Previous month:
mai 2017
Next month:
juillet 2017

0 billets

Ma vie trop vite

Il y a les heures de travail à la librairie qui passent à toute allure : je suis encore dans la phase où j'apprends et si le logiciel de stock et caisse m'est à présent familier, reste que rien du reste n'est automatique (il faut travailler sous excel pour les commandes et les appariement commandes et clients, par exemple), du moins en terme de transmission, c'est donc très long. Et puis je dois m'occuper des factures.

J'espère qu'après avoir effectué un mois complet, les tâches administratives et de gestion courantes me prendront bien moins de temps.

Le reste m'est familier. Je connais bien la librairie. Et le cœur du métier.

Il y a (eu) la maison de ma mère à préparer au déménagement inéluctable. Les charges sont trop élevées pour que nous puissions conserver ce qui aurait pu être notre maison de famille. Nous peinons à faire face aux coûts liés à l'appartement. Au mieux sera conservée la maisonnette de Normandie. Vider le grenier m'aura pris quatre à cinq jours in fine. Dont une demi-journée à trois. J'ai retrouvé certains éléments, dont un vieil électrophones, que je croyais perdus pour toujours et à jamais. En revanche certains objets précis n'ont toujours pas réapparu. Dont une photo de mon Grand-Père en très jeune soldat de la guerre de 14. Après, comme il fallait être efficace, nous n'avons pas nécessairement tamisé fin. Peut-être que nous aurons de bonnes surprises ultérieures.
Demain suite de la mise en carton.

Il y a des démarches, des trucs administratifs, quelques perplexités notariées. Ça prend du temps.

Il y a les présentations de rentrée littéraire. J'aime écouter ça. Je gagne un temps fou, l'intuition joue.

Il n'y a pas assez d'entraînements (forcément avec tout le reste). Mais à terme mon nouveau travail devrait me permettre d'être vraiment plus (+) disponible à des horaires correspondants.

Il n'y a plus de temps pour écrire, pas même par ici. J'ai intérêt à vite stabiliser un rythme de croisière car je ne tiendrai pas longtemps sans.

Et puis s'intercalent des complications (la perte d'un téléfonino), des tristesses (le décès d'un ancien voisin, mais pas seulement cette tristesse-là), des étonnements (croiser une star, alors qu'un attentat concernant un de ses concerts a eu lieu si peu de temps avant, se retrouver spectateurs d'une partie de pétanque endiablée dans d'anciens terrains de la SNCF désaffectés, être conviée à l'achat d'anciens costumes d'opéra - dont l'un était parfait pour être déménageur - visiter la maison de Balzac, aller au théâtre voir de la boxe chorégraphiée, l'éternelle plénitude de Paris en mai et juin - ses mois de beauté -, une sensation d'être parmi d'autres infiniment privilégiée de par le simple fait d'y vivre.

Que je le veuille ou non j'ai décroché de la politique ; une sensation qu'il faut se dépêcher qu'on a obtenu un sursis de cinq ans mais qu'aux prochaines présidentielles ce qu'on redoutait là risquera encore plus de survenir : la politique menée dégoutera encore plus de gens qui se laisseront ramasser par la moisissure des idées. Alors je me dépêche d'avancer dans ma propre vie, il faudra pouvoir saisir des portes de sortie.

Il y a des lectures, formidables, dont je n'ai absolument pas le temps de parler.

C'est ma vie trop vite, mais à quelques absents près, et activité ou sensations qui me manquent, elle me plaît. Je donne enfin ma pleine mesure. J'ai cessé aussitôt d'avoir besoin de dormir trop (1), suis à nouveau bel et bien là. 

Ça fait du bien. 

 

(1) Une part était clairement en contre-coup du travail trop éprouvant physiquement dans la chaîne de librairie que j'ai quittée combinée avec l'épouvante d'après le 7 janvier 2015. Je n'ai commencé à refaire surface que grâce à mon travail Au Connétable. La vie avait repris sens.  


Une scène de film

 

    Je sortais, serrée par l'émotion d'une émouvante cérémonie de funérailles à la cathédrale arménienne Saint Jean Baptiste de Paris (émotion des retrouvailles avec d'anciens voisins, les amies d'enfance de notre fille, le décès inattendu de l'un d'eux, émotion de la cérémonie elle-même, les chants sont d'une beauté et d'une intensité qui appelle la conversion), lorsque sans doute vers la rue François 1er - je passais devant des lieux de souvenirs, une émission de radio à laquelle j'avais participé, une autre où un bien aimé avait été grâce à mon patron convié - j'ai été presque submergée par une vague étrange : une femme maigre aux jambes interminables mais petites (si, c'est possible) (silhouette de mannequin mais comme en miniature) accompagnée d'une autre aux proportions plus humaines, passait par là précédée d'une nuée de paparazzi. Je n'ai eu que le temps de me jeter sous un porche afin de laisser passer ce flot. 

La femme souriait, jouant le jeu comme si tel avait pour elle été le cas de toute éternité et les hommes (aucun photographe n'était femme) vocalisaient des sortes de directives dont il n'était pas clair de qui en était le destinataire (eux-mêmes, les deux femmes ou des collègues), "Prends du champ ! Prends du champ !) répétait l'un d'eux. Malheureusement aucun d'entre eux n'eut la bonne idée de héler la star par son prénom, ce qui fait que je n'ai pas la moindre idée de son identité. 

Son sourire était triste, elle aurait pu faire partie de notre assemblée de funérailles (1). 

Soudain la nuée était passée. Quelques quidams s'étaient retournés avec un sourire de sympathie, de bienveillance, presque d'encouragement.

C'était pour autant, La Dolce Vita made in Paris. Je suis ressortie de sous le porche en songeant que ça aurait fait une chiée belle scène de film, un personnage qui quitte des funérailles (dans un lieux impressionnant) et croise soudain, voilà, une star du moment avec les professionnels de son exploitation, toute consentante qu'elle soit. Je l'ai même imaginée filmé par Tarkovski, puis Desplechin, ou ils mettraient les caméra les montages possibles. Que ça serait chouette si dans l'histoire à ma place il se fût agi d'un personnage masculin que la vision de cette jeune femme particulière aurait ému bien plus que moi (bien sûr, dans le second cas Mathieu Amalric tiendrait ce rôle).

Ces imaginations soudaines ont très efficacement repoussé ma peine. Du moins provisoirement.

J'ai pu reprendre le chemin vers mon travail d'un pas moins pesant.  

 

(1) En écrivant ces mots j'ai eu une idée et je suis allée voir quelques images. En fait c'était elle, Ariana Grande.  

Lire la suite "Une scène de film" »