Un peu d'humour, qui ne fera hélas sans doute rire que les confiné·e·s dans de bonnes conditions
Chroniques du confinement - jour 3 : Une salle de gym

Chroniques du confinement - jour 2 : Auto-quarantaine


    Nous sommes donc en auto-quarantaine et j'ai réussi à me faire obéir par le conjoint (trop) insouciant qui veut sans arrêt sortir faire les courses.

Pour autant et comme nous avions de bonnes chances en partant tôt de ne croiser presque personne (5 personnes + 1 cycliste + 1 autre cycliste entrevu) sur un chemin large et pratiquement désert par temps de rien de spécial (1), et que c'est explicitement autorisé, nous sommes allés courir, dûment munis de notre auto-autorisation.
Ça a vraiment fait du bien. Il faisait un temps merveilleux, et le printemps s'approche. 

Je crains que ça ne reste pas autorisé bien longtemps (2).  

Le reste de la journée est passé en un clin d'œil, ce qui advient souvent, en temps normal lorsque l'on se consacre à ce qu'on aime faire : lessive, repas (frugaux), les écritures du quotidien, réponses aux messages - particulièrement nombreux en cette période où chacun est chez soi -. 

Une sieste mais très brève car un SMS reçu m'en a sortie, et que j'étais contente de recevoir. 

Une excellente nouvelle confirmée est arrivée peu après et c'était très étrange de sentir la bouffée de joie que j'aurais dû normalement éprouver coupée dans son élan par les circonstances. Au fond, le message signifiait seulement que si je survis mon avenir s'annonce plutôt bien. Encore faut-il passer avant cela le cap de l'épidémie. 

Les gens ici, à ce que j'en vois par une des fenêtres qui donne sur le parking d'un petit supermarché, gardent leur distances et ravalent leurs saluts, sont bien disciplinés. Mais aux bribes captées de conversation et aux attitudes on devine une certaine incrédulité. 

J'ai envisagé de travailler au défrichage du jardin. 
Mais finalement n'en ai pas eu le temps (!). Beaucoup d'échanges avec les uns et les autres. Pour une fois que nous avons vraiment le temps.

Matoo a une fois de plus écrit un billet que j'aurais aimé savoir écrire. Ce qu'il dit concernant la part politique c'est exactement ce que je pense et ressens : Maison

Je maintiens le rendez-vous du soir avec Rai News 24 rassegna stampa. Le pire de l'épidémie est annoncé en Italie pour mercredi prochain. Il nous faut donc nous attendre en France à l'horreur pour fin mars / début avril. Nous n'y échapperons pas

Je maintiens à toute force, au besoin contre le sommeil, l'écriture ici.

PS : un merveilleux billet sur le blog de Couac. C'est assez beau comme toutes les blogueuses et blogueurs de qualité que je suivais se sont spontanément réactivés. 

 

 

(1) Les anciennes voies de chemin de fer 

(2) D'ailleurs en Italie, déjà des restrictions dans les zones où il y a saturation des services d'urgence. 

 

Lien vers le site de la santé publique en France 

Liens vers des statistiques :

Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE 
Official Data from The World Health Oragnization via safetydectetives.com

214 894 cas (dont :  8 732 morts et 83 313 guéris)

Commentaires