Tuba Miror
Du mal à aller dormir

"À voix haute"

film documentaire de Stéphane de Freitas co réalisé par Ladj 

 

Stéphane de Freitas a suivi en 2015 un groupe de candidat du concours éloquentia, concours d'éloquence à Paris VIII en Scène Seins de Nids de leur préparation intensive (en 6 semaine avec différents cours, de l'écriture d'un argumentaire à des improvisaitions théâtrales en passant par du slam) jusqu'au concours lui-même. 

Il se trouve que l'un des candidats EST un acteur, un potentiel futur grand, que le montage, très subtil, intelligent, n'insiste pas sur lui particulièrement, mais qu'on se surprend à guetter ses apparitions. Et que parmi ses camarades beaucoup sont excellents. 

J'avais eu mon attention attirée sur ce film par un touite de Grand Corps Malade , pourtant en pleine promo de son propre film "Patients"

Capture d’écran 2017-05-10 à 00.36.54

Je sais que je peux lui faire une confiance aveugle dans bien des domaines, dont celui-ci, et j'ai attendu qu'il passe à l'Eden de Montmorency qui est mon deuxième cinéma après le Méliès de Montreuil pour pouvoir le voir. 

Après ces élections éprouvantes, ça tombait à pic puisqu'il s'agit de la jeunesse de ce pays, et cette vitalité qu'elle a et combien grâce à eux on peut croire à de meilleurs lendemains. On en sort avec une pêche pas possible, la sensation que la relève est assurée, que la France grâce à eux pourra s'en tirer.

On rit beaucoup, le montage est formidable qui permet de passer de l'un à l'autre sans temps morts ni essoufflement. On y apprend (ou réapprend) au passage le martyr d'Ibrahim Qachouch poète syrien que le régime d'Assad fit enlever et assassiner en juillet 2011, et que la parole est un moyen de résister [on le sait mais c'est bon de mesurer à quel point], et qu'il est possible d'en parler, mais compliqué d'en rire.

Attention, la vitalité de ces jeunes est contagieuse. 
Très.

Et puis, Eddy Moniot, retenez son nom. Si la vie ne lui fait pas trop de saloperies, il deviendra un des grands. Et commencez par écouter ses conseils (qui valent d'ailleurs pour l'écriture aussi, pour certains). 

Merci Fabien. 

 

PS : Par ici une belle critique sur France Inter, mais qui attention est plutôt à lire après car il me semble qu'elle en dit un peu trop.

Par là un excellent sujet d'une émission télé sur ce film avec des ITW éclairantes de quelques-uns de ses protagonistes et du réalisateur : 

 Enfin un court sujet sur le cru 2017 

Note à moi-même : ça a l'air beau son village au garçon, quand je serai suffisamment aguerrie ça pourrait être une belle destination d'entraînement cycliste. 

Capture d’écran 2017-05-10 à 01.05.39

Commentaires