Previous month:
22 avril 2019 - 28 avril 2019
Next month:
6 mai 2019 - 12 mai 2019

29 billets

Passé (personnel) revisité, en bon, en mauvais


    C'est une remarque faite à Arras par Catherine Le Gall qui m'y a fait songer, elle parlait de ce que l'enquête longue et minutieuse menée pour le livre "Les prédateurs" avait blessé en elle, qu'elle avait mis un moment à se remettre de ce qu'elle avait appris, à réajuster sa compréhension du monde. Je suppose qu'elle n'imaginait pas le niveau de la criminalité en cols blancs tel qu'il est.

J'ai pris ainsi conscience depuis mercredi d'à quel point ma propre vision du monde avait aussi bougée, pas tant depuis les révélations sur des exactions financières, le choc avait eu lieu pour moi de part mon emploi au début des années 90, que sur les conséquences de #MeToo - s'apercevoir que des trucs déplaisants que l'on avait vécus n'étaient ni la faute à pas de chance, ni d'un type qui ponctuellement avait pété un câble, mais que c'était la norme, le truc répandu -, et sur des tolérances que l'on avait, je dirais malgré soi, en se disant, c'est depuis que le monde est monde, qu'y pourrait-on ?, et qui sont remises en cause. Du coup j'ai des petits flashs back de scènes qui en leur temps ne m'avaient pas choqué plus que ça, qui m'avait fait tiquer, certes, mais pour lesquelles je pensais que c'était à moi de m'adapter au monde tel qu'il est, que ça ne changerait jamais, et qui me reviennent. 

Par exemple dans cette vidéo de concert de l'an 2000 le duo avec des paroles "explicit" comme diraient les américains entre un homme de 50 ans et une jeune fille de 16, OK c'était juste pour l'art, mais n'était-ce pas une incitation à trouver normal un chant amoureux entre une encore gamine et un qui aurait pu être son grand-père ? 
Ou cet éditeur qui avait prévu un matelas dans une pièce de la partie professionnelle de ses logis successifs pour loger les stagiaires (qui aussi se succédaient, puisqu'il n'y avait pas les moyens de payer de vrais employés) venant d'un peu loin. À l'époque j'avais à la fois songé, ça peut effectivement aider, que ça partait d'un bon sentiment (que quelqu'un ne soit pas obligé de renoncer par manque de moyens pour se loger) mais que ça n'était pas très cool quand même (ça n'était même pas un lit dans une chambre meublée), voire sujet à caution. À présent je serais plutôt d'avis que c'était clairement une forme d'exploitation sous couvert de formation.

Ce ne sont que deux exemples parmi une petite foule, des éléments qui me reviennent à l'esprit et pour lesquels je m'interroge alors qu'au moment même mon questionnement était réduit.

Du côté joli de la vie, je me suis aperçue en retombant par ricochet sur des nouvelles de sportifs que j'admirais en mon jeune temps, que l'air de rien j'avais réalisé récemment deux de mes rêves d'enfance ou d'adolescence. 

Avant de piger que les filles ne pouvaient prétendre aux mêmes destinées que les garçons, avant de savoir aussi que j'étais équipée d'une thalassémie mineure qui n'aide pas trop aux performances physiques, je m'étais rêvée en sportive de haut niveau. J'aimais l'effort physique et une vie quotidienne tissée d'entraînements et de pousser son corps au mieux de ses capacités me faisait rêver. Un grand-cousin de mon père avait été boxeur pro, mon père était plutôt sportif pour quelqu'un au travail prenant, ma mère dès qu'elle a pu aussi pratiquait différentes activités et était une marcheuse infatigable, peut-être que quelque chose en ce sens était favorable. Après, je n'étais pas particulièrement douée, j'étais petite de taille, fluette, avec de gros soucis de coordination, les pieds plats, et souvent malade. Je n'avais que le mental et d'être dure au mal. Ça ne suffit pas.
Voilà qu'il m'aura fallu attendre une cinquantaine d'année pour, sur une semaine, connaître ce que ça fait : l'existence entièrement tournée sur les entraînements et la récupération. 

J'ai n'ai pas pu accomplir autant de kilomètres à vélo que mes camarades, je ne suis pas encore assez aguerrie, il n'empêche que lors ce stage de triathlon que je viens de vivre, en gros j'ai suivi. Et surtout : j'ai adoré ça. J'espère que je pourrai recommencer l'an prochain.

L'autre rêve l'était au sens littéral : c'étaient des rêves que je faisais la nuit, sans trop m'expliquer pourquoi, et non quelque chose que je rêvais de faire. J'étais vis-à-vis du monde extérieur plutôt réservée et timide, il fallait que je connaisse les gens pour être plus expansive ; mon éducation poussait dans le sens de Il ne faut pas se faire remarquer. Et voilà que régulièrement dans des rêves, j'étais la personne qui interviewait de grands sportifs, très à l'aise avec eux, amie avec certains. Je me souviens que ces rêves m'étonnaient. Comme j'apprenais des langues étrangères et que ces songes avaient lieu en V.O. j'imaginais que c'était mon cerveau qui avait trouvé ce biais, via l'actualité sportive que je suivais tous les dimanche en regardant Stade 2 ou mon magazine de foot préféré, de réviser mes cours.

Voilà que des années après, par la voie du métier de libraire et à présent la pratique de la radio, je me suis retrouvée et me retrouve encore à interroger sur leurs pratiques des écrivain·e·s. , que je suis effectivement une de ces personnes qui pose des questions aux autres sur leur travail et la vie que ça donne (1).

Réaliser ses rêves, même très tardivement et même ceux que l'on faisait sans y croire, est très satisfaisant. 

Sans doute est-ce une étape normale à mon âge que de revisiter son passé, les points heureux et les zones tristes, personnelles ou de société. C'est dur à encaisser côté vision du monde tel qu'il était et tente d'être encore, mais plutôt réconfortant, que des prises de consciences collectives semblent aller vers davantage de respect des personnes ; c'est merveilleux de pouvoir avoir accès, ne serait-ce que ponctuellement, à ce qu'on avait imaginé que l'on pourrait faire.

 

(1) Je ne risquais pas d'imaginer enfant interviewer des écrivains, car pour moi à l'époque c'était plutôt de vieux messieurs des temps anciens, déjà morts pour la plupart, et Agatha Christie.

 


La leçon du Que je t'aime (l'une des)

Capture d’écran 2019-05-04 à 23.13.58

Par sérendipité du net, je suis retombée ce soir sur un enregistrement du concert de l'an 2000 de Johnny au Champs de Mars.

Je ne me souviens pas d'avoir déjà vu les images, ou alors c'était il y a si longtemps que je l'ai oublié. Ça ne m'avait pas effleuré de rechercher une video du concert, avant de tomber dessus ce soir, là, par ricochets.

J'avais oublié que la chanteuse était si jeune et les paroles de la chanson si peu adaptées à cet état de fait. Il faut dire que nous avions des notes à tenir plutôt que des mots à articuler et ne l'avions pas vue avant (1).

J'avais oublié aussi la leçon du Que je t'aime. Mélodie simple, paroles d'une subtilité contestable, avec un refrain qui consiste à répéter six fois de suite Que je t'aime, et en fait le gars, il y mettait tellement d'énergie, de métier, et les tripes, même en répètes, que non seulement ça passait mais que l'on se sentait ému·e·s. Et ça c'est quelque chose de bon à ne pas oublier dans la vie, parfois ce qui est dit compte moins que la façon de l'incarner, et par dessus tout ce qui l'emporte c'est l'énergie que l'on y met et les personnes dont on s'entoure (2).

 

(1) Entre temps elle a grandi et participé à The Voice. (merci les moteurs de recherche)
(2) En l'occurrence sur ces concerts de Johnny, les arrangements d'Yvan Cassar parvenaient à donner une classe de plus. Je me souviens du travail.

PS : Et à part ça je persiste : il n'est pas impossible que l'ampleur du mouvement des Gilets Jaunes prenne une partie de son origine dans le fait que la disparition de Johnny ait fait perdre à bien des gens qui triment dur pour peu ou galèrent à trouver du taf ou à se faire payer décemment, leur tenir bon, leur consolation. Le fait que le mouvement perdure tient lui, clairement, de l'aveuglement du pouvoir ou d'une stratégie contestable à le feindre.

 

 


Start-up nation et (par ailleurs) l'impunité du trop tard


    L'ami Virgile a écrit un de ses billets d'analyse de la situation dont il a le secret, des choses que l'on se dit sans se les être vraiment ou bien formulées et lui, il met tout clairement dans l'ordre et ça fait du bien. 

Start-up nation

En complément car ça va avec le sentiment d'être au dessus des lois, qu'ont visiblement ceux qui sont au pouvoir, j'aimerais trouver les mots pour évoquer ce que j'appellerais, l'impunité du trop tard.

Curieusement ou non, c'est une video extraite d'un reportage sur le dopage dans le cyclisme, et que je regardais en siestant à demi qui m'y a fait repenser, et combien c'était lié car ça ne concernait pas que le sport de haut niveau, mais bien aussi le pouvoir et la criminalité en col blanc, jusqu'aux escrocs familiers de nos vies quotidiennes. 

On vit encore dans un semblant de démocratie, basé sur des vestiges de valeurs humanistes et dans le sport de fiction de fair play. Donc pour quelques temps encore les tricheries, financières ou physiques sont censées être quelque chose de mal, répréhensible et qu'il ne faut pas faire. 

En pratique, comme la philosophie qui sous-tend le capitalisme est celle du plus fort, il s'agit toujours de battre un ou des adversaires. La plupart des êtres humains de toutes façons aime ça, nous sommes une espèce prédatrice. Un des plus efficaces moyen de l'emporter est de tricher, et donc en sport de se doper, en affaires de monter des combinaisons qui filoutent le bien commun, en politique de magouiller tant et plus. Parfois ça finit par se voir et l'un ou l'autre se fait pincer. Et comme en théorie Çaymal les impétrants finissent par avoir des petits ennuis, bien mérités.

Le hic c'est que ceux qui ont beaucoup pratiqué de truander et sont arrivés au plus hauts niveaux de leur discipline, même si après coup ils se font pincer, pendant des années ont joué de leur pouvoir, prestige et influence et connu la vie qu'ils souhaitaient ; tels ces politicien·ne·s qui d'un procès à son appel à leur report etc. des années après n'ont toujours pas rendu l'argent et peuvent même si aucune inéligibilité n'a été prononcée à temps tenter d'attraper une nouvelle immunité entre-temps, ou ces sportifs, Lance Armstrong étant un cas typique qui même si rétroactivement se voient dépourvus de leurs titres, dans l'esprit du public les ont encore (1), ils ont vécus leur cheminement de succès jusqu'au bout et il leur restera toujours bien davantage de ressources et d'alliés que s'ils n'avaient pas triché. 
Presque toujours les vrais punis sont celleux qui auront osé dénoncer les pratiques délictueuses ; mis à l'écart et au ban de leur discipline ou de leur parti, voire pour les lanceurs d'alerte considérés comme traitres à leur pays. Et finalement la situation de qui a triché et arnaqué, même après la chute est plus enviable que celle de qui est resté dans le droit chemin mais s'est vu limité du fait même d'être respectueux. Parce qu'à un moment, le tricheur a brillé, sans ça il serait resté dans le lot, et que l'on vit dans un monde où c'est gagner qui compte. 

Ça vaut aussi pour ceux qui se sont comportés en prédateurs sexuels, dont certains réalisateurs renommés. OK ils finiront peut-être par payer pour le mal qu'ils ont fait, seulement en attendant leurs œuvres ont été créées, et parfois (je pense à Hitchcock par exemple) on se surprend même à faire partie de qui n'en est pas mécontent·e. 

Pour les uns et les autres le tout est de ne se faire chopper qu'une fois le but atteint, le match ou l'élection remportée, la richesse devenue trop immense pour être entièrement confisquée, l'œuvre créée et diffusée.

En ce moment, j'avoue être particulièrement sensible et en colère désabusée face à ce phénomène de l'impunité du trop tard. D'autant plus que les victimes, y compris lorsque c'est la collectivité et le bien commun et non une personne, elles, prennent cher et immédiatement et que quand bien même justice leur est rendue c'est toujours bien tard et rarement à due proportion.

J'aimerais, comme Virgile en son billet, terminer sur une note d'espoir. Je n'entrevois hélas ni solution ni amélioration. En plus que les tricheurs peuvent toujours se refaire par la suite un fric fou en vendant leurs mémoires. 

 

(1) qui connait, à part des spécialistes, les noms des vainqueurs des tours de France que le déclassement d'Armstrong aura couronné ?

 

 


Que devient Budhia Singh ?

 

    J'étais en train de lire des articles ou reportages vidéo au sujet de Caster Semenya et les autres athlètes hyperandrogènes et des développements récents des décisions fluctuantes les concernant  - la question se pose vraiment, faire justice à ce dont elles sont dotées de par la naissance et les efforts qu'elles ont consenti pour s'en sortir malgré tout, ou faire justice à l'ensemble des femmes athlètes ? sans parler des incidences médicales d'injection d'hormones et du contexte général de dopage répandu (qui rend étrange de s'en prendre à des caractéristiques naturelles fussent-elles exceptionnelles -. 

Est alors apparu en autoplay un reportage au sujet de Budhia Singh ce jeune garçon indien né en 2002 dans un bidonville, vendu par sa mère parce qu'ils mourraient de faim, récupéré par un coach de judo, Biranchi Das, lequel avait repéré ses qualités d'endurance et en avait fait une sorte de wunderkid du marathon. Jusqu'à ce qu'à pousser l'exploit trop loin il mène à des défaillances de l'enfant et l'intervention de services de protection de l'enfance, qu'il avait peut-être déjà exaspéré par ailleurs ou auparavant, car ce fut contre lui un déchaînement. Au bout du compte l'enfant lui fut retiré avec une interdiction pour lui de recourir un marathon avant l'âge de 17 ans, le guru-entraîneur fut assassiné un an après, officiellement par un voyou qui lui reprochait d'avoir offert abri à une jeune fille qu'il convoitait (sans doute pour la prostituer), lequel (si j'ai bien compris des articles pas uniquement en anglais) aurait été libéré sous conditions en 2017. Plus tard l'enfant s'est trouvé pris en charge dans un sport études, où il a étudié avec motivation mais était malheureux des entraînements courtes distances auxquels il était limité - tout en n'étant pas considéré comme très bon, puisque ça n'était pas son truc, le sprint -. Plus récemment on le retrouve lors de la promo du biopic le concernant, alors que jeune adulte il ne cesse de clamer qu'il ne souhaite qu'une chose : qu'on le laisse courir des marathons au plus haut niveau et d'avoir un entraîneur. 

Là aussi, difficile de se faire un avis : selon les témoignages, l'entraîneur est un bourreau ou un sauveur, l'enfant une victime ou un héros, les services de protection de l'enfance le bras armé d'un pouvoir politique désireux de dégager un indésirable ou des sauveurs d'un petit qui se faisait surexploiter. 

Un point intéressant reste que l'adolescent continue de parler de son gourou et coach avec respect et reconnaissance. Il semble considérer qu'il a vu en lui le champion qu'il était.

La seule certitude est qu'un monde où un enfant ne serait pas sommé de choisir entre courir de longues distances au point de mettre en danger sa santé, ou mourir de faim serait bien. 

L'autre est que les choses étant survenues et irréparable, il semble qu'il reste au jeune homme une furieuse motivation persistante pour son sport. Et qu'il est en âge de prendre ses décisions, alors lui donner sa chance serait bon. 

Je serais curieuse de savoir ce qu'il adviendra. On aimerait tellement qu'il s'en sorte.

PS : Au vu de différents articles glanés ici où là il semblerait qu'avant 16 ans et en gros une croissance déjà plus ou moins sinon complète du moins avancée d'aussi longues distances que le marathon serait déconseillé. 

 


Ils nous font honte plus que pitié (ces gens de pouvoir)

Un excellent dessin d'Allan Barte résume bien les choses

 

 

    Comme c'était prévisible dans le climat actuel de révolte et répression, étrangement devenu hebdomadaire (1), mais de toutes façons c'est déjà la tendance depuis deux ans (2), la manifestation traditionnelle unitaire du 1er mai à Paris a mal tourné. 

On assiste depuis le gouvernement Sarkozy mais avec une force et un équipement de plus en plus dangereux, à une politique répressive violente, dont le but semble désormais clairement de dissuader les personnes motivées, mais pacifistes et de bonne volonté, d'aller défiler pour exprimer par leur nombre leur mécontentement (3).

Au suivi des fils d'infos, j'ai de plus en plus l'impression que les casseurs sont laissés en relative paix et qu'en revanche de simples quidams sans qu'ils aient fait quoi que ce soit de violent se font tabasser, blesser, estropier, arrêter, comme si la démocratie n'était déjà plus qu'un souvenir. Y compris des journalistes. Y compris des street medics. Au passage, je salue le travail immense de David Dufresne avec les signalements et leurs recoupements. Puisse-t-il être enfin avant qu'il ne soit trop tard réellement entendu.

Alors en cette fin de 1er mai, quand les principaux médias ont relayé une info selon laquelle des manifestants s'en étaient pris à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, on s'est demandé ce qu'il leur avait pris, mais hélas c'était plausible, étant donné la violence dont, entre autre les black blocs, avaient déjà fait preuve par le passé et l'escalade facile sur le terrain une fois que les forces de l'ordre attaquent avec la brutalité que désormais on leur connait. Martin Hirsh, que l'on pouvait encore supposer comme plutôt fiable, avait émis un touite qui évoquait une "tentative d'intrusion violente", et que j'avais RT avec la réaction de Jean-Noël Lafargue, un autre touiteur, et qui était la mienne en supposant vraie l'info : Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ? (4)

Et puis le 2 mai au matin, peut-être le temps nécessaire à ce que les témoins soient relâchés de leur GAV, ou que le personnel de l'hôpital ait terminé ses gardes auprès des patients, les premiers témoignages sont apparus, non, il n'y avait pas attaque, simplement des personnes qui cherchaient sous l'effet des lacrymogènes et des charges policières, un passage possible. Sur le site de Médiapart figurait l'une des premières réactions en ce sens, témoignages de personnes qui s'étaient trouvées piégées et n'avait jamais eu la moindre intention de s'attaquer à quelque service de l'hôpital que ce soit. 

Au fil des heures du jeudi 2 mai, ce fut toute une suite de témoignages qui sur les réseaux sociaux allaient tous en ce sens : des gens qui tentaient de se replier et qui avaient été violemment poursuivis dans leur replis même ; avaient dialogué avec le personnel soignant, Non vous ne pouvez pas entrer, c'est un service de réanimation, et qui n'étaient pas entrés. 

Quelques médias mainstream ont fait leur mea culpa, sans doute lorsqu'il n'était plus possible, devant tant de preuves du contraire, de suivre le ministre de l'intérieur dans son mensonge d'État. 

On peut se poser la question de ce qui serait advenu pour les mêmes faits survenant avant l'ère des appareils d'enregistrements personnels et des réseaux sociaux permettant à toute citoyenne et tout citoyen de diffuser ce dont il est témoin. 

On peut également être légitimement effarés d'à quel point un gouvernement en France en 2019 prend le peuple qui l'a élu pour une masse d'imbéciles. Nous nous rendons compte, mais trop tard, que nous avons surtout été victimes d'une vaste escroquerie, confiant par crainte de pire les rênes du pays à des personnes qui ne croient pas en l'État et sont en train de détruire de l'intérieur ce qui faisait que ce pays possédait encore un peu de solidarité et de démocratie. 

 

PS : Louable article des Décodeurs du Monde et décryptage video sur le site du même journal, avec le ministre de l'intérieur en plein mensonge de manipulation d'opinion. Il n'y a pas si longtemps, quand le personnel politique respectait encore au moins en apparence l'État à qui il devait ses fonctions, ça aurait valu immédiate démission. 

 

(1) Du moins c'est l'impression qu'on en a à Paris ; sans doute qu'aux ronds-points du pays le mouvement [des gilets jaunes] est plus continu. C'est curieux de voir à quel point on a pris le pli les samedi de regarder la carte des défilés prévus pour savoir si l'on peut aller dans tel ou tel quartier faire ce qu'on avait prévu d'y faire, ou reporter sur un autre jour. Les commerçants souffrent, le samedi d'ordinaire est leur bonne journée.

(2) Je connais plusieurs personnes calmes qui étaient présentes le 1er mai 2018 par exemple et entre autre, et qui se sont trouvées alors que leur portion de défilé était paisible, nassées et arrosées de lacrymo, et à devoir échapper aux matraques. OK les blacks blocs avaient foutu le bazar en tête, seulement pourquoi s'en prendre à un autre endroit aux gens ?

(3) Et je l'avoue, ça fait un moment que je ne me suis pas jointe à quelque cortège que ce soit : sur-occupation, certes, car j'ai des week-ends le plus souvent décalés et des entraînements à suivre, mais sans doute au fond une fatigue anticipée face aux conséquences potentielles. 

(4) C'était pour moi d'autant plus plausible un débordement par des gros brutaux, que je connais quelqu'un dans ma famille qui à l'automne s'était fait secouer méchamment à un rond-point, coupable uniquement de passer par là en rentrant de son travail au volant de sa (petite) voiture.


Quelques photos d'il y a deux ans

P5291837

Je poursuis mon tri, sauvegarde, ménage de photos à grandes enjambées, car j'ai vraiment besoin le plus rapidement possible que mes appareils cessent d'être saturés.

Voici quelques photos du printemps 2017 dont j'ai peu de souvenirs du point de vue des petits événements et pensées personnel·le·s : je suis accablée par un deuil (ma mère après une sorte d'agonie de plusieurs mois), le poids que le voisin voleur fait poser sur nos vies pile à ce moment-là et un changement d'emploi. Le nouveau étant particulièrement prometteur j'espère pouvoir m'y donner à fond, être heureuse du résultat, avoir un niveau gratifiant de liberté de décision. Je vais vers mon premier triathlon et ainsi n'ai pas une minute à moi. 

De ce fait les photos que j'ai prises en cette période se sont détachées de ma mémoire : je n'ai que peu de souvenirs sur leur prise de vue, ni mes intentions. Comme si une autre personne les avait prises, quelqu'un dont le travail sur les images me serait familier, mais qui ne serait pas moi-même. 20170530_145104(0)

 

Ponctuellement une intention me revient, par exemple pour qui suit, prise du RER C, je souhaitais que la Tour Eiffel soit cachée, je m'étais amusée à viser l'instant précis

20170530_143559


Les suites de l'incendie de Notre-Dame parfaitement résumées

Capture d’écran 2019-04-30 à 22.47.36

... par Alice sur son blog (le billet est plus long que l'illustration que j'en partage ici). Je partage sa sidération pour la virulence des déchaînements, sachant que dans l'ensemble et globalement nous nous sentons toutes et tous bouleversés.

 

Il y avait un bel élan toutes tendances confondues pour être soulagés qu'il n'y ait pas de victimes (1) et vouloir que l'on rebâtisse. 

Et aussitôt, ça s'est déchaîné pour se fritter. 

J'étais récemment à un repas où une jeune femme (c'était avant l'incendie) expliquait sa stupeur quant à ce comportement des français : passer une soirée à presque en venir aux mains sur un ou deux sujets et puis le dîner est presque fini, quelqu'un se lève et propose courtoisement, café ou tisane ou pousse-café et tout le monde redevient les meilleurs amis. 

Nous venons de donner à l'échelle d'une nation un fabuleux exemple de cette capacité à s'engueuler violemment alors que sur l'essentiel nous sommes d'accord, et malgré nos divergences partageons la même émotion.   

 

(1) Les alarmes à incendie ont si bien fonctionné qu'il n'y avait aucun signe ni odeur à telle enseigne que l'organiste et un prêtre une fois l'évacuation des passants et fidèles effectuée étaient rentrés chez eux persuadés d'un exercice ou d'un dysfonctionnement. [lu dans un article de Ouest France]

PS' : J'aime beaucoup ce qu'Alice écrit aussi du jour même. Comme elle s'apprêtait à subir une intervention chirurgicale, le décalage entre la pression de nos vies quotidiennes et cette catastrophe est chez elle encore plus saisissant. 

PS'' : Lu chez David Madore, qui fait partie des personnes qui savent exprimer les choses avec une clarté qui me donne l'impression d'être plus intelligente que moi : 

Petites pensées rapides sur l'incendie de Notre-Dame


l'heure ni le temps (La ville ne donne plus)

P2281083

Depuis un moment déjà, la ville ne donne plus l'heure : les horodateurs ont été partout remplacés par de nouveaux modèles où elle ne s'affiche pas. Je m'en servais beaucoup, surtout l'hiver lorsque regarder l'heure à sa montre implique de soulever une manche ou deux et repousser le bord d'un gant ; je m'en servais lorsque filant attraper un RER ou un train ou suivre un entraînement, je souhaitais savoir s'il m'était nécessaire ou non de hâter le pas.  

Restait porte de Clichy ce grand panneau publicitaire qui à sa marge donnait en alternance l'heure ou la température. C'était particulièrement utile lorsque l'on marchait de Clichy vers le RER C : savoir s'il fallait se mettre à courir (il n'y en a pas tant, des RER et lorsque je travaillais Au Connétable à Montmorency, il convenait que je ne rate pas à Ermont l'unique bus d'une heure dite) ou non. 

Et j'aimais bien, au soir en rentrant, confirmer ou infirmer ma sensation de chaud ou de froid, surtout depuis le 7 janvier 2015 et que j'en souffrais moins, du froid. C'était mon piètre et seul réconfort de ces moments d'après ce jour-là, me dire Tiens, il fait 2°c et je n'ai pas mal, ou encore Tiens il fait 6°c et je me passe de gants. 

Depuis un long moment ce panneau avait été désactivé. Depuis quelques mois il est remplacé par une publicité pour un site de conseils juridiques au nom agressif. Pour le passant, plus la moindre information d'usage immédiat. 

C'est curieux d'à quel point cela semble conforter la sensation que la société entière va dans le sens d'une perte accélérée de ce qui est libre, gratuit et utile au bien commun. 

Merci à l'annonceur qui pendant de longues années avait rendu sa réclame citoyenne. 

 


Souvenir de course

58586612_10212797654047911_624160744992145408_n

La photo m'a été transmise par Estelle de mon club de triathlon (mais comme elle participait à la même épreuve ça n'est sans doute pas elle qui l'a prise ou alors j'étais tellement à la bourre qu'elle avait eu le temps de se mettre en place pour encourager ?).

C'était dimanche 21 avril 2019 à Saint Tropez pour un triathlon de taille S (700 m nage 20 km vélo 5 km CAP), par une météo peu favorable, gris avec par moment quelques gouttes de pluie et surtout de fortes rafales de vent. Mer relativement calme, pas de vagues déchaînées. 

J'ai mis un temps fou pour le faire 2h27, ratant le début de la natation, saisie par le froid jusqu'à la première bouée (eau à 14°c et je crois que mon cerveau c'était dit, C'est le sud ça doit être moins froid que ma Normandie), et ratant complètement le vélo, incapable entre le vent et la circulation et le fait que j'étais mal à l'aise sur les cales, d'atteindre ma vitesse de croisière, y compris en descente (je freinais par crainte d'être déportée sous le coup des rafales). Une CAP sur 5 km ensuite sans problème, en un temps certes long (35mn) mais honorable pour moi.

C'est rigolo, je finis 2ème de ma catégorie, podium (!) ... mais parce que nous étions deux. 

PS : En cinquante ans j'ai fait quelques progrès, en tout cas pour l'équipement  F1000006

 

Lire la suite "Souvenir de course " »


Photos éparses

P1150052

    À force de cavaler, au sens propre et figuré, j'ai négligé de faire le ménage, et dans l'appartement et dans les mémoires électroniques de mon ordinateur et de mon téléfonino, voilà que tout est saturé et que les mises-à-jour ne peuvent s'effectuer.

Me voilà contrainte aujourd'hui à une sorte d'arrêt au stand, tris, copies, suppressions, de photos principalement, afin de pouvoir ensuite redémarrer.

À l'ordinaire, si quelque chose chez moi est bien classé, ce sont les photos. Répertoires par mois de prises de vue et double sauvegarde voire triple avec le Time Machine.

Seulement voilà, il y a toujours quelques images qui pour des raisons que j'ignore, probablement des interruptions de connexion en cours de transmission, à moins que quelque cliquer-glisser hasardeux, se retrouvent dans des dossiers inattendus. 

Le ménage de ce jour m'a donc permis de glaner dix images, l'une d'elle datant de février 2016, la Seine en crue à l'Île de la Jatte, la plupart de 2018 : fête de la musique à Levallois avec Klosman aux manettes - dont l'une assez étrange -, quelques-unes d'un dépannage à la volée sur les Champs-Élysées lors de la dernière étape du Tour de France vue des fenêtres la Maison du Danemark, un éclat de soleil sur trois arbres de la forêt de Saint Germain en Laye et un portrait de moi lors d'une rencontre que j'animais en janvier 2018 à la librairie Charybde où je travaillais. DSC00668

 

 

J'aime bien cette sorte d'aléa qui me fait retrouver quelques bribes, principalement de l'an passé qui me paraît si loin déjà tant l'année a été bien remplie et tant ça continue à fond les manettes. 

Tant que la santé suit, on ne s'en plaindra pas, mais jeter un œil en arrière est assez vertigineux - hein ? quoi ? j'ai grimpé tout ça ? -.

J'en ai fait une sorte de mini album