 

 

 

 

Journée de travail assez autonome : compte tenu des circonstances (entre congés (habituels) et une absence pour cause de risque plus fort potentiel face à la maladie complétés par le fait que beaucoup de librairies ne fermeront pas de l'été), j'ai du travail comme si je l'étais. C'est stimulant. 


Deux trajets vélotafs ma foi très agréables, même si des travaux dans le bas de la rue de Miromesnil me privent de mon trajet optimal du matin.

Encore un jour sans pluie. Non piove mai più. Ça commence à [me] manquer.

Soirée qui aurait pu être calme s'il n'y avait eu les explosions à Beyrouth, comme un nouvel AZF en bien plus fort, bien pire. Ainsi la catastrophe survenue en France le 21 septembre 2001 n'aura servi à rien, en tout cas pas à en tirer quelque leçon que ce soit. Tout au plus, un brouillon. C'est à hurler de colère. 

De la tragédie de ce mardi, j'apprends la nouvelle en ouvrant l'ordi, une fois rentrée (et donc vers 20h bien tassées, quand le drame est survenu vers 17h).

Une amie de notre fille y vit auprès de sa grand-mère, dont la seconde me donne, à ma demande inquiète, des nouvelles : sa grand-mère et elle vont bien mais n'ont plus de carreaux aux vitres de leur appartement.  
Même si je ne connaissais absolument personne sur place, je me sentirais humainement concernée. Et remuée par ce que ça fait remonter des souvenirs de l'explosion d'AZF. Je regarde les infos sur Rai News 24, qui se partagent entre les premiers trajets publics sur le nouveau pont de Genova et les informations en provenance du Liban. Tout était fait pour rendre le moment de passage sur le ponte San Giorgio émouvant, hommage aux victimes, instants solennels et, les esprits sont ailleurs. Il y a d'autres victimes, immédiates et plus nombreuses que celles que le ponte Morandi avait emportées. 

De Beyrouth une captation de téléfonino circule qui montre la puissance de la seconde explosion qui souffle littéralement d'entiers grands bâtiments - et qui filme se retrouve à terre -. Stupéfaction mêlée d'horreur. 

Inconvénient collatéral : les efforts médiatiques qui commençaient à être faits afin d'encourager à la plus grande prudence face à la remontée logique du risque épidémie (tout le monde ou presque s'est remis à vivre "comme avant", ne prenant des précautions que contraint et forcé), vont être pendant un moment obérés par ce drame et ses conséquences. Je crois que nous n'échapperons pas à un reconfinement automnal. 

 

Total vélotaf : 25,91 km (= 11,49 + 14,42)  

 

PS : Pas eu le temps de suivre les statistiques de l'épidémie.

Capture d’écran 2020-08-04 à 20.34.09
Capture d’écran 2020-08-04 à 20.34.09

Commentaires