La vie qui va
Croisements, coïncidences et recoupements

Mode Je trace on

    Trop fatiguée pour écrire. Mais je souhaite conserver la mémoire de cette période si particulière. Alors quelques notes.
   

Nous avons eu ce matin du retard à l'allumage mais je suppose que nos corps, fourbus, en avaient besoin. 

Mais ensuite ce fut une journée de celles où l'on dépote, et à part vivre des moments merveilleux - mais on ne peut pas faire que ça, sinon on ne se rendrait même plus compte qu'ils le sont -, je n'aime rien tant que ça : bosser (variante sportive : s'entraîner) et à la fin de la journée se dire qu'on a fait ce qu'on s'était fixé.

Le plus simple était de voter. Contrairement aux présidentielles, zéro état d'âme, une décision facile à prendre quoique sans trop d'espoir. En fait les présidentielles, avec les angoisses successives, les hésitations induites par la folle situation et entre les deux tours les déchirements entre personnes aux valeurs et idées pourtant voisines, ont engendré chez moi une forme de saturation : tout se passe comme si c'était derrière, que c'était plié pour cinq ans et que ça serait bien que le jeune homme ne se plante pas trop sinon on héritera de l'extrême droite au pouvoir.

Puis il s'agissait d'aller continuer la mise en carton chez ma mère. Les travaux ont bien avancé, la maison a cessé de sentir la maladie. J'ai eu cette sensation : les murs ont cessé de pleurer. 

Au prétexte d'aller voir où se trouvait la déchèterie nous avons fait un petit entraînement de course à pied. Il faisait beau et chaud et je me sentais en pleine forme. Nous nous sommes renseignés sur les heures d'ouverture possible, les conditions d'accès. 

Retour en faisant une boucle par le bois des Écouardes dont j'avais oublié le nom. C'était à distance courable de la "zone verte" un petit bois interdit de mon enfance. Il se disait qu'il y avait danger et les parents, tous, recommandaient à leurs enfants de n'y mettre pas les pieds. Nous nous en étions au mieux approchés. Ce qui est curieux c'est qu'à l'adolescence au lieu de titiller l'interdit, nous nous étions totalement désintéressés de ces lieux. 

Un panneau indique que la commune s'apprête à le rendre accessible. À côté quelques immeubles bas sont en construction et je pense immédiatement au film de 1992, Les habitants, ce truc de ouf (1).

L'homme aperçoit un accès et nous nous faufilons dans le bois encore presque intact. Un bois non travaillé c'est ça, aucun vrai sentier aucun accès aisé, des orties presque partout, plein d'oiseaux, des papillons et pour moi, comme souvent en forêt, l'illusion d'y être protégée (2). Je suis un peu triste qu'il soit appelé à bientôt se faire civiliser. Au moins je l'aurais vu tel qu'en lui-même une première et dernière fois.

Nous avons bien dépoté du rangement. J'ai retrouvé des objets de ma mère auxquels nous tenions et qu'on avait bien cru égarés pour toujours et à jamais.

L'homme a réparé la barrière qui coinçait et taillé un peu de haie. 

J'ai pris une douche. Peut-être la dernière dans cette salle de bain autrefois si familière.

Nous sommes passés livrer la laine chez une amie que je vois trop peu - nos vies trop chargées -. Son plus jeune fils était ravi et qui parle comme un grand désormais. Avec une belle étendue de vocabulaire.

Et puis il a fallu ranger de ce que nous avions rapporté ... et dégager le balcon. Je croyais que l'homme l'avait fait et il avait certes descendu un meuble de récupération mais il restait plein de papiers et beaucoup de saletés sous la chaise longue. Du coup j'ai fini tard, dans la nuit, deux poubelles recyclables et trois sac poubelles standards plus tard, mais au moins c'était fait. Et j'ai là aussi retrouvé quelques documents à mes yeux importants.

C'était une journée productive comme on aimerait en tenir davantage. 

Après, temps personnel = 0

Il est temps que les choses avancent, je ne tiendrai pas de longs mois comme ça.

 

(1) ici un plus long extrait.  
(2) Je ne suis pas dupe : réduite à mes propres ressources, sans avoir de quoi manger, en hiver je n'y ferais pas long feu.

 

 

Commentaires