Chroniques du déconfinement jour 21 : Le Fiston a 25 ans
Chroniques du déconfinement jour 23 : Travail, trajets, et une corvée

Chroniques du déconfinement jour 22 : Happy birthdays

Déconfinement officiel 1 jour 49

 

Un si bon dimanche que j'en ai presque honte en la période si sombre. En France on fait un peu comme si l'épidémie était passée sauf qu'en fait non, pas totalement ; et en dehors des gens qui s'en foutent beaucoup de gens moyens dont je fais partie, ne savent plus trop ce qui est faisable, ce qui est trop risqué. Dans le doute je porte autant que possible un masque dès que je sors, mais l'enlève à vélo dans les montée et lors des entraînements de course à pied. Je l'enlève aussi parfois une fois sortie du bureau car c'est long toute une journée avec. Et puis je l'enlève pour parler dans mon casque, sinon l'interlocuteur ne m'entend pas bien.

Bref, pas évident. Et zéro confiance envers le gouvernement pour prendre les bonnes décisions pour la santé des gens, tant il est évident que priment en eux les intérêts financiers.

En attendant, petit tour de course à pied à Saint-Cloud, j'étais en forme médiocre mais j'ai savouré de courir en ces lieux.

Capture d’écran 2020-06-28 à 12.29.17 

La durée était limitée par un rendez-vous que JF avait avec un pépiniériste pour son club de pétanque. 

J'ai passée une douce après-midi de vraie détente : lecture de The Beatles Tune In en écoutant les musiques dont il était question et même en regardant un vieil Elvis Presley's film, avec, mais pourquoi pas, des sous-titres néerlandais : il en était question dans le bouquin et je suis tombée dessus.

Très vite il fut l'heure d'aller au restaurant, retrouvailles avec Le Café La Jatte, qui est un peu au dessus de nos moyens mais semble devenu notre QG des grandes occasions : un double anniversaire (rattrapage de celui de notre fille qui avait eu lieu en plein confinement) et de rencontrer enfin l'amie du fiston en était à n'en point douter.

Fidèle à lui même, le Daron a tenté de gâcher la soirée en crisant pour une cliente qui à quelques tables de là fumait, ce qui était son droit puisqu'en terrasse. Mais la serveuse et nous tous sommes parvenus à le raisonner. Il n'empêche que c'est impressionnant car si le prétexte varie, l'attitude est systématique - mon père aussi avait ce travers - : lorsque l'ambiance est bonne et que l'on se détend et que l'on rit il faut absolument qu'ils tentent de rabattre le bonheur. Peur panique d'être heureux. 
Manifestement l'amoureuse de notre garçon est du style à ne pas avoir peur et tant mieux parce qu'en plus elle a dû subir un retour en 205 Junior et un échange de cadeaux sur le pallier puisque l'appartement est impraticable. Le pire étant que nous ne faisons pas exprès.
Je fais de mon mieux dans un monde cinglé.

D'un seul coup les jeunes étaient repartis, raccompagnés par JF toujours, dans notre vieux tacot et Ad et moi remontées à l'appartement, en croisant une voisine âgée.

Il fut vite minuit et comme il y a une grosse semaine de travail, il était temps d'aller se coucher

J'oubliais I : victoires de partis écologiste un peu partout aux municipales, du premier ministre en sa ville du Havre - je trouve ça choquant que par temps d'épidémie un premier ministre fasse campagne municipale, genre premier ministre par temps de crise n'est pas un archi-full-time job -, un gars de plutôt gauche l'a emporté à Saint-Ouen où il aura fort à faire, Poutou a fait 9% à Bordeaux (!) qui passe écolo, Anne Hidalgo renouvelée dans un fauteuil à Paris, où Agnès Buzyn a pris la veste qu'elle méritait - pas même conseillère municipale -. Martine Aubry repasse de justesse à Lille. Élection avec fort peu de participation, peut-être que les plus âgés ont compris qu'à cause de l'épidémie il y avait encore du danger.

J'oubliais II : au restaurant masque de rigueur sauf assis au tables, tables en terrasses garnies en premier (mais pas spécialement espacées) et allée derrière annexées (mais tables restées inoccupées du moins le temps que nous y étions). La pianiste d'ambiance était une femme, et pourvue d'une bonne voix.
L'un des cuisiniers est un vrai italien, il faisait sa pause lorsque nous sommes arrivés et causait au téléphone.

 

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
10 218 460 cas (dont : 503 597 morts (128 392 morts aux USA) et 5 521 578 guéris

Pour tenter de tenir le moral bon, l'Auberge des blogueurs

Commentaires