Cahier du jour, déconfinement jour 49 : l'air de rien une journée confinée
Cahier du jour, déconfinement jour 51 : Un trajet magique un autre moitié manqué (et une solide journée de boulot in between)

Cahier du jour, déconfinement jour 50 : Courir quand même, rêver longuement, revoir Le Fiston

Déconfinement officiel 1 jour 77

 

C'était une journée de forte fatigue, ça tombait bien que c'était dimanche.

J'ai lutté pour trouver la force pour aller courir ; nous avions prévu d'aller faire un entraînement long en forêt de Montmorency : peine perdue et pas un pour rattraper l'autre. Nous nous sommes quand même secoués et finalement à la définition de parc pour peu courir tout près, nous avons trouvé le parc Martin Luther King qui s'aggrandit à mesure que les travaux avancent et présente désormais un tour acceptable, en effectuant deux tours + un saut au square Ernest-Gouin, plus quelques petites fantaisies sur les allées intérieures nous sommes parvenus à 8 km (pour moi) à 9 km (pour lui). Un peu d'énergie est venue en se secouant mais la fatigue s'est ensuite, c'est souvent le cas quand on décide de ne pas lui obéir, déployée plus fort encore.

J'avais pris mon petit-déjeuner avant de partir puisqu'au départ nous avions prévu de partir loin et plus longtemps, et soudain j'avais eu l'impulsion de proposer un restau le soir à trois parents et fiston, auquel il a dit oui (joie) et je me suis donc contentée d'une légère collation (yaourt et truc comme ça) avant d'entrer dans une sieste géante dont je ne suis sortie qu'en fin d'après-midi. 
Le joueur de pétanque s'était également reposé un peu avant de partir jouer, avant de partir re-s'occuper de la Mercedes qui n'est plus prêtée mais reste dans les parages (1). 
Ce fut une sieste étrange avec de longues plages de lectures ("The Beatles Tune In"), de longs moments à écouter ou regarder des vidéos concernant les musiques dont il était question - j'ai ainsi fait la connaissance envers le précurseur de Michaël Jackson et son tragique destin, Frankie Lymon -, et de non moins longues plages de sommeil, avec des rêves dans lesquels je tentais de vivre ma vie de tous les jours mais les yeux fermés (car les paupières étaient trop lourdes). 

L'énergie n'est revenue qu'en soirée, à peine le temps de se préparer, le Fiston passant nous prendre pour aller au restaurant indien calme près du parc des Impressionnistes. Comme nous étions peu nombreux (deux tables occupées) les distances étaient bien respectées et nous portions le masque et les serveurs aussi, et nous avions eu du gel en entrant. 
Le Fiston nous a relaté sa semaine multi-sports à l'UCPA où il s'est régalé dans plein de sports risqués mais où les précautions anti-covid-19 étaient très illusoires. En gros les gens suivent les consignes à un moment puis il y a telle ou telle activité (ne serait-ce que les repas, ôter les masques pour manger) puis plus personne ne remet de masques ou encore il y a des soirées où les gens sont entassés (karaokés, différents jeux ...). 
J'ai l'impression que c'est le cas partout dans le pays, trop d'activités ont repris comme avant alors que rien n'est réglé réellement. 

En attendant de voir s'il y aura des conséquences ou pas, nous avons passé une excellente soirée. Son seul défaut fut qu'ensuite, le dimanche était fini et qu'arrivait une semaine de boulot - je n'ai rien contre, sauf le temps confisqué, des pans entiers de nos vies qu'on doit louer -. 

J'éprouvais le besoin de garder mes forces et de me concentrer sur la semaine à venir, les reconstituer à temps ; alors j'ai simplement échangé brièvement sur les réseaux avec mes vrai·e·s ami·e·s, mais pas suivi les informations ni d'Italie ni d'ailleurs.

 

(1) Cette histoire m'échappe. Depuis quand une voiture a-t-elle besoin d'être soignée en l'absence de ses propriétaires comme on s'occuperait de leur chat ?

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
16 376 228cas (dont : 651 162 morts (149 740 morts aux USA) et 10 002 800 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

Commentaires