L'homme - flèche
L'assistant automatique

Choses incroyables qui me sont arrivées

L'actualité récente et des hasards de sauvegardes - tris (j'étais sans connexion et un peu patraque ce week-end, les très basses pressions me rendent faibles, du coup j'ai passé en revue des fichiers photos et quelques textes) m'ont fait exhumer cette curieuse liste écrite bien avant le 7 janvier 2015 (impossible de passer une date anniversaire de ce jour fatidique sans y repenser) mais je n'ai eu envie de rien modifier. Il y a eu quelques autres trucs de fous depuis, pas forcément furieusement marrants.

  

Si je le dis de façon pince-sans-rire tout le monde va croire que je plaisante. Et pourtant :

 

- J'ai chanté au Stade de France avec Johnny (et au Champ de Mars aussi) ;

- J'ai écouté Natalie Dessay chanter dans le métro ;

- J'ai une dédicace de Marc Lévy parce qu'il était tout seul derrière ses livres au salon du livre de Paris (et que j'ai eu de la peine pour cet homme à l'air un peu triste que les lecteurs dédaignaient) ;

- Il m'est arrivé de gagner au loto dans les jours qui suivaient la mauvaise surprise, la somme exacte d'une prime dont une cheffe à "l'Usine" qui ne m'aimait pas m'avait privée (1) ; une autre fois il me manquait une somme précise pour un achat que je m'apprêtais à différer au mois d'après et je l'ai gagnée à quelques centimes près ; #vieilabonnementefficace

- Je suis partie de Nîmes juste avant une inondation historique, allée à San Francisco juste après un tremblement de terre qui effondra l'un sur l'autre les tabliers superposés d'un pont, allée à Ouagadougou dans le premier ou le deuxième avion qui circulait après un coup d'état. Voulez-vous voyager avec moi ?

- Mon premier jour de liberté d'un mi-temps que j'avais obtenu, non sans difficultés, dans le cadre d'un plan social qui pourtant y incitait, a correspondu exactement à la diffusion de la video de Florence Aubenas captive. J'ai pris mon sac et je suis allée bosser au comité de soutien - j'y étais déjà mais de la façon prudente et mesurée de quelqu'un qui a un travail prenant en entreprise et une vie de famille avec enfants -.

- Il m'est arrivé d'aider ponctuellement sur un livre sur lequel aida aussi en tant qu'éditeur quelqu'un que j'ai rencontré plus tard et bien aimé (et qu'on ne s'aperçoive que très tardivement que l'on avait en quelque sorte déjà travaillé ensemble) ;

- J'ai retrouvé grâce aux internets et réseaux sociaux une quasi-cousine géographiquement éloignée, 35 ans après que les circonstances familiales et générales jointes à mon passage en classe prépa, là où notre temps ne nous appartient pas, nous avaient fait nous perdre de vue.

- À huit jours près j'ai l'âge de Kennedy mort. Ça peut faire sourire mais ça vous change une vie.

- Henry Miller est mon voisin d'il y a soixante ans (à ma date d'emménagement) ; une légende tenace prétend que c'est à cause de lui que j'ai choisi d'habiter là. La réalité est plus prosaïque : nous étions arrivés à Clichy par la grâce du 1% patronal. Effectivement quand il s'est agi d'habiter plus grand (enfant(s)) la présence tutélaire du grand et sulfureux Henry a été le petit plus qui m'a donné l'énergie d'embarquer toute ma petite famille dans cette aventure d'acheter là. This is the west sir, when the legend becomes fact, print the legend. 

 

 

 

(1) Elle ignorait probablement que j'avais moult amis dont certains qui n'étaient pas n'importe qui et m'avaient annoncés les attributions prévues. Sauf qu'elle avait mis son veto à ma prime et celle d'un collègue. Histoire de pouvoir nous dire que nos résultats étaient insuffisants (c'était faux) tout en nous faisant croire que ça avait été estimé en haut lieu - comme si l'équipe que nous formions n'était pas perçue au dessus comme assez performante -.

Commentaires