Dernier week-end avant un confinement ?
la vie normale en s'attendant à ce qu'elle ne le soit bientôt plus (C'est assez curieux)

Jusqu'ici tout va bien

 

    Nous sommes en week-end de ciné-club, dans des conditions confortables, dont de larges places à table, pas trop inquiétant. Et les films nous changent bien les idées.

Alors c'est d'autant plus violent lorsque dans les interstices nous consultons nos petits appareils connectés. 

Premier touite d'une personne que je connais ou suis régulièrement, et qui a un proche hospitalisé. 

Capture d’écran 2020-03-09 à 01.08.54

Un ami dont la femme est en Inde apprend par ses soins que les personnes venant d'Italie sont désormais interdites d'entrée. 

Nous avons couru brièvement le matin dans les hauteurs du village (la partie basse était inondée, en tout cas le chemin habituel au bord de l'eau), et croisé vraiment très très peu de voitures (et je crois bien zéro piétons). Mais peut-être était-ce le normal d'un dimanche matin à 7h30.

La plupart des personnes semblent faire leurs petits projets, notamment de déplacements, ou d'interventions médicales, comme d'habitude. Du fait que j'ai une semaine d'avance dans les mauvaises nouvelles, ça me paraît surréaliste. Pour autant je m'en tiens moi-même à ce qui est prévu, surtout concernant ma recherche d'emploi. Seulement tout me paraît entaché d'une incertitude absolue. 

J'ai l'impression que nous sommes comme dans le film La Haine avec une voix off qui répète à intervalles réguliers "Jusqu'ici tout va bien". 

La circulation pour rentrer (tard, après le film) était comme celle d'un dimanche soir normal. 

Je crois qu'en France on n'a pas pris la mesure de l'ampleur de l'épidémie. Mais en local, en lisant les réseaux sociaux, on voit que c'est déjà chaud. Par exemple le 15 en Alsace qui déjà ne peut prendre en charge tous les patients.  

En Italie on ne parle plus tant des conséquences économiques au niveau national, seulement de celles pour les gens (entreprises fermées ou personnes ne pouvant aller travailler) ; l'épidémie l'a emporté sur les réserves économiques à se jeter dans la prévention à fond. Il n'y a que la ligue de football qui proteste.

Révoltes dans les prisons ; dans l'une deux ou trois détenus sont morts a priori de tout autre chose, mais les gens sont à cran alors ils réagissent. 

Des stars tentent de convaincre via des videos maisons, les jeunes de rester chez eux #iorestoacasa 

 

 

Lien vers le site de la santé publique en France

Liens vers des statistiques :

Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE 
Official Data from The World Health Oragnization via safetydectetives.com

109 835 cas dont 3 803 morts et 60 695 guéris, l'Italie malgré ses efforts passe en 2ème position 

Commentaires