Entrevoir une possibilité de retour à la vie (presque) normale
Les chaussons

Last day off before christmas rush (or worse)


20161128_133524

Côté hôpital, les nouvelles relativement rassurantes de la veille et la disponibilité relative de l'homme permettaient une pause, en mode Maintenant ou jamais.

La suite est incertaine.

Côté librairie, le lundi est mon dimanche. 

Ce week-end en sera un mais je l'avais demandé pour des raisons précises : il est complet. Et pour des activités que je tiens à accomplir, fors urgence fuligineuse.

Ensuite, ça sera le rush de Noël avec du travail renforcé, suivi de quelques jours à temps plein. Il faudra assurer.

Il faudra caser des visites à l'hôpital au milieu de l'emploi (du temps) (déjà si chargé). Et une organisation de la suite si jamais l'état de santé de la patiente venait à s'arranger.

Alors ce lundi était le dernier jour dédié à mes activités personnelles et un brin de repos.

J'ai revu avec bonheur une amie, même si les nouvelles que nous avions à échanger n'étaient guère réjouissantes dans l'ensemble. J'ai revu avec amusement une plus ancienne amie, et un personnage qui m'a rappelé ma fille adolescente, ce qui était prévisible. J'ai suivi un cours de danse, heureuse d'en être encore capable même si je n'étais pas au meilleur de ma forme. J'ai profité de Paris à l'occasion des trajets. Je suis extrêmement consciente de la beauté de mes environnements, qu'il s'agisse de Paris même, ma proche banlieue d'habitation, ma légèrement lointaine banlieue de travail. Je suis extrêmement consciente qu'il s'agit d'un grand privilège que je dois en partie à mes parents qui avaient, jeunes, fait l'effort d'émigrer pour l'une de sa province pour l'autre de l'Italie.

Ensuite, il fallait s'occuper des choses un peu sérieuses et de quelques corvées.

Ensuite, c'est à présent. La récré est finie.

Quoiqu'il advienne et même si bien des choses prévues - puissent-elles avoir lieu - sont intéressantes ou jolies, ça sera ensuite un plongeon et tenter de surnager jusqu'au 1er janvier, jour férié pour souffler.

Il faudra s'occuper d'une personne malade, des conséquences du décès d'une autre, des travaux demandés (1) dans la salle de bain, des affaires domestiques courantes et du travail rendu très intense.

Puissions-nous être épargnés par d'éventuelles nouvelles difficultés, qu'elles soient personnelles ou générales.

À vos marques,

Prêts,

Go ! 

 

(1) Comme suite à l'affaire de la fuite d'eau invisible

Commentaires