Finie la journée
Journée parfaite (si, si c'est possible)

Adèle Haenel, respect

Je ne sais pas combien de temps la video restera, mais le courage de cette jeune femme, son intelligence dans le choix des mots, et le soin qu'elle met à élargir son cas. Le travail solide de Marine Turchi apporte un contrepoint d'une force elle aussi incontestable. 

Quant à l'homme incriminé, je suis persuadée au vu des exemples de personnalités abusives (pas sexuellement, mais de manipulation et de jouer de l'emprise que l'on a sur les gens) que la vie m'a fait croiser, qu'il est probablement persuadé d'être un mec bien puisqu'il ne l'a pas violée, et que peut-être même il s'attend à de l'admiration pour avoir su se maîtriser et qu'il se dit que c'est lui qui lui a permis d'accéder au métier d'actrice et que plus ou moins consciemment il considère légitime d'avoir eu quelques bons moments en "compensation". Par ailleurs on peut aussi croire qu'il se croyait réellement amoureux. Il se dit sans doute, Mais c'est inouï, c'est comme ça qu'elle me remercie !

Le fait est que pendant des siècles et des siècles et tant que les femmes étaient sans cesse soumises aux cycles des grossesses sans contrôle et des accouchements souvent dangereux, les hommes en faisait à leur guise, et nous les femmes n'étions là avant tout pour satisfaire leur désir et procréer. Toute l'organisation sociétale et chacune des religions monothéiste leur montrait qu'ils étaient dans leur bon droit. À l'orée de la fin du monde tel qu'il nous fut connu, il leur faut totalement changer de façon de concevoir l'ordre "naturel" des choses. Et admettre qu'il ne soit plus en leur stricte faveur. Ça n'est pas étonnant que pour certains ça ne soit pas simple. 
Le nombre de fois où constatant l'attirance d'hommes de mon âge pour des jouvencelles et tentant vaguement au moins par l'humour de signaler que Hé mais tu as quel âge toi déjà ? je me suis vue vertement renvoyer dans mes buts, y compris par des hommes que j'estime par ailleurs et qui ne sont pas des monstres ni des sales types, me laisse à penser qu'ils trouvent tout simplement que c'est normal et bien ainsi. Et certains sont sincèrement persuadés qu'il s'agit de (grand) amour.

Concernant le cas précis d'Adèle Haenel, une pensée pour celles et ceux qui ayant vu mais rien ou peu fait ou tenté d'agir mais sans succès, doivent se sentir mal, être au prise avec un sentiment de culpabilité. À la fois victimes et coupables, n'oublions pas qu'à leur place nous n'aurions sans doute pas su faire mieux (1). Pensées aussi pour les parents [au passage, la lettre à son père, cette force]

 

(1) Je suis persuadée qu'en admettant que j'aie fait partie du staff du film, j'aurais pu faire preuve d'un aveuglement absolu car comme elle était encore enfant ça ne m'aurait pas effleuré un seul instant que le type pour lequel je bossais fasse un truc pareil ou qu'à l'inverse si j'avais assisté à un moment compromettant, je l'aurais engueulé comme du poisson pourri et me serais fait virer illico presto, détestée y compris par la petite sous emprise.  Bref, les deux attitudes les plus inefficaces possibles.

 

 

Commentaires