Pourquoi le doxing est un sérieux problème
Chroniques du déconfinement jour 2 : reprise partielle, journée active

L'effet Pompéi

Fullsizeoutput_1b3a


    J'y pense depuis notre retour samedi soir : nous étions partis après une délibération familiale quand le confinement a été ordonné avec un bref délai pour nous laisser une chance d'en choisir le lieu. En fait nous avions prévu d'aller à la petite maison de Normandie la semaine qui précédait, j'avais d'ailleurs pris un billet de train pour y rejoindre JF qui finalement avait bossé jusqu'au vendredi soir tard afin de terminer un contrat en cours (1) et de mon côté j'avais un entretien d'embauche soudain et nous étions à Paris quand nous aurions déjà dû être partis (avec la question qui se serait posée de rentrer ou non) et alors que j'étais dans une optique, donc finalement on reste, les deux autres, père et fille ont emporté le morceau sur le thème On se répartit (2), j'ai mis la condition d'observer une quarantaine et nous voilà le lundi soir à préparer nos sacs et zou, le mardi matin.

C'était piteux comme un exode à l'échelle familiale.

Au bout du compte c'est moi qui ne souhaitais pas partir puisqu'on ne l'avait pas fait avant, qui ai été la plus heureuse d'être dans ma maison à enfin faire ce que je devais y faire pour la remettre en état, et les deux autres qui ont eu des hauts et des bas.

Il n'empêche que le départ, y compris pour moi qui avais commencé à préparer celui que j'avais prévu pour la semaine d'avant, puis avais cru qu'on renonçait et donc m'étais interrompue (voire avais défait certains préparatifs), s'était trouvé précipité. 

Notre fille n'ayant touché à nos affaires que pour la salle de bain dont elle avait l'usage, nous avons en gros tout retrouvé en l'état. 

Les calendriers restés à mars. Le courrier postal accumulé. Des vêtements en vrac. Des chaussures d'hiver dans l'entrée. Certains paquets de ci ou ça entamés. Mes lunettes de soleil dans leur étui, là où elles avaient malencontreusement glissé (au moment de partir, dès lors, je ne les avais pas trouvées et j'avais filé sans les emporter). On aurait cru qu'on avait été surpris en plein quelque chose, comme les habitants de Pompéi par les cendres. 

En fait nous avions été surpris en plein cours de notre vie. 

L'impression a perduré jusqu'à aujourd'hui à mesure que je tentais peu à peu de ranger ; précisément parce qu'entre mon retour d'entretien le lundi et la soirée de discussion et avec la décision au bout du compte de partir, croyant rester à l'appartement un bon moment - je m'attendais comme tout le monde à l'annonce d'un confinement, le suspens résidait en sa durée et ses modalités -, j'avais amorcé les grands rangements nécessaires. Il y avait donc un vrai côté retrouver des choses en plan, des débuts de tri, des cartons ouverts. 

C'est alors que j'ai lu chez Alice, qui est retournée sur son lieu de travail préparer la suite [du télétravail], exactement la même expression - qu'elle a pour sa part éprouvé au bureau - : 

"[...] c'est Pompéi saisi en pleine activité — moins la cendre."

C'est donc bien un effet collectif, que nous serons, ou avons déjà été, nombreux à éprouver, qui rentrant d'avoir été confiné ailleurs qu'en son domicile principal, qui retournant sur le lieu de travail : un effet Pompéi généralisé.

 

(1) Son entreprise traite certaines affaires directement mais pour d'autres place ses salariées au services d'autres entités (comme les SSII pour l'informatique)

(2) Il est vrai que comme elle devait télétravailler, la cohabitation dans le 3 pièces à trois adultes, dont un qui ne tenait pas en place à l'intérieur, eût été compliquée. Voire infernale. 

Commentaires