Un trajet dans Paris (par temps de grève des transports)
Aaron Swartz (ce que l'on doit à)

Abba et la vie qui file et qui va

 

    Tel Adrian Mole dans son Secret diary, j'écoute Abba dans les moments où j'ai besoin de me remonter le moral (ou simplement envie de danser). Abba c'est un peu mon Harry Potter à moi. Chaque génération a la chance de grandir pile au moment d'un phénomène massif de succès qui aide ensuite à s'appuyer pour avancer (1). Youtube et ses algo le savent qui aujourd'hui, ça tombait bien, c'était mon jour de congé, m'a proposé ce documentaire sur Arte (2). Je n'y ai rien appris, si ce n'est qu'au fil des ans j'admire de plus en plus le travail des compositeurs et techniciens, tout en étant de plus en plus consciente de la part de calcul et cynisme (non totalement dissocié d'une certaine sincérité) et j'admire de plus en plus les deux femmes dont je pense désormais, car je suis moins naïve que par le passé, qu'elles ont dû, certes s'enrichir et vivre des moments inoubliables, mais aussi pas mal endurer.

Ça fait néanmoins toujours plaisir de revisiter les étapes d'un succès et de réentendre les morceaux et je ne me lasse pas de voir les musiciens et les arrangeurs au travail (3).

Ce qui m'a frappé, cette fois, et c'est quelque chose qui me travaille beaucoup ces temps dernier, c'est l'éloignement qui me semble soudain alors qu'il ne l'est pas, du passé. Dans ce documentaire apparaissent :

- des images d'archives des temps du groupe actif, années 70 et début des années 80 ; OK c'était "il y a longtemps" et ça fait un moment que c'était "il y a longtemps" ça me paraît normal ; 
- des interviews, images et témoignages de documentaires réalisés dans les années 90 et le début des années 2000 et qui déjà revenaient en arrière sur le passé du groupe ; et qui déjà sont de l'ordre du "il y a longtemps" ;
- des interviews et images plus récentes, des années 2014 à 2016 (l'air de rien, il y a déjà quatre ans) et qui du coup balancent les précédentes dans un passé lui-même lointain.


Dans ma tête quelque chose peine à se mettre à jour, j'en suis restée à l'époque 2, je ne parviens qu'au prix d'un effort intellectuel à mesurer que les années 90 étaient elles-mêmes "il y a longtemps" et que des analyses faites sur les analyses faites alors, elles-mêmes datent déjà un peu. Mon cerveau semble se refuser de concevoir que ce que je me remémorais comme "du temps de ma jeunesse" alors que j'avais 40 ans, s'est à nouveau pris 20 ans d'âge. Il n'y entre pas plus que ça de nostalgie, ni de chagrin : ma vie est beaucoup plus intéressante depuis une quinzaine d'années, quelque rude que ce soit, mais une stupéfaction. Celle-ci me rappelle mes brèves années de footballeuse : j'étais toujours surprise quand l'arbitre sifflait la fin du match ou la mi-temps, j'avais toujours envie de dire même si je l'avais jouée intégralement Hé mais attendez, on vient tout juste de commencer ! Tellement j'avais été concentrée sur ce que je faisais et solidement inconsciente du temps qui filait. 

Peut-être est-ce un des éléments que j'aime lorsque je fais de la radio : l'heure d'émission est consistante, elle va vite, souvent trop, mais chaque minute, chaque seconde se veille et possède son poids. 

 

(1) Ça peut être pour le dénigrer et protester de n'en faire pas partie ; il n'empêche que ça fait office de point d'ancrage, de référence. J'avais onze ans à l'apparition d'Abba sur la scène internationale et j'en reste marquée.

(2) Abba forever (au doublage insupportable) 

(3) De même que les monteurs au cinéma. Et j'ai adoré le jour où à la radio pour une émission j'ai tenu la régie. Il y a un côté sculpteur qui me plaît dans ces activités-là. 

Commentaires