Une photo retrouvée des amies et ce souvenirs de l'Attrape-Cœurs avant sa transformation
Un bon dimanche, quoi que de tempête

On fait pas mal de choses lorsque l'on ne fait "rien"

 

    C'était un jour venteux à ma Normandie. Le réveil fut relativement tardif, l'Homme n'était pas très motivé à l'idée de devoir passer par la fenêtre pour aller acheter le pain et possiblement deux croissants, la porte aux chambranles fraîchement repeint, frottait, collait, ça n'allait pas bien.

Mon père m'avait laissé en partage des outils et parmi ceux-ci de belles limes. J'ai été ravie de les retrouver vite et d'en faire bon usage. L'Homme de la maison, rentré de son expédition continua. Et désormais la porte s'ouvre.

J'aime la maison toute propre des travaux.

Les ardoises tombées dans notre jardin devant provenaient en fait du 12. Je suis allée voir à la mairie si l'on pouvait faire quelque chose. J'ai été vite et fort bien reçue. Ils vont tenter de prévenir les propriétaires (une indivision, Néel serait leur nom et je le mets en clair volontairement, sait-on jamais). J'ai profité d'être à la mairie pour me renseigner sur les démarches dans l'optique d'un ravalement extérieur / isolation. 

Je suis passée au cimetière, passée une première fois en vain (leur pause déjeuner) une seconde fois efficace, au magasin de choses pour la maison qui est sur le chemin de la déchetterie. L'idée était d'acheter de nouvelles tringlettes pour les petits rideux fixes. J'en avais lancé une lessive et tout s'est bien goupillé : remettre des tringles et pouvoir y accrocher les rideaux propres. Sauf qu'ils sont si vieux que le lavage en machine les a bien déchirés. 

Passée aussi chez le bijoutier : pile de montre et deux bracelets à réparer. 

Passée récupérer l'Homme chez le coiffeur et ensemble nous sommes allés acheter chez le traiteur de la place de quoi manger pour l'ensemble du week-end sans plus avoir à s'en préoccuper. 

Le temps de faire tout ça il était déjà le soir, lui était allé jouer à la pétanque, j'avais remis les rideaux et autres petits bricolages avançables, me suis un peu reposés en échangeant avec quelques ami·e·s et l'une de mes cousines - dans l'idée d'essayer de se voir -. 

En soirée j'ai vu le film Le lion par camaraderie envers mon ami nageur Julien et finalement c'était agréable presque comme un bon vieux Bébel avec Danyboon très crédible dans le rôle de Bébel et Philippe Katrine dans un rôle qui autrefois aurait été tenu par Jacques Villeret. C'est pas léger léger mais en mode nostalgie des films du dimanche soir d'antan ça tient la route plaisamment. Bon boulot sur les cascades. Jolies vues de Paris. Pas mal de clins d'œil à pas mal de films. Pas d'ennui.

Voilà : une journée dont on se dit, je n'ai pas fait grand chose et pour laquelle si l'on regarde bien : on a fait pas mal de trucs, l'air de rien. 

Je veille tard à écrire en écoutant la tempête, pour le plaisir d'entendre le vent, le vrai, pas celui que la grande ville dévie.

Commentaires