Chroniques du confinement jour 76 : Darnella, Christo pendant qu'en Normandie jour sportif
Chroniques du confinement jour 78 : Un moment de fatigue, mais une fort belle soirée

Chroniques du confinement jour 77 : le miroir sur le mur

Déconfinement officiel 1 jour 22

 

84031632_10219348533357130_6960403955285229568_o

C'était le programme de la journée : parvenir à fixer le lourd vieux miroir qui fut autrefois chez le grand-père et si possible repercer des trous mieux faits pour la tringle au dessus de la porte.

Avec difficultés car les murs semblent bien de pierres au moins par endroit, nous y sommes parvenus.

JF à la perceuse et moi à tout le reste sauf l'aspirateur d'après (faire place, prévoir les dispositifs, prendre les mesures, trouver les ustensiles précis, reboucher des ratages au mastic, remettre en place après) nous y sommes parvenus. 

En dînant à 22h (car monsieur avait besoin de "jeter quelques boules" pour se détendre après.

J'ai aussi passé plusieurs meubles(dont celui des chaussures) et l'arrière de celui-ci et le miroir lui-même au baume des antiquaires. Il ne réussit pas trop à l'avant des meubles de Taverny, sans doute sont-ils cirés.

Tant de question que l'on se pose lorsqu'on a hérité : en quoi les murs d'une maison sont-ils faits ? Comment les meubles doivent-ils être soignés ? À quoi servait cet objet ?

L'avantage du bricolage d'un niveau trop élevé pour notre expériences (JF et moi sommes des débutants, lui par peu de goût pour l'activité, moi parce que mon père estimait qu'on ne transmettait pas cela à une fille, même demandeuse (ce ne fut jamais clairement dit, mais dès que je tentais quoi que ce soit "Laisse-moi faire tu n'as pas la force !" ou "Donne-moi ça tu vas te blesser" (2)), est qu'on y est à fond. Oublié le monde en contagions et émeutes avec un président des USA aux abois (1), mis en arrière-plans les malheurs d'ami·e·s proches - ce qui n'empêche pas de penser à elles, mais la vie concrète reprend le dessus, ce qui est le plus censé, lorsqu'on ne peut rien faire de concret qui puisse soulager. Il n'empêche, je pense surtout à l'une d'entre elles ces jours-ci. Inquiète pour elle, car je suis bien placée pour connaître la faiblesse des forts lorsque le sort s'acharne à répétition.  

À la marge, en fin de matinée et alors qu'il s'occupait du déjeuner et qu'il fallait attendre d'avoir mangé pour faire place aux travaux, j'ai commencé enfin de m'occuper de ma participation à Ce qui nous empêche, ainsi qu'à mon inscription à l'Auberge des blogueurs. Je me demandais si l'on devra s'ancrer dans l'année (2020) ou non. Visiblement la question s'est posée et il a été décidé que le jeu littéraire étant là pour nous aérer l'esprit, il serait Covid-free. Suis-je la seule à me rendre compte que nous avons déjà été tellement changés par cette expérience collective générale, qu'il nous faudra un effort pour ne pas commettre de sortes d'anachronismes ? Un peu comme si l'on devait écrire au présent une histoire dans laquelle on serait dans une époque où les téléphones portables n'existaient pas encore.

Il faudra que je m'occupe aussi de mon émission Côté Papier mais pas seulement sur Cause Commune. Comme je n'ai pas ici ce qu'il faut pour enregistrer ni intervenir sauf si on me téléphone, j'ai laissé filer, vu que des travaux étaient envisagés au studio, mais ne sais rien de plus.

Bref, un mois de plus m'aurait été nécessaire. 
As usual. 
Trop d'idées et de dynamisme mental et de sens du devoir, pour un corps qui a ses limites.

Le Fiston était à Bergue et m'a envoyé une photo de lui prise sans doute par son amie, où il a l'air si heureux que ça réjouit le cœur. 

 

(1) Il fut dit aux infos italiennes qu'il passait la nuit en son bunker. 

(2) Quel dommage toutefois que cet apprentissage familial filial manqué ! J'ai clairement le goût et l'appétence pour ça. Je suis ravie d'apprendre. Il me manque effectivement une part de force physique, même si depuis le triathlon, je parviens à effectuer la plupart des choses nécessaires. Me reste les outils et c'est beaucoup. Et la mémoire des gestes que j'ai observés si longtemps - car mon père acceptait que je regarde si je restais sage et ne posais pas trop de questions tout le temps -.

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE

6 355 171 cas (dont : 376 805 morts (dont 106 878 morts aux USA) et 2 888 244 guéris) 

Commentaires