La Corée près de chez toi
Il en avait 22 (un étudiant à l'agonie)

Elle avait 107 ans (Lucette Destouches)

Je n'ai appris que cet après-midi via France Culture par ce lien la mort de Lucette Destouches-Almanzor, dernière épouse de Louis Destouches connu comme écrivain sous le nom de Louis Ferdinand Céline

Elle avait 107 ans.

Il se trouve qu'elle fut une amie entre autre de Nadine Nimier qui était une habituée de la librairie Livre Sterling dans laquelle j'ai fait mes débuts comme libraire avant qu'elle ne ferme. Et que certaines après-midi, lorsqu'il n'y avait pas trop de monde, Nadine me racontait.

Du coup j'ai l'impression d'avoir perdu quelqu'un que je connaissais.

Sa loyauté indéfectible envers son sale type de mari pose brillamment la question de : jusqu'à quel point la loyauté rejoint le soutien ? (1)

C'est pour moi une question pour laquelle je n'ai pas de réponse car je me sens séparée en deux par des considérations qui ne se situent pas sur le même plan, les unes affectives, les autres intellectuelles.

Et d'ailleurs Céline est sans doute celui qui me fait le plus m'interroger sur la place de l'homme / la place de l'œuvre. Car il était d'une force littéraire peu commune. Ses phrases, elles restent. 

Et ça paraît tellement incohérent qu'une telle force et intelligence soit couplée avec des idées et des opinions politiques totalement moisies. En tant qu'homme au quotidien c'est très surprenant, les témoignages le concernant sont totalement antinomiques, c'est totalement déroutant. Peut-être ou sans doute une forme de folie.

Je me demande comment sa femme, désormais défunte, avait fait pour supporter cet époux aux multiples avatars. 

Une imagination de la conversation que nous aurions eue, Nadine et moi, si Livre Sterling existait encore, n'a cessé de flotter dans mon esprit depuis la fin de l'après-midi. 

 

 

(1) Peter Handke, ne reniant pas ses liens avec Slobodan Milošević malgré qu'entre temps on savait ce dont ses armées s'étaient rendues coupable, la pose très bien aussi.  

Commentaires