Les photos de sport d'il y a un ou deux ans paraissent surréalistes
Chroniques du confinement jour 17 : fin de l'archéologie du pot de fleur (et un bel espoir quant à la thalassémie)

Chroniques du confinement jour 16 : journée (particulièrement) bien remplie

    

Journée sportive : petit morning run dans les limites imparties - c'est vraiment peu mais ça fait un bien fou, et quel risque ? nous n'avons croisé, et encore soigneusement à distance, qu'un seul passant -, le défi quotidien, des activités au jardin, et séance de Tabata bien costaud avec des burpees et des new burpees et des squats suivis d'extensions. Le vieux tapis n'a plus un gramme de poussière.  

Journée sérieuse : je fais du ménage sur le disque dur de l'ordi afin de télécharger l'appli zoom que j'avais cru comprendre nécessaire au rendez-vous Paris Carnet prévu le soir même (1). En fait je n'y parviens pas vraiment, il m'est indiqué un code à saisir sur une tablette, j'ai dû suivre une fausse piste.  Ce n'est qu'après que j'apprends qu'il n'y avait rien à télécharger, simplement me connecter là. Ça servira pour une autre fois. Et le ménage était de toutes façons nécessaire (et loin d'être terminé).

À la même heure, quelqu'un a tenté de me joindre pour un projet de reprise de librairie, qui m'avait déjà contactée avant que l'épidémie n'atteigne l'Europe de plein fouet. Il faudra que je le rappelle. Je crois qu'après l'épidémie, je ne serai plus capable d'un aussi grand engagement physique pour un emploi que celui nécessaire au métier de libraire, du moins pas au point que je ne l'étais. J'espère me tromper. Tout le paysage des activités économiques sera de toutes façons bouleversé. Quelque chose en moi, refuse de se tracasser à l'avance ; le présent et de tenter de sortir vivants de l'épidémie me demandent bien assez d'énergie.

Celle pour qui nous nous inquiétons souhaite qu'on la laisse en paix, à prendre de ses nouvelles et tenter à distance d'aider, nous sommes pour elle un poids. Espérons donc que sa capacité intacte de se mettre en colère est signe de ne pas trop mal aller. 
Le dialogue est doux, par petites bribes au fil de l'eau, en revanche, avec le fiston qui semble vivre sa meilleure vie - le confinement fait le bonheur du geek -. 

Il aura fait tout le jour un temps magnifique comme lors de journées très ensoleillées de la semaine passée. C'est curieux comme le fait d'être confinés rend plus attentive à la météo, paradoxe apparent. Mais au matin à l'heure d'aller courir, la température était de 3°c.

L'Homme de la maison est sorti enfin faire longuement les courses, tentant sa chance en voiture à l'Intermarché, de façon remarquablement improductive en vrai. Il aura pu discuter au gré de ses déplacement avec le patron du garage devant lequel a eu lieu l'accident de samedi soir - lequel avait sa propre voiture toute voisine de là où l'impact a eu lieu - et le voisin cordial qui lui a parlé d'un foyer de contamination dans une entreprise de peinture des environs (info non recoupée, pas eu le temps). Et (roulements de tambour) il aura fait le plein d'essence. À mon objection que si une dépense était totalement sans urgence aucune c'était bien de mettre du carburant dans un véhicule destiné à ne pas nous servir avant au moins un mois, il a répondu avec un soupir d'aise : - Mais son prix avait tellement baissé !
Je mesure avec ses réactions combien certaines personnes sont incapables de changer de schémas mentaux face à une réalité qui elle, s'est brutalement modifiée. Ce qui était une conduite sage et adaptée dans le monde d'hier (faire des courses par petites fractions, se permettre d'acheter telle chose à tel endroit et telle autre à un autre parce qu'elle y est moins chère ; faire le plein d'essence vite vite maintenant parce que le prix a baissé), n'est plus du tout adapté dans le monde du jour même. Et les attitudes adaptées d'aujourd'hui, seront sans doute inadéquates demain. Les hommes seraient-ils dans leur majorité moins aptes que les femmes à se "déprogrammer" ? Au vu de témoignages d'amies (effet de biais : nous en parlons parce qu'ils nous fatiguent à être ainsi à la ramasse ; celles qui ont un compagnon alerte et adaptable trouvent ça parfaitement normal et ne pensent pas à s'en vanter) j'en aurais presque l'impression. 

Avantage de son aptitude à faire les courses comme si de rien n'était (ou presque) : j'ai pu avoir et lire (avec des gants de latex) Le Canard Enchaîné, version de quatre pages, allégée. 
C'est à de tels détails que l'on peut mesurer le bouleversement du confinement sur la vie générale. Sinon, de ce que nous en voyons de notre petite maison, ça ne semblerait pas grand-chose : les voitures circulent aux heures traditionnelles de travail, les tracteurs aussi et les camions de livraisons. J'ai même entendu les sabots d'un cheval, tirant probablement une charrette (je vous assure je n'avais ni fumé ni bu). Les gens font leurs courses - notre vue imprenable sur le parking d'Aldi en atteste -. Nous entendons des bruits d'activités humaines. Quant à nous, libres l'un comme l'autre de travail pour une entreprise (l'un au chômage technique, l'autre (bibi) au chômage tout court en attendant la reprise), nous pourrions, puisque nous allons bien pour l'instant, jouer à imaginer que nous sommes en congés - chaque pensée pour des personnes malades que nous connaissons nous indique bien que non -. Sauf aux moments où ma concentration sur une activité est intense (merci encore, Romain, pour les séances Tabata), je ne sais pas ne pas songer aux morts de chaque instants, si nombreux, et à leurs proches, qui pour beaucoup ne peuvent même pas leur accorder un dernier hommage qui peut rasséréner. En plus que dans les cérémonies ultra-réduites qui semblent être de mise dans chaque pays atteint par la pandémie, les familles ne peuvent venir au complet, ainsi s'escamotent les ami·e·s. 

Je n'étais pas trop d'humeur à me marrer des Poissons d'Avril. J'ai eu l'impression qu'il y en avait moins que les autres années, selon le même phénomène qui fait que de nos jours les sites parodiques ont dû mal à survivre à une réalité qui marche de plus en plus sur leurs plate-bandes. Comme l'écrit Sand_G sur Insta Capture d’écran 2020-04-02 à 00.52.23

Pas d'appel de la part de Cause Commune, j'ignore s'ils ont pu faire la soirée de Libre antenne ou non. Pour parer à toute éventualité j'avais préparé un petit texte de l'Instagram d'une amie. 

Je commence en revanche à recevoir des nouvelles des uns et des autres, entre autre : des malades guérissent. En début de semaine je m'étais dit qu'il y aurait bien une journée pluvieuse que je serais ravie de passer devant l'ordi et (entre autre) à répondre aux différents messages, seulement je crois qu'il va falloir que je m'y colle avant. 

L'épidémie s'envole, comme il fallait s'y attendre, aux USA. L'Italie semble avoir passé le sommet du pic, mais toujours de grandes disparités régionales. Les mesures y sont toutes officiellement prolongées jusqu'au 13 avril et Giuseppe Conte commence à parler des phases 2 et 3 de la reprise (progressive) de l'activité du pays. Il y avait un joli moment avec Sting à la fin du TG sur Rai News 24, que je continue de LT tous les soirs. J'espère que je pourrai continuer : message d'indication de limite des données de connexion mobile bientôt atteinte. 
En France la video d'un maire d'une petite bourgade, Hervé Féron, décrit (hélas) fort bien la situation générale de terrain, alors qu'il exprime sa colère. Des échos me sont parvenus d'une prise de parole qui semblait un peu moins langue de bois qu'à l'ordinaire, de la part du premier ministre français. Comme l'Italie, nous ne sortirons pas avant mi-avril du confinement, et la reprise sera progressive, sans doute par régions (je me demande, si la régionalisation se confirme, ce que nous serons censés faire, en tant que transfuges).

 

(1) Ce qui m'a induite en erreur c'est un touite qui parlait d'une place nécessaire de 87 Mo sur le disque

mots clefs : Covid-19 

Lien vers le site de la santé publique en France 
Liens vers des statistiques :
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE 
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com

926 095 cas (dont : 46 413 morts (4 076 aux USA) et 193 031 guéris)
Il paraît de plus en plus évident qu'énormément de cas ne sont pas comptés : personnes malades, non hospitalisées (vont mal mais pas au point de nécessiter un tel secours), et qui ne seront (en tout cas dans un pays comme la France) jamais testées. Sans parler de "cas soupçons" comme l'Homme de la maison qui a eu des symptômes étranges début mars pendant quelques jours (dont la fameuse perte de l'odorat) et le temps qu'il s'en inquiète réellement (suées, grosse fatigue), c'était passé. 

Commentaires