Bobigny, échos
Le jour où j'avais failli avoir un bouquet

Rions un peu (avant la guerre)

    J'avais lu il y a quelques jours cet article qui expliquait que Pete Souza le formidable photographe (entre autre) des deux mandatures de Barack Obama insta trollait Trump. 

À chaque splendide foirage de Trump il publie une photo de Barack Obama qui dans la même situation assurait avec classe. C'est si éclatant, l'écart entre celui qui assure et celui qui fait n'importe quoi que même un pro-Trump par racisme doit finir par avoir un doute quant à son choix électoral. 

Aujourd'hui Pete Souza a posté ceci , et en fait il s'était passé cela et aussi ça, résumé

Je crois que j'ai trouvé un nouveau jeu sur la période : en rentrant du boulot, je regarde l'instagram de Pete Souza et j'essaie à partir de ses photos de deviner quelles conneries Trump aura faites. 

Quand viendra le tour de la France, qui est parti pour en faire (presque) autant, je ne crois pas qu'on sera en état de continuer à se marrer. Les idées sont pourries pareil mais ça n'est pas le même genre de folie (voire : pas de folie du tout et un d'autant plus inquiétant "leadership"). 

Et puis de toutes façons tout aura peut-être sauté d'ici là. J'étais persuadée que Trump était capable de déclencher une troisième guerre mondiale, je le suis à présent qu'il pourrait le faire par inadvertance, négligence absolue, désinvolture, bref, sans même le faire exprès.

Dieux que ces temps sont effrayants. 

Commentaires