Première punition
Beauté du (chemin de) vélotaf

Quelques photos d'un passé récent


    J'étais en train de préparer mon émission de rentrée sur Cause Commune quand mon ordinateur m'a signalé qu'il commençait à être saturé. Il est vrai que très occupée par les projets de reprise de librairie puis par les préparatifs de reprise du travail tout

court, j'ai connu ces derniers mois un peu de laisser aller en matière de tri et sauvegardes et ménage de photos. 

Du coup mon avant-dernière soirée de brèves vacances (pas même une semaine, je suis fort marrie) se trouve consacrée à cette tâche qui est plutôt de type longues soirées d'hiver.

J'attaque l'année 2018. En voici quelques images avant effacement.

Fullsizeoutput_6aa

En janvier lors d'une soirée à la librairie où alors je travaillais. De cette expérience je conserverais le plaisir qu'il y a à recevoir des auteurs et préparer les entretiens.

 

20180112_004539

En janvier 2018, Porte de Clichy il y avait encore au sommet de l'un des immeubles de l'entrée dans la ville ce panneau publicitaire informatif qui alternait affichage de l'heure et de la température. 

Las, il a depuis été remplacé par une vulgaire réclame pour un site juridique, proximité du tribunal de Paris oblige, qui ne comporte rien d'utile au passant et possède de plus un nom anxiogène. J'avais tellement l'habitude de consulter l'heure afin de vérifier que j'étais dans les temps et regarder la température pour savoir si mon ressenti ressemblait à l'existant - ou sur le chemin du départ vers quelque part voir si j'étais assez couverte -, qu'il m'arrive de me laisser piéger, regarder, voir le stupide panneau actuel et mentalement pester. 

20180112_095130

Fullsizeoutput_1921

 

 

Le 12 janvier 2018 j'avais trouvé (ou l'on m'avait donné) de vieux livres. 

Je n'ai pas eu le temps de les lire depuis. 

 

 

20180114_174545

Toujours en janvier 2018 je passe l'essentiel de mon temps hors librairie hors entraînements au pavillon de mes parents, à trier, jeter, donner (merci le site donnons.org), mettre en carton, toutes leurs affaires. Tout au long de cette tâche harassante je serais partagée je crois à égalité entre une profonde tristesse, celle des deuils successifs et un tout aussi profond sentiment du devoir (bientôt) accompli. Parfois aussi un éclat de lumière via d'heureux souvenirs remontés à la surface. Et une sorte de fierté d'être parvenue jusqu'à un âge avancé sans jamais trahir l'enfant que j'étais. 
Je prends en photo la vue du balcon, le souvenir du sentiment de devoir quitter ses lieux, jeune, sous peine d'étouffer est encore vif. Celui de n'avoir pas dit mon dernier mot dans la vie aussi.

Le 15 janvier je profiterai de mon cours de danse au CMG La Fayette qui s'apprête à fermer pour prendre quatre photos en vue de documentation pour le roman "Vestiaires" que j'espère entreprendre ; le surcroît de travail engendré par la succession de mes parents à assumer quasiment seule de part un triste concours de circonstances, puis les péripéties indépendantes de ma volonté rencontrées dans ma vie professionnelle, vont m'écarter une fois de plus d'un projet d'écriture #SyndromeDeGeorgeBailey 

20180115_140821

20180115_141322

 

 

Fullsizeoutput_1925

 

Fullsizeoutput_1924

Commentaires