Chroniques du confinement jour 29 : Le terrain de pétanque et les factures et remboursements
Chroniques du confinement jour 31 : naissance d'un petit Sacha, mort du grand Sepulveda

Chroniques du confinement jour 30 : Du sport, des factures et pour la première fois presque un film


    C'était jour de sport : donc le legal short morning run, le défi abdos squats pompes et au soir une séance de Tabata composée pour marquer le coup des un mois depuis la première par les habitués qui proposaient leurs exercices préférés. Ce qui a donné la chaise en 3ème, assez mortel comme effet.

J'ai continué le boulot de petite gestion familiale entrepris la veille, factures à payer, suivis des comptes. Un remboursement de 77 € nous a été accordé par EDF. Probablement qu'une personne à l'appartement depuis un mois au lieu de quatre puis trois ont induit une solide baisse de la consommation. Nous aurons le mouvement inverse ici. Et pour le gaz aussi. Et l'eau.

Pour le deuxième jour d'affilée il faisait très beau mais frais, le soleil était bien trompeur. Pour autant sur le banc en plein soleil il était possible de lire au jardin après le déjeuner. Je ne m'en suis pas privée. JF est venu un moment en faire autant puis il a fait des tours de jardins comme il fait au soir des tours de maison. Quelque chose me dit qu'il se sent en prison. 

Dans "Feu de tout bois" dont j'aborde le tome 2, celui-ci pour la première fois (j'avais lu au moins tout Bagdad du 1 quand il m'avait été offert si gentiment), les amis sont à présent à Damas. Je me souvenais d'un échange de mail en particulier correspondant à l'un des moments de la période de Tripoli et c'est intéressant de voir / d'avoir vu / à la fois le côté personnel et le côté plus écrit du journal retravaillé, et combien c'est raccord mais dans quelle mesure la question du destinataire bouge un peu les mots. 

Commencé à regarder le film "Trois jours à Quiberon" via Arte TV. Je me suis laissée piéger parce que j'ai d'abord cru (en fait j'écoutais tout en étant occupée sur l'ordi à d'autres tâches) qu'il s'agissait d'un documentaire. Quand j'y suis vraiment revenue, le fait que ça soit recomposé et mélangé de fiction (ainsi le personnage de Hilde, l'amie d'enfance) m'a un gênée. Mais bon c'était bien interprété, fin, ce personnage de Hilde permettait de s'identifier. Je me suis dit qu'il était possible de faire abstraction de qui était la personne concernée et de se laisser porter comme s'il s'agissait d'un personnage fictif d'actrice. Rien ne prouve que la vraie Romy Shneider avait ces problèmes précis. J'étais de toutes façon obligée de fractionner ma vision de l'œuvre : trop de passages en caméra non stabilisée, mal de mer. 

Notre Dame, ça fait un an. Je me souviendrai toujours du fiston sortant précipitamment du salon et criant presque "Il y a le feu à la cathédrale de Paris, la cathédrale de Paris brûle" et comme nous étions émus. Malheureux.
J'avais l'impression de la fin d'un temps. 
Hélas la pandémie actuelle le confirme, 2019, aura été un tournant. 

J'étais heureuse hier de me passer entièrement de sieste. Celle d'aujourd'hui, entremêlée de lecture aura quand même duré 2h l'air de rien. Parfois je m'inquiète un peu pour le déconfinement. Mon rythme actuel n'est pas sauvagement, emploi-compatible. 

Mon LT du soir se fait désormais comme allant de soi, c'est assez impressionnant. Il faudrait que je fasse l'effort d'aller voir quel est le vrai nom de "Agnan". C'était lui se soir et c'est vraiment un cran au dessus quand c'est lui.  

Grâce à Kozlika et Mahmoud Zureik je découvre une interview dans La Reppublica du 12 avril 2020,  du responsable du conseil scientifique français sur l'épidémie et qui montre l'étendue des mensonges du gouvernement, notamment sur le port du masque. C'est stupéfiant, de même que le côté, c'est pour l'Italie, cool, on peut causer (à moins que ça soit de colère ou par calcul pour forcer le gouvernement à enfin l'écouter)  

 

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
2 052 508 cas (dont : 132 932 morts (27 586 aux USA) et 508 387 guéris) (chiffres vers 19h)

La France continue à tester vraiment très peu par rapport à ses voisins. Dès lors le nombre total de cas est probablement sous-évalué (trois fois plus ? quatre ?) 
C'est la dernière colonne. Tests / 1M population 

Capture d’écran 2020-04-15 à 20.53.16

Commentaires