Notes en vrac : Master Class BNF - Hélène Cixous
Gâtée

En plein syndrome du diariste

 

 
DSC00409  Les deux semaines qui s'achèvent ont été de ouf comme ne disent déjà plus les jeunes. 

J'aurais tant à vouloir noter. Des retrouvailles, même brèves, ça fait plaisir, une disparition annoncée qui me fait de la peine - mais le fait qu'on me l'ait annoncé m'a beaucoup réconfortée -, des moments d'inquiétude sur divers sujets, des joies, un soulagement sur un point précis, plus le soulagement particulier d'avoir à nouveau des papiers d'identité, une nouvelle qui me peine et m'inquiète, concernant quelqu'un que je vois peu mais qui compte beaucoup pour moi. 

Mais bien sûr, c'est là qu'on a trop pas le temps pour noter, précisément. Et le boulot, intense, comme chaque année en cette période depuis que je suis libraire, a ce double étrange effet : d'épuiser et de stimuler. À me décarcasser pour autrui, j'en oublie mes tracas, ce qui donne une forme de force.

Pour l'instant j'ai l'illusion de pouvoir enfin retrouver un "rythme soutenu normal" de vie après la vente conclue du pavillon de mes parents et le déménagement vers la Normandie des meubles et des affaires personnelles. Alors je tiens comme quelqu'un qui se dit Allez, une dernière bosse et cette course ça sera fini. Et je m'entraîne en chemin. 

Puisse tout ceci fonctionner, et la fin de l'année 2017/2018 être d'un calme relatif, de bonne sérénité. 

Commentaires