Chroniques du déconfinement jour 5 : les retrouvailles avec Le Fiston
Chroniques du déconfinement jour 7 : premier samedi libre de période travaillée

Chroniques du déconfinement jour 6 : La première fois dans les transports en commun depuis avant le confinement

Déconfinement officiel 1 jour 33

Fullsizeoutput_1b3f

 

Journée de travail, avec un faux rythme un peu délicat à tenir - car je suis en formation pour l'instant et pas déjà en charge, alors c'est difficile de maintenir l'énergie lorsque les demandes (effet de fin de semaine) s'apaisent. J'apprends beaucoup, mais comme je connais déjà une partie du sujet je ne suis pas larguée. Ça bosse.

Bizarrerie de l'époque : même à travers le masque, un baillement est communicatif.
Des personnes appellent, pour des questions de travail et dans le cadre de celui-ci, et voilà qu'on se retrouve à leur demander "Vous êtes chez vous ?". Car encore ces jours-ci, la norme est de travailler de son chez soi. 

Je suis nulle en people et gens de télé. Ça devrait moins me gêner dans ce nouveau travail qu'en étant en librairie dans Paris. Encore que

J'obtiens des nouvelles de la radio, en soirée. Il va falloir que je reprenne l'antenne. Mais quand ? Comment ? De quelle façon ?

 

Toute la journée les nuages auront filé en venant du Sud Est. Comme il pleuvait au matin, je comptais prendre les transports en commun. Mais JF voulais "faire rouler la 205" et des courses pour son club - dont le club house est pourtant toujours officiellement fermé (ça finira mal ces conneries de mecs qui se croient au dessus des contraintes du commun des mortels) -, alors il a proposé de m'amener en voiture. Comme ça ne bouchonnait pas trop et que j'ai refusé de décaler mon heure de départ prévue de plus d'un quart d'heure, son projet de me mettre en retard a échoué et au bout du compte j'ai eu un trajet certes fatiguant mais différemment. Et au sec.

Au retour : je marche jusqu'au terminus de la ligne 13 mais n'optimise pas franchement les directions et mets 25 mn. À ajouter aux 30 mn de trajet de métro - station Place de Clichy fermée "pour raisons de sécurité sanitaire" -. Et aux 10 à 13 minutes à l'arrivée. Bon, ça ira mieux quand je pourrai faire ligne 14 + ligne 4. Et sinon, Vive le vélo !
Il y a donc des autocollants partout : sur une place sur deux (et tant qu'il n'y a pas foule, les gens respectent, c'est sidérant. Et respect aussi pour le casque. Et zéro personne pour faire la manche dans les rames, ce qui fait du bien - mais où sont-elles ? -) et sur les quais là où l'on est censés se placer pour attendre. Des annonces audio, également.  

Le midi, parce que le temps que j'aille aux toilettes il n'y a plus personne, je choisis la solution "flemme & pas cher" et vais à la boulangerie. Puis poursuis une mini exploration du quartier entamée les jours précédents - sauf celui de la crêperie -.

Je découvre par ricochet d'un échange, Hugh Coltman (Who's happy ?) et regarde aussi les pseudo-Bislett games. C'est assez fascinant ce simulacre de compétition d'athlétisme. Vertigineux de monde d'Après qui veut terriblement faire semblant d'être d'Avant. 

Chez Prof en scène, il est question de ces élèves qui ne disposent de presque rien et se battent pour tenter de suivre quand même. Je pense à elles et eux presque chaque jour, me souvenant des familles dont je voyais des membres en maison de la presse et qui n'avaient rien d'internet chez eux, se contentant de leurs téléfonini. Elle était à ce point plus nombreuses que je ne le croyais, avant ce travail où on les dépannait pour différentes démarches pour lesquelles une connexion était nécessaire.  

Il évoque aussi, dans un autre billet, les élèves qui avaient su garder l'élan jusqu'à présent mais finissent par caler. C'est vrai que pour qui n'a pas encore repris son activité dans des conditions normales (et pour les élèves les conditions normales jusqu'à très récemment c'était aller en cours), on est dans le en gros passage des 33 km si difficile d'un marathon. 

JF rentre de sa pétanque peu après moi du travail. Notre fille était là. 

PS : J'ai appris le mot glottophobie

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
7 709 523 cas (dont : 427 210 morts (116 731 morts aux USA) et 3 907 497 guéris)

Commentaires